Valentin Foucher, vitrier, a réparé les vitraux du logis de la Barillère : Angers 1608

ce n’est pas un travail chez payé, et nous voyons encore dans cet acte que le vocabilaire est pour le moins incertain chez les notaires pour ceux qui réparent des vitraux, car à mon sens ce sont les vitraillistes de nos jours encore appelés maîtres verriers, et je vous engage le plus vivement du monde à aller voir le site des métiers d’art de France, sur leur page, car la France est le pays qui possède en 2016 la plus immenses surface de vitraux, et il faut toujours les entretenir.

Et voyez aussi le site de l’histoire du verre

Donc, je récapitule toutes les magnifiques pages sur internet concernant le verre, les fenêtres de la Renaissance, et les vitraux :

Le site VERRE ET FENETRE dresse une magnifique histoire des fenêtres d’alors.

Les verriers normands sur mon site.

L’histoire du verre

Les vitraillistes de nos jours encore appelés maîtres verriers.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 24 mars 1608 en en présence de nous Jehan Bauldry notaire royal prêtre à Angers et des tesmoins ci après a esté présent deument estably et soubzmis Valentin Fouscher Me vitrier demeurant en ceste ville paroisse st Pierre, lequel a confessé avoir eu et receu de Me Nicolas Richer advocat audit Angers greffier de la cour et juridiction temporelle du chapitre de l’église d’Angers la somme de 14 livres 10 soulz tz des deniers qui sont demeurés entre ses mains provenus de la succession de deffunt Me Jacques Joubert vivant corbelier de la Barillière en ladite église et suivant le jugement sur ce donné par monsieur le sénéchal de ladite cour pour avoir par ledit Touscher refait et réparé les vitres qui estaient nécessaires au logis de ladite corbelerie de la Barillère situé en la cité de ceste ville depuis 8 jours encza, toutes lesquelles vitres il a vérifié et assuré avoir bien et duement réparées et estre à présent en bon estat et pour avoir aussi fourni de verges aulx deux vitres neufves par luy mises ausit logis, de laquelle somme de 14 livres 10 soulz présentement payées en pièces de 16 soulz et autre monnaye ledit Fouscher s’est tenu contant et en a quicté et quicté ledit Richer ce stipulant et, et a esté à ce présent Anthoine Lebarbier marchand demeurant audit Angers l’un des héritiers dudit deffunct, lequel tant en son nom que au nom et soy faisant fort de tous ses cohéritiers a confessé avoir donné charge audit Richer de faire ledit paiement et l’en avooir prié et requis, et assuré qu’il luy et tous ses dits cohéritiers l’auront agréable comme aussi a esté à ce présent vénérable et discret Me Michel Huchet prêtre à présent corbelier de la dite corbelerie de la Barillère, lequel a déclaré voir vu et visité lesdites vitres, les trouver bien faites et réparées et d’icelle s’est contenté et contente, et en a quité et deschargé quite et descharge tous lesdits héritiers, ce qui a esté stipulé et accepté pa rledit Lebarbier tant pour luy que pour les autres ses cohéritiers absents, et à ce tenir etc dommages etc obligent etc renonczant etc foy jugement condempnation etc fait et passé audit Angers à notre tabler présents Me François Boullay bedeau de ladite église et Pierre Lemesle sergent de ladite cour temporelle demeurant en ladite cité tesmoins, lequel Lebarbier a dit ne savoir signer

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *