Achat d’un mauvais cheval, 1732

Nous avons souvent parlé du rôle de médiateur joué autrefois par les notaires. Voici aujourd’hui une bien curieuse médiation.

Un dame a fait manifestement une mauvaise affaire en achetant un cheval à la foire.

    Pour faire annuler son achat, elle le fait mener chez le notaire, qui dresse un acte valant procès-verbal du mauvais état du cheval.

    Mieux, le notaire garde le cheval dans son écurie pour que le vendeur vienne le reprendre et restituer la somme qu’il a touchée.

C’est merveilleux, un notaire compétent pour dresser un tel PV ! Cest pourtant un notaire royal, qui devrait normalement être occupé à des transactions plus importantes !
Mais cela montre en tout cas son influence, puisque c’est lui qui va agir près du vendeur.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E30 – Voici la retranscription de l’acte : Le 7 juin 1732 sur les 5 h du soir, ont comparu devant nous Charles Billeault notaire royal résidant à Rablay Me Jacques Gabriel Adam clerc tonsuré licencié ès lois et Jean Foudrain vigneron demeurant paroisse d’Érigné

lesquels nous ont déclaré que jeudi dernier un nommé Asseray marchand demeurant au village du Chamt paroisse de Thouarcé aurait vendu à la foere (foire) de Vihiers un chevam jaune avec une raye de mulet, d’âge inconnu, à Delle Jeanne Bry veuve du sieur Gaspard Bascher demeurante à Boysserault paroisse d’Ambillou pour la somme de 50 livres 12 sols que ladite damoiselle Bascher luy paya comptant

lequel dit cheval se trouvé outre poussif et pour preuve de ce aurait un rossignol sous la queue lequel dit cheval ne paraissait point outre poussif lors dudit marché ladite damoiselle ne s’en estant aperçue que d’hier dernier qu’il rendit une médecine après l’avoir rendue ledit cheval se serait mis à pousser et les flancs à luy battre d’une manière qu’il paraît outre poussif

de tout quoy ledit sieur Adam et Jean Foudrin faisant pour ladite dame veufve Bascher nous ont requis acte pour leur servir et valoir ainsi que de raison pour se pourvoir contre ledit Asseray et de toutes pertes dépens dommages et intérests ce que leur avons octroyé,

lequel dit cheval ils ont relaissé audit bourg de Rablay en l’écurie de nous notaire pour que ledit Asseray ait à le retirer en rendant le prix dudit cheval
arrêté audit Rablay en nostre estude présents André Chupin marchand et Pierre Bourgeault charpentier demeurant audit Rablay témoins


Cliquez l’image pour l’agrandir. Cette image est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Je la mets ici d’exercice de lecture. Je ne suis pas certaine d’avoir bien lu ce qu’il a sous la queue, si vous savez merci de nous le dire…

POUSSIF, IVE. adj. Qui a la pousse. Il ne se dit proprement que des chevaux. Un cheval poussif.
Par extension & par plaisanterie, en parlant d’Un gros homme qui a quelque peine à respirer, on dit, que C’est un gros poussif. Et dans ce sens, Poussif est pris substantivement. (Dictionnaire de L’Académie française, 4th Edition, 1762)

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

3 réponses sur “Achat d’un mauvais cheval, 1732

  1. Une rosse est un mauvais cheval, peut etre une expression de l’époque puisqu’ensuite elle apporte des preuves du mauvais état de l’animal ,ily avait plein de termes comme cela autrefois tombés en désuétude

  2. « Le rossignol sous la queue « .
    Les affections respiratoires,ont une grande importance dans la vente d’un cheval.
    Dans la « pousse » par exemple,l’inspiration se fait bien régulièrement,mais l’expiration à lieu en deux temps,provoquant sur le flanc du cheval,un arrêt saccadé,ce qu’on appelle un « soubresaut »,le coup de fouet.
    Pour cacher cette affection,les vieux maquignons,s’étaient mis dans l’esprit de pratiquer,sous la queue du cheval,une ouverture qu’ils appelaient « le sifflet »  » le rossignol »ça ne servait pas à grand’chose,mais cela seul suffit à témoigner des roueries du maquignonnage.
    (« Ruses de maquignons » par Georges Dubosc )

  3. E.3085.(Registre.)-Petit in-4,papier,80 feuillets.
    1650-1679.-LA FOIRE à LUZIGNAN.
    -Livre-journal de notes et renseignements pour François Lefebvre de La Lande-Chasles: »A Luzignan y a belle foire de chevaux et poulains,le premier lundy davant la Pentecoste,dont l’on a prix raisonnable.Pierre Vilain,faiseur de bourse,qui demeure où se thient la foire,au fauxbourg,me fera connoistre par ces amis ceulx qui seront du creu du Poithou,des bons haras ».
    (Série E.Titres de famille.AD du Maine et Loire.C.Port.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *