Nicolas Leboumier acquiert une part de maison, Montreuil sur Maine 1628

cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 10 octobre 1628 après midy, par devant nous René Billard notaire de la chastellenye du Lion d’Angers furent présents en leurs personnes establys et soubzmis soubz ladite cour chacuns de René Picantin tissier en toile et Perrine Fautrais sa femme de luy suffisamment autorisée par devant nous quant à ce demeurant au lieu de Haulte Folie paroisse de Montreuil sur Maisne lesquels confessent avoir ce jourd’huy quité cédé délaissé et transporté et encores etc perpétuellement par héritage
à honneste homme Noël Leboumier marchand sellier demeurant en la ville dudit Lyon à ce présent stipulant etc scavoir est la huitième partye par indivis d’une chambre de maison située à la Brayotterye paroisse dudit Lyon tenant les maisons dudit Leboumier ; Item la moitié par indivis d’une planche de jardin sise et située audit lieu de la Basse Bageotterye tenant la terre dudit Leboumier ; Item la moitié par indivis de 8 boisselées de terre situées en une pièce de terre appellée les Bas Baussants dont l’autre moitié desdites 8 boisselées de terre appartiennent audit acquéreur et tout ainsi que lesdites choses se poursuivent et comportent et qu’elles sont escheues et advenues auxdits vendeurs de la succession de deffunt Nicolas Fautrais vivant frère de père de ladite venderesse et comme elles sont mentionnées spécifiées et confrontées par les partages de ladite succession passée par nous notaire le 5 septembre dernier sans aulcune réservation en faire, tenues du fief et seigneurie dont lesdites choses sont tenus que lesdites parties n’ont peu déclarer advertis de l’ordonnance aux charges cens debvoirs rentes pour l’advenir quite du passé etc et est faite la présente vendition cession delais et transport pour et moyennant le prix et somme de 45 livres sur laquelle somme ledit acquéreur a présentement baillé et paié content auxdits vendeurs la somme de 20 livres tz qu’ils ont eue prise et receue en monnaye de l’édit quelle somme ils ont eue prinse et receue et s’en tiennent à contant et bien payés et le surplus de ladite somme montant 25 livres ledit Leboumier deument soubzmis estably et obligé soubz ladite cour a promis et s’oblige icelle somme payer et bailler auxdits vendeurs dedans la nostre dame chandeleur prochainement venant à peine etc dont et audi contrat tenir et garantir par lesdits vendeurs eux et chacun d’eux seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens leurs hoirs etc … foy jugement et condemnation etc fait et passé audit Lyon maison de nous notaire en présence de Pierre Guyot sergent et Jacques Boumier clerc demeurant audit Lyon tesmoins

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

    2 réponses sur “Nicolas Leboumier acquiert une part de maison, Montreuil sur Maine 1628

    1. Bonjour Mme Halbert,

      Je reste médusé devant la quantité de travail et les formidables recherches que vous avez réalisées.

      Je compte visiter les archives départementales du Mans, à la recherche de l’origine de mon ancêtre René Hubert (v. 1600-1669), décrit en avril 1622 comme un clerc du diocèse du Mans, puis établi comme notaire apostolique et greffier de l’officialité, à Paris, marié deux fois.

      Je sais que vous succombez sous le poids des demandes individuelles, mais si vous trouvez ce mail et qu’il vous reste l’énergie d’y répondre, j’aimerais obtenir des conseils pour mes recherches…

      Encore bravo !

      Louis-André Hubert

        Réponse d’Odile :

      Bonjour Monsieur
      Avant d’entreprendre des recherches dans des Archives, je vous suggère la lecture de l’ouvrage indispensable publié par feu Gildas Bernard “Guide des recherches sur l’histoire des familles”, qui est numérisé sur internet.
      Même le plan de cet ouvrage est un début de guide.
      Il vous ouvre les pistes.
      Mais aussi, puisque votre HUBERT a vécu à Paris, vous avez désormais une table indexées numérisée des Archives Notariales de Paris, et il convient d’abord de la faire sur Internet pour voir si un acte ou plusieurs n’existeraient pas à Paris.
      Bonnes ercherches
      Odile HALBERT

      1. Ce René Hubert n’est pas celui de Paris, car celui-ci est marié à Louise Varanne..

        1686-1687. — «Compte sommaire de la recepte et mise des vénérables chapelains et clercs de
        la Confrérie de l’église du Mans, que rendent auxdits chapelains chascun de René Hubert,
        marchand tanneur, et Louise Varanne, sa femme, demeurant à La Suze, Renée Varanne,
        veuve de René Coutard, maître chirurgien au Mans, René Varanne, tanneur, demeurant à
        Parcé, pays d’Anjou; Marguerite Godefroy, veuve de défunt Me Joachim Varanne, notaire royal, à Saint-Pavin-de-La-Cité, et Jacques Gasselin, sieur du Bignon, chef de panneterie du Roi, et Marguerite Varanne, sa femme, tous héritiers de défunt Me Pierre Varanne, curé du Crucifix, et receueur de ladite Confrérie.» — Détail des recettes et dépenses.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.