Jean Fouyn sieur de la Feronnière (Simplé,53) traite ses affaires à Angers, 1587

Simplé est en Mayenne à 68 km au nord d’Angers en passant pas Château-Gontier et Le Lion-d’Angers, et il faut donc plus de la journée d’un cheval ou prendre un relais, sans doute au Lion. Je reste après tant de recherches toujours stupéfaite devant les distances parcourues pour traiter leurs affaires financières, et souvent des sommes importantes, car 100 écus soit 300 livres en 1587 c’est de quoi vivre plusieurs années confortablement. Donc Jean Fouyn faisait beaucoup d’affaires à Angers. Je descends des FOUYN mais je ne suis pas encore parvenue à relier cette branche à la mienne, si toutefois elles pourront un jour se raccorder grâce à des travaux de recherches comme les miens, c’est à dire avec des sources faisant preuves.
Je suis très intriguée par le nom de l’épouse du monnayeur à savoir Jeanne de Savoie, et si vous savez qui elle est merci de faire ici un signe.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E6-158  – Voici sa retranscription abrégée

« Le 15 février 1587[1] en la cour du roi notre sire Angers endroit personnellement estably honneste homme Mathurin Jollivet monnayeur de la monnaie d’Angers demeurant à Angers paroisse de la Trinité d’une part, et honneste homme Jehan Fouyn demeurant à la Ferronnière paroisse de Simplé près Craon d’autre, soubzmetant etc confesse avoir fait et font ce qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Jollivet pour demeurer vers ledit Fouyn quite de la somme de 103ÑÑ 1/3 en quoi ledit Jollivet et Catherine Porchey sa femme sont obligés vers ledit Fouyn par obligation en forme de conte passée par nous le 23.8.1582 quite cède délaisse et transporte audit Fouyn à ce présent et acceptant la somme de 100 écus sol due audit Jolivet par Thomas Lepoitevin (f°2) et damoiselle Jacquine de Scavoye par obligation passée par Cellier notaire Angers le 17.1.1576, ratifiée par ladite de Scavoye …

[1] AD49-5E6/158 devant René Garnier notaire royal Angers

Comment le marchand ciergier de Laval s’est installé à Maisdon (44) en 1674 ?

Mon travail sur Maisdon depuis 5 semaines m’a révélé un acte surprenant qui atteste un lien avec Laval, mais quel lien ? Certes, Gabriel Oger est marchand ciergier à Laval avant d’aller vivre à Maisdon, et pour avoir beaucoup étudié les marchands ciergiers, je sais qu’ils sont alors des marchands très aisés, mais tout de même de là à faire 160 km pour aller terminer ses jours, c’est surprenant ! Qu’est-ce qui a pu conduire Gabriel Oger et Marie Carteron son épouse à la maison noble des Roussières à Maisdon ? et même à donner le droit à Marie Carteron d’être inhumée dans la chapelle du Salut des Roussières, chapelle aujourd’hui disparue, remplacée par un calvaire. En effet, peu de personnes à Maisdon on droit à une inhumation hors du cimetière, donc cette Marie Carteron aurait eu un statut sociel particulier ? Voici les actes :


Maisdon 29.07.1674 CARTERON Marie « inhumée en la chapelle du Salut des Roussières, femme de Gabriel Oger, marchand de Laval paroisse de la Saincte Trinité, demeurant à présent au lieu noble des Roussières, présents ledit Oger (ns) »

Laval la Trinité 29 juillet 1692 mariage de son fils aussi marchand ciergier

Il existait 3 voies différentes pour aller de Laval à Maisdon, mais toutes font entre 1650 et 160 km, donc à l’époque du cheval qui fait 44 km/jour un voyage de près de 4 jours ou moins en prenant des relais de cheval.

panne informatique pour cause d’obsolescence : écran 25 ans, ordinateur 16 ans

La poste m’a livré l’écran DELL S2421HSX samedi au sortir du lit, appartement à plus de30° malgré une lutte acharnée. C’est sur cet écran 27 pouces, que je vous écris ce jour, pour vous annoncer que tout va bien, et rendez-vous bientôt. Mon précédent écran était aussi DELL mais 22 pouces. Mon nouvel ordinateur de bureau est le LENOVO 307ADA05 car il a 1To comme mon ancien qui était un ACER Aspire aussi de 1To car vous pensez bien que mes recherches prennent de la place. Elles sont en train de migrer de l’un à l’autre, encore un peu de patience. Et pour les non-initiés un écran de 27 pouces mesure 53 cm en largeur, contre 48 pour le 22 pouces, et 1To c’est mille Go.

Je peux désormais lire vos commentaires et les emails, vous pouvez écrire.

Jean Doisseau cède à son frère François une obligation de 201 L : Angers et Nantes 1552

J’aime chercher, car il faut vous dire que je ne descends pas du tout des Doisseau, mais j’occupe mon temps à des recherches car j’aime cela. Donc, aujourd’hui, j’ai un acte encore daté de 1552, et qui concerne encore un frère des François Doisseau, celui qui est parti vivre à Nantes et était vérifié dans les autres actes notariés comme frère de Gilles. Donc, vous allez découvrire Jean Doisseau frère germain de François Doisseau le Nantais.

Voici ce que donnent les dictionnaires anciens pour « germain ». Les dictionnaires d’autrefois sur ARTFL Chicago : « Se joint toujours avec cousin, ou cousine; & se de dit deux personnes qui sont sorties des deux freres, ou des deux soeurs, ou du frere & de la soeur. » – « En termes de Pratique on dit, Frere germain, pour dire, Frere de pere & de mere. » Et pour « issu de germain » ils donnent « issus de 2 cousins germains »

Donc Jean Doisseau, qui fait l’objet de l’acte qui suit, a le même père et la même mère que François Doisseau.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E2 – Voici sa retranscription  rapide mais exacte :

Le 14 septembre 1552 en la cour royale du roy notre sire à Angers en droit etc par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite cour personnellement estably Jean Doisseau marchand demeurant en cette ville d’Angers soubzmectant luy et ses hoirs au pouvoir etc confesse avoir aujourd’huy vendu quité cédé délaissé et transporté et par ces présentes quite cède délaisse et transporte sans garantaige ne restitution de prix dès maintenant et à toujoursmais à sire François Doysseau marchand son frère germain marchand demeurant en la ville de Nantes lequel à ce présent à pris et accepté prend et accepte pour luy ses hoirs etc et sans garentaige comme dessus la somme de 201 livres tournois en laquelle somme de 201 livres tournois Francisque de Breon estoit et est tenue redevable vers ledit Jehan Doisseau estably comme appert et pour les causes mentionnées en certaine cédule et escript en papier signé dudit de Bréon le 8 mars 1550, quelle cédule ledit Jehan Doisseau a baillée entre les mains dudit François Doisseau qui l’a eue et receue en s’en tient à contant, pour se faire (f°2) paier de ladite somme de 201 livres par ledit François Doisseau et en faire telle poursuite qu’il verra estre à faire contre ledit de Breon, et est faite ceste présente cession et transport pour pareille somme de 201 livres  …

 

Je suis toujours dans les BODARD mais j’ai quelques SCHMILBLICK et demain je vous mets enfin des lumières sur les 2 François Bodard cordonnier

Car 2 actes viennent de m’éclaircir

Odile