Transaction entre Jean Haton et Renée Dutertre et Claude Lenfant, et, Jean Lelièvre : Combrée 1582

Je descends de la famille Haton, mais bien avant ce Jean Haton, et je n’avais à ce jour pas grand chose sur les Dutertre de sa femme Renée, et ici, manifestement il y a des liens de famille entre les Dutertre et les Cormier, et les Haton.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le jeudi 15 janvier 1582 avant midy, (Poilevilain notaire Angers) comme procès soit mu ou espéré mouvoir entre noble homme Jehan Hatton sieur de la Mazure et damoiselle Renée Dutertre son espouse, et damoiselle Claude Lenfant leur belle mère dame du Goubys Denques ?? d’une part, et noble homme Jehan Leliepvre sieur de la Mazure et de la Fontaine d’aultre part, sur ce que lesdits demandeurs disoient que le 12 décembre dernier ils auroient acquis du défendeur les maisons cour et appartenances de la Rivière Cormier la closerie dudit lieu et la closerie de la Bodinière, le tout sis en la paroisse de Combrée, pour la somme de 2 166 escuz deux tiers qu’ils ont delay de payer ladite somme dedans 5 ans, au moyen de ce que ledit deffendeur auroit promis et se seroit obligé faire ratiffier ledit contrat à damoiselle Marguerite Cormier son espouse dedans temps passé, que voullans jouyr des dites choses ils auroient trouvé que Anthoine Leroyer en jouissoit comme fermier pour plusieurs années, concluant contre le deffendeur à ce qu’il eust à leur fournir ladite ratiffication et faire cesser ladite ferme, et à faulte de ce faire demandoient despens et intérests ; de la part duquel deffendeur esteoit dit qu’il estoit prest de faire faire ladite ratifficaiton, et quant à faire cesser ladite ferme, qu’il n’y estoit tenu par ce que les demandeurs en avoient cognaissance lors dudit contrat ; de la part dudit Leroyer estoit dit que sa ferme debvoit estre entretenue joint l’avance par luy faite et qu’il avoit perdu plusieurs fermes précédentes esdites choses ; et pour raison de ce et aultres choses estoient les parties prêtes à entrer en grands procès pour auxquels obvier elles ont par advis de conseils fait la transaction qui s’ensuit ; pour ce est-il que en la cour du roy notre sire et de monseigneur Angers endroit par devant nous André Poillevillain notaire personnellement establys lesdits Hatton et Lenfant tant en leurs noms que pour et au nom et eulx faisant forts de ladite Dutertre, demeurant audit lieu de la Mazure paroisse du Bourg d’Iré d’une part, et lesdits Leliepvre et Cormier son espouse, ladite Cormier de sondit mari présentement par devant nous autorisée quant à ce qui s’ensuit et pour l’effet des présentes, demeurant au lieu de la Fontaine paroisse de Marigné près Daon d’aultre part, et ledit Leroyer demeurant audit lieu de la Rivière Cormier dite paroisse de Combrée d’aultre part, soubzmectant lesdits Hatton et Lenfant esdits noms eulx et chacun d’eulx et en chacun desdits noms et qualités ung seul et pour le tout sans division etc, et lesdits Leliepvre et sa femme aussi eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division etc confessent avoir sur ce que dessus et choses cy après déclarées transigé pacifié et accordé et par ces présentes transigent pacifient et accordent en la forme qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Leroyer a renoncé et renonce à sondit marché de ferme pour le temps qui restoit à eschoir du jour de la Toussaint prochaine et s’est contenté et contente de la jouissance de la présente année qui a commencé à la Toussaint dernière et finira audit jour de Toussaint prochaine, pour laquelle année il a pris et prend par ces présentes afferme desdits Hatton et Lenfant esdits noms les dites choses aux mesmes prix et charges qu’il les avoit prinses dudit Leliepvre, lesquels ferme prix et charges il a promis et promet payer auxdits Hatton et Lenfant ladite ferme de Toussaint prochaine au terme de Penthecouste nonobstant l’avance de 140 livres par ledit Leroyer faite audit Leliepvre, laquelle somme de 140 livres ledit Leliepvre et sa femme chacun d’eulx seul et pour le tout ont promis rendre et payer audit Leroyer dedans le 1er octobre prochainement venant sans autres despends dommages et intérests par faulte de garantage dudit marché, et d’autant que par accord et obligation du mesme jour dudit contrat de vendition fait et accordé entre lesdits Leliepvre Hatton Dutertre et Lenfant avoir esté dit et convenu que lesdits Hatton Dutertre et Lenfant payeront auxdits Leliepvre et sa femme la somme de 350 livres pour l’intérest de la somme de 2 166 escuz deux tiers par chacun an pendant ledit temps et délai de 5 ans …

    encore 8 pages comme cela que je m’épargne, mais je vous mets la fin en vue :

6 Replies to “Transaction entre Jean Haton et Renée Dutertre et Claude Lenfant, et, Jean Lelièvre : Combrée 1582

  1. bonsoir Odile
    Abbé Angot Dictionnaire de La Mayenne
    Goubil, f., cne de Ménil, à 3 kil. S.-E. du bourg, sur la Mayenne. — Le fief de Gobis, 1298. — La terre et appartenance de Gobiz, 1387 (Arch. nat., P. 1.334/1). — Gouby (Cadas et Ét.-M.). — Fief et domaine mouvant du duché d’Anjou par le fief de Magnanne, et féages de G. distincts. Ancienne maison de maître. — Seigneurs : […] N. h. Fleury du Tertre, mari de Guyonne du Châtelier, 1543. — Jacques du T.. 1557, mari de Claude L’Enfant, remariée en 1583 à N. Hatton. —

  2. Bonjour Symphorien
    Un immense merci
    Et comme j’ai l’ouvrage sur Ménil, je vais de ce pas le consulter.
    Et si je suis courageuse ce WE je prépara une fiche famille DUTERTRE
    Odil

  3. Merci de m’avoir incitée à consulter l’ouvrage sur Ménil que je possède, car je viens d’y trouver une chose lumineuse.

  4. IL Y A « MASURE » ET « MASURE »
  5. Dans l’acte qui précède, je n’avais pas compris comment Lelièvre était sieur de la Masure tout comme les Haton. C’était plus que déroutant ! Comment possédaient-ils la même terre, et lequel la possédait réellement, car souvent les titres n’étaient pas liés à une possession réelle ?

    Bref, cela m’intriguait fortement.

    Or, en ouvrant mon ouvrage sur Ménil, qui est d’André Joubert, qui a étudié chaque terre de Ménil, mais pas en ordre alphabétique si bien qu’on doit y chercher.
    Donc, en cherchant, je tombe sur une terre « la Masure »
    Etonnée, je lis les noms des seigneurs de la Masure :

    1525 : Christophe QUesnay, mari de Jacquine Mouette
    1536 : Michel Fesnard
    1568 : Jean Lelièvre
    1568 : Jean de Tillon
    1580 : acquêt par la famille d’Andigné … etc…

    Incroyable, dans le même acte (ci-dessus) Jean Lelièvre et Jean Haton étaient tous deux sieurs de la Masure, mais pas la même Masure, chose à laquelle j’étais loin de penser.

    Donc, je respire, et je comprends qu’il n’y avait aucun lien sagissant de la terre de la Masure
    Odile

  6. Bonjour,

    Un message à propos du patronyme CORMIER, que je mets sur votre dernier billet tagué à ce nom. Il me semble que Jeanne Cormier, épouse de Olivier Bodinier, bourgeois de Niafles, n’est sans doute pas fille de Jean Cormier et Marguerite Clavreu(i)l, comme indiqué dans votre étude du patronyme.

    En effet ce couple a bien une fille Jeanne baptisée à Niafles le 21 février 1605, mais celle-ci épouse Jean CAILLARD le 12 novembre 1633 à Denazé (merci à Marie-Laure Chauvin d’avoir repéré ce mariage), et y est inhumée le 30 avril 1680 (son mari témoin).

    Le mariage est filiatif (fa Jean+ Cormier et Marguerite Clavreul) et Jeanne Cormier, paroissienne de Denazé, est bien marraine d’un des enfants (Anne, b. le 18.2.1639 à Craon) de Isaac Cormier et Marie Lardeux (

    Je ne vois pas d’indice dans les enfants d’Olivier Bodinier et Jeanne Cormier (1631-1647 à la Selle Craonnaise) qui puisse la rattacher au couple Cormier-Clavreul (il arrive parfois que deux enfants d’un même couple portent le même prénom…).

    Ma conclusion (prudente) est que Jeanne Cormier épouse Bodinier est issue d’un autre couple Cormier, ce qui laisse beaucoup de choix vu la fréquence du patronyme dans les paroisses voisines, comme vous le montrez votre fichier Cormier.

    Bien cordialement,

    Jean Roger

    1. Bonjour
      et merci pour vos recherches
      Je ne descends pas des CORMIER mais une amie chère qui ne pratiquait pas l’informatique, hélas partie !
      J’avais écrit sur mon étude CORMIER :

      Jean Cormier x1604 Marguerite Clavreuil
      Certains auteurs le donnent fils René Cormier et Marie Veillon, donc il serait ce Jean Cormier Sr de la Hée, ce qui semble douteux.
      Les Cormier sont si nombreux dans le Craonnais, qu’il semble curieux qu’un seul Jean soit l’auteur de tant de Cormier et soit descendu socialement aussi vite sur une génération. S’il est vraiement frère de Claude, on peut s’étonner de voir Claude bailler la Douve à Pierre Garande et non à son frère.
      Pour assurer la filiation de ce Jean, époux de Marguerite Clavreuil, il reste à : trouver sa signature et la comparer à celle du Sr de la Hée, qui est le fils de René et Marie Veillon
      et les parrains et marraines de ses enfants
      et savoir s’il porte le titre de Sr de la Hée que portait le frère de Claude

      Et grâce à vos travaux et votre intervention ci-dessus, mes doutes sont confortés.
      Je vais me permettre de mettre dans mon fichier, en vous citant bien entendu, vos réflexions pertinentes, tout en supprimant tout lien de l’épouse Bodinier, comme n’étant pas vérifiable et douteux.
      Encore mermci pour la vérité.
      Bien à vous
      Odile HALBERT
      PS le fichier mis à jour ne paraîtra pas ce matin, car je suis comme un rat dans le noir faute de stores et pour cause de travaux, je n’aurai mes stores qu’en septembre au mieux, ainsi va la France et ses congés l’été.

    2. Rebonjour à tous
      Je viens de mettre sur mon site l’étude CORMIER mise à jour grâce aux observations de Jean Roger et de Marie Laure Chauvin, qui confortaient mes doutes.
      J’ai cru bon de mettre en rouge et en gras des annotations sur l’histoire de cette étude. En effet depuis des décennies, ce patronyme dont je ne descends pas, mais pour lequel j’avais trouvé des actes notariés importants, a subi de profondes remises en question et infirmations de généalogies publiées.
      Je suis heureuse de savoir que d’autres comme ceux que je viens de citer travaillent à améliorer certains travaux. Les vrais chercheurs sont rares dans ce fourmillement de copieurs, mais leur rareté les rend d’autant plus estimables.
      Qu’ils en soit ici remerciés.
      Bien à vous
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *