Lettre ouverte à Madame Agnès Buzyn, ministre de la santé. Objet : la merveilleuse et inoubliable assistante médicale en 1963 à Cologne (Allemagne). Die drei Nächste Bitte !

Je ne suis pas sur les réseaux sociaux et impossible de vous joindre autrement, alors j’utilise mon blog.

Bonjour Madame la Ministre
Je suis allée travailler en Allemagne en 1963.
Malade, mes amis me donnent l’adresse de leur médecin.
Arrivée au rendez-vous rapide, on me dirige vers la salle d’attente, non sans me donner un numéro d’ordre, ce qui me déconcerte déjà.
Et là, stupeur !
Pour un seul médecin généraliste, une grande salle d’attente de forme rectangulaire, qui contient bien 25 personnes. Nous sommes 18, tous calmes.
Peu après un haut-parleur diffuse « Die drei Nächste Bitte ! » (les 3 suivants s’il vous plaît)
Interloquée, je me demande même si j’ai bien entendu et si je suis bien réveillée. Pourtant à l’angle, au dessus de la porte d’entrée de la salle d’attente, un écran écrit clignote « 3 Nächste » suivi de numéros.
Et 3 personnes se lèvent calmement et sortent !
Je demeure totalement ahurie. Je me demande même si on passe 3 par 3 !
Où suis-je ?
Un quart d’heure plus tard, à nouveau le haut-parleur et l’écran : « Die drei Nâcheste Bitte ! »
Mon numéro arrivé, je me lève avec les autres.
Nous sommes pris en charge par une assistante médicale, qui fait la paperasserie et nous dirige vers 3 petites salles d’examen, chacun dans l’une.
Chaque salle est bien plus grande que ces cabines de déshabillage que nous connaissons en France pour la radio, et mesure environ 7 à 9 m2.
Un lutrin, sur lequel elle pose le dossier du patient. Du matériel d’auscultation. Des patères pour se déshabiller, ce qu’elle nous demande de faire jusqu’à torse nu. Une chaise.
Tout en patientant sur la chaise, j’observe qu’outre la porte d’entrée du patient, il existe 2 portes latérales.
Et je vais vite découvrir à quoi elles servent.
Le médecin entre par l’une et sortira par l’autre, franchissant ainsi rapidement successivement 3 patients.
J’en sors avec des prescriptions d’analyses et examens complémentaires, et je suis convoquée quelques jours après.
Là, tout est alors devenu individuel, et mon tour venu, je suis reçue dans le bureau du médecin, qui explique les résultats d’analyse, explique ce qu’il va prescrire etc… En peu de minutes, tout est clair.
Puis, je passe par l’assistante qui s’occupera des paperasseries administratives etc…

Jamais je n’ai rencontré en France une telle orgnisation du travail et une telle efficacité au niveau du médecin généraliste. Et d’ailleurs, jamais un aussi bon médecin généraliste !

Pire, l’informatique arrivée, j’ai rarement vu des médecins à 10 doigts sur le clavier, et toujours leurs yeux sur l’écran (et le clavier) pas sur moi, alors que j’ai toujours droit seulement à voir l’arrière de l’écran.

Je suis :
pour l’assistante médicale
pour la télémedecine
pour le robot médical, écran devant le patient, A CONDITION QUE CE NE SOIT PAS GOOGLE ET LES AUTRES INTERNET

S’il vous plaît, madame la ministre, laissez-moi accès à ces nouveautés, je les attends avec impatience, je suis preneuse immédiatement.
Recevez Madame la Ministre mes respectueuses saluations
Odile HALBERT, 80 ans, mordue d’informatique depuis 1983 mais bourrée de misères physiques
Bâtiment les Acacias
19 rue du Genetay
44230 Saint-Sébastien-sur-Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *