L’extraordinaire parrainage de Jeanne Thérèse de Vieux, fille du seigneur du Pin Sauvage : Clisson 1709

J’ai lu et dépouillé tant de baptêmes que je croyais avoir tout vu.
Il n’en est rien.
Car, retranscrivant ce qui reste des registres paroissiaux de la paroisse de la Madeleine du Temple de Clisson, je suis restée totalement interdite devant l’extraordinaire parrainage qui suit :

Les parents sont les seigneurs du Pin Sauvage, que vous retrouverez sur mon site sur l’ouvrage de Paul de Berthou « Clisson et ses Monuments ».

En 1709, date qui concerne ce parrainage de leur fille Jeanne Thérèse, Jean Firmin de Vieux est en fait seigneur du Pin par son mariage avec Marguerite Thérèse Prevost qui lui apporte le Pin.

Les seigneurs du Pin entretiennent un lien tout particulier avec l’église de la paroisse de la Madeleine du Temple, et ce depuis des générations. Leur terre est voisine et très proche, et cette église leur tient lieu de paroisse.

La paroisse est minuscule. Je n’ai pas de qualificatif plus précis, pour vous décrire ce tout petit registre qui ne contient que quelques actes par an, et le cadastre napoléonien de Clisson, donne ce petit faubourg avec la rue de la Madeleine, et quelques maisons seulement. L’actuelle route de Cugand n’existe pas encore, mais la petite voie en bas, qui même à Cugand toute proche, est si empruntée que le peu d’actes célébrés à la Madeleine du Temple sont parsemés de paroissiens de Cugand, non seulement les mariages, mais aussi les baptêmes et même une sépulture. Bref, cette petite paroisse de la Madeleine du Temple est surprenante.

Mais dans ce peu d’actes, j’ai lu et je vous ai retranscrit quelques merveilles.
Voyez plutôt cet extraordinaire parrainage.

Clisson, la Madeleine du Temple, le 6 octobre 1709 « baptisé Janne Thèrèse fille de hault et puissant seigneur Jean Firmin de Vieux chevalier seigneur du Pin et haulte et puissante dame Marguerite Thérèse Prevost, parrain Michel Mabit marraine Janne Esmereau les deux qui se sont trouvés à la porte du château du Pin »

 

Oui, vous avez bien lu, car je vous l’ai surligné en rose. On a pris les passants pour parrainer l’enfant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *