Sécheresse l’été 1690, plus d’eau dans les étangs

Autrefois le poisson d’eau douce comptait beaucoup dans l’alimentation, notamment pour le carême, période durant laquelle la viande était interdite.
Ici, nous avons le procès verbal d’une sécheresse en 1676, ayant entraînée l’asséchement de l’étang de la Touche et la mort des poissons.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales de la Mayenne, série 3E1/484 – Voici la retranscription de l’acte : Le 29 août 1676 après midy, par devant nous Etienne Le Barbier notaire immatriculé à Craon y demeurant ont comparu en leurs personnes chacun d’honorable homme François Hervé marchand hôté, Daniel Malheur marchand demeurant audit Craon et Claude Mauxion marchand fermier demeurant au petit fauxbourg Château-Gontier dudit Craon, le tout en la paroisse de Saint-Clément,
lesquels en conséquence du renvoi fait devant nous pour faire leur rapport de l’estat de l’estang de la Touche dépendant de cette baronnie sur la requeste présentée à monsieur le juge des eaux audit Craon le 28 de ce mois par Louis Gaignard sous fermier dudit estang aux fins de faire faire procès verbal de montrée d’iceluy,
lesquels séparément enquis de dire vérité et de faire leur rapport de l’état dudit estang ce qu’elles ont promis faire
ont concordément dit et rapporté après avoir vu et visité ledit estang qu’il est tout à sec, gasté et ouvert environ d’un pied en fond et qu’il n’y a pas dans le ruisseau dudit estang proche la bonde plus de trois à quatre pipes d’eau qui est verte et tournée, et leur avoir apparu que tout le peuple de carpe qui y avait esté mis est mort sur l’eau et n’avait vu autres poissons que quelque peu d’anguille dont partie est morte et l’autre sur la vase et avons vu dans le ruisseau un peu au-dessus de ladite bonde queque peu de peuple de carpe qui restait pas encore mort mais qui n’en vault pas mieux et ce qu’il ne pourra pas estre un jour vivant et que le tout est arrivé à cause de la grande sécheresse arrivée en l’année présente et leur avait apparu qu’il n’ay a aucune fuite d’eau pour remplir ledit estang depuis trois mois ou environ
et pour la perte et dommage du peuple qui a esté mis dans ledit estang, chenille et brochet, six gardons et tanches que pour peuple qu’il conviendra pour remplir ledit estang lorsqu’il y aura de l’eau, il appartient la somme de 400 livres et ne le vouloir faire à moins, (c’est une perte considérable !)
lecture à eux faite de leur rapport cy-dessus ont dit contenir vérité, n’y vouloir augmenter ni diminuer y ont persisté ledit Hervé signé, lesdits Mauxion et Malher déclarent ne scavoir signer de ce enquis et sommé de ce faire suivant l’ordonnance
fait et passé audit Craon en notre estude en présence de vénérable et discret Me Mathurin Houdemon prêtre demeurant au lieu de Rimechard et honneste homme René Allard marchand demeurant au village de St Eutrope le tout en ladite paroisse Saint Clément témoins à ce requis et appelés
Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

4 réponses sur “Sécheresse l’été 1690, plus d’eau dans les étangs

  1. [Je crois me souvenir que dans le livre sur Lonlay le Tesson , il était fait mention d’un régisseur qui s’occupait fort bien des étangs et des poissons dont il avait la charge .Les monastères avaient toujours des étangs pour élever des poissons pour en manger le vendredi et durant le Carême. La viande de baleine avait le même role ( bien sur de nos jours nous savons que les baleines ne sont pas des poissons…)]
    Cette page est très instructive et fort bien illustrée , grand merci.S’il vous plait , comment dois je procéder pour trouver ce livre sur Lonlay le Tesson sur votre site ?,Merci .
    Note d’Odile : voyez ma page http://www.odile-halbert.com/Metier/poisson.htm et j’avais déjà fait un arcticle sur le poisson et le carême sur ce blog.
    Lonlay-le-Tesson est sur ma page de Normandie http://www.odile-halbert.com/Paroisse/normand/Famille.htm. et merci de ne faire qu’un commentaire par jour en y réfléchissant longuement avant de l’éditer

  2. L’hiver et la neige perturbent nos vies modernes.
    On veut trouver des responsables.. !
    Retour vers le passé :
    Dicton du Bas Maine:
    Année de gelée
    Année de blé

    Année neigeuse
    Année fructueuse

    En ce qui concerne l’arrivée de l’hiver ,c’est bien en Novembre :

    Si l’hiver suit droit son chemin,
    Il arrive à la Saint- Martin(11 novembre)

    Si l’hiver vient doucement,
    Il est là à la Saint- Clement(23 novembre)

    Si l’hiver n’est pas pressé ,
    Il ne vient qu’à la Saint- André (30novembre)

    Source « Le Bas-Maine » Etude Géographique -René Musset 1917

      Note d’Odile :
      Merci pour ce retour vers le passé, car je sature moi aussi des plaintes qu’on nous déballe, et des coupables qu’on veut trouver. Et je pense aussi que nos vies modernes et la bougeote mondiale permanente ne savent plus s’accomoder de la nature.
      Nos ancêtres maniaient la pelle et prenaient leurs sabots remplis de paille, sans se plaindre !
  3. D’autres travaillent dehors (comme la plupart des gens d’antan) et ne s’en plaignent pas pour autant…

      Note d’Odile :
      Oh que oui et j’ai personnellement un filleul charpentier sur les toîts, toujours dehors. Aussi je pense à tous ceux qui sont toujours dehors très souvent car ils me sont proches par le coeur !
      J’ai été très écoeurée par l’avalanche de plaintes qu’on nous a exhibées ! et par contre par le calme des chauffeurs routiers condamnés à laisser passer les voitures, pas toujours pour des raisons plus urgentes qu’eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *