Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714

1691 : juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre

Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

  • Le 2 juillet (1691) Mr Goujon avocat fils du feu Sr Goujon marchand droguiste en cette ville et de la dame Laporte, épousa la fille des défunts Sr Coustard du Brossé et de la dame Yvert.
  • Le 3 (juillet 1691) Mr de la Chevalerie Hunault gentilhomme épousa la fille de Mr de Gastines Poisson bourgeois et de la défunte Delle Lefebvre de Chamboureau.
  • Le 8 (juillet 1691) Mr Hunault, docteur en médevine, fils de feu Mr Hunault aussi docteur en médecine et de la Delle Jurois, épousa la fille des défunts Sr Avril et de la dame Beauregard.
  • Le 16 (juillet 1691) le fils de Mr Daigremont garde-marteau des eaux et forests d’Anjou et de la Delle Alaneau épousa la fille du Sr Brichet cy-devant président au grenier à sel de St Fleurant et de la Delle Rose Poulard.
  • Le 7 (juillet 1691) Mr Eveillon fils du feu Sr Eveillon marchand ferron en cette ville et de la dame Crespy se fit installer dans la charge de maître des eaux et forêts cy-devant possédée par Mr de Chevaigné Aubin.
  • Le 28 juillet (1691) mourut mon fils Etienne, âgé de trois ans moins quelques jours. Il m’était extrêmement cher ; il avait une mémoire et un jugement fort avancé.
  • Le 30 juillet (1691) messieurs Gontard et Cordelet plaidèrent leur première cause.
  • Le 8 août (1691) monsieur de la Vau Landevy mourut âgé de 80 ans. Il avait été avocat au conseil.
  • Le 13 (août 1691) l’on monta les six grandes colonnes de marbre du grand autel de l’église des Cordeliers.
  • Le 18 (août 1691) le fils de feu Mr Bernard du Roncerai président en l’élection et grenier à sel de cette ville et de la défunte dame Bouteiller de la Pinardière, se fit installer dans la charge de chevalier d’honneur au siège présidial de cette ville, de nouvelle création. (Note de Marc Saché : Cet office nouveau de conseiller chevalier d’honneur, vrai miroir où se prenait une fois plus de plus la vanité humaine, pour le profit de la fiscalité royale toujours en quête de ressources extraordinaires, conférait au titulaire dans chaque présidial, aux termes de l’édit de mars 1691, le privilège héréditaire de siéger, l’épée au côté, immédiatement après les lieutenants généraux et les présidents et avant les conseillers. Comme eux il avait voix délibérative. Daté d’août 1691, le brevet délivré à Jacques-François Bernard, bien qu’il lui manquât deux ans et sept mois pour avoir l’âge requis, rappelle que François-René, marquis du Bellay, avait été pourvu de cette charge nouvelle, mais « ne désirant s’y faire recevoir », l’avait résignée en sa faveur. Elle fut supprimée d’ailleurs au bout de quelques années et n’eut qu’un autre titulaire, Mathieu Renou de la Féauté, installé le 16 février 1699. Outre certains privilèges et exemptions d’impôts elle assurait 400 livres de gages au dignitaire. Jacques-François Bernard, baptisé le 8 mars 1669 à Saint-Michel-du-Tertre, était fils de Jacques B., écuyer, président au siège de l’élection et grenier à sel d’Angers, décédé le 15 janvier 1689, et de Marie Boutilier de la Pinardière. Il épousa, le 31 mai 1683, Françoise Poisson, fille de n. h. Pierre Poisson, sieur de Gastines, conseiller secrétaire du roi, et d’Elisabeth Lefebvre de Chamboureau. Il mourut en la paroisse Saint-Maurille le 10 octobre 1705 et fut, comme son père, inhumé dans l’église des Cordeliers (Voir Arch. Dép. E 1652 ; Bibl. Mun. man 1215, bis anc 1005 f°101-104 ; état civil de Saint Michel du Tertre et de Saint Maurille ; Bernard de la Frégeolière, Généalogie de la maison de Bernard, Angers, 1888, pp. 204, 206-207)
  • Le 20 (août 1691) mourut Mr Decorce avocat. Il avait épousé défunte Delle Gault duquel mariage il n’y a point eu d’enfant.
  • Le 27 (août 1691) le Sr de la Houssaye Binet épousa la fille du Sr de la Martinière Viel.
  • Dans ce même temps, le Sr de Forges Gueniveau veuf en premières noces de la défunte Delle Valtère, et en secondes de la défunte Delle de la Hurtaudière Chauvin, desquels mariages il n’y a point eu d’enfant, épousa Melle de la Roche Goizeau.
  • Le 3 septembre (1691) mourut le Sr Chaudet Me apothicaire. Il avait beaucoup de science et de mérite. Il avait été échevin de ville, consul des marchands et capitaine de ville. (Note de Marc Saché : C’est sans doute, bien que Toisonnier ne précise pas, celui qui, au dire du P. Maurille de Saint-Michel dans sa Physiologie Sacrée, possédait un remarquable cabinet d’histoire naturelle (Voir C. Port, t1 p. 647)
  • Le 14 (septembre 1691) mourut la dame Dousseau ; elle fut enterrée le lendemain en l’église des P. Carmes.
  • Dans ce même temps, mourut monsieur Girault de Souvigné. Il avait été longtemps procureur du Roy au siège de la prévôté de cette ville.
  • Le 24 (septembre 1691) sur les deux heures après midy, trois maisons joignant les arches des grands ponts de cette ville, y allant du côté droit de la porte St Michel, tombèrent dans l’eau. Le nommé Gallière marchand poislier, sa femme étant grosse et trois enfants, y périrent. La femme s’appelait Marie Trouillet proche parente de Mrs Trouillet. (Note de Marc Saché : L’acte de sépulture de l’état civil de la paroisse de la Trinité porte : « Mathurin Gallière, marchand, tué par un soliveau le jour d’hier, 24 septembre, dans la ruine totale de sa maison, qui est tombée dans la rivière, dans laquelle sa femme et deux de ses enfants ont esté ensevelis. » A la suite de la chûte des deux maisons bâties sur les grands ponts, le conseil de ville décida « qu’il ne sera basty à l’avenir aucunes maisons sur lesdits points pour quelque prétexte et cause que ce soit » 18 octobre 1691 (BB 99, f°48)
  • Dans ce même temps, mourut la femme du feu Sr Chartier. Il était messager de cette ville à la Flèche.
  • Le 28 (septembre 1691) mourut monsieur de Chanzé Gaultier, conseiller honoraire au siège présidial de cette ville et échevin perpétuel de l’hôtel de ville, âgé de 69 ans. Il avait beaucoup de science et de mérite. Mr Boylesve de Goismard aussy conseiller audit siège a épousé une de ses filles, laquelle est morte depuis quelque temps et a laissé une fille.
  • Dans ce même temps, mourut à la campagne la femme de Mr des Touches Maunoir conseiller à la prévôté. Elle a laissé deux enfants ; elle s’appelait Beaugrand.
  • Dans ce même temps, les cent cinquante gentilshommes de la province de Berry partirent pour s’en aller dans leur pays, après trois mois de séjour de garnison.
  • Le 27 (septembre 1691) mourut madame Teullin de Monfrou ; elle avait été mariée deux fois, en première noces avec Mr de Gentien duquel mariage est issu Mr Gentien marié avec la fille du feu Mr Artaud maîtré des Comptes à Nantes, et de la dame Aveline, et du second deux filles, l’une mariée avec feu Mr de Maillé de la Tourlandry Comte de St Jean, et laquelle est aussi morte depuis quelque temps, et l’autre avec Mr de la Jaillière Lebel. Elle s’appelait Charlotte Martin des Loges.
  • Le 8 octobre (1691) le fils du Sr Daigrement cy-devant marchand de soie et de la dédunte dame … épousa Melle Lenfantin.
  • Le même jour (8 octobre 1691) le Sr Hameau Sr du Haut-Plessis mourut âgé de 70 ans.
  • Le même jour (8 octobre 1691) mourut le Sr Pillegauld de la Besneraye. Il avait épousé en premières noces la fille de feu Mr Fuyer avocat et en secondes la fille de Mr Ferrand docteur en médecine, duquel mariage il y a des enfants.
  • Le 10 (octobre 1691) mourut Mr de Gastines Poisson. Il avait épousé feue mademoiselle Lefebvre de Chamboureau. Une fille a épousé depuis peu Mr Hunault de la Chevalerie gentilhomme.
  • Le 17 (octobre 1691) mourut monsieur Jean Jouin avocat au siège présidial de cette ville. Il plaidait d’une voix fort enrouée.
  • Le 15 (octobre 1691) mourut monsieur Trouillet prêtre conseiller honoraire au siège présidial. Il a laissé plusieurs enfants de la feue dame Héart ; monsieur Trouillet lieutenant particulier audit siège, une fille mariée avec Mr de Meliand Boucault conseiller, feu Mr de l’Échasserie Trouillet marié avec la Delle Briand duquel mariage il y aune fille, ladite Briand remariée avec Mr de l’Épinay Lemarié, conseiller audit siège, une autre fille veuve de feu Mr de Pecherat conseiller audit siège, remariée avec Mr de la Sablonnière Chotard conseiller audit siège, une autre fille mariée avec Mr Grimaudet, Mr Trouillet prêtre et Mr Trouillet prêtre de l’Oratoire.
  • Le 29 (octobre 1691) le fils du feu sieur Daburon marchand épousa la fille du Sr Marchand cy-devant messager de cette ville à Paris.
  • Dans ce même temps mourut madame Chantelou veuve de Mr Chantelou de Portebize procureur du Roy en l’élection de cette ville ;
  • Le 5 (novembre 1691) Mr Raimbauld avocat fils du Sr Raimbauld Me apothicaire et de la défunte Martin épousa la fille du Sr Thibaudeau, chirurgien à Thouarcé, et de la dame Verdon.
  • Le 12 (novembre 1691) madame Chauvel de la Boulaie, veuve de feu monsieur Chauvel de la Boulaye, procureur du Roy au siège présidial de cette ville. Elle a eu trois garçons et cinq filles savoir, Mr de la Boulaie Chauvel l’aîné, conseiller aux requestes du parlement de Bretagne, qui a épousé mademoiselle de Crespy ; le second mort capitaine de cavalerie à Gyroune, et le troisième religieux chartreux. Le première fille mariée avec Mr de Crespy de la Mabilière procureur du Roy au siège présidial ; la seconde a été religieuse au couvent de la Fidélité de cette ville, elle s’est relevée de ses vœux au moyen d’un bref du pape ; la quatrième mariée avec Mr de Sanson de Lorchère et la cinquième mariée avec Mr Eveillard aussy conseiller aux requestes du parlement de Bretagne. Elle s’appelait Grimaudet.
  • Le 17 (novembre 1691) mourut la femme de monsieur de l’Éperonnière Sansonnière ; elle s’appelait du Chiron Davy ; elle s’était mariée le 18 d’octobre 1690, duquel mariage il y a un enfant.
  • Le 20 (novembre 1691) mourut le Sr Davy, huissier ; il a laissé neuf filles ; sa femme s’appelle Coutard.
  • Le 21 (novembre 1691) mourut Melle de la Plante Mauvif, fille, âgée de 57 ans.
  • Dans ce même temps mourut la femme du Sr Hameau du Marais ; elle s’appelait Gremont.
  • Le 2 décembre (1691) le Sr Aubin de la Blanchardière, fils de feu Mr Aubin avocat, épousa la fille du feu Sr de Lizière Margariteau aussy avocat et de Delle Garciau.
  • Le 7 (décembre 1691) mourut la femme du Sr Thibaudeau notaire royal en cette ville ; elle s’appelait Mornac.
  • Le 11 (décembre 1691) monsieur Terrien prêtre, chapelain de St Michel du Tertre. Il avait beaucoup de science et de mérite.
  • Le 18 (décembre 1691) monsieur Gaultier de Landebry fut élu conseiller et échevin perpétuel en la place de feu monsieur de Chanzé son père.
  • Le même jour arriva en cette ville Jacques Stuart, second du nom, Roy d’Angleterre. Il coucha à l’hôtel de ville. Il entendi le lendemain la messe en l’église des prêtres de l’Oratoire et partie ensuite pour Nantes, et de là à Brest. (Note de Marc Saché : On connaît le soulèvement de l’Irlande catholique contre le nouveau roi d’Angleterre, Guillaume III, en faveur de Jacques II, la descente de ce dernier dans l’île, sa défaite à la Boyne, le 11 juillet 1690, et la capitulation de sa dernière place de Limerick, en octobre 1691. Elle avait été suivie de l’exode de nombreux Irlandais. A son passage à Angers Jacques II ne resta qu’une nuit à l’hôtel de ville et repartit le lendemain en chaise de poste pour Nantes et Brest. Le roi fit connaître à la compagnie « qu’après le prise de Limeril, il aurait fait passer beaucoup de ses troupes et de ses sujets en France (24 à 25 000 tant hommes que femmes) qui étaient nouvellement débarqués à Brest. S.M. voulant en former des corps complets pour les attacher au service de la France, avait jugé à propos d’aller au lieu du débarquement pour y donner ses ordres nécessaire et faire connaître à ses sujets en arrivant dans un royaume qui leur est étranger, que S. M. avait toujours conservé pour eux sa même affection et qu’ils n’avaient point changé de maître. » (Arch.mun. BB 99 f°119)
  • Le premier janvier (1692) le fils de Mr de Grée Poulain conseiller honoraire au siège présidial et de la dame Denyau épousa la fille du Sr Nicolon de Chanzé bourgeois et de la défunte Delle Croizet ?
  • Le 22 décembre 1691 monsieur de Grée Poulain se fit installer en la charge de conseiller au siège présidial possédée par Mr de Grée Poulain son père.
  • Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet (blog, forum ou site, car alors vous supprimez des clics sur mon travail en faisant cliquer sur l’autre support, et pour être référencé sur Internet il faut des clics sur ma création) seul le lien ci-dessous est autorisé car il ne courcircuite pas mes clics.

    Une réponse sur “Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714

    1. Report des commentaires parus sur mon ancien blog :
      Marie, le 20 mai : Paroisse de La Trinité.25 septembre,sépulture de Mathurin Gallière, marchand poelier, tué par un soliveau le jour d’hier, dans la ruine totale de sa maison, qui est tombée dans la rivière, dans laquelle sa femme et deux de ses enfants ont ésté ensevelis,sans avoir esté trouvés jusqu’à présent. ; Ils sont enterrés le 27. (Supplément à la série E .Arrondissement et ville d’Angers )

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *