Jean Gault, marchand à Chatelais, sauve le bail à ferme du prieuré : Orléans (49) et Chatelais (49) 1557

En fait la ferme du prieuré n’est pas d’un montant très élevé, donc le prieur ne possédait sans doute qu’une closerie ou même moins.

Mais la ferme est impayée du précédent bail, fait à Julien Lemanceau, et le prieur, qui demeure à Orléans, entend s’en faire payer. Jean Gault prend dont la relève, et on lui cède la fin du bail et surtout la charge des poursuites à ses risques et périls.

Quand on sait que Chatelais n’est pas immense, et que Gault tout comme Lemanceau vivent à Chatelais : bonjour l’ambiance !!! Remarquez de nous jours encore, il arrive qu’on soit en procès avec ses voisins ! Là dessus encore, rien de neuf sous le soleil, et je crois qu’une majorité de mes articles pourraient porter ce titre de « rien de neuf sous le soleil » mais je préfère les titres plus parlants et je suis certaine qu’ils sont plus utiles à tous !

Comme vous le savez sans doute, j’ai beaucoup étudié les GAULT, d’autres aussi, et ceux de Chatelais semblent en rapport avec ceux de Craon.

Vous avez remarqué que désormais mes liens sont soulignés et lorsque vous passez dessus ils s’allument (enfin ils clignogent un peu) et vous montrent leur activité de lien.

Vous verrez aussi dans le texte qui suit que Jean Gault a manifestement passé en 1555 un acte chez Mesnager notaire à Orléans. Je rêve d’avoir cet acte, malheureusement je ne peux plus me déplacer, et si l’un (e) d’entre vous sait comment y parvenir, merci infiniement d’avance de me l’envoyer.

Qui a dit qu’autrefois on ne bougeait pas !

Ma photo date, et même de l’avant photo numérique. A l’époque on entrait réellement en voiture par cette porte, c’était très impressionnant. Je vais de ce pas voir si Google l’a photographiée. Et la vue est identique, si ce n’est que derrière la porte on voit désormais une maison et des arbres, mais la porte elle-même n’a pas changé.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E2
Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 21 novembre 1557 (Marc Toublanc notaire Angers) Sachent tous présents et avenir que ce jourd’huy a esté convenu et accordé entre Me Claude Clouzier demeurant à Orléans, au nom et comme procureur et soy faisant fort de Me Jehan Clousier chanoine de ste Croix d’Orléans, prieur du prieuré de St Pierre de Chastelays en ce pays d’Anjou d’une part, et Jehan Gault marchand demeurant audit lieu de Chastelais d’autre, par lequel accord ledit Me Claude Clousier audit nom a cédé et transporté audit Gault la ferme dudit prieuré de Chastellays de l’année qui commence à la Toussaint 1555 et qui finira audit jour 1556, laquelle a esté cédée audit Me Jehan Clousier par Me Levasseur par cy davant prieur dudit prieuré de Chastellays à l’envontre de Julien Lemanceau chastelain dudit lieu de Chastelais pour s’en faire par ledit Gault poier par ledit Lemanceau suivant et au désir du marché de ferme baillé par ledit Levasseur audit Lemanceau, à la charge dudit Gault de rabattre audit Lemanceau sur le payement de ladite ferme à la raison de ce qu’il n’a joui des fruits de ladite année, ensemble a ledit Me Claude Clousier cédé tous despens frais et mises dommages et intérests qu’il, audit nom, pourroit demander audit Lemanceau pour raison du procès fait à l’encontre de luy sur le payement de ladite ferme et ce que en dépend, pour par ledit Gault en faire telle poursuite que ledit Me Jehan Clousier en eust peu et pourroit faire et ce au nom dudit Me Jehan Clousier, et par ces présentes ledit Me Claude Clousier audit nom a constitué ledit Gault son procureur pour faire ladite poursuite pour et à son profit comme de sa propre chose, le tout aux despens et périls dudit Gault,

et est faite la présente cession pour le prix et somme de 48 livres tz quelle somme ledit Gault a solvée et payée audit Me Claude Clousier qui l’a eue prinse et receue en présence et au veue de nous et en a quité et quite ledit Gault et par ce que auparavant ces présentes ledit Me Jehan Clousier avoit baillé procuration audit Gault pour poursuivre le payement de ladite ferme ensemble ledit Gault s’oblige rendre ledit bail sain ou payer la somme de 90 livres pour ladite ferme par obligation du 18 décembre 1556 passée soubz la cour royale d’Orléans signée Mesnager, ladite obligation par le moyen de ces présentes demeure nulle et comme telle a esté mise entre les mains de Me François Lefebvre advocat à Angers escripte en papier en forme de minute ; et néanmoins est convenu entre lesdites parties que si ledit Me Jehan Clousier n’a ces présentes agréables dedans le jour et feste de Nouel elles demeureront nulles ; et ce fait par ledit Me Claude Clousier en son privé nom demoure tenu rendre audit Gault ladite somme de 48 livres, et sera rendue ladite obligation audit Clousier ; et sera tenu ledit Me Claude Clousier en son privé nom envoyer ratiffication de ces présentes dudit Me Jehan Clousier en lettres et forme audit Gault comme ledit Me Jehan Clousie n’avoir ces présentes agréables dedans ledit jour de Noel à peine de tous despens dommages et intérests, et ne pourra ledit Gault demander aucune chose pour les despens frais mises et vaccations qu’il a faites à la poursuite du procès à l’encontre dudit Lemanceau ; et de ce que dessus lesdites parties sont demeurées à ung et d’accord, tellement que à ce tout ce que dessus est dit tenir et accomplir lesdites parties s’en sont soubmises et obligées soubzmectent et obigent mesmes ledit Clousier esdits noms etc dont etc foy jugement et par serment soubz la cour royale d’Angers elles leurs hoirs etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait et passé audit Angers maison dudit Lefebvre par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite cour royale d’Angers présents Me Jacques Barbereau et Guillaume Lavocat demeurant audit Angers tesmoings

 

Odile Halbert – Si vous mettez mes travaux sur un autre site, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

 

Françoise Martin, veuve de Louis Girardière, fait les comptes du bail à ferme du prieuré de Sainte Gemmes d’Andigné avec le prieur venu de Paris : 1619

J’ai étudié cette famille Girardière, et voici la preuve absolue et formelle que ce Jean Girardière, dont je vous relatais hier l’assassinat, est mon ancêtre. En effet Françoise Martin, la veuve de Louis Girardière, est-dite belle-soeur de Bonaventure Girardière. Et cette Françoise Martin est mon ancêtre.
Or, plusieurs actes donnent Louis Girardière fils de Jeanne Hoyau.
La filiation est donc maintenant entièrement prouvée.

L’acte qui suit précise non seulement le lien bien démontré avec son beau-frère Bonaventure Girardière, mais il dit que Louis Girardière était marchand fermier d’un prieuré important et il montre que Françoise Martin savait signer, et même qu’elle savait gérer les affaires de son défunt mari, comme je l’ai déjà observé à plusieurs reprises dans les familles de marchands fermiers.
Ces familles avaient des domestiques qui déchargeaient l’épouse des tâches ménagères, et ils considéraient manifestement qu’étant donné la courte vie de l’époque il fallait que la femme, si elle devenait veuve, sache gérer les affaires.

Enfin, j’apprends que Françoise Martin était veuve en premières noces de Laurent Foubert, dont elle a des enfants. Hélas, rien dans les tables de SGA

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 12 octobre 1619 avant midy, devant nous René Serezin notaire royal à Angers furents présents et personnellement establys Me Séraphin Violle sieur d’Aigremont conseiller et aumosnier du roy prieur commendataire du prieuré de st Jame près Segré, demeurant ordinairement à Paris rue et poroisse St Etienne du Mont, de présent en cette ville logé au Cheval Blanc rue st Aubin d’une part, et honneste femme Françoise Martin veufve en premières nopces de deffunt Laurent Foubert et en secondes nopces de Louis Girardière vivant fermier gérant dudit prieuré par baulx du 27 janvier 1607 et 19 mars 1611, tant en son nom que mère et tutrice naturelle des enfants dudit defunt Girardière et d’elle, demeurante en la paroisse dudit ste Jame, d’autre part, lesquels après avoir par entre eulx et par l’advis de leurs conseils tant dudit sieur que du sieur du Plasset Gaultier et des réparations faites sur ledit prieuré et lieux en dépendant et que ledit sieur a alloué à ladite Martin le centième auxdits acquits et 200 livres tz pour les frais du procès fait en cette ville contre les religieux de st Nicolas s’est trouvé que ladite Martin doibt de reste audit sieur de tout le prix en argent desdits baux, revenant à la somme de 11 600 livres la somme de 194 livres 8 sols, quelle somme de 114 livres 8 sols ledit sieur a quité et remis à ladite Martin en considération demeure icelle Martin, ensemble les enfants et héritiers desdits defunts Foubert et Girardière de tout le prix, et les en a ledit sieur quité et quite et encores les quite et décharge de toutes charges, clauses portées et contenus par lesdits baulx et acquets, et a renoncé et renonce à jamais les en inquiéter ne rechercher en aulcune sorte et manière que ce soit encores qu’elles ne soient ni spécifiées ni déclarées, et pour cest effet a renoncé au droit disant générale renonciation non valoir après que ladite Martin a assuré avoir payé et acquiter les

    j’ai un mot incompris

deus aux religieux de ladite abbaye st Nicolas, cens et rentes deues aux seigneurs de fief et décimes ordinaires, qu’elle payera sy fait n’a et en acquitera ledit sieur, à réservation express par luy faite de ses droits dommages et intérests que prétend contre luy ladite Martin esdits noms pour les provings et plants qu’il est tenu faire par les baux es vignes des Foussières et Gesnaudières et du recours de ladite Martin esdits noms contre Pierre Gaultier son sous fermier qu’elle a dit estre tenu de l’en acquiter, et au moyen des présentes ladite Martin a présentement rendu et baillé audit sieur tous et chacuns les acquits et quittances portés et spécifiés par ledit compte du 17 août dernier avec plusieurs autres lettres et mandements et missives qu’elle avoir de lui et autres précédents prieurs, comme le tout compté et compris audit compte, et pour acquit général que ledit sieur a eues prises et receues et d’icelles se tient contant, sauf à luy à compter avec ledit sieur des Plasses du contenu en ses acquits, et au surplus tout procès et différend d’entre les parties demeurent nuls et assoupis, sans despens, dommages et intérests de part et d’autre, sauf et sans préjudice de l’instance passée aux requestes du palais à Paris sur la sommation faire par ladite Martin audit sieur de la demande du prétendu rabais que luy fait ledit Gaultier, à quoy ces présentes ne pourront en rien nuire ne préjudicier, sauf audit sieur ses défenses au prétendu rabais ainsi qu’il verra estre à faire, et à laquelle Martin ledit sieur a consenty délivrance et main levée de ses meubles fruits et bestiaux exécutés, et la descharge des gardiataires des frais desquels elle demeure tenu l’acquiter ; ce qui a été respectivement stipulé et accepté par lesdites parties ; auquel accord quittance et ce que dessus tenir etc et aulx dommages etc obligent lesdites parties respectivement etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait et passé en ladite hostelerie du Cheval Blancq présents Me Simon Jonnet bourgeois de Paris y demeurant rue des Noiers paroisse st Séverin, Me Bonadventure Girardière demeurant audit ste Jame beau frère de ladite Martin,

Jehan Terrière sieur du Chesne et Jacques Rigault lesné marchand demeurant en la paroisse de Genay tesmoings

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

Prolongation du bail à ferme du prieuré de Châtelais à Jean Gault, 1559

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E2 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 21 décembre 1559 en la cour royale d’Angers endroit par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite cour personnellement estably honorable et discret Me Claude Closier prêtre demeurant en la ville d’Orléans paroisse de Saint Pierre, au nom et comme procureur o pouvoir spécial quant à ce de maistre Jehan Chignard escollier estudiant en l’université de Paris prieur commandataire de Saint Pierre de Chastelais diocèse d’Angers membre dépendant de l’abbaye saint Aubin dudit Angers ordre Saint Benoist comme il nous a présentemetn fait aparoir par procuration en forme passée soubz la cour du chastelet à Paris par chacun de Jehan Cirue et Adrian Chappelain notaires du roy notre sire au chastelet de Paris dabtée du mercredi 29 novembre 1559 signée Crouee et Chapelain, copie de laquelle est demeurée ès mains de Jehan Gault pour le soustenement de ces présentes d’une part, et ledit Jehan Gault demeurant audit Chastelais d’aultre part, soubzmectans lesdiets parties respectivement et ledit Closier audit nom les biens de sadite procuration et ledit Jehan Gault luy ses hoirs etc, confessent avoir fait et font l’accord et marché touchant la continuation de ferme dudit prieuré de Chastelais tel et en la forme et manière qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Clousier audit nom a continué et continue audit Gault acceptant le marché de ferme dudit prieuré de Chastelais tel que ledit Closier le bailla audit Gault le 16 novembre 1558 par devant nous notaire et à pareilles charges qu’elles sont contenues par ledit marché et aultre précédent marché mentionné par iceluy recours auxdits marchés pour le reste du temps et années contenues audit bail cy dessus dudit mois de novembre 1551 (sic, qui doit donc être le premier bail) et ladite baillée prinse et acceptation de ferme faite pour en paier et bailler comme dit est par ledit Gault preneur audit Closier bailleur audit nom par chacune desdites années pendant ledit temps ladite somme de 85 livres tournois aux termes et lieux tels qu’ils sont contenus par ledit bail à ferme de l’an 1558 au contenu et désir d’iceluy comme dit est, et a ledit Gault par ces mesmes présentes paier et bailler audit Closier qui a eu et receu pour et au nom et comme procureur la somme de 85 livres tournois en espèces d’or et monnoye au prix et poids de l’ordonnance royale pour payement d’une année de ladite ferme qui finira au 1er juillet prochainement venant de laquelle somme de 85 livres tournois ledit Closier audit nom s’est tenu et tient à contant et en quite et promet en acquiter et rendre quite et indempne ledit Gault envers et contre tous à peine de tous intéresets en cas de deffault ces présentes néanmoins demeurant etc tellement que audites choses dessus dites et à tout ce que dessus est dit tenir etc et à garantir lesdites choses baillées audit tiltre par ledit Closier audit nom audit Gault et le défendre etc et s’entre garantissent lesdites parties sur ce de toutes pertes et intérests et ledit Gault poier lesdites sommes et faire et accomplir les autres charges ainsi que dit est obligent lesdites parties respectivement savoir est ledit Closier estably esdits noms les biens et choses de sadite procuration et ledit Gault quant aux poyements ses biens luy ses hoirs etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc ce fut fait et passé audit Angers présents à ce honneste homme Me Guillaume Ligner licencié ès loix Jehan Benasboe et François Thomas tous demeurans audit Angers tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

Aveux de prieurs de Champigné à la seigneurie de la Fessardière en Cherré, 1666

le dernier prieur de ce passage a oublié de faire la foi et hommage simple, et vous allez voir qu’on ne plaisante pas avec ces manquements au droit féodal.
Mais je vous suggère de lire les dernières lignes qui sont tout bonnement adorables, car le procureur de la seigneurie dépose des copies des précédents aveux tout bonnement à l’enfant de monsieur du Latay !!! Je suppose que l’enfant n’était pas si petit et en âge de comprendre ce qu’on attendait de lui, mais en tous cas c’est bien ce qui est écrit, et comme je sais que parmis vous il y a des descendants, j’attends bien qu’on discute ici de l’âge de cet enfant.

Et pour les amateurs de vin, il y avait de la vigne à Champigné !

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série H255– Voici sa retranscription qui m’a été demandée (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

6 septembre 1666
Extrait dun autre pappier de la seigneurie de la Fessardiere – cotté A folio 274
Noble et discret Jean Tillon prieur commendantaire de Champigné a aujourdhui en jugement fait et juré la Foy et homaige simple à Monsieur de la terre fief et seigneurie de céans par raison de sa terre fief et seigneurie de la Fessardiere a cause de vostre fief d’Antenaise touchant nos fiefs de la Coudre, a fait le serment de fidelité en tel cas requis foy et ascoutumé, de laquelle foy et hommage simple fait et juré mondit sieur la visite simple, son droit et l’ancien en toutes choses et sans prejudice de rachapt et autres droits de mondit sieur et a ledit Tillon prieur susdit confessé debvoir a la recette de ladite Fessardiere au terme d’angevine par an la somme de 3 sols tournois de debvoir, donné à l’assise de la Fessardiere par le fief d’Antenaise tenu par nous Rene Deguermon licencié Es loy séneschal le 13 juin 1554 signé Jean Tillon et Doublard

De vous Monseigneur Messire François Bitault seigneur de chize Vaillee rochereau des chastelleneries des herous bois de Maine Lettan et de la cosse fief et seigneurie de la fessardiere, Conseiller du Roy en la cour du parlement à Paris, Je Jacques verdier pretre Religieux prieur du prieuré de Champigné, cognois et confesse estre vostre homme de foy simple au regard de vostre ditte terre fief et seigneurie de la Fessardiere pour raison de mon feage que j’ay au cloux de la Couldre sittué pres le bourg dudit Champigné, et premier des cens et debvoirs qui me sont deubs au jour et feste de nostre damme angevine rendus audit bourg de Champigné le curé de Champigné pour six bregeons de vigne sis audit cloux de la Couldre contenant un quartier ou environ joignant d’un costé et (f°2) aboutant dun bout la vigne de maistre Ancelme Buscher d’autre costé Le chemin tendant de Champigné à Juvardeil et dautre bout la vigne de la chapelle Sainte Catherine la terre qui fut vigne de la fabricque dudit Champigné ; Item Ledit curé pour un quartier ou environ partye en vigne et l’autre partye en terre labourable un boisé entre deux, neamtmoings le tout en un tenant sittué audit cloux de la Couldre joignant dun costé et abouttant dun bout la terre du grand cloux et la vigne de la chapelle du Crucifix chascun par son endroit dautre costé le clotteau appelé Cassereau qui fut vigne de la Maroutiere et d’autre la vigne du lieu de la Grange et à cause de ce doibt ledit curé par chascun an au jour de l’Angevine trois sol tournois de cens
Maistre Ancelme Buscher pour un quartier de vigne ou environ sis audit cloux joignant d’un costé La vigne des herittiers Bonneau et la vigne du Lion d’Or chascun par son endroit d’autre costé la vigne de la Chapelle de sainte Cattherine aboutté dun bout La vigne dudit Buscher d’autre bout le grand chemin tendant dudit Champigné à Chasteauneuf, et doibt par chascun an audit jour de l’angevine 18 deniers tournois de debvoir, ledict Buscher pour un autre quartier de vigne sis audit cloux joignant dun costé la vigne desdits herittiers Bonneau, et dudit Buscher chascun par son endroit et d’autre costé la vigne de Mathurin Allard et aboutté des deux bouts la vigne dudit Buscher et en doibt chascun an audit prieur 10 deniers tz et de debvoir audit Jour de l’Angevine et (f°3) au cours des vendange 2 jallais et un Jallon de vin de vinage, les herittiers René Maugin pour un quartier de vigne siz audit cloux joignant dun coste la vigne de la fabrique d’autre costé et abouttant dun bout la vigne de Jacques Besnier et dautre bout Le grand chemin tendant de Champigné à Chasteauneuf et en doibvent par chacun an audit prieur 3 sols de cens audit Jour de Langevine
Mre Jacques Marchais et Pierre Gouppil pour un jardin clos à part qui fut vigne contenant 2 boissellees et demye de dardin ou environ qui font un quartier joignant dun costé et aboutant dun bout ledit grand chemin tendant de Champigné à Chateauneuf d’autre costé la vigne du lieu de la Grange et d’autre bout ledit clotteau qui fut vigne de la Marousiere, et en doibvent par chascun an audit jour de l’Angevine audit prieur 14 deniers tournois de cens
Jacques Besnier pour deux planches et deux bregeons de vigne en deux divers endroits dudit cloux de la Couldre le tout contenant un quartier ou environ, les dittes deux planches joignant d’un costé la vigne dudit Buscher d’autre costé la vigne de la cure dudit Champigné abouttant dun bout La terre du grand cloux et d’autre bout la vigne de la Chapelle Sainte Catherine l’autre joignant d’un costé la vigne de la Bobiniere d’autre costé (f°4) la vigne de la cure dudit Champigné, d’un bout la vigne de la Chapelle du Crucufix et d’autre bout La vigne desdits héritiers René Marin, et en doibt par chascun an dudit jour de l’angevine 14 deniers tournois et au temps des vendanges 25 pintes de vin de vinage, ledit ancelme buscher pour un quartier de vigne audit cloux de la Couldre joignant d’un costé La vigne de Mathurin Allard d’autre costé et aboutté d’un bout la vigne d’icelluy Buscher et d’autre bout Le chemin tendant dudit Champigné à Juvardeil, et en doibt par chascun an audit jour de Nostre dame Angevine audit prieur 12 deniers tournois de cens ; Item un quartier de vigne ou environ audit cloux de la Couldre estant du lieu de la Grange dépendant dudit prieur de Champigné joignant d’un costé La vigne de la fabrice d’autre costé Le jardin dudit Gouppil abouttant d’un bout ledit clotteau qui fut vinier de la Maroutière, et d’autre costé ledit chemin tendant de Champigné à Chasteauneuf et me doibt par chascun an audit Jour de nostre dame Angevine 6 deniers tournois de cens

Le chapellain de la Chapelle de sainte Castherine dudit Champigné pour un quartier de vigne en deux divers endroits dudit cloux de la Couldre l’un d’iceulx joignant d’un costé la terre de la fabrice aultrefois en vigne d’autre costé les vignes dudit Ancelme Buscher abouttant dun bout la vigne de la cure et dautre bout la (f°5) terre du grand cloux, l’autre joignant d’un costé la vigne de la Chapelle du crucifix d’autre costé ledit cloteau quy fut vinier de la Maroutiere et aboutté d’un bout la vigne du lieu de la Grange et de la fabrice chascun par son endroit doibt et d’autre bout la terre de la cure, Et m’en doibt par chascun an audit jour 20 deniers tournois de cens, esdites choses tenues de vous j’ay ma justice et juridiction fonciere et dommainière et tout ce quy en despend et peut despendre par la coustume du pais et pour raison desdites choses cy dessus confrontées je vous doibt dt duis tenu rendre et payer par chascun an au bourg dudit Champigné 3 sols tournois de service audit jour et feste de Nostre dame Angevine, et avecq ce pour raison desdite choses tennues de vous à la dite foy et hommage simple je vous doibt et suis tenu et faire pleige gaiges serte et obéissance tel comme homme de foy simple doibt à son seigneur de fief de foy simple et les loyaux taille d’aide quand celles cy adviennent par jugement selon la coustume du pays et vous plaise scavoir mon très cher Seigneur que ce sont les choses que je tiens de vous à ladite foy et hommage simple o les certes redebvances et obeissances que vous en doibt suis tenu faire sellon qu’elles m’en sont peu enquerir (f°5) par baillé diligence offrant à leur cour déclarer plus à plain par montrée ou aultrement deument quand raison donnera o protestation réservée à moy que s’il se trouvoit par adveuz renduz par mon prédecesseur auxdits votres qu’aultres et plus grande choses teneues de vous à la dite foy et hommage simple je ne m’en désadvoue pas encore m’en advoue et que plus grande certes redebvance et obeissance vous en fussent deubs je n’entends en rien à les vous desduire mais les vous veux continuer au temps advenir, cette protestation et offre de serment que je faits et affin qu’il ne soict dit que je vous aye baillée par adveu en tesmoing de quoi Je vous rend et baille ce present escript par adveu signé de ma main, fait signé a ma requeste du sing manuel de Mre Jean Fleurs notaire soubz la cour royal de St Laurent des Mortiers resident audit Champigné, fait sceller du scel Royal de ladite cour ce 13 août 1650

Item je m’advouee de vous subjet en nuepce pour raison d’une piece de terre contenant trois septerees ou environ size près la Maladerie en la paroisse dudit Champigné, ladite piece estant en forme de figure triangulaire, l’un des costés d’icelle joignant la terre (f°7) des Bigoisnes un chemin entre deux, d’autre costé le pré Durant et de la Marre Bruneau un autre Chemin entre deux et de l’autre costé le grand chemin tendant dudit Champigné Angers, pour Raison de quoi je confesse vous en debvoir par chascun an à la recepte de vostre dite seigneurie au jour et terme de Nostre Dame Angevine 2 sols 6 deniers tournois, à laquelle déclaration et au debvoir y contenu je faits arrest et promet payer servir et continuer ledit debvoir, fait Ledit jour en an que dessus, signé J. Fleurs

Extrait de la remembrance des assises du fief et seigneurie de la Fessardiere au feillet 75 est escript ce qui suit
Du lundy 6 septembre 1666
Le procureur de la cour demandeur
Noble et discret Mre Jean Courault prêtre chanoine à l’église d’Angers prieur du prieuré et seigneurie de Champigné et chappelain de la chapelle de Ste Quaterine deffendeur
A Comparu ledit Sieur Courault par Me Georges Lemotheux fondé de pocuration dudit Courault passée par André Chevallier (f°8) nottaire royal résidant audit Champigné en date du 21 aoust dernier, signé Courault Buscher Le Motheux et Chevallier la minute de lacquelle est demeurée a cour, lequel audit nom s’est advoué subjet de la seigneurie de céans et requis communiquation d’une antienne déclaration de ses aulteurs pour faire les obeissances feodales telles qu’il les doibt, dont il nous a requis acte
Le procureur de la cour a dit que ledit sieur Courault comme prieur dudit prieuré dudit Champigné relève de cette seigneurie à foy et hommage simple le temporel en tout ou partiee dudit prieuré demande que faulte qu’il a fait de …

    Merci pour vos lumières car il me manque un terme

la foy et hommage pour raison desdites choses deffault, second luy estoit donné que pour proffit d’iceluy et du précéddant du 10 juillet dernier, il luy soit permis de jouir de ses droits sans avoir esgard à la declaration faitte par ledit Le Motheux en consequence de la dite procuration dudit sieur Courault par laquelle Il ne luy donne aulcun pouvoir de s’advouer vassal mais seullement subject et consequentement informé, sur quoy avons donné deffault, second dudit Courault sans avoir esgard à la déclaration dudit Le Motheux et pour le proffit d’icelluy et du précedent dudit jour 8 juillet dernier, et lecture faitte des présents adveuz rendus par le prédecesseur titullaire dudit prieuré dont le dernier est rendu par frère Jacques Verdier prêtre religieux prieur (f°9) dudit prieuré à cette seigneurie du 13 aoust 1650 avons à faulte que ledit Courault a fait de faire ladite foy et hommage telle qu’il la doibt avons permis audit procureur de la cour de jouir de ses droits et faire saisir le temporel dudit prieuré en ce quy en relève de cette seigneurie et outre condemné fournir sa déclaration des choses censibves mouvantes de cette seigneurie a la prochaine assise, pendant lequel temps il se transportera vers le procureur de la cour pour ses frais et despans, prendre communication des antiennes déclarations des dites choses cencibves de ses prédecesseurs prieurs dudit prieuré et chappellains de ladite chapelle Ste Catherine et outre l’avons condemné payer les arrerages desdits deboirs cencifs iceux servir et continuer, condemné aux despans desdits deffaults continuer, signé Lemotheux et Hamellin

Le lundy 7 septembre 1669
A la requeste de monsieur le procureur fiscal de la terre fief et seigneurie de la Fessardiere lequel pour l’effait des présentes a esleu domicile en la maison seigneuriale dudit lieu sittuée proche le bourg et paroisse de Cherré j’ay coppie à la faction d’hommage rendue a ladite seigneurie estant sur un antier pappier cotté A folio faitte par Me Jean Tillon prieur de (f°10) Champigné Le 13 juin 1554, coppie d’un adveu rendu à la dite seigneurie par deffunt Me Jacques Verdier prêtre vivant prieur dudit Champigné le 30 aoust 1650, et coppie d’un jugement estant sur la remanbrance de ladite seigneurie au folio 75, le tout signifflé et deuement fait assavoir à noble et discret Mre Jean Courault prêtre chanoine de l’église d’Angers et à présent prieur dudit prieuré et l’ay adjourné à comparoir aux assises de ladite seigneurie assignée à tenir en la maison seigneurialle dudit lieu de la Fessardiere au 2 et 16 septembre 1669 pour obéir audit jugement et ce faisant faire la foy et hommage simple bailler par adveu et payer ses services et rachapt bailler par declaration les choses cencibves, payer ses debvoirs avec autres frais et despans, faire autres obeissances féodales telles que leur sont deues et respondre aux autres conclusions du dit procureur et procéder de ce comme de raison fait par moy Jacques Pottier sergent de ladite seigneurie demeurant au bourg de Cherré soussigné, en parlant à l’enfant de monsieur du Latay demeurant au …

    Vos lumières pour le lieu seraient très appréciées

dudit Champigné à qui j’ai baillé et laissé coppie de l’aveu et jugement et exploit cy dessus à la charge de le faire savoir audit sieur prieur, ce qu’il m’a promis faire en présence de Mathurin Crosnier … et René Crosnier marchand … tesmoins requis et appelés

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Mathurin Prezelin prend un bail à moitié à La Ferrière, 1597

et c’est le première bail dans lequel je rencontre du fromage outre le beurre en pot et le coing de beurre frais.
C’est aussi la première fois que je rencontre le besoin de remettre des bêtes sur les lieux, et ce à moitié de frais, et que cette clause prévoir que le preneur ne pourra payer sa part des bêtes.

collection personnelle, reproduction interdite
collection personnelle, reproduction interdite

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E1 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 3 juillet 1597 avant midy, en la cour du roi notre sire à Angers endroit par devant nous François Revers notaire royal de ladite cour personnellement estably vénérable et discret frère Jacques Brossard religieux et secretain du prieuré de Lesvière lez Angers au nom et comme procureur spécial de Me François Patry prieur du prieuré ou chapelle régulière de la Ferrière par procuration passée par devant nous le (blanc) février dernier d’une part
et Mathurin Prezelin mestaier demeurant au lieu et mestairye de Langlecherie paroisse d’Avyré d’autre part
soubzmetant lesdites parties esdits noms respectivement confessent avoir fait et font entre eux le bail à moitié de fruits tel que s’ensuit scavoir est ledit Brosset avoir baillé et baille par ces présentes audit nom audit Prezelin qui a prins et accepté audit tiltre de bail de moitié de fruits et non autrement pour le temps de 3 années et 3 cueillettes entières et consécutives qui commenceront au jour et feste de Toussaint prochainement venant
le lieu et mestairie de la Brishatière dépendant dudit prieuré sis en ladite parroisse de La Ferrière comme ledit lieu se poursuit et comporte avecq ses appartenances et dépendances sans aulcune réservation, les vignes et boys taillis dudit lieu non compris au présent bail
pour desdites choses ainsy baillées comme dit est jouyr et user par ledit preneur bien et deument comme ung non père de famille sans rien desmollyr
sans que ledit preneur puisse coupper ne abaptre par pied branche ne autrement aulcuns boys fructuaux marmentaux ne autrement de sur ledit lieu fors ceux qui ont accoustumé estre couppés et esmondés qu’il pourra coupper en leur âge et saison convenable fors lesdits bois taillis réservés
à la charge dudit preneur de cultiver labourer fumer gresser et ensepmancer par chacune desdites trois années bien et deument et en bonnes saisons les terres labourables dudit lieu en tant qu’il pourra porter et pour ce faire fourniront les partyes de sepmances par moytié
et pour le regard des bestiaux qu’il est besoing de fournir sur ledit lieu et prisage d’iceluy les parties les fourniront pour une moytié, l’effoil et proffit desquels se partagera aussi par moitié et en feront l’assemblage et prisage à la Toussaint prochaine et au cas que ledit preneur ne puisse fournis sa moitié desdits bestiaux ou quoi que soit deux beufs et deux vaches pour le moings en ce cas le présent bail demeurera si bon semble audit bailleur audit nom nul et résollu et ou ledit preneur fournyroit toute sa moityé desdits bestiaux aura seulement la moitié ou profit de ceux qu’il fournira esgalement avecq ledit beilleur audit nom et le quart ou proffit et effoil seulement des bestiaux que ledit bailleur fournira outre sa moitié
à la charge dudit preneur de rendre bailler et livrer à ses despens par chacune desdites trois années audit bailleur audit nom la moitié des fruits profits revenus et esmoluments dudit lieu trois lieues alentour dudit prieuré en telle maison qu’il plaira audit bailleur
tiendra et entretiendra ledit preneur pendant le présent bail et rendra à la fin dudit bail la maison dudit lieu en bonne et suffisante réparation comme elle luy sera baillée par ledit bailleur audit nom
payeront lesdites partyes par chacune desdiets 3 années les charges cens rentes et debvoirs deubs pour raison desdites choses baillées en grains qu’ils préleveront sur le monceau à la mesure par moitié
payera ledit preneur audit bailleur audit nom par chacune desdites trois années 25 livres de beurre net en pot bon loyal et marchand au terme de Toussaint, ung coin de beurre frais beau et honneste avecq ung fromaige au jour et feste ste Magdalaine, 4 chappons au terme de Toussaint et 8 poullets à la Panthecoste au cas que ledit preneur en puisse nourrit et qu’il n’en soyt empesché par l’incursion des gens de guerre
et payera en oultre ung autre coing de beurre frais tel que dessus audit bailleur audit nom au jour et feset de Panthecoste, et une fouasse d’un bouesseau de froment mesure de Segré au jour des Roys par chacun an
nourrira ledit preneur par chacun an trois veaux de lait savoir 2 malles et une femelle
plantera ledit preneur par chacuns ans sur ledit lieu 12 egrasseaux de pommyer et poirier qu’il entera de bonnes matières et les conservera du dommage des bestes
fera ledit preneur par chacune desdites trois années 20 toises de fossé neuf et relevé bien et duement fait et planté d’espines et où le boys des garrannes seroyt bon à abattre et en leurs coupes dans les trois ans ledit preneur en aura la moityé
lequel preneur sera tenu nourrir et garder sur ledit lieu pour ledit bailleur audit nom une mère vache où il ne prendra aucun proffit
et fera ledit preneur des charois pour ledit bailleur audit nom à toutes mandées
fera ledit preneur par chacuns ans les terres dépendant dudit prieuré que ledit bailleur audit nom voudra faire ensepmancer de toutes leurs faczons y mener les enrès et icelles sepmer fournissant par ledit bailleur audit nom desdits engrès et sepmances et des despenses de bouche dudit preneur seulement
et a ledit preneur (c’est manifestement un lapsus pour « bailleur ») aussy réservé audit nom la moityé du foin qui proviendra par chacuns ans au petit pré de Maubierge laquelle moityé après que ledit preneur aura fait faucher et fener tout le foin dudit pré sera tenu rendre icelle moityé en la grange dudit lieu de la Brissatière
nourrira ledit preneur par chacuns ans sur ledit lieu 4 porcs et du bergail en temps de paix aultant que ledit lieu en purra porter
tout ce que dessus a esté stipulé accepté et accordé par lesdites parties respectivement, auquel bail et tout ce que dessus est dit tenir etc garantir etc dommages etc obligent lesdites parties respectivement à l’entretenement du contenu en ces présentes savoir ledit bailleur les biens et choses de sadite procuration et ledit preneur soy ses hoirs etc renonczant etc foy jugement et condemnation etc
fait et passé Angers à notre tabler en présence de Claude Barbin Loys Girardière et Charles Coueffe praticien audit Angers tesmoings
ledit preneur a dit ne savoir signer

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Bail à ferme du prieuré Saint Julien, Châtelais 1544

et le prêtre qui prend le bail se nomme Pierre Loyau, patronyme qui ressemble à Hoyau, et on rencontre bizarrement les 2 patronymes dans la même région, et j’ai été moi même partie prenante du côté du Lion d’Angers si mes souvenirs sont bons.

Quant à la famille Chardon, que je n’ai pas étudiée mais souvent rencontrée, il est manifeste qu’elle a possédé souvent des bénéfices ecclésiastiques intéressants, surtout pour les héritiers collatéraux. Ici, on peut juger au prix de la ferme que le prieuré possédait plusieurs métairies, même si elles ne sont pas ici décrites.

collection personnelle, reproduction interdite
collection personnelle, reproduction interdite

Ce château semble avoir été construit à l’emplacement du prieuré en question, qui devait être un peu sur une hauteur entouré de vignes et de bois.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 19 juin 1544, en la cour du roy notre sire à Angers (Huot notaire Angers) et de l’officialité dudit lieu sans que l’une desdites cours puisse empescher ne retarder l’exécution de l’autre en aucune manière endroit personnellement estably vénérable religieux frère Jehan Chardon prieur du prieuré de st Julien de la cyté de Chastelays au diocèse d’Angers membre dépendant du moustier et abbaye de st Aubin d’Angers, demourant à Angers d’une part,
et discrette personne missire Pierre Loyau prêtre demourant audit lieu de Chastelays d’autre part
soubzmectant lesdites parties scavoir est ledit Chardon soy ses successeurs biens et choses présents et avenir et ledit Loyau soy ses hoirs etc confessent c’est à scavoir ledit Chardon avoir baillé et encores baille à tiltre de ferme et non autrement à tous périls et fortunes audit Loyau qui a prins et accepté prend et accepte par cesdites présentes audit tiltre de feme et non autrement et à tous périls et fortunes comme dit est du jour et feste de Pasques dernière passée jusques à 7 ans et 7 cueillettes entières et parfaites ensuivant l’une l’autre sans intervalle de temps et finissant à pareil jour lesdites 7 années et 7 cueillettes finies et révolues
tous et chacuns les fruits domaines cueillettes revenus et esmoluments dudit prieuré de st Julien de la cyté de Chastelais tant en spirituel que temporel sans aucune chose y retenir ne réserver pour d’iceulx fruits domaines cueillettes revenus et esmolumens d’iceluy prieuré jouyr par ledit preneur ladite ferme durant et en dispouser comme de chose baillée à ferme
à la charge dudit preneur de poyer et acquiter ladite ferme durant par chacun an 4 boisseaux de froment deuz pour raison de la chapelle St Julien Lardent dépendante dudit prieuré au curé de Chastelays, 5 sols tz à l’abbé dudit st Aulbin, ung septier de decres ? deu audit curé pour son gros de … et autres gros cens renes charges et debvoirs ordinaires deux et accoustumés d’estre poyés pour raison d’iceluy prieuré et ses appartenances et à la fin de ladite ferme en bailles les quittances et acquitz audit bailleur
dire et célebrer ou faire dire et célébrer ladite ferme durant le service divin deu pour raison d’iceluy prieuré et sesdites appartenances
tenir et entretenir les maisons vignes terres et autres appartenance d’iceluy prieuré en bon estat et suffisante réparation en manière qu’elle ne dépérissent et les y rendre en la fin de ladite ferme lesquelles maisons et appartenances d’iceluy prieuré ledit preneur a confessé estre à présent en bon estat de réparation et d’icelles s’est tenu à content fors et réservé ung appentilz de maison dudit prieuré lequel n’est en réparation
assister aux plectz et assises où ledit bailleur seroit tenu comparoir et assister et y faire toutes expéditions nécessaires
et est faite ceste présente baillée prinse et acceptation de ladite ferme pour en poyer et bailler par ledit preneur ses hoirs etc audit bailleur etc oultre les charges dessus dites par chacune desdites 7 années et 7 cueillettes la somme de 300 livres aux jours et festes de saint Jehan Baptiste et Noel par moitié le premier poyement commençant le jour et feste de st Jehan Baptiste prochainement venant et à continuer ladite ferme durant par lesdits termes et poyements
poyera oultre ledit preneur audit bailleur par chacun an le jour et feste de Nouel le nombre de 6 congnils bons et marchands

ce sont les lapins ! Preuve que tout le monde ne fêtait pas Noël avec des chapons ! Mais rassurez-vous, ils suivent !

a réservé et réserve par ces présentes ledit bailleur à soy du consentement dudit preneur les estraines des mestayers et clousiers dudit prieuré qui seront de chacun d’eulx d’une fouasse d’in bouesseau de fleur de fourmond et deux bons chappons que lesdits mestayers et clousiers seront tenus apporter audit bailleur par chacun an en ceste ville d’Angers
aussi a réservé et réserve ledit bailleur la salle de la maison dudit prieuré et la chambre estant au dessus de ladite salle avecques son usaige ès jardrins dudit prieuré pour y loger et habiter quand il plaira audit bailleur aller audit prieuré
et davantaige sera tenu ledit preneur ladite ferme durant entretenir la justice haulte moyenne et basse dudit prieuré
faire tenir les assises de ladite seigneurie une fois par chacun an
poyer les gaiges des officiers d’icelle et les déffrayer quand ils tiendront lesdites assises
lesquels officiers ledit preneur ne pourra aucunement pourvoir mais est réservé audit bailleur à en dispouser à pourvoir
ne pourra ledit preneur empescher que ledit bailleur ne prenne si bon luy semble par retrait féodal les choses héritaulx qui seront vendues ladite ferme durant ou fief et seigneurie dudit prieuré en poyant par ledit bailleur audit preneur le droit de ventes qui seroit deu pour raison desdites venditions
aussi ne pourra ledit preneur recevoir aucunes ventes sans avoir communiqué audit bailleur les contractz pour raison desquels seront deues lesdites ventes et savoir si ledit bailleur vouldra prendre lesdites choses vendues par puissance de fyef
et à la fin de ladite ferme sera tenu ledit preneur bailler audit bailleur ung papier censif etrentier et ung autre papier déclaratif des cens rentes debvoirs et dixmes deuz audit prieuré les confrontations des choses sur et pour raison desquelles ils seront deuz lesdits cens rentes debvoirs et dixmes, et les noms et surnoms de ceulx qui les tiendront et certification au bout desdits papiers contenant que ledit prieur aura jouy et esté poyé desdites choses comme fermier dudit prieuré avecques les déclarations et autres lettres tiltres et enseignements qu’il aura touchant et concernant ledit prieuré et droits d’iceluy
et davantaige sera tenu ledit preneur deffrayer ledit bailleur luy 3 personnes et 3 chevaulx par 12 jours chacun quand il plaira audit bailler aller audit prieuré lesquels 12 jours dudit deffray ledit bailleur pourra prendre ainsi que bon luy semblera
et sera tenu oultre ledit preneur faire faire les vignes dudit prieuré par chacun an des 4 faczons ordinaires bien et duement en temps deu et de bonne saison et les faire planter de prouvings en manière qu’elles ne dépérissent
et faire planter par chacun an ès appartenances dudit prieuré de bons aigaiceaux et les anter en bons fruictiers
et aussi faire planter par chacun an 12 chesnes ou chasteigners en chacun des mestairyes et clouseryes dudit prieuré et iceulx planter et les faire garder en manière qu’ils ne soyent mangés des bestes
à la fin de ladite ferme rendra ledit preneur les mestairyes et clouseryes et autres appartenances dudit prieuré garnyes et ensemancées comme elles sont de présent et les vignes faites de toutes faczons
pareillement ne pourra iceluy preneur commectre ne tolérer aucun droit de chasse ès appartenances dudit preneur à aucune personne sans la congé et permission dudit bailleur
ne coupper aucuns boys marmantaulx ne fruictiers estans des appartenances dudit prieuré par pyé ne par hure sans le congé et permission dudit bailleur
ne pareillement les bois taillis dudit prieuré sinon qu’ils ayent 7 ans de couppe
aussi ne pourra iceluy preneur transporter ce présent marché de ferme à aucune personne ne associer aucun en icelle sans le congé et permission dudit bailleur
et au cas que ledit preneur yroyt de vie à trespas auparavant ladite ferme, a esté convenu et accordé entre lesdites parties ladite ferme ne transsandra point aux héritiers d’iceluy preneur mais cessera incontinent après la mort d’iceluy preneur advenue sauf et réservé que ledit preneur auroyt à recueillir les fruits de l’année dudit décès dudit preneur que en iceluy cas les héritiers d’iceluy preneur parachèveront de recueillir les fruits de ladite année dudit décès d’iceluy preneur en poyant faisant et accomplissant par lesdits héritiers dudit preneur les poyements et charges contenus en ces présentes pour ladite année dudit décès d’iceluy preneur et en baillant préallablement par lesdits héritiers audit bailleur bonnes et suffisantes caucions du poyement de ladite ferme et accomplissement dudit contenu en icelle
et ne sera tenu ledit bailleur garantir ladite ferme audit preneur sinon en tant et pour tant que ledit bailleur sera prieur dudit prieuré et non autrement
et pour deffault de garantaige ne sera tenu ledit bailleur en aucun desdommagement ne intérests vers ledit preneur
auxquelles choses dessus dites tenir et accomplir etc et ladite ferme rendre et poyer etc et aux dommages dudit bailleur amendes etc obligent lesdites parties respectivement l’une vers l’autre scavoir ledit bailleur soy avecques tous et chacuns ses biens et ledit preneur soy ses hoirs etc à prendre vendre etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
présents à ce Mathurin Sevylle marchand demourant en la paroisse de Chastelays et missire Pierre Langloys prêtre demourant à Angers tesmoings
fait et passé au moustier et abbaye de st Aulbin d’Angers les jour et an susdits

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.