Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714 (1684 fin)

1684 : juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre

Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

  • Le 3 juin (1684) on receut icy la nouvelle de la mort de monsieur Jean Chauvel de la Boulaye, capitaine de cavalerie au régiment de … ; il se noya en passant une rivière en Catalogne commendant cinq cent hommes par l’ordre de monsieur le maréchal de Belfonds pour aller donner sur les Espagnols qui étaient de l’autre costé. Il était fils de feu monsieur Chauvel de la Boulaye procureur du Roy au présidial et de Delle Renée Grimaudet.
  • Le 6 (juin 1684) mourut monsieur l’abbé de Bonchamps, chanoine de St Maurice, âgé de 47 ans.
  • Le 14 (juin 1684) monsieur Huault de la Gauberdière advocat au présidial, fils de feu monsieur Huault marchand, et de madame Renou, épousa mademoiselle Verdon, fille de feu Sr Verdon bourgeois et de madame Janneau.
  • Le 15 (juin 1684) mourut subitement la femme de monsieur Guesdon notaire ; elle s’appelait …
  • Le mesme jour (15 juin 1684) mademoiselle Binet fille du Sr Binet, marchand cirier, épousa monsieur des Gallachères Blouin.
  • Le mesme jour (15 juin 1684) monsieur Angot, cy-devant orfèvre mourut subitement. Il a laissé deux filles, la première mariée à monsieur Bault de Vilnières, et l’autre à monsieur de Vigné chevalier seigneur de la Devançaye. Il avait épousé Delle Vaudelay.
  • Le mesme jour (15 juin 1684) le sieur Rozier se fit recevoir dans la charge d’huissier audiencier au présidial remplie cy-devant par le sieur Daumouche.
  • Le 23 (juin 1684) mourut la femme de feu monsieur Syette avocat au siège présidial, âgée de 65 ans. Elle s’appelait …
  • Le mesme jour (23 juin 1684) mourut monsieur Douaceau fils de feu Mr Douaceau fermier des forges de Bretagne pour le fer. Il avait épousé …
  • Le 25 d’avril dernier (1684) commença la mission du R. Père Honnoré de Canne, capucin. L’ouverture s’en fit par une procession générale de la cathédrale au Ronceray ; elle était composée de plusieurs autres capucins qui prêchaient en différents endroits dela ville. Le père Honnoré prêchait dans l’église de St Maurice deux fois le jour et le père Clément aussy capucin le matin à quatre heures l’un et l’autre de la manière la plus sainte et la plus pathétique ; un chacun à son tour a fait une retraite avec un grand progrès suivant son rang et sa considération pour se disposer à une confession générale et ensuite à une communion auquel jour il se faisait une procession de tous ceux qui avaient fait leurs dévotions un cierge à la main, les filles de basse condition commencèrent ensuite celle qui étaient plus remarquables et ainsy des autres, les écoliers à leur tour et puis les hôpitaux. Monsieur d’Angers y a paru infatiguable ; il s’y est fait des réconciliations et des restitutions surprenantes ; elle finit le 28 de ce mois par une procession générale de St Maurice aux Cordeliers.
  • Le 27 (juin 1684) monsieur Lefebvre de Laubrière conseiller au Parlement de Bretagne, fils de défunts monsieur de Laubrière Lefebvre aussy conseiller au Parlement de Bretagne et de madame Arondeau de Savary, épousa mademoiselle Lechat, fille de monsieur Lechat, aussi conseiller audit Parlement, et de Melle de la Bigotière de Perchambault. Il est âgé de 43 ans et la damoiselle de 18. On le dit riche de quinze mil livres de rente. On donne à la fille trente mil écus en mariage. (Je suis impressionnée par la fortune, je vous ferai aussi un billet sur ces notions. Mais la remarque de Toysonnier souligne la rareté et l’énormité de celle-ci)
  • En ce temps le Sr Camus commis greffier du présidial, fils du feu Sr Camus, commis aussy greffier et madame Gilbert, épousa la fille du feu sieur Palue de Boisnivet exempt de prévost de cette ville.
  • Le 29 (juin 1984) se firent les feux de joye pour la prise de la ville de Luxembourg assiégée et prise par monsieur le maréchal de Créqui.
  • Le 4 juillet (1684) monsieur Neveu, fils de monsieur Neveu, médecin, et de damoiselle Boullay épousa mademoiselle Dupont fille de monsieur Dupont avocat, lequel n’a jamais plaidé qu’une cause.
  • Le 6 (juillet 1684) monsieur de la Basinière Robin épousa mademoiselle …
  • Le 7 (juillet 1684) monsieur Jacques Maurice Goureau Sr de la Blanchardière, fils de monsieur Goureau conseiller honoraire au siège présidial et de défunte Melle Avril, fut installé en la charge de conseiller au mesme siège qu’occupait François Goureau son frère, qui s’en est démis en sa faveur.
  • Le mesme jour (7 juillet 1684) mourut la femme de deffunt monsieur du Cetre Drouet avocat au siège présidial.
  • Le mesme jour (7 juillet 1684) mourut monsieur Allard droguiste mari de défunte madame Richard. Il était fils de défunt monsieur Allard droguiste et de mademoiselle Phelipeau.
  • Le 9 (juillet 1684) comme la charité est fort ingénueuse, il fut publié aux prônes des grandes messes que les bourgeois artisans et autres qui seraient menacés par saisie de leurs meubles pour leurs loyers et debtes, eussent à les porter dans la maison des Dames de la Providence, et qu’on leur prêterait la somme sans intérêts, à la charge de les retirer dans six mois et à faute de ce, qu’ils seraient vendus, que ceux qui voudraient se servir de ce moyen pour se libérer auraient une attestation de leur curé de leurs bonne conduite vie et mœurs et de leurs nécessités. (Mont de Piété : Par acte du 17 juin 1684, l’évêque Henri Arnauld donna 4 000 livres à la maison des Pénitentes d’Angers en chargeant les directeurs d’administrer un Mont de Piété, qu’il réglementa le 1er juillet suivant et dont le service commenca le 12. A une date incertaine, le Bureau s’est transporté dans le local qu’il occupe encore, la Cour des Tourelles (Dict. Maine et Loire, C. Port))
  • Le 16 (juillet 1684) monsieur Duménil, fils de monsieur Duménil cy-devant avocat du Roy et de défunte madame des Roches Gurie épousa mademoiselle de la Douve du Cormier ; elle a une sœur qui a épousé Mr de la Hamardière Neveu.
  • Le 19 (juillet 1684) mourut monsieur de la Barre prêtre chanoine en l’église d’Angers, maître Escole et chancelier de l’Université. Il a résigné sa chanoinie à Mr Frein son neveu et son bénéfice de maître Eschole à Mr Babin docteur en théologie, fils de Mr Babin avocat.
  • Le 21 mourut la femme de monsieur Charault Ernault sieur de Vaufoulon gentilhomme ; elle était sa cousine germaine âgée de 32 ans ; elle s’appelait de Jonchères Thomas, fille de feus Mr de Jonchères Thomas avocat et de damoiselle Hunault.
  • Le 31 (juillet 1684) monsieur Marin Boylesve, fils de feu monsieur Boylesve seigneur de la Maurousière maître d’hôtel du Roy et de madame… fille de feu Mr le président Lanier de St Lambert, se fit installer en la charge de second président au siège présidial que remplissait cy-devant monsieur Louis Boylesve père de monsieur le lieutenant génétal d’à présent. Il se mit d’abord en la place de président après lecture de ses lettres de provision et de l’arrest de réception, monsieur Leclerc assesseur qui l’installa, lui donna les placets et on plaida. Mrs le président Gohin et Boylesve lieutenant général étaient lors à Paris. Mr Boisourdy parla bien à la louange de ses ancêtres.
  • Le 3 aoust (1684) mourut la femme de feu monsieur du Breil Bernard, greffier en chef au présidial. Ils ont laissé trois garçons et deux filles, monsieur Bernard conseiller honoraire au présidial, monsieur Bernard président en l’élection, monsieur Bernard de Boismarest, monsieur de Grée Poulain conseiller au présidial avait épouse une fille en 1er mariage. Elle s’apellait Jarry, âgée de 75 ans ; elle fut enterrée le lendemain en l’église des Pères Cordeliers. L’autre fille a épousé Mr Lefebvre de Champboureau auditeur des Comptes à Nantes.
  • Le 21 (août 1684) monsieur Jacques Goureau conseiller au siège présidial fils de monsieur Goureau conseiller honoraire au mesme présidial et de feue madame Eveillard épousa mademoiselle du Lavoy Grandet, fille de feu Mr Grandet lieutenant en la maréchaussée de cette ville et de damoiselle Françoise Cormier.
  • Le 24 (août 1684) mourut monsieur de la Porte, eslu en l’élection de cette ville. Il a épousé Melle Hameau du Marais et a laissé un garçon et une fille.
  • Le 25 (août 1684) monsieur des Barres de la Durandière, gentilhomme, fut condamné d’estre décapité, accusé et convaincu de vols de gands chemins et homicides ; et le même jour fut exécuté et son valet pendu. Il était âgé de 38 ans. (Note de Marc Saché : La maison de la Durantière appartenait au Craonnais. Le gentilhomme, devenu bandit de grands chemins, dont parle Toisonnier, était sans doute le fils de René de la Durantière, seigneur des Hautes Barres, en la paroisse Saint Aignan, et de Renée Baudouin, fille de feu Bertrand D., Sr de la Piverdière – Arch. Dép. de Maine et Loire, E2373)
  • Le 10 septembre (1684) mourut monsieur Martinet marchand de draps de laine.
  • Le 30 (septembre 1684) mourut monsieur Lefebvre de la Feronnière conseiller au Parlement de Bretagne, âgé de 45 ans. Il est mort hydropique. Il avait épousé madame Ménardeau. Il a laissé deux filles, l’aînée à épousé monsieur de la Roche Savonière de la Bretesche, lieutenant des gardes du corps du Roy.
  • Le 10 octobre (1684) monsieur Gueniveau de Forges âgé de 63 ans, veuf de mademoiselle Valtère, épousa mademoiselle Chauvin, âgée de 28 ans, fille de monsieur Chauvin avocat et de feu demoiselle …
  • On a recueilli fort peu de vin cette année (1684), une grande partie des vignes ayant gelé par la rigueur de l’hyver passé.
  • Le 6 novembre (1684) se fit l’ouverture du palais ; tous les conseillers montèrent en robes rouges. Ils ont obtenu un arrest du Conseil qui leur en donne le privilège en considération de la fidélité de la ville au Roy.
  • Le 7 (novembre 1684) il neigea si abondamment que la terre fut couverte de la hauteur de deux pieds ; les plus avancés en âge disent ne l’avoir jamais remarqué dans une saison si peu avancée.
  • Le 9 (novembre 1684) mourut le sieur Richard, huissier audiencier au présidial de cette ville.
  • Dans ce mesme temps (novembre 1684) mourut mademoiselle Guèdes ; elle avait épousé le feu Sr Guèdes praticien ; elle s’appelait Chaussée, âgée de 55 ans.
  • Le 10 (novembre 1684) mademoiselle Lezineau fille de monsieur Lezineau, avocat, cy-devant maire de ville et prestre depuis quelques années, et de demoiselle de Launay, épousa monsieur de la Chesnaye baron du Puy-Morin.
  • Le 11 (novembre 1684) le chevalier de Maillé de la Tour Landry épousa madame de Biragues.
  • Le mesme jour (11 novembre 1684) mourut monsieur du Tremblay Frein bourgeois, âgé de 70 ans. Il avait épousé feue mademoiselle Anne Gaudicher. Il a laissé plusieurs filles, la première a épousé monsieur Sauroët de Pommerieux, gentilhomme, la 2e monsieur Bouteiller de la Pinardière, et un fils qui a épousé mademoiselle Ménage.
  • Le 15 (novembre 1984) mourut la femme de Mr Aubert cy-devant marchand, âgée de 43 ans ; elle n’a point laissé d’enfants ; elle s’appelait Cordon.
  • Le même jour (15 novembre 1684) mourut monsieur Boisourdy, prestre curé de St Aubin de Luigné.
  • Le 20 (novembre 1684) mourut Mr Dupin, prêtre curé de Sorges, âgé de 78 ans.
  • Le 27 (novembre 1684) mourut Mr Oger prêtre chapelain de St Michel du Tertre âgé de 63 ans.
  • Le 28 (novembre 1684) mademoiselle Hiron, fille de feu Mr Hyron bourgeois et de Françoise Landevy épousa monsieur Demur, Sr de Blandouët, gentilhomme veuf de …
  • Le 29 (novembre 1684) le sieur Goirant, valet de chambre chez Monsieur, épousa mademoiselle Davy, fille du feu sieur Davy, notaire en cette ville, et de madame Garnier.
  • Le 6 décembre (1684) Joachim de Chenédé, escuier, fils de monsieur Joachim de Chenédé conseiller honoraire au siège présidial de cette ville, eslu et procureur de sa majesté en l’élection de Paris, et de dame Louise Aveline, épousa madame Marguerite Lefebvre, fille de monsieur Lefebvre de la Guyberdrie, gentilhomme ordinaire chez le Roy et de dame Marguerite Foussiser ; elle est veuve de messire René d’Eliand vivant chevalier seigneur d’Ampoigné, duquel premier mariage il y a eu six enfants dont il en reste quatre, trois garçons et une fille ; elle est âgée de 38 ans. Feu son père avait épousé trois femmes ; de la première qui s’appelait madame de Pécherat, il en eut une fille qui épousé feu monsieur Ayrault lieutenant criminel ; de la seconde du nom de Foussier ladite dame de Chenédé, et de la troisième qui s’appelait Guédier, il a eu un garçon et trois filles, dont l’aînée a épousé monsieur Boisard Sr de Marolte, gentilhomme servant. Le susdit mariage s’est fait malgré les père et mère dudit Sr de Chenédé ; l’un et l’autre me font la grâce de m’aimer parfaitement. (Note de Marc Saché : René Joachim de Chénedé, fils de Joachim de C., sieur de la Plaine, procureur du roi en l’élection de Paris, et de Louise Aveline, épousa, le 6 décembre 1684, Marguerite Lefebvre, veuve de René d’Héliand, écuyer, seigneur d’Ampoigné, et fille de n.h. Claude Lefebvre, écuyer, sieur de la Guiberderie, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et de Marguerite Foussier, sa seconde femme. – Il était né le 1er octobre 1654 à Angers. Après le décès de Marguerite Lefebvre, inhumée le 4 août 1689, il se remaria le 22 aout 1695 avec Anne Menoust, veuve de René Avril de Louzil, conseiller au Présidial d’Angers. (B.M. Angers ms. 1205 (1002) vol. 1, p.416 ; état civil de la paroisse de Charcé ; Gontard de Launay, Généalogie des familles des maires d’Angers, t4. p 7 ; Toisonnier à la date du 8 février 1684)
  • Le 18 (décembre 1684), monsieur Babin, prêtre, docteur en théologie, fut installé dans la place de maître Ecole et chancelier de l’Universite qui luy avait résigné feu Mr l’abbé de la Barre.
  • Le mesme jour (18 décembre 1684), monsieur de Varenne Gode, prêtre chanoine en l’église cathédrale fut installé dans le bénéfice d’archidiacre que possédait cy-devant monsieur Artaud.
  • Le 25 (décembre 1684) monsieur Rodais épousa la fille aînée de monsieur Rouillier, fermier des postes d’Anjou et autres lieux.
  • Le 30 mourut Mr François de l’Eperonnière seigneur de la Roche-Bardou, cy-devant lieutenant de la Vennerie du Roy. Son fils aîné est receu en survivance
  • .

  • Le mesme jour (30 décembre 1684) mourut monsieur Foussier de la Cassinerie, âgé de 78 ans, marchand de bled en gros. Il a laissé plusieurs enfants, monsieur de la Cassinerie Foussier conseiller honoraire au siège présidial qui a épousé madame Fardeau, monsieur du Plessis Moreau conseiller audit siège a épousé une fille feu monsieur Ménage avocat du Roy, une autre.
  • Le mesme jour mourut madame de Montrieu, âgée de 80 ans.
  • En cette année, l’église des R. Pères Cordeliers a esté pavée comme elle se voit.
  • Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930
    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

    Une réponse sur “Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714 (1684 fin)

    1. Report des Commentaires parus dans mon ancien blog !
      Stanislas, le 21 mars : dont le père avait amassé de grands biens dans la maltoste, quid ?
      Réponse d’Odile : un impôt sur les marchandises, pas aimé du tout, ainsi que ses maltotiers ou maltousiers chargés du prélèvement. Je ferai un billet un de ces jours
      Marie-Laure, le 21 mars : (Impot levé sous le règne de Philippe le Bel pour la guerre contre les Anglais…!)
      Note d’Odile : Oui, à l’origine. Mais les Anglais partis, l’impôt resta… j’en reparlerai.
      JLA, le 22 mais : …les Anglais partis, l’impôt resta… Ce qui prouve qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil !
      Marie-Laure, le 22 mars : En effet , plus cela change plus c’est la même chose…! (Il me semble me souvenir que l’introduction de la vignette- auto dans les années 70 ne devait être qu’une taxe temporaire , genre d’aide exceptionnelle pour le 3ème age…?)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *