Pharmacies, carte postale

Voir la pharmacie de Pouancé et le baume Henry

Les pharmacies n’ont connu l’emballage perdu qu’avec la révolution de l’emballage perdu, parallèlement à la grande distribution, c’est à dire après la 2e guerre mondiale.
Auparavant tout était en pots, que l’on voit ici sur les rayons, mais j’ai connu les boîtes en métal, dont la Poudre de Kocq avec son célèbre marteau sur la tête, etc… et j’ai aussi connu les rayonnages qui ressemblaient à cette carte postale.
Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site
Cliquez sur l’image pour l’agrandir :

Pharmacie de lhôpital de Baugé, Maine-et-Loire
Pharmacie de l'hôpital de Baugé, Maine-et-Loire

Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site
Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

5 réponses sur “Pharmacies, carte postale

  1. Cette carte postale me rappelle des souvenirs;

    Je suis née il y a bien longtemps à Pouancé. Mon père y était pharmacien, et la pharmacie avait des rayonnages identiques à ceux de Beaugé, dans la devanture deux gros vases remplis d’un liquide vert et rouge faisaient mon admiration.

    Modernité oblige, cette pharmacie qui se trouvait dans le centre de la commune a été déplacé vers l’extérieur près d’une grande surface et a perdu tout son charme

  2. J’ai bien connu également cette période où pas une bouteille, pot, boite etc . n’étaient jetés !
    A la pharmacie, une personne passait une grande partie de la matinée à laver tous les récipents qui avaient été rapporté la veille par les clients.
    Nous sommes loin de cette époque !

  3. Le maître apothicaire, préparait et vendait ? ( ou les pharmaciens ? ) les drogues et médecines présentées dans ces superbes pots et vases de faïence décorée. L’enseigne de la boutique représentait souvent, un mortier et son pilon, une spatule et une seringue, emblèmes de sa profession.

  4. L’apothicairerie de Baugé existe toujours et n’a pratiquement pas changé. C’est aujourd’hui un musée en lien avec le château de Baugé.
    Note d’Odile : Merci, je m’empresse d’ajouter les liens (je crois que vous pouvez ajouter des liens vous aussi)
    http://www.chateau-bauge.com/
    http://www.ville-bauge.fr/bauge/menu_haut/tourisme_et_patrimoine/musee_d_art_et_d_histoire/le_musee_d_art_et_d_histoire_de_bauge
    et enfin, directement l’apothicairerie
    http://www.ville-bauge.fr/bauge/menu_haut/tourisme_et_patrimoine/apothicairerie

  5. Quand les maîtres chirurgiens étaient aussi apothicaires.
    Saint Laurent- de -la- Plaine ,le 28 septembre 1733, baptême de Jacque, Marie, Mgdelaine, fils de HH Gabriel, Maurice Léauté, maître chirurgien ,apothicaire , et de Delle Marthe, Jacinthe Bory son épouse .
    (vue 106- 1722-1751 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *