saint Dieudonné, 68ème pape, 7e siècle

honoré le 8 novembre en mémoire du jour de son décès

Je descends de Pierre-Dieudonné Laloy °Montjean-sur-Loire (49) 30.7.1813. Voir la famille Laloy, venue de Normandie. Comme vous sans doute, j’attache une affection toute particulière à ceux qui ont un je ne sais quoi qui m’intrigue, ici le prénom : Dieudonné.
Voulant cette année découvrir à quelle date chacun est honoré, je vais sur le site Nominis, où il est dit « cordonnier à Rome, 6e siècle », fête locale le 10 août (et de nombreux sites, se copiant les uns les autres donnent la même chose, sans qu’on sache de quel chapeau ils sortent cette info) ATTENTION, OUBLIEZ CECI QUI SEMBLE SORTI DE NULLE PART et voyez plutôt ce qui suit :
Voulant vérifier cette biographie, je regarde le Dictionnaire de Beleze, publié en 1863, date au reste est plus proche de mon ancêtre. Voici de qu’il donne :

Dieudonné (saint), Deusdedit, pape, 615-618, le premier qui ait scellé en plomb ses bulles : il est honoré le 8 novembre (G. Beleze, Dict. des noms de baptême, Paris, 1863) (Deusdedit est le nom latin, dont nous aurons besoin ci-dessous)

Tout à fait perplexe, je regarde le site Aube-nouvelle qui donne un liste des papes que je suppose sérieuse

Saint Adéodat Ier (ou Dieudonné) (68ième pape) Romain, élu le 10 octobre 615, il meurt 8 novembre 618. Avec abnégation et héroïsme, il soigne les lépreux et les pestiférés. Il est le premier à apposer le sceau aux Bulles. Le sien est le plus ancien sceau pontifical qui nous est parvenu. (allez sur leur site en cliquant sur mon lien ci-dessus, car vous avez en prime le portrait des papes, que je n’ai pas le droit de recopier, et c’est bien présenté, ils font du bon travail)
Adéodat II (ou Dieudonné) (77ième pape) Romain, élu le 11 avril 672, il meurt le 17 juin 676. A travers ses missions il convertit les Maronites, peuple orgueilleux et d’origine arméno-syriaque. Il forgea la formule « Salut et bénédiction apostoliques »

Voulant approfondir, je consulte l’encyclopédie théologique en 50 volumes (excusez du peu), publiée sous la direction de l’abbé Migne, Paris, 1850, et voici ce que donne le tome 40 dédié avec le 41 à la vie des saints. Voici Dieudonné, sous son nom latin Deusdedit :

saint Deusdedit, laboureur, édifia Rome par ses vertus et surtout par sa charité. Il s’appliquait à la culture de la terre et sanctifiait ses travaux rustiques par une prière continuelle. L’esprit de pénitence qui animait toutes ses actions et son amour pour les pauvres, auxquels il distribuait le samedi ce qu’il avait pu gagner pendant la semaine, l’élevèrent à une sainteté éminente. Il mourut sur la fin du 5e siècle. Saint Grégoire le Grand fait de lui un bel éloge dans ses dialogues, et le Martyrologe romain lui donne le titre de confesseur. – 1er août.
saint Deusdedit, évêque de Brescia, est honoré dans cette ville le 10 décembre.
saint Deusdedit ou Dieudonné, pape, succéda à Boniface IV en 615, se signala par sa science et ses vertus, surtout par sa charité envers les malades, et l’on rapporte qu’il guérit un lépreux en l’embrassant. C’est le premier pape dont on ait des bulles scellées en plomb. Il mourut le 7 novembre 617 après un pontificat de 3 ans. – 8 novembre.
saint Deusdedit, sixième archevêque de Cantorbery, succéda, en 653, à saint Honoré, et mourut vers l’an 665 : il eut saint Théodore pour son successeur. – 30 juin.
saint Deusdedit, abbé du Mont-Cassin, succéda, vers l’an 833, à Apollinaire. Il y avait 6 ans qu’il gouvernait son abbaye lorsqu’il fut jeté en prison par le tyran Sicard, duc de Bénévent, qui le fit mourir de faim et de misère l’an 840. Son tombeau a été illustré par un grand nombre de miracles. – 9 octobre.

Je suis comme vous, ahurie par le nombre de saints homonymes cités par cet ouvrage, pardon cette volumineuse encyclopédie.

En conclusion, le prénom Dieudonné est honoré le 8 novembre, jour de la sépulture du premier pape de ce nom. En préparant ce billet pour le 10 août je me suis plantée, car toutes vérifications faites, il faut songer au 8 novembre et oublier le 10 août, qui est sans doute une mauvaise blague qu’on a faite à Nominis, par ailleurs pourtant souvent bien documentée.
Ne me demandez pas pourquoi l’un des ouvrages donne 617 l’autre 618, cela reste pour moi un mystère, mais on ne va pas chipoter sur une petite année… Ce qui me paraît beaucoup moins un mystère c’est la vertu du WEB a donner n’importe quelle info, recopiée de je ne sais où, n’importe comment, et encore une fois je viens de vérifier mes principes de méfiance du WEB. Ma première règle de recherches consiste toujours à éviter soigneusement tous les WIKI pour cette bonne raison.

Si vous avez un saint à me proposer, n’hésitez pas, j’adore chercher.
Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

3 réponses sur “saint Dieudonné, 68ème pape, 7e siècle

  1. Report des commentaires de mon ancien blog :
    Josette, le 10 août : Le roi Louis XIV ne se nommait-il pas Dieudonné tant sa mère, Anne d’Autriche tarda à la concevoir ?

    Note d’Odile : merci pour cette vérité historique : il s’agit bien de Louis Dieudonné. Mais dans le cas de mon ancêtre, je me demande alors si on peut soupçonner aussi une naissance extrêmement désirée ? J’avoue que je n’avais pas songé à cette hypothèse me concernant.

    becbec, le 10 août : je cherche des informations sur un st gaetan ?
    UNE GROSSE BISE – bernard

    Marie-Laure, le 10 août : St Bomer est bien mystérieux …

    Josette, le 10 août : Pour ma part, j’ai rencontré à Grez-Neuville le prénom de Lézin que je n’avais jamais rencontré ailleurs … Avez-vous des données à ce niveau ?

    Philippe : Pour Josette : Evêque d’Angers. Il fut d’abord le connétable du roi Clotaire, puis gouverneur des provinces armoricaines. Il vint habiter à Angers qui en était alors la capitale. Il remplit toutes ces fonctions avec conscience, habileté et honnêteté. Puis, un beau jour, il changea d’orientation et se retira pour devenir moine dans l’abbaye de Châlonne. C’est là qu’à la mort de l’évêque d’Angers, les angevins se souvenant de lui, le tirent du monastère et l’élisent pour être leur évêque. Il mit au service de l’Eglise les qualités dont il avait fait la preuve durant son gouvernement civil. (http://nominis.cef.fr/contenus/saint/8835/Saint-Lezin.html) Patron des ardoisiers, saint Lézin, évêque d’Angers au Ve siècle, aurait découvert l’utilisation du schiste ardoisier pour les toitures, selon la légende. En réalité, les recherches archéologiques réalisées au pied du château d’Angers permettent de faire remonter l’utilisation de l’ardoise de couverture au VIIIe siècle seulement. (http://www.trelaze.fr/patrimoine.html)

    Note d’Odile : merci à vous, je n’avais pas oublé la question de Josette et j’avais préparé la réponse pour demain. J’attendais d’avoir publié mon billet sur sainte Radegonde, à cause du lien avec Clotaire 1er roi des Francs. Je le mets tout de même demain. En effet, j’en avais profité moi-même pour me rafraichir la mémoire sur ce roi et cette période. Donc à demain tout de même.

    Josette, le 14 août : Avec du retard, merci à Philippe : mes 5 petits-enfants étaient là et j’ai suivi en pointillé le blog d’Odile et les commentaires !

    Sainte-Marie, le 17 août : Le 10 août mon mari a eu 80 ans. J’ignorais que c’était également la fête de Dieudonné. Dans notre famille nous fêtons ce jour là la saint Laurent prénom de notre dernier fils.

    Odile, le 17 août : Non, ce n’est pas le 10 août, mais bien le 8 novembre, et je n’ai toujours pas compris d’où provient ce qui circule sur Internet pour août, car je suis formelle c’est le 8 novembre. Bon anniversaire, avec une semaine de retard !

  2. En terme de prénoms et de saint correspondant, je vous recommande le Dictionnaire des prénoms de France de Nadine Cretin (éditions Perrin) qui évoque les propres diocésains. Il m’a permis par exemple de comprendre pourquoi un certain Just vivant à la fin du XVIIe à la Boissière-sur-Èvre (49) voyait son prénom souvent orthographié « Ju » ou « Jue ». Saint Just, propre de Lyon et Saint-Etienne se prononce en effet « Ju ».
    Note d’Odile : merci, hélas, il est épuisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *