Etrangers venus autrefois en France.

Hier c’était la journée mondiale des Migrants : le 20e siècle restera dans l’histoire comme celui des populations déplacées, réfugiées.

Autrefois des étrangers venaient s’installer en France mais le terme migrant n’existait pas. On eut d’abord, fin 18e siècle :

ÉMIGRANT, ANTE, adj. et subst. ÉMIGRATION, s. f. ÉMIGRER, v. n. Ces trois mots sont nouveaux; mais les deux premiers sont déjà reçus par l’usage. Il parait que le troisième ne tardera pas à l’être. Ils se disent de ceux qui quittent leur pays pour s’établir ailleurs. (Jean-François Féraud: Dictionaire critique de la langue française, Marseille, Mossy 1787-1788)

On a maintenant :

MIGRANT , -ANTE adj. XXe siècle. Participe présent de migrer. Se dit d’un groupe humain ou d’une personne qui effectue une migration, des migrations. Population migrante. Un travailleur migrant et, subst., un migrant.
MIGRER v. intr. XIXe siècle. Emprunté du latin migrare, « changer de séjour ». Effectuer une migration, des migrations (surtout en parlant des animaux). Les hirondelles migrent vers les tropiques pour hiverner. En parlant des personnes, on dit, plus précisément, Émigrer et Immigrer. Par anal. S’emploie aussi dans différents domaines scientifiques. Au cours de l’électrolyse, les ions migrent vers les électrodes. (Dictionnaire de l’Académie, neuvième édition, 1992).

Voici comment la chimiste que je fus trouve un terme de chimie passé aux êtres humains, via les oiseaux migrateurs !

J’habite un port, Nantes, fondé par des étrangers, puis accueillant à bras ouverts Hollandais, Portugais, Espagnols, etc… aux 16e et 17e siècles, n’hésitant pas à franciser aussitôt leur nom et à les élire au corps de ville.
Je salue ici le magnifique livre : Nantais venus d’ailleurs
Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours (Dir. Alain Croix, Presses Universitaires de Rennes, 2007):

Le premier Nantais était, par définition, un étranger : ce livre propose donc notre histoire, celle des fils et filles d’étrangers que nous sommes tous. Des étrangers qui ne sont pas définis par une pièce d’identité: c’est le regard des autres qui fait l’étranger. Ces étrangers ont été, à un moment de notre histoire, des protestants et des juifs. Ils ont été des ruraux, des immigrants venus d’autres régions de France, encore plus étrangers s’ils ne parlaient pas le français et s’ils étaient pauvres, à l’exemple des bas-bretons. Ce livre collectif se veut tourné vers le présent, et le fruit d’une histoire résolument citoyenne.

Dans mon dernier vagabondage dans les registres paroissiaux de la région de Château-Gontier (Mayenne), que je relis toujours avec plaisir, j’ai rencontré à Azé en 1679 la sépulture suivante :

exposée en cette paroisse par des égyptiens. Les enfants exposés sont en ceux que les parents ont abandonné. Ainsi, un couple d’Egyptiens était en marche vers je ne sais quelle destination, et a laissé son bébé à Azé.

Cette voie de passage, à pied, (on disait alors chemin) était celle des cloutiers, quincaillers… Normands, chers à mon coeurs et à bon nombre d’entre vous n’est-ce-pas ?.
J’ai toujours du mal à me représenter ces chemins, parcourus à pied par tant de pélerins, marchands, et populations qui se déplaçaient vers une autre vie, souvent par ce que papa maman avaient eu trop de fils et qu’un seul suffisait pour prendre leur suite, alors les cadets devaient prendre leur balluchon et partir… J’ai une grande tendresse pour mes ancêtres cadets déplacés (qu’on dirait aujourd’hui migrants), mon Breton Mounier, mon quincailler Guillouard, etc… mais surtout mes Moride, surement venus d’Espagne… selon mon hypothèse de la francisation des Morido.
Et cela n’est rien, comparé aux siècles précédents, que nos recherches ne pourront pas atteindre, et qui ont vu tant de populations venus d’ailleurs… J’ai tappé hier l’histoire féodale de Lonlay-le-Tesson (Orne) et réalisé à quel point la Normandie (entre autres) fut anglaise, bien plus que je ne soupçonnais… Je réalise un peu chaque jour, à travers mes recherches, mes ascendances étrangères… comme l’ouvrage Nantais venus d’ailleurs., riche en iconographies splendides, nous le fait découvrir en profondeur.

Ce billet traite un sujet délicat, et j’ai seulement tenté de le comprendre, même si je n’y suis pas parvenue à vos yeux, tant sa dimension humaine est délicate. Veuillez m’en excuser, j’ai voulu exprimer ce que je ressentais grâce précisément à mes recherches, car jamais je n’aurai compris Alain Croix sans tout ce travail généalogique derrière moi.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet seule une citation ou un lien sont autorisés.

Une réponse sur “Etrangers venus autrefois en France.

  1. Report des commentaires parus dans mon ancien blog :
    Henri de La Baule, le 14 janvier : C’est vrai qu’au cours de mes recherches en Eure-et-Loir, j’ai trouvé de nombreux exemples de ces migrations (je fus étonné de voir qu’un de mes ancêtres DENIS (DENIJS, dans sa paroisse du Brabant)qui se marie dans ce département vient de la paroisse de St Nicolas de Bruxelles …) et j’ai aussi recopié ce déplacement qui m’a profondément ému à Oinville :
    Ce samedi 4e jour de novembre 1690, a été enseveli un homme âgé d’environ 55 ans lui vivant demeurant à quelques 15 lieues de la ville de Lyon venant de Bretagne voir quelque sien parent et demeurant ces derniers quelques jours en la paroisse — mais il ne — presque point —- à cause de son infirmité — avoir langui tantôt chez un laboureur tantôt chez un autre marchant qu’en béquille ou potence, on l’a trouvé mort dans le chemin d’Oinville à Poissac où m’étant transporté et lui ayant trouvé en sa poche un couteau, onze sols quatre deniers et un chapelet je l’ai fait ensevelir et ensuite inhumé au cimetière

    Stanislas, le 14 janvier : les égyptiens d’alors étaient nos « gens du voyages » éternels migrants

    Marie-Laure, le 15 janvier : A l’origine des lien Anglais: Guillaume le Conquérant.L’Anjou aussi est bien lié avec l’Angleterre : Geoffroi V comte d’Anjou, fondateur de la dynastie des Plantagenets (1154-1485 ).
    Anecdote sur la statue de Richard I(fils d’Henri II :né au Mans,X Aliénor d’Aquitaine!) près de The Houses of Parliament à Londres : « Coeur de Lion » est écrit en Français. »Honni soit qui mal y pense « !!!

    sarah, le 16 janvier : Pendant la Guerre de Cent Ans, les Anglais résidèrent 24 ans dans le Maine. Ils y tinrent un certain nombre de garnisons dont Fresnay sur Sarthe, qu’ils refusèrent de rendre en 1448…Ils réclamaient des compensations pour les seigneuries qu’ils avaient achetées de leur propre argent et les héritages que leurs femmes tenaient de leurs pères et de leurs amis trépassés…(cf. André Joubert)
    ainsi les Talbot, peut-être les Go qui pourraient descendre de Mathieu Go Goo Goth ou Gough, de Jean Goth; ce dernier faisant partie de la délégation d’Anglais réclamant ces fameuses compensations…et d’autres qu’il serait intéressant de découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.