Jacquine Trillot, 59 ans, épouse Jacques Dalibard, 24 ans : La Jaillette 1712

Une cougar ?
Je pense que c’est ce que nous dirions aujourd’hui.
Il vient d’Argentré, et est tisserand.
Il aura un toît, puisque Jacquine Trillot a acquis avec son premier époux Marc Rouvrais, une maison au bourg de La Jaillette.
L’acte est hallucinant, car non seulement le fils de la mariée assiste mais aussi le fils de celui-ci, donc le petit-fils de la mariée !!!
Il est vrai qu’on peut de nos jours voir le cas ! Mais en 1712 !!!

Le 2ème mariage à Louvaines paroisse de La Jaillette « le 24 décembre 1712 en vertu de la dispense de deux bans accordée par monseigneur l’évêque d’Angers en date du 19 novembre 1712 insinué le même jour, et la publication d’un ban faite en conséquence dans cette église sans qu’il se soit trouvé aucun empêchement ny opposition venue à notre connaissance, et les fiançailles faites le 24 novembre 1712 ont été épousés par nous desservant soussigné Jacques Dalibert, âgé d’environ 24 ans, fils de Jacques Dalibart marchand et de Marie Chevon absente et consentante au présent mariage comme il appert par acte passé le 15 septembre 1712 devant René Maignan notaire et tabellion royal résidant au bourg d’Argentré et comme Marie Chevon mère dudit époux âgé de 24 ans, à cause de son grand âge de la distance des lieux et du temps mauvais, elle nous auroit envoyé consentement comme il appert cy dessus, avec l’extrait baptismal dudit Jacques Dalibart son fils, d’une part, et Jacquine Trillot veufve de Marc Rouvrais maréchal en oeuvre blanche âgée de 50 ans, en présence de René Marpaux marchand soussigné, Aubin Pontonnier, Jacques Trillot frère de l’épouse qui ne signe, François Valin gendre de l’épouse de la paroisse de St Martin du Bois qui ne signe, et Marc Valin son fils soussigné »

Mais l’acte de mariage est très long, car le jeune homme a dû avoir l’autorisation de papa et maman, qui sont à Argentré, à 67 km de La Jaillette.
Et, la mariée avait pour l’occasion légèrement dissimulé son âge, puisqu’elle déclare 50 ans, alors qu’elle aura 59 ans très exactement 6 jours après ce mariage.

Je suis sans voix !!
Je viens de passer la journée à tout revérifier, et c’est totalement juste, même si c’est incroyable.
Voir mon fichier TRILLOT
Voir mon fichier ROUVRAIS

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

2 réponses sur “Jacquine Trillot, 59 ans, épouse Jacques Dalibard, 24 ans : La Jaillette 1712

  1. Bonjour !et merci Odile de cette découverte , je descend aussi du couple Rouvrais-Trillot
    C’est vraiment un cas incroyable .

    Je croyais avoir une exception au XIX s avec une de leur descendante Marie Bellanger la mère d ‘un arrière-grand-père . Métayère ,veuve ,elle se remarie avec son domestique en 1866,elle 47 ans, lui 28 , un enfant nait sans vie quelques jours après , comme quoi les femmes peuvent être fertiles plus longtemps que la médecine actuelle nous dit…Mais je sais de tradition orale que les enfants du 1er lit y étaient opposés et n’avaient pas voulu assister au mariage…

    Là , pouvoir avoir un enfant à 59 ans ne me semble pas possible, il serait intéressant de trouver le contrat de mariage …

      Note d’Odile :

    Bonjour Elisabeth
    Heureuse de vous lire.
    Pour votre Bellanger métayère de 47 ans, j’ai souvent trouvé ce type de cas. La métairie était une terre importante demandant plusieurs bras d’homme et leur commandement pour la gestion. Donc, une veuve avec enfants non encore mariés avait besoin immédiatement d’un homme pour occuper cette place de gestion de la terre, et aussi finir l’éducation des enfants quand ils n’étaient pas placés ailleurs.
    Dans le cas de Jacquine Trillot, elle n’a eu qu’une fille, mariée à 16 ans, d’où d’ailleurs le fait que son petit fils assiste à ce mariage de sa grand mère.
    Et elle n’est pas d’une famille de métayers, donc il n’y a pas ce problème immédiat de continuer la gestion de la métairie qui n’attend pas.
    La forge est plus facile à sous traiter, mais en l’occurence c’est son gendre.
    Donc je n’ai vu aucune necessité de ce type dans ce remariage.
    Par contre, il vous téléchargez le fichier TRILLOT vous verrez que j’ai beaucoup habillée cette grand mère dont j’ai même la description de la maison.
    Enfin, pour les notaires, la réponse est ABSENCE de fonds compétent.
    Bon dimanche
    Cordialement
    Odile
    PS je pense que le garçon était d’une famille nombreuse, peu porté sur les femmes, et bien content de trouver un toît et une grand mère pour l’abriter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *