Succession des époux Maurice et Lecorneux : Bazouges (53) 1624

Les biens ici partagés ne recouvent pas la totalité des patrimoines et matrimoines du couple, mais ils sont déjà suffisants pour situer la fortune du couple dans la bourgeoisie et non dans les exploitants agricoles.

Le patronyme POILGEAU est des plus intriguants, compte-tenu de l’existence simultanée du patronyme PILGAUT que j’ai personnellement beaucoup étudié et qui y ressemble beaucoup tout en étant unique ce qui m’a toujours intriguée, et m’intrigue encore.

Les Poilgeau ont cédé leur part, car ils semblent bien avoir quitté Château-Gontier pour Laval, et autrefois quand on s’éloignait on vendait son bien car il devenait difficile de gérér à plus de 40 km de distance (journée d’un cheval) ou même moins.

Acte des Archives de la Mayenne AD53-3E63-1121 Voici ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
Le 23 novembre 1624 après midy, devant nous Nicolas Girard notaire royal à Château-Gontier furent présents et prsonnellement establiz Me Claude Bouju sieur de la Joyère demeurant en ceste ville de Château-Gontier, ayant les droits et actions par acquests de Mathurin Poilgeau demeurant à Laval, François Plantais mari de Jeanne Poilgeau, et de Geoffroy Lecerf mari de Renée Poilgeau d’une part, et Claude Picquart mary de Françoise Maurice, demeurant aux Mortiers paroisse de Laigny, d’autre part, les dessus dits Poilgeau et Maurice enfants et héritiers des deffunts André Maurice et Lecorneux scavoir lesdits les Poilgeau et Françoise Maurice chacun pour une quarte partie au patrimoine de ladite Lecorneux, et encores lesdits Poilgeaux chacun pour une huitiesme partie aux acquestz desdits Maurice et Lecorneux, et ladite Françoise Maurice pour la moitié et le quart en l’autre moitié desdits acquests, lesdits Bouju et Picquart esdits noms ont partaigé tant le patrimoine que acquests de ladite succession comme s’ensuit, c’est à savoir que audit Bouju audit nom luy est demeuré pour son partaige tant pour (f°2) les trois quartes parties en quoi il est fondé aux choses du patrimoine de ladite Lecorneux que de la quarte partie en quoi il est aussi fondé aux acquests faits par lesdits Maurice et Lecorneux, une maison et estable située au lieu de la Chesnaie paroisse de Bazouges en laquelle demeuroient lesdits Maurice et Lecorneux sa femme, avecques les estraiges estant au devant et à costé desdites maisons et estables, et une autre estraige close à part estant au bout de la maison de Julien Marot audit lieu de la Chesnaye en ce qu’il en appartenoit de patrimoine à ladite Lecorneux, avecques une petite portion d’estraige estant derrière ladite maison et estables cy dessus qui est d’acquest – Item ung grand jardin clos à part appellé le jardin de la Chesnaye près les maisons cy dessus contenant ledit jardin 17 cordes ou environ avecques les estraiges au bout dudit jardin qui en dépendent – Item tout ce qu’il y a de pré au pré de la Gautraye dicte paroisse de Bazouges en ce qui en appartient tant de patrimoine que acquests auxdits deffunts Maurice et Lecorneux fors la portion en quoi ledit Lecerf est fondé qui n’est du présent lot – Item 2 planches de jardin et une portion d’estraige situés esdits jardins et estraige de la Gautraye – Item une pièce de terre (f°3) labourable située au lieu de la Haulte Euronne où il y a une haye au travers, toute ladite pièce contenant 7 boisselées ou environ, joignant et abutant de toutes parts aux terres dudit Bouju à son lieu de Haulte Euronne – Item 2 boisselées de terre ou environ situées au mitant d’une pièce de terre appellée Beauregard près le lieu de la Sauses joignant d’un costé la terre de Me Julien Denyau sieur du Verger, d’autre costé la terre de la veufve Noel Houssin – Item 2 planches de jardin et une portion d’estraige situées au jardins et estraiges du lieu de la Sauset paroisse de Saint Remy – Item une planche de vigne située au cloux de la Royne contenant 3 cordes ou environ – Item aux Basses Terinières dite paroisse une portion de terre en gast contenant 3 cordes de terre ou environ – Item la somme de 15 sols de rente annuelle et perpétuelle qui estoit deue auxdits defunts Morice et Lecorneux sa femme par Denys Martinet sur une pièce en lande près le lieu de la Renaudière – Item une planche de vigne située au cloux Maugais contenant une hommée ou environ – Item 8 planches de vigne ou autre nombre de vigne, situées au grand clox de Pannallie en plusieurs endroits – Item une planche de vigne et une planche de terre en gast où y a ung chastaigner, située au petit cloux de Pennallie paroisse de saint Remy, et tout ainsi que toutes (f°4) lesdites choses se poursuivent et comportent et qu’elles appartenoient auxdits deffunt Lecorneux et Morice et depuis audit Poilgeau et sans aulcune réservation.
Et audit Picquart et Françoise Morice sa femme est demeuré tant pour leur quarte partie en quoy ils estoient fondés au patrimoine de ladite Lecorneux et tout le reste des acquests par eux faits : une maison couverte d’ardoise où il y a ung four situés près le lieu de la Chesnaie paroisse de Saint Remy avecques une estraige close à part où il y a ung grand chesne planté au puitan dudit estraige, ledit estraige à aller jusques à long entre ledit estraige et l’estraige du partaige dudit Bouju à la charge de faire la cloason d’entre eulx, joignant ladite maison et chemin entre d’eux – Item une corde et demie d’estraige close à part près le puiz du lieu de la Chesnais joignant les jardins de Estienne Pierri – Item 3 planches de jardin au jardin du clos Chouz – Item une portion de terre en gast au bas du grand cloux de Leurout joignant la terre de Olivier Lelardeux – Item 3 planches de jardin situées au jardin du Pastis près la Lironne – Item ung petit verger contenant 9 cordes près le lieu de la Basse Euronnet – Item la moitié d’une pièce de terre près le lieu de la Richetière le costé devers la terre de la veufve Pierre Pinault – Item une pièce de terre close à part appellée la pièce du Trosset contenant 2 boisselées de terre ou environ, et tout ainsi que lesdites choses se poursuivent et comportent (f°5) tant du patrimoine que acquests comme ils appartenoient auxdits deffunts Morice et Lecorneux, sans aucune réservation en faire ; à la charge des Picquart et sa femme de faire raison et récompense audit Lecerf et sa femme de la portion des acquests en quoy ils sont fondés ; à la charge des parties dessus de s’entre porter chemin pour l’exploitation des choses de leur partaige par les chemins ordinaires et accoustumés ; de payer et acquitter les cens rentes et debvoirs que doibvent lesdites choses, au payement desquelles rentes et debvoirs lesdits partaigeants contribueront chacun pour les terres qu’ils tiennent subjectes auxdites rentes pour l’advenir ; s’entre garantiront l’un l’autre les choses desdits partaiges ; demeure ledit Picquart tenu et obligé faire ratiffier ces présents partaiges à ladite Françoise Maurice sa femme dans 8 jours prochainement venant et mettre entre mains le reste des contrats d’acquests faits par lesdits deffunts Maurice et Lecorneux ; ce qui a esté stipulé et accepté par lesdites parties dont etc obligent etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc fait audit Château-Gontier au tabler de nous notaire en présence de Jehan et Jacques les Bouvet demeurant en la paroisse de Bazouges et Noel Dublineau tesmoings

9 réponses sur “Succession des époux Maurice et Lecorneux : Bazouges (53) 1624

  1. Bonjour Odile,

    Voilà un partage qui m’intéresse particulièrement mais n’étant pas aussi calée que vous je veux m’assurer l’avoir bien compris.

    Je crois comprendre que la femme Lecorneux s’est mariée deux fois : la première avec un monsieur Poilgeau dont elle a 3 enfants vivants en 1624 (Mathurin, Jeanne mariée avec François Plantais et Renée mariée avec Guillaume Lecerf) ; la seconde fois avec André Morice dont elle a eu Françoise mariée avec Claude Picquart. Est-ce bien cela ?

    Ce qui est étonnant, c’est que les 3 enfants Poilgeau aient vendu leur part à Claude Bouju alors que, si Mathurin Poilgeau est bien parti vivre à Laval, en revanche Renée Poilgeau épouse de Guillaume Lecerf est restée à Bazouges. Tous ses enfants y sont nés et s’y marient. (Renée Poilgeau est la mère de Julien Lecerf époux de Marie Chasseboeuf et la grand-mère d’Elisabeth Lecerf épouse de Mathurin Le Manceau, à propos desquels vous aviez réussi à débloquer nos recherches en retrouvant leur contrat de mariage). J’aurais compris que Mathurin vende sa part, mais pourquoi Renée l’a-t-elle fait ?

    Merci en tous cas pour cet acte très intéressant qui permet de mieux comprendre le cadre de vie de nos aïeux.

    Bien cordialement.
    Marie-Laure

    1. Bonjour Marie-Laure
      Merci de votre commentaire, et je dois vous avouer que je n’avais fait le lien, certes indirect pour moi, avec Mathurin Lemanceau, et je vais revoir tout cela.
      Je vous envoie directement les vues pour vos tablettes, car vous êtes une fidèle lectrice sympathique.
      Pour les réponses à vos questions, je vous demande de patienter que j’ai relu le texte, car je dois vous avouer que je travaille toujours plusieurs jours auparavant, pour pallier les imprévus de certains jours de mon existence, donc j’ai un peu zappé depuis, et je dois me replonger dans cette lecture.
      Cordialement
      Odile

    2. Rebonjour Marie-Laure
      j’avais tappé une réponse dans votre commentaire et ma machine l’a évaporé !
      Je recommence ici.

      Donc, pour votre première question, à savoir les 2 lits LECORNEUX, je vous confirme avoir compris la même chose que vous.
      Et pour tout vous préciser, j’ai compris que les POILGEAU avaient eu déjà une succession POILGEAU, sans doute avant le remariage de leur mère.
      Donc ici on divise la communauté du second lit et les acquets

      Pour l’acquêt fait par BOUJU, lorsque j’avais tappé j’avais supposé que BOUJU avait sans doute un intérêt immédiat, sans doute même un lien de famille en remontant sa filiation. J’ai supposé aussi que les POILGEAU auraient dû faire un partage en 3 lots entre eux, or, je dois vous repréciser ici que ces partages coutaient des frais élevés lorsque les biens étaient tellement divisés qu’ils devenaient peu importants. Donc il ont évité ces frais en vendant le tout globalement et en divisant en 3 l’artent liquide ainsi touché.
      Les 2 POILGEAU qui sont resté à Bazouges avaient en outre plus besoin cette année là d’argent liquide que de terres morcelées.
      Mais une chose est certaine, ils se sont bien entendu tous les trois, et je trouve cela sympa.
      Et dans tous les cas je me souviens maintenant que vous descendez du premier mariage LECERF de Mathurin Lemanceau alors que je descends, toujours de mémoire, du second lit de Mathurin Lemanceau. Ceci dit, je m’empresse d’aller vérifier mon Mathurin Lemanceau
      Odile

  2. Merci pour ces précisions.

    Voici ce que j’ai trouvé dans les registres de Bazouges :
    ° 25/06/1576 René fils de Macé Poilgeau et de Jeanne le Corneulx
    ° 20/02/1583 Jeanne fille de Macé Poilgeau et de Jeanne le Corneulx
    ° 24/03/1585 Renée fille de Macé Poilgeau et de Jeanne Lemesle (?)

    Et dans les tables de sépultures de la paroisse St Rémi de Château-Gontier, on trouve :
    + 29/03/1624 André Morice

    Marie-Laure

    1. Rebonjour
      Merci, et entre temps, j’ai une hypothèse à vous proposer concernant la vente des biens POILGEAU;
      Le départ à Laval, en cas de peu de biens, justifie la vente, mais le plus souvent ce type de vente est entre héritiers, et donc il a proposé à ses beaux frères d’acheter sa part, mais manifestement les 2 beaux frères n’en avaient pas les moyens, donc ils ont préféré tous les 3 vendre à Bouju, qui avait manifestement fait une offre, et probablement une offre satisfaisante.
      Bonne semaine à vous.
      Odile
      PS cela me rappelle que nous n’avons pas progressé sur le couple LEMANCEAU x SEJOURNE, et c’est sans doute en Mayenne qu’il se situe, si ce n’est que j’ai déjà tenté et cherché en vain, mais il ne faut sans doute pas désespérer

  3. Bonsoir,

    Votre explication concernant la vente à Claude Bouju est très probablement la bonne. Guillaume Lecerf a pourtant dû être bien marri de ne pouvoir acheter la portion de pré de la Gautraye de son beau-frère et de sa belle-soeur alors qu’il a manifestement gardé sa portion à lui !

    Concernant Jean le Manceau et Anne Séjourné, je crains que nous ne tombions dans les lacunes de Châtelais dont est originaire Anne Séjourné. Mais peut-être existe-t-il des actes notariés passés en Mayenne et qui nous permettrons d’avancer dans nos recherches.

    Bien cordialement.
    Marie-Laure

    1. Bonjour Marie-Laure
      Oui, autrefois, vendre un bien hérité de ses parents ou collatéraux, était un grand déchirement, et cela ne se faisait pas, enfin que dans des cas de départ, ou dette extrême, car souvenez vous, on ne riait pas avec les dettes, qui vous menaient rapidement en prison.
      Comment savez-vous qu’Anne Séjourné est de Châtelais ?

      Les lacunes de Châtelais sont l’oeuvre iconoclaste de Jean de Cevillé, qui avait pris une année sabatique pour lire et détruire tous les papiers de son père et les registres paroissiaux pendant qu’il y était, car en tant que prêtre il avait pu en avoir communication chez lui.
      Selon moi, et plus les années passent, plus j’en ai la certitude, ce Jean de Cevillé a tout détruit pour réécrire, à sa manière, une version « convenable » de l’histoire de sa famille, enfin une histoire que j’estime falsifiée par lui;
      Les raisons étaient probablement dans les guerres de religion, et devenu prêtre, il s’était manifestement donné pour mission d’épurer l’histoire de la famille, et celle de Châtelais, en faisant disparaître TOUT CE QUI LE DERANGEAIT. Je pense pour ma part que ceux qui écrivent leur mémoire peuvent toujours avoir plus ou moins tendance à falsifier ou arranger plus ou moins la vérité.
      Bonne semaine à vous et vos proches
      Cordialement
      Odile

  4. Bonsoir Odile,

    Mathurin Séjourné, royer demeurant à la Jaillette, est présent en tant qu’oncle maternel de Mathurin Lemanceau fils de + Jean Lemanceau et d’Anne Séjourné lors de son contrat de mariage avec Elisabeth Lecerf le 17/09/1674 à Château-Gontier.
    Anne Séjourné est donc la soeur de Mathurin Séjourné.

    Mathurin Séjourné se marie le 12/05/1661 à la Jaillette avec Perrine Priet ; il est dit fils de + Mathurin Séjourné et de + Marie Guiton. J’ai donc recherché les enfants de ce couple.

    Je les ai trouvés (mais sans doute pas tous) à Châtelais :
    ° 30/10/1612 Anne (p. René de Cévillé sieur de la Guertière ; Anne de Cévillé, dame de la Chauvettière) (très probablement l’épouse de Mathurin le Manceau)
    ° 25/08/1621 Marie (p. René Gastineau, métayer à Lanoe (la Noe ?) ; m. Guyonne Chesnaye, dame de Cévillé)
    ° 10/03/1626 Jacquine (p. Jacques Hellault, sieur de la Mesnardière ; m. Anne Rousseau)
    ° 17/09/1631 Mathurin (p. Jean le Breton, prêtre vicaire ; m. Françoise Rousseau femme de Jacques Haillault, sieur de la Mesnardière)

    Voici où j’en suis de mes recherches sur les Séjourné.
    Bonne soirée.
    Marie-Laure

    1. Bonjour Marie-Laure
      Les parrainages indiquent une absence très probable voire certaine de parentèle proche géographiquement, et les parraines et marraines sont les bailleurs qui sont ici manifestement propriétaires directs des lieux où vivait le couple Lemanceau x Giron. Je vais tenter de chercher dans tous les baux que j’ai concernant en particulier la famille Cévillé, qui j’ai particulièrement étudiée, si j’ai mention de ce couple. Mais, de mémoire, les possessions de cette famille Cévillé était géographiquement assez concentrés, et je crains qu’on ne puisse trouver par elle un lien avec une autre paroisse d’Anjou, car j’avais par exemple observé une concentration de Séjourné à Angrie.
      Ce qui précède vient de ce que souvent les exploitants directs pouvaient être aspirés géographiquement par les bailleurs et/ou propriétaires, en fait un peu comme de nos jours une société vous mute d’une usine à l’autre, enfin cette comparaison me vient toujours à l’esprit toutes choses égales par ailleurs.
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *