Les Guillot vendent une autre pièce de terre : Gené 1836

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E12 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 1er février 1836 devant Me Adam Roussier notaire au Lion d’Angers M. Jean Guillot, propriétaire, demeurant à la Chouannière commune de Gené, Melle Aimée Guillot, propriétaire, demeurant au même lieu, M. Dominique Guillot, propriétaire et meunier, et dame Perrine Marie Marion son épouse, demeurant au Grand Charrais commune de Chambellay, M. Esprit Victor Guillot propriétaire demeurant audit lieu de la Chouannière, lesquels ont, par ces présentes vendu avec la garantie solidaire de tous troubles hypothèques et évictions, à M. René-Marie de Bossoreille propriétaire demeurant à Ribou, commune de Gené, ce accepté en son nom par M. René Eugène de Bossoreille son fils, propriétaire demeurant à Angers ici présent et se portant fort pour lui, 2 pièces de terre dans un tenant divisée par un fossé, nommée les Barbières, contenant 4 ha 18 a 16 centiares, situées commune de Gené, et comprise au plan cadastral de Gené sous le n°477 section a. Elles joignent vers nord et levant un chemin d’exploitation vers midi un pré appellé le chêne Blanc, vers couchant terre et pré de Mme Voyer… Elles dépendaient de la communauté de biens qui a existé entre M. Jean Guillot et dame Aimée Guillot feue son épouse, qui en avaient fait l’acquisition de M. René Eugène de Bossoreille comparant par acte passé devant Me Brichet notaire le 20 ventose an XIII… Cette vente est faite pour et moyennant la somme de 5 200 F que M. Moreau a payée comptant aux vendeurs. Fait et passé au Lion d’Angers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *