ATTENTION : le titre de « sieur de » ne veut pas dire « propriétaire »

Cela fait plus de 25 ans que je crie, haut et fort, que jamais le titre de sieur n’a signifié propriétaire car la mode et l’orgueil étaient autrefois (et sans doute de nos jours) immenses, et on se parait de titres.

POUR SAVOIR S’IL Y A EU PROPRIÉTÉ IL FAUT IMPÉRATIVEMENT EN AVOIR LA PREUVE DANS UNE SOURCE PRIMAIRE (acte notarié de vente, ou bail, ou imposition dans un chartrier etc…)

Célestin Port n’est en aucun cas une preuve de propriété, car il ne vérifiait pas les actes primaires, et se contentait de recopier les titres dont on se paraît.

Ainsi, l’acte concernant Nicolas Gebu qui suit n’est pas une preuve de propriété et signifie seulement qu’il s’est présenté chez le notaire en se parant du titre vrai ou faux, et bien souvent c’était faux.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 18 mai 1624 après midy par en la cour du Lyon d’Angers endroit par devant nous René Billard notaire d’icelle fut présent en sa personne honorable homme Nicolas Gebu sieur la Fourerye tant en son nom que au nom et procureur de honorable femme Loyse Faucillon sa femme autosisée à la poursuite de ses droits et fondé de procuration de ladite Faucillon passée par Me René Douault et Bonaventure Giraudeau notaires de la cour de sainte James près Segré ce jourd’huy avant midy, soubzmetant lesdits Gebu et ladite Faucillon et les biens de ladite procuration leurs hoirs etc o pouvoir etc confessent avoir fait en son nom et audit nom vendu quité cedé délaissé et transporté et encores vend quitte cède délaisse et transporte dès maintenant à présent à toujoursmais perpétuellement par héritage à Jehan Davy laboureur et Jehan Tabouret sa femme à ce présente stipulante et de son dit mari autorisée, leurs hoirs, scavoir est le lieu et closerie de la Tiefenaye composé de maison à laquelle il y a cheminée et avec les aireaux et issues qui en dépendent, le tout contenant 7 cordes ou environ ; Item ung petit jardin clos à part contenant 2 cordes ou environ joignant et atenant de toutes parts ladite maison et aireaux ; Item une pièce de terre appellée la Gaulterye close à part contenant ung journau ou environ, joignant d’un costé la pièce de terre du lieu de la Haulte Rivière d’autre costé le chemin tendant de Chazé à la Chapelle sur Oudon d’un bout la terre du sieur de la Haulte Rivière

Cet acte est paru sur mon blog sous le titre ! Nicolas Gebu et Louise Faucillon vendent des terres : 1624
Je remets ici la retranscription de la première page car j’avais fait une erreur de lecture du nom du lieu, il est bien écrit ici « Nicolas Gebu sieur de la Fourerye » et non de la Fourière.

CE BILLET EST CLASSÉ DANS LA CATÉGORIE
VANITÉ
car c’est le seul sens de ce billet

Quand on fait des recherches, on n’a pas le droit de croire n’importe quoi, même pas Célestin Port
Mon site et mon blog  luttent contre les fausses informations

 et je constate désespérée qu’après plus de 25 ans de cris contre la vanité, il y en a encore pour y croire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *