Baptêmes, mariages et sépultures du Loroux-Bottereau : un prêtre faché avec le masculin et féminin en 1711

On ne s’ennuie pas dans le registre paroissial du Loroux-Bottereau. L’autre jour je vous signalais un casseur en 1688, et lisant ce terme, j’avais d’abord réagi en bonne Nantaise de 2020, habituée aux casseurs !!! Enfin, rassurez-vous je me doutais bien d’un sens moins destructeur.

En 1711 cette fois, un prêtre, pourtant issu d’une famille notable et certainement très éduquée (les Coquin), est totalement faché avec le masculin et le féminin. Il met d’innombrabes prénoms incompréhensibles car il écrit par exemple « Jeanne fils de  » etc… Et comme je suis sur cette année depuis 3 jours, je fatigue beaucoup… pour ne pas dire que je m’énerve un peu. Je viens donc vous faire participer en vous en donnant un exemple :

° 1711.07.25 JOUIS Julien « fils de Perrine (sic) Jouis et Marie Esnaudeau, parrain Julien Arnaud marraine Ane Jouis – vue 18 »

Et rassurez-vous, là encore il ne s’agit en aucun cas de manière de faire les couples en 2020, mais uniquement d’un prêtre faché avec le féminin et masculin.

3 réponses sur “Baptêmes, mariages et sépultures du Loroux-Bottereau : un prêtre faché avec le masculin et féminin en 1711

  1. Mon père avait aussi beaucoup de mal avec le masculin et le féminin : il a toujours parlé d’UNE escalier par exemple…

    1. Bonjour Philippe
      Je vous remercie de votre petit mot qui m’aide à comprendre mieux ce que je suis en train de déchiffrer.
      Bonne période de lecture confinée
      Odile

  2. à l’instant, je lis !
    une enfant masle née le

    et je mets alors dans ma retranscription beaucoup de prénoms ainsi : François (e) ? parce que je ne comprends plus rien
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *