Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714

1693 : janvier, février, mars, avril, mai, juin

Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

  • Le 4 janvier (1693) mourut madame Milon ; elle avait épousé en premières noces le sieur Marest de la ville de Laval qui a exercé en cette ville le greffe en chef du siège présidial pendant quelques années, et en secondes noces le feu sieur Milon de la ville de Tours ; il n’y a point d’enfant de l’un et l’autre mariage. Elle s’appelait Joulain ; elle fut enterrée le lendemain dans l’église des pères Minimes.
  • Le 7 (janvier 1693) le prince de Danemarck partit de cette ville pour Paris.
  • Le 8 (janvier 1693) monsieur Michel Lepelletier docteur en Sorbonne, abbé de Joy et évêque d’Angers, arriva en cette ville. Toutes les cloches sonnèrent pendant une demie heure. (Note de Marc Saché : Michel Lepelletier, fils aîné du ministe d’Etat, fut nommé par le roi à l’évêché d’Angers le 15 août 1692. Il mourut à Paris, le 9 août 1703, et fut inhumé, contre son voeu, en l’église Saint-Gervais)
  • Le 8 (janvier 1693) mourut la femme du feu sieur Mauricau huissier. Sa fortune grossit beaucoup sur sa fin par le moyen d’une succession ; sa fille a épousé le feu sieur Lépagneul de la Plante. Elle a un fils à Paris qu’on dit marié, qui s’avance dans la fortune.
  • Le 10 (janvier 1693) monsieur Lepelletier évêque d’Angers fit son entrée dans l’église cathédrale ; tout le clergé, les religieux, le corps de ville, le lieutenant du Roy, le présidial, la prévôté, l’élection, les avocats et les notaires, la théologie et la médecine l’accompagnèrent dans cette cérémonie ; Le doyen de St Lo le harangua au nom du clergé. La procession fut depuis l’évêché par la place Neuve, la place de Sainte Croix, par la vieille Chartre, jusques à l’église. Le corps des marchands se présenta pour marcher devant les notaires qui les troublèrent, comme ils l’avaient fait lors de l’enterrement de feu monsieur Arnaud évêque d’Angers, pour raison de quoy il y a instance au Parlement.
  • Le 9 (janvier 1693) Mr Joseph Doublard avocat, fils du feu sieur Doublard marchand droguiste et de la feue dame Delorme, épousa la fille du sieur de la Plante Mauvif marchand de draps de laine et de la dame Esnault.
  • Le 12 (janvier 1693) mourut le sieur Garsenlan de la Perrière cy-devant marchand de blé. On dit qu’il gagna cent cinquante mil livres dans le commerce du blé dans les années 1651 et 1660, temps d’une grande disette des bleds. Il a laissé 4 enfants ; l’aîné conseiller au présidial a épousa la fille du sieur du Planty Frein cy-devant assesseur en l’élection et de la dame Boisard ; le cadet auditeur des comptes en Bretagne a épousé la fille de feu Mr de la Perrière Foussier conseiller au présidial ; une fille a épousé Mr Aubin de Chevaigné cy-devant Me des eaux et forêts et l’autre Mr de la Simonnière Herreau conseiller au présidial.
  • Le même jour, monsieur de Fontenay Thomas, conseiller au présidial, épousa Melle de Boumois Berthelot.
  • Le 13 (janvier 1693) mourut mademoiselle Chotard ; elle a laissé plusieurs enfants avancés en âge, non mariés. Elle s’appelait Pallu. Son mari est mort receveur de monsieur le prince de Condé dans la ville de Châteaubriant ; son fils aîné marié fait encore les mêmes fonctions.
  • Le 18 (janvier 1693) mourut le sieur de Perdoux, directeur des Aydes des cette ville. Il était fils d’un médecin de la ville d’Orléans. Il fut enterré le lendemain dans l’église des pères Minimes.
  • Le 26 (janvier 1693) monsieur de l’Epinay Lemarié, sénéchal de la ville de Beaufort, fils de feu Mr Lemarié cy-devant conseiller au siège présidial de cette ville et sénéchal de Beaufort, et de la feue dame … épousa la fille de feu Mr de Fontenay Thomas aussy conseiller audit siège et de la feue dame …
  • Le 27 (janvier 1693) Mr Dupont avocat au siège présidial de cette ville, fils de Mr Dupont aussy avocat et de la Delle Jamet, épousa la fille du feu sieur de l’Aubriaye Jamet bourgeois et de la Delle Brouillet sa cousine germaine, en conséquence de dispenses de Rome.
  • Le même jour (27 janvier 1693) monsieur Thomas de la Rousselière fils de feu monsieur Thomas de la Rousselière et de la feue dame Jousselin, se fit installer en la charge de conseiller au siège présidial de cette ville cy-devant possédée par Mr Grandet son oncle, et le même jour il épousa la fille du feu Sr Avril de la Chaussée vivant marchand et de la Delle Lemanceau.
  • Le 30 (janvier 1693) Mr Blanchet de la Martinière avocat fils de Mr Blanchet aussy avocat, se fit installer dans la charge de conseiller vérificateur des défauts au siège de la prévôté de cette ville.
  • Le 29 (janvier 1693) le sieur Dupont bourgeois veuf de la demoiselle Trochon de Richebourg, duquel mariage il y a une fille, épousa la fille du feu sieur Bouchard et de la feue dame Malbranche.
  • Le 3 février (1693) Mr Lebloy du Portail docteur régent ès-loix, veuf de la demoiselle Gontard, duquel mariage il y a une fille, épousa la fille du feu sieur de Cingé Denais et de la Delle Harangot.
  • Le 5 (février 1693) mourut Me Jouslain marchand de draps de laine.
  • Le même jour (5 février 1693) mourut le sieur Bourceau de la Daumerie bourgeois ; il était mal fait de sa personne, bossu devant et derrière.
  • Le 10 (février 1693) mourut la veuve du feu Sr Vallée, marchand libraire en cette ville. Cette femme était très habile dans son commerce ; elle a été regrettée de tous ceux qui la connaissaient. Elle a laissé plusieurs enfants ; un garçon aussi marchand libraire a épousé la fille de la veuve Durocher revenderesse, une fille a épousé le sieur Touchais marchand de soie en cette ville. (Note de Marc Saché : François Vallée, libraire à l’enseigne de la « Bible d’or », rue Chaussée-Saint-Pierre, avait en effet épousé en secondes noces Renée Marchand, celle que mentionne Toisonnier. Le second de leurs enfants épousa, en 1690, Françoise Durocher ; il succéda, en 1700, à son père, bien qu’il eût obtenu des lettres de maîtrise du recteur de l’Université en mars 1691. Il décéda le 25 septembre 1720)
  • Le 22 (février 1693) mourut la femme du sieur Travaillé de Mongodin ; elle s’appelait Herbereau des Chemineaux.
  • Le 2 mars (1693) Mr Beguyer plaida sa première cause.
  • Le 10 (mars 1693) mourut monsieur Jean Gouin avocat fils de feu Me Jean Gouin aussy avocat ; étant dans la rue St Lo de cette ville sur les neuf heures du soir dans la maison où se vend le caffé, il eut différend avec le sieur Destriché surnommé Le Bezier qui lui jeta une porcelaine à la teste, dont il mourut quinze jours après.
  • Le même jour mourut Mr Donon. Il avait épousé Melle Brault de Beaupreau, dont il n’y a point eu d’enfant.
  • Le 15 (mars 1693) mourut madame Gandon veuve du Sr Gandon marchand droguiste en cette ville. Elle s’appelait Théard. Elle a laissé un fils prêtre, une fille mariée avec le Sr Mabit et une autre fille.
  • Le 16 (mars 1693) mourut subitement la veuve du feu Sr Pelletier de la Gallicheraie ; elle s’appelait Benoist, elle a laissé plusieurs enfants.
  • Le 20 (mars 1693) mourut à Paris monsieur Héard de Boissimon, conseiller honoraire au siège présidial de cette ville. Il avait été procureur du Roy en l’élection de cette ville et directeur général des Gabelles.
  • On a levé cette année sur la ville la somme de trente et cinq mil cinq cent livres pour les ustanciles.
  • Le 30 (mars 1693) le fils de Mr de Volainne Gilles trésorier à Tours et de la dame Jouet épousa Melle de la Sablonnière Chotard veuve du feu Sr Duplessis Berthelot, duquel mariage il y a une fille.
  • Le 31 (mars 1693) la fille de défunts Mr de Gastine Poisson et de la dame Lefebvre de Chamboureau épouse Mr du Ronceray Bernard conseiller chevalier d’honneur au siège présidial de cette ville, fils de feu Mr Bernard président en l’élection et de la feue dame Boutiller.
  • Le même jour (31 mars 1693) Mr Leclerc, fils de monsieur Leclerc, assesseur au siège présidial de cette ville se fit installer dans ladite charge d’assesseur, et Mr son père resta assesseur honoraire en conséquence d’arrest du conseil privé.
  • Le 12 avril (1693) mourut Mr Paulmier avocat ; il était lors syndic des avocats. Il fut enterré le lendemain dans l’église des Cordeliers ; il avait épousé en premières noces la fille du feu Sr Jousse dont il n’y a point d’enfant, et en secondes Melle Ménard dont il n’y a qu’une fille qui était auparavant veuve du feu Sr … duquel mariage il n’y avait point eu d’enfant.
  • Le 13 (avril 1693) Mr Boylesve de Goismard conseiller au siège présidial veuf de Melle Gaultier de Chanzé dont il y a un enfant, épousa la fille de Mr de Méguyon et de la feue dame Jousselin.
  • Le 16 (avril 1693) mourut la femme du Sr de la Durbellière Avril, bourgeois ; elle s’appelait Provôt.
  • Le 20 (avril 1693) monsieur Reimbault de la Foucherie cy-devant banquier à Rome, se fit installer dans la charge de maire perpétuel de cette ville.
  • Le même jour (20 avril 1693) le fils de monsieur de Crespy de la Mabillière, procureur du Roy au siège présidial de cette ville et de la dame Chauvel de la Boulaye épousa Melle de Cherité de Voisin.
  • Le 21 (avril 1693) Messieus Dupas avocat au siège présidial de cette ville, Bachelot, Nicolon Sr de Chanzé, Margueriteau Sr de la Morinière et Avril sieur de la Durbelière bourgeois, se firent installer dans les charges d’assesseurs de l’hôtel de cette ville.
  • Le 22 avril (1693) Mr le chevalier Grimaudet fils de Mr Grimaudet et de la défunte dame Boylesve, épousa la fille du feu Sr Touzé de Chamront conseiller à Baugé et de la Delle Cordon.
  • Le même jour (22 avril 1693) le fils de Mr Lechat conseiller en Bretagne et de la dame de la Bigottière de Perchambault épousa la fille de Mr de Genouillac cy-devant conseiller en la grand chambre à Paris, et de la dame Boylesve de la Mauricière.
  • Le 23 (avril 1693) mourut Mr Thibaudeau prêtre chapelain en l’église de St Michel du Tertre âgé de 30 ans 4 mois. Il avait beaucoup de douceur et de piété.
  • Le 24 (avril 1693) mourut la femme de Mr du Tremblier de la Varanne ; elle s’appelait Louise Aveline de Narcé, mariée depuis un an ; elle n’a point laissé d’enfant.
  • Le 1er mai (1693) messieurs Daburon avocat, et Bachelot bourgeois, furent nommés échevins.
  • Le 5 (mai 1693) le Sr Poulard de la Fauvrie bourgeois fut installé dans la charge d’assesseur de l’hôtel de ville.
  • Le 16 (mai 1693) Mr Cochon fils de Mr Cochon avocat, plaida sa première cause.
  • Le 23 (mai 1693) le sieur Maunoir de la Maldemeure fut installé dans la charge d’assesseur de l’hôtel de cette ville.
  • Le même jour (23 mai 1693) mourut monsieur de Grée Poulain conseiller honoraire au siège présidial de cette ville. Il avait épousé en premières noces la demoiselle Bernard dont est issu le Sr Poulain de la Forestrie bourgeois, et en secondes noces la veuve du Sr de la Marche dont sont issus Mr de Grée Poulain conseiller au présidial mari de la dame Béritault des Chenais, un autre mari de la Delle Nicolon de Chanzé, une fille qui a épousé Mr Dumesnil d’Acigné.
  • Le 25 (mai 1693) soixante dix gentilshommes de cette province convoqués pour l’arrière-ban, partirent de cette ville pour se rendre dans la ville de Fougères province de Bretagne, commandés par Mr de Senonnes.
  • Le 6 juin (1693) monsieur Lanier correcteur de l’église de la Trinité de cette ville et cy-devant officiel de l’officialité de cette ville, fut installé dans la charge de conseiller clerc au siège présidial cy-devant possédée par Mr Héard de Boissimon.
  • Le 24 (juin 1693) mademoiselle Dupont fille de monsieur Dupont de la Morinière conseiller au présidial de cette ville et de la défunte dame … épousa monsieur de Lasse conseiller au Parlement de Bretagne.
  • Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet (blog, forum ou site, car alors vous supprimez des clics sur mon travail en faisant cliquer sur l’autre support, et pour être référencé sur Internet il faut des clics sur ma création) seul le lien ci-dessous est autorisé car il ne courcircuite pas mes clics.

    Une réponse sur “Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714

    1. Report des commentaires parus dans mon ancien blog :
      Marie-Laure, le 1er juin : Cette porcelaine jetée à la tête devait être très lourde !Elle a sans doute causé une fracture du crane ou une hémorragie du cerveau. Comment E. Toysonnier collectait-il toutes ces informations ? Son journal est presque comme un journal commercial de nos jours. Le détail de la maison où l’on vendait le café est intéressant car en GB aussi les hommes y discutaient de politique si bien que le gouvernement avait songé à interdire la vente du café…
      Note d’Odile : j’ai prévu un prochain billet donnant un fait divers tragique en Anjou, qui n’est pas parvenu à Toysonnier, preuve que les potains mondains d’Angers ne contenaient pas tout… Je pense que son journal donne les potains (mondains) de salon de l’époque, qui étaient la seule voie d’information

      Sarah, le 1er juin : NB. « bossu devant et derrière. »..J’ai du mal à me représenter la silhouette de ce Mr Bourceau.. J’ai encore trouvé un couple séparé de corps et de biens…toujours à la même époque( 1660/1670) et dans le même secteur:Evron…Les moeurs étaient peut-être plus rudes dans ces contrées qu’ailleurs…
      Note d’Odile : les séparations de biens mais pas de corps sont fréquentes en milieu aisé, et le meilleur moyen de préserver encore mieux les biens de Madame. Mais les séparations de corps sont rares. Pouvez-vous nous en faire profiter ? Pour ce qui est des moeurs de l’époque, je ne suis pas certaine que les moeurs actuelles soient plus douces, voyez l’actualité en Vendée depuis 24 heures avec cette jeune maman assassinée et son fils de 8 ans jetté en pleine nuit dans un lac.

      Sarah, le 1er juin : Ce serait avec plaisir, mais je n’ai trouvé que des mentions dans des actes notariés que j’ai notées.-et non pas les actes de séparation eux-mêmes…
      1662-« honeste femme Jeanne Goret femme séparée de corps et de biens de François alaiton »…(3E 49 13)
      1667- « Mathurin Rousseau Mtre chirurgien époux de Suzanne Rouzière de lui séparée »…(3E 5 10) C’est vrai qu’il n’est pas spécifié qu’ils sont « séparés de corps et de biens »…
      Quand je retournerai à Laval il faudra que je réétudie ce document.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *