Marais salants de Batz, Guérande, Le Pouliguen

Marais salants de Loire-atlantique, au temps des ânes…
Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

  • Bourg-de-Batz, Le Croisic, Le Pouliguen
  • Guérande

  • Collections privées – Reproduction interdite, y compris sur autre lieu d’Internet comme blog ou site
    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet (blog, forum ou site, car alors vous supprimez des clics sur mon travail en faisant cliquer sur l’autre support, et pour être référencé sur Internet il faut des clics sur ma création) seul le lien ci-dessous est autorisé car il ne courcircuite pas mes clics.

    5 réponses sur “Marais salants de Batz, Guérande, Le Pouliguen

    1. Avant d’élargir la carte des paludiers … j’ai cru que c’était une troupe de bandits Mexicains ( en visite!) et leur sombrero! Quelqu’un sait-il le rôle de ces grands chapeaux , est – ce comme pour ceux des porteurs des Halles à Paris?Ou pour se protéger de la pluie?
      cela ne devait pas être facile de galoper à cheval sans qu’ils ne s’envolent?
      On peut acheter du sel de Guérande en GB.Les mulons de sel me font penser à la base de la Tour de Babel

    2. Malgré mes recherches je ne trouve pas de renseignements sur le chapeau de paludier.
      Dans « Histoire et Géopgraphie de Loire Inférieure » d’Eugène Orieux et Justin Vincent paru en 1895, les auteurs nous disent:
      Il me semble que lorsque le paludier était garçon, marié ou veuf, le bord tombant du chapeau était sur le coté, devant ou derrière, mais je ne suis pas certaine de cette coutume

    3. J’avais commencé la numérisation sur mon site de l’ouvrage « Le Littoral de la France », 1886 lien
      http://www.odile-halbert.com/Paroisse/Loireat/Littoral/Littoral.htm
      mais je n’ai pas terminé.
      L’ouvrage indique en page 371 :
      On n’y retrouverait plus les persévérants sauniers allant, par la Bretagne entière, suivis deleurs mules coquettement harnachées, trafiquer du sel, l’unique produit de leur pays. On aurait aussi quelque peine à revoir le beau costume espagnol, autrefois porté par les hommes : les jeunes gens l’ont à peu près répudié, et les vieillards ne le revêtent plus que de loin en loin. Pourtant, il allait infirniement mieux à cette population, très différente de la race bretonne proprement dite, que le costume moderne.
      L’ample manteau, les grands bords, et le plume retombante du chapeau Henri IV, s’harmonisaient bien avec la stature élevée et vigoureuse, la chevelure blonde et le visage souvent imberbe des hommes.

      Le costume est encore porté par la mariée de Saint-Guénolé, lors du pardon en août, au Bourg-de-Batz. Allez voir les sites suivants :
      http://www.mairie-batzsurmer.fr/
      http://www.mairie-guerande.fr/
      et le site du « musée des marais salants du Bourg de Batz » de Gildas Buron

    4. Grand merci pour toutes ces explications .Sur la côte près de Montpellier il y a aussi des marais salants : Salins du Midi. Deux de mes neveux sont nés à Guérande,une ville bien pittoresque.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *