Mathurin Crespin et Marie Chapeau vendent à Anceau de Chazé : Noëllet 1562

Je descends de cette famille de Chazé, par mes PELAUD, et Anceau de Chazé est un cadet, ou puisné comme on disait alors, de mon ancêtre Mandé. A cette époque la vie des puisnés n’avait rien à voir avec celle de l’aîné puisque tous les cadets devaient se partager un tiers, et ici ils sont 4 à s’être partagé ce tiers.Malgré mes recherches, à ce jour, je n’ai pu savoir si Anceau a des descendants.

Ambrois de CHAZÉ x Mathurine HATON
1-Mandé de CHAZÉ x Louise de CHAMPAGNÉ qui suit
2-Louis de CHAZÉ † après 1564
3-Anceau de CHAZÉ † après juillet 1575 x Louise REVERDY
4-Joachim de CHAZÉ † avant 1564 Prêtre
5-Jeanne de CHAZÉ †avant 1564 Ses biens sont partagés en 1564 aux 2/3 pour Perrine de Chazé épouse de René Pelaud, et le tiers restant entre Louis et Anceau de Chazé (AD49 1E86 titres de la Bataille relevant du Bois-Bernier, f°28)

voir ma page sur NOELLET


Le Bois-Bernier, château de Mandé de Chazé

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-1E992 seigneurie de Challain, domaine de Noëllet – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

parchemin. Le 13 septembre 1562 sachent tous présents et advenir que en notre cour de Saint Michel du Bois endroit par davant nous (l°2) personnellement estably Mathurin Crespin demeurant en la paroisse de St Michel du Bois au lieu de la Paistrie, lequel est (l°3) faire rafiffier et avoir agréable le contenu cy après à Marye Chappeau sa demme dedans la St Michel mont (l°4) de Garganne prochaine venant soubzmetant luy ses hoirs avecques tous et chacuns ses biens présents et advenir quels qu’ils soient (l°5) confesse avoir aujourd’huy vendu quité ceddé délaissé et transporté et encore par ces présentes vend cédde (l°6) et transporte perpétuellement par héritage à noble homme Anceau de Chazé seigneur de la Rachère qui achepte (l°7) pourluy ses hoirs ayans cause scavoir est tout tel droit part et portion d’héritage et choses (l°8) héritaulx qui audit vendeur peult et doibt compéter et appartenir à cause de sadite femme es choses héritaulx (l°9) qui furent feu Me Jehan Malnau dit Mouton sises et situées en la paroisse de Noellet et es (l°10) environs soient tant maisons rues yssues jardyns vergers prés vignes que toutes aultres terres sans (l°11) riens en retenir ne réserver jazoit que spédicications n’en soient par le menu, icelles choses à deux escheues (l°12) et advenues de la succession dudit deffunt Malnau ; est accordé entre les parties que si la femme dudit vendeur (l°13) ne veut ratiffier dedans ledit terme cy dessus ces présentes demeureront nulles et rendant (l°14) ledit vendeur à l’acquéreur le principal et le vin de marché cy après déclaré la somme de 40 sols tz (l°15) payée par l’acquéreur du consentement du vendeur ; lesdites choses tenues des fiefs de la Rochenormand (l°16) aux charges debvoirs anciens et accoustumés ; et est ce fait après que les parties (l°17) n’ont aultrement peu les déclarer après les avoir adverties du contenu en l’ordonnance royale ; transporte (l°18) quite cedde et délaisse ledit vendeur audit achapteur le font propriété et seigneurie desdites choses pour en (l°19) jouir à l’advenir par l’acquéreur ses hoirs comme de sa propre chose ; est faite la présente vendition (l°20) et transport pour le prix et somme de 7 livres 13 sols tournois payés par l’acquéreur au vendeur (l°21) en notre présence et veue de nous dont il s’est tenu à content bien payé et en a quité l’acquéreur, est faite (l°22) la présente vendition desdites choses cy dessus faite par le vendeur à l’acquéreur sans aulcun garantaige fors du fait (l°23) du vendeur et de sadite femme ; à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir faire et accomplir ferme et loyaulment (l°24) sans jamais aller ne venir encontre en aulcune manière et lesdites choses ainsi vendues garantir comme dit est (l°25) oblige ledit vendeur luy ses hoirs avecques tous et chacuns ses biens présents et advenir renonçant par devant nous le vendeur à toutes choses ad ce contraires et ainsi l’a voulu promis faire tenir (l°26) par les foy et serment de son corps dont nous avons jugé et condemné le vendeur à sa requeste ; fait à (l°27) Noellet par nous notaires soussignés le 3 septembre 1562 sont signés en la minute M. Valletere et Me Royer notaire. »

Le parapluie de Julienne Lebreton venait sans doute de Laval : Noëllet 1823

Je poursuis la vente des meubles de Julienne Lebreton mon ancêtre.
Et cette vente me réserve beaucoup de surprises, à travers les objets que je n’avais pas encore rencontrés, malgré mes années de recherches intensives dans les notaires d’Angers et d’Anjou.
Après le premier parapluie rencontré à Noëllet, j’ai tenté, longuement sur le Web de comprendre l’histoire du parapluie, et c’est déconcertant, car on peut en conclure que le parapluie de JulienneLebreton est l’un des premiers, si ce n’est le premier à Noëllet, et qu’il vient d’une grande ville proche qui en revendait quelques uns.
Partant de là, j’ai donc tenté de comprendre si le parapluie avait été acheté à Angers, et là, je suis totalement déroutée, car j’ai refait hier toute la journée le registre paroissial d’Armaillé, là où Julienne Lebreton est née en 1752, et on peut formellement en conclure que les liens LEBRETON familiaux et autres, sont tous à LAVAL et je suis prête à en conclure que le parapluie vient plus de Laval que d’Angers.

Je vous avais promis hier de vous mettre un autre objet tout aussi stupéfiant que le parapluie.
Donc, la ligne qui suit le parapluie dans la vente des meubles de Julienne Lebreton donne :

Un parapluie à Mme Rousseau 10 F
Un parasol à la même 0,60 F

Bon, vous remarquez comme moi la différence, énorme, de prix.
Or, dans nos têtes de 2018, le parasol est un cousin du parapluie et cette différence de prix est totalement incompréhensible.
Et le parasol lui même est un objet des plus nouveaux en 1823 !

Alors c’est encore déroutant, et j’attends vos réactions.
Bon dimanche
Odile

PS et je vous ferais amicalement remarquer que j’ai mis avec un peu d’humour le sujet du parapluie, alors que l’eau entre dans mon appartement à travers le béton et me coupe le courant car les fils sont dans le béton.

Le parapluie de Julienne Lebreton veuve de Jacques Jallot : Noëllet 1823

Je poursuis la vente des meubles de Julienne Lebreton mon ancêtre.
Et cette vente me réserve beaucoup de surprises, à travers les objets que je n’avais pas encore rencontrés, malgré mes années de recherches intensives dans les notaires d’Angers et d’Anjou.
Donc, ce jour je vous propose le premier parapluie rencontré.
Nous sommes à Noëllet en 1823 et Julienne Lebreton est veuve de Jacques Marie Jallot du Verger marchand tanneur décédé en 1806.
Son parapluie est revendu 10 F, aux enchères, ce qui est une somme importante et carrément un luxe. Naturellement l’acheteuse est une dame du même milieu, et le parapluie ne se démocratise pas lors de cette vente. D’ailleurs son prix était disuasif.
Mais Julienne Lebreton m’a réservé encore beaucoup de surprises, et je vous demande instamment, si vous avez quelque intérêt pour ce blog, de réfléchir à un autre objet du même genre (environ), dont je vous parle demain.

Pour mémoire, j’ai immédiatement cherché l’histoire du parapluie, pour mieux comprendre cet objet rare à l’époque.
Et effectivement, on trouve sur Internet :

Pourtant, il n’y a pas si longtemps, nos ancêtres ne connaissait pas ce bonheur de marcher sous une pluie battante en restant au sec. Il y a à peine 70 ans, avoir un parapluie était un luxe à la portée de peu de gens. Plus qu’une protection contre la pluie, il était aussi une protection contre les nombreuses maladies amenés par le fait que les habitants étaient exposés directement à la pluie. Cela peut faire sourire, mais oui le parapluie à contribuer à sa manière à l’allongement de la durée de vie au début du 20e siècle.

sur le site Parapluie de Paris

Donc Julienne Lebreton avait un parapluie il y a 2 siècles. Mais cette histoire du parapluie me déconcerte car elle oublie les protections de nos ancêtres, très efficaces aussi contre la pluie.
Sur la tête, le chapeau de feutre, que l’on trouve toujours en ligne à la chapelerie Traclet, est totalement imperméable, et je peux vous l’affirmer car je vis sans parapluie depuis 20 ans, et donc j’ai acheté plusieurs chapeaux de feutre (noir, rouge, blanc) et ils me protègent même par une très très forte averse durant longtemps.
Pour le manteau, l’article cité ci-dessus au sujet du parapluie semble ignorer les capes et autres manteaux de laine foulée, mais autrefois cette laine foulée n’avait strictement rien à voir avec ce que l’on nous vend actuellement. Elle était alors réellement foulée, et totalement imperméable et chaude, mais ce sont des vêtements qu’on ne sait plus fabriquer.
Je ne suis donc pas tout à fait certaine que le parapluie ait contribué à allonger notre durée de vie !!!! La bactériologie, qui a entraîné l’eau potable, fut un facteur plus important !!!

Pierre Eveillard engage la closerie du Boispillé : Ecuillé 1582

Dans la famille EVEILLARD, dont je ne descends pas, mais que j’ai étudiée tant j’ai d’actes la concernant, il existe une branche « du Boispillé », qui avait intrigué plus d’un. Je vous mets ici l’acte que j’avais autrefois trouvé, et qui situe exactement le Boispillé à Ecuillé.

Voir ma page sur NOELLET sur laquelle vous avez aussi tout sur la BUCHE DE NOEL et sur le JEU DE MAIL car il y en avait un au BOIS BERNIER, qui fut un temps fort lointain propriété des mes PELAUT et de leur gendre mon ancêtre rompu vif sur la croix et mis sur la roue le 19 septembre 1609 à Angers

L’acte qui suit est un acte de Me Grudé, notaire de grande qualité, et pourtant, curieusement son aide, c’est à dire le praticien qui étudie chez lui et lui sert ici de secrétaire rédacteur, a fait une curieuse inversion dans la clause de grâce en confondant vendeur et acheteur.
Mais l’acte comporte une amusante clause. En effet, vous être habitués, à travers tous les actes que je vous mets, à la clause énonçant les droits des femmes. Or, l’épouse de Pierre Eveillard, qui demeure à Noëllet et non à Angers, ne s’est pas déplacée et on la comprend, mais c’est son mari qui renonce à la clause sur les droits des femmes, dit droit Velleyen, pour elle. Et je dois vous avouer que quand je lis des choses aussi surprenantes, je suis assez stupéfaite quant aux droits des femmes autrefois. Pourtant, force est de constater que le résultat était une excellente protection de leur patrimoine propre et de leurs droits, car le mari, s’il avait pouvoir de faire, avait surtout devoir de rendre compte, et les collatéraux veillaient scrupuleusement à cela.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, AD49-5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le vendredi 16 novembre 1582 après midy, en la cour du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou endroit par devant nous Mathurin Grudé notaire de ladite cour, personnellement estably Me Pierre Eveillard Sr de la Chevallaye demeurant au bourg de Nouellet tant en son nom que pour et au nom et comme soi faisant fort de Jehanne Guyguart sa femme à laquelle il a promis faire ratiffier et avoir pour agréable le contenu en ces présentes et la faire vallablement lier et obliger au garantage et entretennement de la vendition cy après et en bailler et fournir à l’achapteur cy après nommé lettres de ratiffication et obligation vallables et en forme authentique dedans ung mois prochainement venant à peine de toutes despens dommages et intérests, ces présentes néanlmoings etc soubzmettant esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens etc confesse avoir aujourd’huy vendu quité ceddé délaissé et transporté et par ces présentes vend quicte cèdde délaisse et transporte perpétuellement par héritage et promet garantir de tous troubles et empeschements à honorable homme Me Jehan Rallier sieur de la Mare grenetier pour le roi notre sire à Angers présent (f°2) stipulant et acceptant et lequel a achapté et achapte pour luy ses hoirs le lieu et closerie du Boyspillé sis et situé en la paroise d’Escuillé composé de maisons jardins, 13 quartiers de vigne, 20 journaux de terre labourable, près, bois taillis, fief et aultres comprins appartenant et dépendant, et tout ainsi que ledit lieu se poursuit et comporte, sans aucune chose en excepter, retenir ne réserver ; tenu à foi et hommage du fief de Soudon à 5 sols de service franc et quite des arrérages du passé ; transportant etc et est faite la présente vendition pour le prix et somme de 150 escuz sol payée baillée comptée et nombrée manuellement comptant par ledit Rallyer audit vendeur, quelle somme il a eue prinse et receue en présence et à veue de nous en 600 quarts d’escu, le tout au poids prix et cours de l’ordonnance, et dont ledit vendeur s’est tenu et tient à contant et bien payé et en a quicté et quicté ledit achapteur ses hoirs etc ; en laquelle vendition faisant ledit achapteur a retenu grâce et faculté, laquelle luy est concédée et octroyée par ledit vendeur de pouvoir par ledit achapteur [je crois que le notaire était distrait car il a inversé acheteur et vendeur] de rescourcer et rémérer lesdites choses vendues d’huy en ung an prochainement venant en payant et reffondant par ledit vendeur [cette fois il a rétabli l’ordre logique] ses hoirs audit achapteur ses hoirs pareille somme de 250 escuz sol par ung seul et entier payement avecques les autres loyaulx couts, frais et mises ; et avons adverti lesdites parties de faire enregistrer ces présentes dedans 2 mois suivant l’édit de la création d’ung controlleur des tiltres ; à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir etc garantir etc obligent etc mesmes ledit vendeur esdits noms et qualités et en chacun d’eux seul et pour le tout sans division et personne ne de biens etc renonçant etc et par especial ledit vendeur esdits noms aux bénéfices de division discussion d’ordre etc et encore pour ladite Guygnard son épouse au droit velleyen à l’espitre divi adriani et à l’authentique si qua mulier et à tous autres droits faits et introduits en faveur des femmes, lesquels luy avons donné à entendre qui sont et veulent que sans expresse renonciation auxdits droits femme ne peult interveir intercéder ni s’obliger pour aultruy mesmes pour son mary ; fait et passé Angers maison dudit Rallier en présence de honneste homme Robert Dufay marchand demeurant en ceste ville d’Angers et Jehan Adelle demeurant audit Angers tesmoings

Inventaire après décès de Julien Jallot, tanneur, époux de Françoise Lemonnier : Noëllet 1724

Voici les meubles, bestiaux et tannerie de Julien Jallot décédé en 1724 à Noëllet.
Le cheval aveugle vu hier était effectivement au travail de la tannerie, sans doute pour porter les peaux, très nombreuses comme vous allez le voir. La malheureuse bête n’est pas avec les 2 chevaux que Julien Jallot possèdait pour ses déplacements, mais pas de voiture à cheval ou charette. Donc les peaux sont déplacées à cheval.
J’ai été très impressionnée de découvrir un miroir, une pendule, des mouchoirs de mousseline, des cravates, dont l’une de mousseline, et bien sûr pour ses déplacements il a pistolets et fusil, car sa marchandise vaut de l’or comme vous allez le constater.
Les meubles sont quasiement tous en noyer et non en chêne comme dans la plupart des maisons plus humbles. Je suppose que le noyer est plus élégant ?
Enfin, il a de l’argenterie, peu certes, seulement une petite tasse d’argent, et je reviendrai sur ces tasses d’argent qui m’intrigent tant, et que j’avais commencé à recenser. Je vais mettre à jour cette page sur les tasses d’argent.

Mais le plus surprenant reste les quantités plus qu’importantes de produuits plus ou moins élaborés de la filière fil (lin, chanvre, laine etc…). Certes il possède plusieurs closeries, alors est-ce que ces quantités importantes correspondent à une saison de ses propres propriétés, ou bien fait-il aussi commerce de ces produits dans la filière qui mènera jusqu’à la toile de Laval.

Bien sûr je mettrai aussi à jour ma page sur les inventaires après décès.

J’ai trouvé sur Internet un article intéressant sur le tan : « Eva Halasz-Csiba, « Le Tan et le Temps », Techniques & Culture [En ligne], 38 | 2002 », mais pas le métier de tanneur.

Pour le métier de tanneur, j’avais aussi une page commencée, mais que je dois mettre à jour.

Acte des Archives du Maine-et-Loire 5E20 – Ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
Le 28 novembre 1724 nous René Poillièvre notaire royal en Anjou résidant au Bourg d’Iré, sommes transporté en la maison où seroit décédé honneste homme Julien Jallot, vivant marchand tanneur, sise et située au bourg et paroisse de Noeslet, où nous avons esté mandé par damoiselle Françoise Monnier veuve dudit deffunt sieur Jallot, demeurante en ladite maison paroisse dudit Noeslet, où estant a compareu ladite damoiselle Monnier veuve Jallot et honorable homme Jacques Jallot marchand tanneur audit bourg et paroisse de Noeslet, curateur aux personnes et biens de Julien, Perrine et Jacques Jallot, enfants mineurs dudit deffunt sieur Jallot et de ladite damoiselle Monnier quant à la confection de l’inventaire des biens meubles tant morts que vifs et effets mobiliers titres et papiers dépendant de la communauté d’entre ledit feu sieur Jallot et ladite damoiselle Monnier, lesquels en conséquence de la sentence de provision et institution de la personne dudit Jacques Jalllot pour curateur aux personnes et biens desdits les mineurs Jallot, rendue par monsieur le sénéchal de Candé le 27 du présent mois, ainsi qu’il apert par l’extrait d’icelle que ledit sieur Jallot curateur nous a représenté et Julien Vitour nous ont requis de procéder à l’inventaire desdits meubles et effets titres et papiers dépendant de la (f°2) susdite communauté et à cet etffet les parties ont mandé et fait venir pour priser et estimer les marchandises et ustenciles de la tannerie dudit feu Jallot savoir ladite damoiselle Monnier, honeste homme Jean Nail marchand tanneur demeurant en la ville de Château-Gontier paroisse st Remy, et ledit sieur Jallot curateur, et honeste homme Robert Ragaru aussi marchand tanneur demeurant à la Pouqueraye paroisse de Chazé-Henry, et pour mettre les autres meubles et effets lesdits establis ont pareillement mandé et fait venir savoir ladite damoiselle Lemonnier veuve Jallot, les nommés François Coué tailleur d’habits, ledit sieur Jallot, et honeste femme Renée Dupré veuve Breunault, lesquels susdits appréciateurs serment pris en tel cas requis ont promis et juré de bien et fodèlement mettre à pris suivant leur loyauté et conscience les meubles et autres effets qui leur seront mis en évidence, auquel inventaire a esté vacqué en présence des témoins cy après nommés
Dans la chambre basse de ladite maison 2 cramaillères de fer estimées 4 livres
Une pelle à feu, un gril, les pinces, une cramaillère, une petite broche, un broquet, un petit tripier, et un garde-Casse, le tout de fer, 5 livres
2 moyens chenêts de fer 5 livres
2 autres grands chenêts de fer 12 livres
Un coffre de poirier fermant de clef 8 livres
Une paire d’armoire de noyer fermante à 4 fenêtres et 2 tiroirs avec 2 serrures et 2 clefs 58 livres
Un petit cabinet de noyer plus que mi usé 3 livres
Une autre petite paire d’armoire fermant à une serrure et 4 fenêtres 6 livres
Un basset fermant à clef avec un vessellier au dessus le tout de noyer 25 livres
(f°3) Une table quarrée fermant à clef de noyer avec 2 bans (sic) de chêne, et un beab ?? 12 livres
Un garde manger 4 livres
Un porte manteau de chêne 1 livre
Une pendule avec son timbre sans boiste 35 livres
3 poids (écrit « poix ») à peser 3 livres
2 soufflets et 2 rechaux le tout de peu de valeur 3 livres
2 moules à faire la chandelle, un petit araissoir, une poivrière, le tout de fer blanc 3 livres
Une paire de pince, un marteau et un vieil couteau le tout de fer et de peu de valeur 12 sols
2 lampes, 2 lamprons (sans doute « lamperon : petite languette qui tient la mêche dans une lampe à huile » ) et un chandelier de cuivre 6 livres
Une grande marmite neuve avec 3 autres marmites de fer, une cuiller, un couvercle et un vieil trépier aussi de fer 8 livres
Un charlit de noyer avec son plafond et paillasse le tout de sarge verte et mi usé, une couette, 2 tarvers de lit ensouillés de couety, une vielle mante verte, un lodier de lenne (sic) et 2 draps de toile de brin plus que mi usés et 2 oreillers aussi ensouillés de couety, avec une fausse souille de toile blanche 80 livres
Un autre charlit de noyer avec son plafond et paillasse, tour de lit de tirtaine plus que mi usé, une vieille couverte, le tout couleur feuille morte, une couette ensouillée de couety, 2 travers lit ensouillés de toile 40 livres
87 livres de vaisselle d’étain, tant creux que plat, à 22 sols la livre soit 95 livres 14 sols
(f°4) 6 fourchettes de fer 15 sols
Un beurrier, 4 assiettes, un petit pot, une sallardière et 3 tasses, et 2 petites bouteilles le tout de fayance 1 livre 10 sols
3 poilles chaudières pasentes ensemble 65 livres estimées 80 livres
3 chaudrons, 2 poislons et un passet le tout d’erain, avec une poisle et une vieille poisle 17 livres
Dans une chambre à costé de celle cy-dessus 2 pannes de terre de peu de valeur 1 livre 10 sols
Un vieil coffre de chêne, une petite cuve et une selle pour placer une potaine 3 livres
Une vieille huge mets 5 livres
Un charlit de chêne avec un plafond et paillasse, un tour de toile, un lodier de boure, une couette ensouillée de couety, un travers lit ensouillé de toile, le tout plus que mi usé 20 livres
Une casse de cuivre et un vieil pommier 3 livres 10 sols
2 tamis de peu de valeur et un passoir 1 livre
Un rouet à filet et un travoueil 3 livres 10 sols
Une galletoire de fer 10 sols
3 barils 1 livre
Une baratte, un fust de bouesseau à mesurer à la petite mesure de Candé, un quart de bouesseau, un vieil chaudron de peu de valeur 2 livres 10 sols
Dans une autre chambre appelée la chambre de la couroirie s’est trouvé un charlit de chêne avec son plafond et paillasse, une couette et un travers lit ensouillé de toile, un lodier de boure 18 livres
Un autre charlit de chêne, sa paillasse, une couette ensouillée de coitye, 2 travers lit ensouillés de toile, une couverte de meslinge, un lodier fouré de fillasse avec un vieil tour de lit de meslinge jaune 28 livres
(f°5) Un marchepied de noyer fermant à clef 12 livres
2 vieilles pelles, une hache, un hachereau, 2 vouges, un picq, un broq, une tranche fourche, une tranche platte, une serpe, un sayot et un rateau le tout de fer 12 livres
2 clavreuls 10 sols
Une pataine de cuivre et un fert à visser 10 livres
Une tricque 15 sols
Ensuite de quoi nous avons monté dans la chambre haute de ladite maison : un charlit de noyer avec son plafond et paillasse, son tour de lit de tirtaine couleur de serge, une couette, 2 travers lits et un oreiller le tout ensouillé de couety, 2 lodiers de toile fourré de lenne 100 livres
Une paire d’armoire de noyer fermante à 4 fenestres, 3 serrues et leurs clefs et une table de pareil bois, un tapis, 50 livres
Une autre table quarrée de noyer et serizier fermante à 2 serrures 12 livres
Un cabinet de noyer à 2 fenestres fermant à clef 25 livres
Un bahut couvert de cuir fermant à clef 8 livres
Un autre coffre de noyer fermant à clef 13 livres
6 cheses à colonne torsés foncées de jonc 6 livres
65 aulnes de toile d’étoupe en réparon à 18 sols la livre soit 58 livres 10 sols
15 aulnes de toile de brin en réparon à 5 sols la livre, soit 18 livres 15 sols
77 livres de fils de réparon blanc à 9 sols la livre, soit 34 livres 13 sols
10 livres d’étoupe filée à 5 sols la livre, soit 2 livres 10 sols
(f°6) 38 livres de fils de brin soit 36 livres
Et ouverture faite de ladite paire d’armoire et coffre et bahut cy devant inventoriés s’est trouvé 300 livres de fil delié en ecreu 50 sols la livre, soit 775 livres
Une fourniture de poupée 20 livres
Dans ladite chambre : une petite glace de miroir avec son cadre de bois de noyer 4 livres
Dans la susdite paire d’armoire 4 draps de toile de brin 16 livres
6 couples de draps de toile de brin en réparon de 8 aulnes le couple 48 livres
5 nappes de toile de brin en raparon de 2 aulnes 11 livres
2 autres draps de toile de brin de chanvre de 7 aulnes le couple, un autre drap de toile de lin de brin en réparon 12 lives
6 draps de toile de brin en réparon de 6 aulnes le couple mi usés 15 livres
2 draps de toile de brin en réparon de 7 aulnes le couple plus que mi usés 4 livres
3 autres draps de toile de réparon de 6 aulnes le couple 6 livres
Après quoi nous sommes transportés dans le grenier de ladite maison où il s’est trouvé 110 livres de lin brayé à 5 sols la livre soit 27 livres 10 sols
30 livres de lenne (sic) salle à 10 sols la livre soit 15 livres
84 boisseaux de bled seigle petite mesure de Candé 200 livres
11 fournitures de boisseaux de métail seigle et avoine susdite mesure à 40 livres la fourniture soit 440 livres
50 boisseaux d’orge commune à la susdite mesure 95 livres
6 fournitures de boisseaux de metail plus de moitié d’avoine à jarseau ? à la mesme mesure, desquelles 6 fournitures les parties ont décidé d’en employer 4 en aumosne pour le repos de l’âme dudit deffunt sieur Jallot et ainsi estimé que 2 à 25 livres soit 50 livres
(f°7) 25 boisseaux de bled noir à ladite mesure 30 livres
Et la nuit étant intervenue nous nous sommes retirés … et le lendemain mercredi 29 novembre 1724 …
(f°8) Nous sommes transportés dans une chambre dépendant de la maison de Recullée proche ledit bourg de Noeslet, où s’est trouvé 200 pieds et essils de bois de chasteigner 20 livres
2 fûts de pipes et 7 de busse 26 livres
2 mottes de cercle de pipe et un de busse de bois de saule 1 livre 10 sols
Ensuite nous sommes retournés en la susdite maison et ouverture faire de la paire d’armoire cy devant inventoriée s’est trouvé 7 couples de draps de toile de réparon de 10 aulnes le couple 30 livres
3 douzaines de serviettes de toile de brin en réparon 27 livres
2 douzaines de serviettes de différente toile plus que mi usées 16 livres
6 couples de draps de grosse toile de 6 aulnes le couple plus que mi usés 15livres
4 vieilles nappes de différente toile 3 livres
12 chemises de toile de brin à usage d’homme plus que mi usées 18 livres
10 souilles d’oreiller de toile de brin 7 livres
12 essuie mains de grosse toile 3 livres
Dans le cellier 4 pipes et une busse de cildre 54 livres
(f°9) 2 fusts de pipe 8 livres
12 poches de grosse toile 18 livres
Un salloir avec un reste de viande 12 livres
Un vieil chaudron de peu de valeur 2 livres
Dans la chambre de la couroirye 2 vieils coffres de chêne l’un desquels ferme à clef 11 livres
2 seaux à puizer l’eau 1 livre
Un fuzil 20 livres
Une paire de pistollets d’arson 15 livres

Un cent et demy de lin délié et brayé à 25 livres le cent soit 37 livres 10 sols
20 livres de chanvre 3 livres
Ce qu’il y a de pommes à couteau dans le grenier de ladite maison 8 livres
Audit grenier une saye de tranche de 5 pieds de longueur 4 livres
Une paire de balances de bois avec ses poix de plom (sic) 1 livre
Une petite table ronde 2 livres
Une vieille table ovale et une bersoire, avec un vieil buffet, le tout de peu de valeur 3 livres 10 sols
3 petits couteaux et un vieil van le tout de peu de valeur 20 sols
3 boisseaux de grenne (sic) de lin d’esté mesure de Pouancé, à 8 livres le boisseau, soit 24 livres
Un boisseau dite mesure de feves et brizieux (sans doute des pois) 6 livres
2 boisseaux de chasteignes dite mesure de Pouancé 5 livres
(f°10) 300 douzaines de lin en chenollais tant d’esté que d’hiver, celui des 2 dernières années estant en différents endroits de ladite maison, y compris celui qui est chez le sieur Jallot curateur, à 12 sols la douzaine, soit 180 livres
Et à cet endroit nous ont lesdits sieurs Noil et Ragareu déclaré avoir veu et examiné tant le jour d’hier que ce jourd’huy les marchandises estant en la tannerye dudit feu sieur Jallot, les ustanciles et autres choses nécessaires et propres au métier de tanneur dont le dénombrement et estimation s’ensuit :
46 peaux de vache en croute 322 livres
325 peaux de veau en croute à 72 livres le cent, soit 234 livres
15 peaux de vache en huile 120 livres
18 peaux de veau en huile 27 livres
10 peaux de vache en suif 105 livres
16 cuirs tannés et garnis prets 640 livres
12 paires de virrailles pretes et tannés 132 livres

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) http://www.atilf.fr/dmf/definition/viraille
VIRAILLE, subst. fém. « Courroie, fouet de cuir »

5 longs de paye aussi prets et tannés (sans doute des longes de pays) 75 livres
plusieurs morceaux de cuir 55 livres
(f°11) 108 peaux de vache tant en passements que dans les coudrements 467 livres
40 peaux de vache sur les plains 170 livres

plain : cuve dans laquelle on trempe les peaux dans la chaux vive

34 peaux de bœuf de paye sur les plains 476 livres
40 cuirs d’Irlande aussi sur les plains 1 200 livres
27 gros cuirs d’Irlande à mettre en dernière 1 269 livres
216 peaux de veau tant tannées qu’à mettre en dernière 162 livres
63 peaux de vache tant tannées qu’en dernière 441 livres
9 cuirs en bassac de paye 153 livres
3 cuves à coudrer, pinces sur les plains, bailloirs et couces et autres ustancilles de la tannerye 55 livres
20 gros cuirs d’Irlande à mettre en dernière 800 livres
32 moyens cuirs d’Irlande en dernière 1 064 livres
(f°12) 12 petits cuirs de pays à mettre en dernière 171 livres
2 tables de couroirye, 2 lunettes, 2 couteaux à fil revers, pinses, pancenelles et autres outils servant à la couroirye 32 livres
7 pipes de chaux y compris les futs 119 livres
Un cent de suif garny avec de vieille graisse gatée 95 livres
Un moulin à tan, un cheval poil noir et aveugle, et 2 malles de sercle de cuves à coudrir 100 livres
300 fusts de tan à 25 sols pièce soit 375 livres
Et à l’égard d’une fosse à mortrye ? proche les plains de ladite tannerie comme elle a esté depuis peu couchée et qu’en la levant les parties soufriraient un dommage considérable a esté convenu que lorsqu’elle sera en esta elle sera levée en présence dudit sieur Jallot curateur, du prix de laquelle sera fait mettre au pied du présent inventaire conformément à l’estimation qui en sera faite par personne à ce connaissants, dont les parties conviendront.
Et a esté ensuite procédé à l’estimation de ce qui suis par lesdits Coué et veuve Brunault
800 pieds d’aissil de chêne et seriziers tant de planches que membrure 80 livres
6 brays (en Anjou, braie à brayer le lin ou le chanvre) 7 livres 10 sols
(f°13) Un fust de pipes et 2 de busse 8 livres
Un haitteau et une vieille petite couchette le tout de peu de valeur 1 livre
600 latte (sic) 6 livres
Une mue à vollailles 2 livres
Un vieil lavairier ? et 2 auges à cochons 2 livres
Une sinière ? à bras 10 sols
Un cheval à poil noir avec sa selle, bride et licol 80 livres
Un autre cheval poil brun avec sa selle et bride et licol, avec un bas de cheval et 2 mancquins 80 livres

4 mères vaches poil rouge 135 livres
Un asne et son asnon 25 livres
2 porcs de nourriture 18 livres
Un autre grand porc 25 livres
Une petite brouette et son équipage [sans doute pour atteler 2 chiens] 12 livres
10 chartées de manis 8 livres
Après quoi nous nous sommes transportés dans le grenier de la maison du nommé Pierre Thommeret cordonnier demeurant audit bourg de Noeslet, où il s’est trouvé 2 072 livres de lin brayé à 4 sols 6 deniers la livre soit 465 livres 19 sols 6 deniers
(f°14) 180 livres de réparon non filé à 3 sols la livre soit 23 livres
500 livres d’étoupe aussi non filée à 1 sol la livre soit 25 livres
Une pipe de noix à comble 33 livres
10 milliers de mattes de tan à bruler y compris le tannin proche les fosses 10 livres
Nous ont lesdits Noel et Ragaru avoir examiné plusieurs morceaux de cuir, tant en suif qu’en huile et cuir qu’ils estiment valoir y comprisla huge où ils ont 192 livres
Et la nuit estant survenue nous nous sommes retirés … Et ledit 12 décembre 1724 sur les 9 h (f°15) du matin, avons procédé à la continuation …
8 chartées de foin avec 2 paillers de paille de seigle 135 livres
Ce qu’il peut y avoir de bois tant gros que menu 40 livres
Et ouverture faite d’un coffre cy devant inventorié s’est trouvé : une vieille robe de chambre à usage d’homme 2 livres 10 sols
2 vieils justaucorps, une culotte de sarge sur fil 15 livres
Un justaucorps, une veste, une culotte de ras à usage d’homme et un morceau de pareille étoffe pour faire une culotte 22 livres
Un autre justaucorps plus que mi usé, une veste de sarge à usage d’homme 10 livres
Un manteau de camelot et un autre vieil manteau de meslinge plus que mi usé à usage d’homme 18 livres
6 vieilles paires de bas à usage d’homme 3 livres
Dans ladite chambre basse s’est trouvé 2 paires de souliers plus que mi usés à usage d’homme 2 livres
(f°16) 2 vieils chapeaux plus que moitié usés 1 livre 10 sols
36 livres de beurre et 8 livres de gresse 13 livres 4 sols
Un vieil corset à usage de femme 5 livres
Un habit d’étamine de lenne à usage de femme 24 livres
Un manteau de toile de coton et une vieille jupe d’étamine à usage de femme 10 livres
Un jupon à usage de femme, un tablier de ras de st Mars et une coiffe de taffetas 18 livres
12 chemises de toile de brin à usage de femme 18 livres
4 cravattes de mousseline 6 livres
12 cravattes de toile plus que mi usées 6 livres

Plusieurs vieilles coiffures plus que mi usées à usage de femme 30 livres
4 mouchoirs de cal de toile et un autre mouchoir de mousseline barrée 6 livres
12 mouchoirs de toile plus que mi usés 1 livre
Ce qu’il y a de pots de terre 4 livres
Une paire de bougettes 3 livres
4 paillain ? 8 sols
Une petite tasse, trois paires de boutons d’argent, 5 onus ? 2 gros : 20 livres
(f°17) A comparu en cet endrout Laurent Robert marchand demeurant dite paroisse de Noeslet lequel serment pris en tel cas requis nous a déclaré avoir cy devant à la réquisition des parties fait estimation des bestiaux cy après conjointement avec ledit Coué.
Sur le lieu de la Riveraye paroisse de Noeslet 4 mères vaches 100 livres
2 thores d’un an, un veau de l’année, 3 porcs de nourriture et 22 brebis 85 livres
Somme tous les bestiaux 185 livres
Sur le lieu de la Lizounaye paroisse de Noeslet 2 mères vaches, 3 thores, 13 brebis et 2 porcs de nourriture 130 livres
Sur le lieu de la Grenouillière paroisse d’Athée 2 mères vaches, un veau d’un an, un veau de l’année, 14 brebis et 2 porcs de nourriture 80 livres
Sur le lieu de Lenizière paroisse de St Quentin 3 vaches, 2 thores, 13 brebis, et un porc de nourriture 89 livres
Le prix desquels bestiaux en ce qui en appartient à la susdite communauté ne peut être liquidé attendu qu’il est préalable de voir les actes de prisée des bestiaux desdits lieux qui en ont esté faits tant avec les propriétaires d’iceux qu’avec (f°18) les collons à moitié qui sont dans les mesmes lieux sauf aux parties à ce pourvoir à ce sujet.

Le cheval aveugle de la tannerie Jallot x Lemonnier : Noëllet 1724

Il y a exactement 10 jours, le 10 novembre, lancée dans l’étude des tanneurs et leur tannerie, je vous mettais mon grand étonnement de trouver :
La jument aveugle de la tannerie Jallot x Crespin : Ampoigné (53) 1714

Ces dépouillements me réservent beaucoup de surprises, et ce jour, la santé revenant (mais la loi de l’em… maximum sévissant chez moi : malade pendant une semaine sans eau, suivie d’une semaine sans ascenseur et celui-ci pas encore réparé, et Orange en travaux dans le quartier prévoyant perturbations des téléphones portables toute cette semaine) j’ai commencé un autre inventaire de tannerie, celui de Julien Jallot à Noëllet, qui était le neveu du précédent, si ce n’est que le père de Julien Jallot était un frère aîné, d’une génération plus âgé que l’époux de Marie Crespin.

Or, ce soir, stupéfaite, je lis :


Un moulin à tan, un cheval poil noir et aveugle, et 2 malles de sercle de cuves à coudrir 100 livres

Je suis très étonnée, car le cheval en question, d’ailleurs comme le précédent, est bien listé et inventorié dans la tannerie, donc à l’usage de la tannerie. Alors je me demande si d’autres tanneries ont aussi un cheval aveugle, et par contre je pense qu’il faut éliminier un accident de travail car les tanneurs avaient certes un métier peu ragoutant mais pas dangereux chimiquement.

Avez-vous de vôtre côté des inventaires de tannerie ? Cela m’intéresse.
Odile