Jacques Bourdais, tanneur, achète les peaux de Jean Benesteau, boucher : Saint Georges sur Loire 1617



J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E36 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 18 mai 1617 avant midy, devant nous Jehan Baudriller notaire royal à Angers ont esté présents et establiz honneste homme Jacques Bourdais marchand tanneur demeurant à Savennières soubzmectant confesse debvoir et par ces présentes promet payer et bailler dedans 4 sepmaines prochainement venant à honneste homme Jehan Benesteau aussi marchand boucher demeurant en la paroisse de Saint Georges sur Loire à ce présent stipulant et acceptant la somme de 75 livres à cause et pour raison de la vendition de peaux de boeufs vaches bouvards veaulx et autres peaulx de la saison dudit Benesteau vendues par ledit Benesteau audit estably en l’année dernière finie au jour et feste de Caresme prenant dernier passé ainsi qu’il a recogneu et confessé par devant nous et l’en acquite, et par ces mesmes présentes demeure ledit Besnesteau quicte vers ledit esably de labillage d’une peau de vache habillée par ledit estably de son estat de tanneur et pour cuir qu’il luy auroit ci davant vendu et demeure le procès intenté entre les parties par devant messieurs les juges consuls des marchands de ceste ville pour raison de ce que dessus nul et assoupy sans autre despens dommages et intérests ; à payer ladite somme audit terme dommage amandes oblige ledit estably luy ses hoirs biens et choses à prendre vendre mesme son corps à tenir prison comme … renonczant etc foy jugement condemnation etc fait à angers en nostre tabler en présence de honneste homme René Chaudet sieur de Lanaige ? et Mathurin Metairye praticiens demeurant audit Angers

Inventaire après décès de Julien Jallot, tanneur, époux de Françoise Lemonnier : Noëllet 1724

Voici les meubles, bestiaux et tannerie de Julien Jallot décédé en 1724 à Noëllet.
Le cheval aveugle vu hier était effectivement au travail de la tannerie, sans doute pour porter les peaux, très nombreuses comme vous allez le voir. La malheureuse bête n’est pas avec les 2 chevaux que Julien Jallot possèdait pour ses déplacements, mais pas de voiture à cheval ou charette. Donc les peaux sont déplacées à cheval.
J’ai été très impressionnée de découvrir un miroir, une pendule, des mouchoirs de mousseline, des cravates, dont l’une de mousseline, et bien sûr pour ses déplacements il a pistolets et fusil, car sa marchandise vaut de l’or comme vous allez le constater.
Les meubles sont quasiement tous en noyer et non en chêne comme dans la plupart des maisons plus humbles. Je suppose que le noyer est plus élégant ?
Enfin, il a de l’argenterie, peu certes, seulement une petite tasse d’argent, et je reviendrai sur ces tasses d’argent qui m’intrigent tant, et que j’avais commencé à recenser. Je vais mettre à jour cette page sur les tasses d’argent.

Mais le plus surprenant reste les quantités plus qu’importantes de produuits plus ou moins élaborés de la filière fil (lin, chanvre, laine etc…). Certes il possède plusieurs closeries, alors est-ce que ces quantités importantes correspondent à une saison de ses propres propriétés, ou bien fait-il aussi commerce de ces produits dans la filière qui mènera jusqu’à la toile de Laval.

Bien sûr je mettrai aussi à jour ma page sur les inventaires après décès.

J’ai trouvé sur Internet un article intéressant sur le tan : « Eva Halasz-Csiba, « Le Tan et le Temps », Techniques & Culture [En ligne], 38 | 2002 », mais pas le métier de tanneur.

Pour le métier de tanneur, j’avais aussi une page commencée, mais que je dois mettre à jour.

Acte des Archives du Maine-et-Loire 5E20 – Ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
Le 28 novembre 1724 nous René Poillièvre notaire royal en Anjou résidant au Bourg d’Iré, sommes transporté en la maison où seroit décédé honneste homme Julien Jallot, vivant marchand tanneur, sise et située au bourg et paroisse de Noeslet, où nous avons esté mandé par damoiselle Françoise Monnier veuve dudit deffunt sieur Jallot, demeurante en ladite maison paroisse dudit Noeslet, où estant a compareu ladite damoiselle Monnier veuve Jallot et honorable homme Jacques Jallot marchand tanneur audit bourg et paroisse de Noeslet, curateur aux personnes et biens de Julien, Perrine et Jacques Jallot, enfants mineurs dudit deffunt sieur Jallot et de ladite damoiselle Monnier quant à la confection de l’inventaire des biens meubles tant morts que vifs et effets mobiliers titres et papiers dépendant de la communauté d’entre ledit feu sieur Jallot et ladite damoiselle Monnier, lesquels en conséquence de la sentence de provision et institution de la personne dudit Jacques Jalllot pour curateur aux personnes et biens desdits les mineurs Jallot, rendue par monsieur le sénéchal de Candé le 27 du présent mois, ainsi qu’il apert par l’extrait d’icelle que ledit sieur Jallot curateur nous a représenté et Julien Vitour nous ont requis de procéder à l’inventaire desdits meubles et effets titres et papiers dépendant de la (f°2) susdite communauté et à cet etffet les parties ont mandé et fait venir pour priser et estimer les marchandises et ustenciles de la tannerie dudit feu Jallot savoir ladite damoiselle Monnier, honeste homme Jean Nail marchand tanneur demeurant en la ville de Château-Gontier paroisse st Remy, et ledit sieur Jallot curateur, et honeste homme Robert Ragaru aussi marchand tanneur demeurant à la Pouqueraye paroisse de Chazé-Henry, et pour mettre les autres meubles et effets lesdits establis ont pareillement mandé et fait venir savoir ladite damoiselle Lemonnier veuve Jallot, les nommés François Coué tailleur d’habits, ledit sieur Jallot, et honeste femme Renée Dupré veuve Breunault, lesquels susdits appréciateurs serment pris en tel cas requis ont promis et juré de bien et fodèlement mettre à pris suivant leur loyauté et conscience les meubles et autres effets qui leur seront mis en évidence, auquel inventaire a esté vacqué en présence des témoins cy après nommés
Dans la chambre basse de ladite maison 2 cramaillères de fer estimées 4 livres
Une pelle à feu, un gril, les pinces, une cramaillère, une petite broche, un broquet, un petit tripier, et un garde-Casse, le tout de fer, 5 livres
2 moyens chenêts de fer 5 livres
2 autres grands chenêts de fer 12 livres
Un coffre de poirier fermant de clef 8 livres
Une paire d’armoire de noyer fermante à 4 fenêtres et 2 tiroirs avec 2 serrures et 2 clefs 58 livres
Un petit cabinet de noyer plus que mi usé 3 livres
Une autre petite paire d’armoire fermant à une serrure et 4 fenêtres 6 livres
Un basset fermant à clef avec un vessellier au dessus le tout de noyer 25 livres
(f°3) Une table quarrée fermant à clef de noyer avec 2 bans (sic) de chêne, et un beab ?? 12 livres
Un garde manger 4 livres
Un porte manteau de chêne 1 livre
Une pendule avec son timbre sans boiste 35 livres
3 poids (écrit « poix ») à peser 3 livres
2 soufflets et 2 rechaux le tout de peu de valeur 3 livres
2 moules à faire la chandelle, un petit araissoir, une poivrière, le tout de fer blanc 3 livres
Une paire de pince, un marteau et un vieil couteau le tout de fer et de peu de valeur 12 sols
2 lampes, 2 lamprons (sans doute « lamperon : petite languette qui tient la mêche dans une lampe à huile » ) et un chandelier de cuivre 6 livres
Une grande marmite neuve avec 3 autres marmites de fer, une cuiller, un couvercle et un vieil trépier aussi de fer 8 livres
Un charlit de noyer avec son plafond et paillasse le tout de sarge verte et mi usé, une couette, 2 tarvers de lit ensouillés de couety, une vielle mante verte, un lodier de lenne (sic) et 2 draps de toile de brin plus que mi usés et 2 oreillers aussi ensouillés de couety, avec une fausse souille de toile blanche 80 livres
Un autre charlit de noyer avec son plafond et paillasse, tour de lit de tirtaine plus que mi usé, une vieille couverte, le tout couleur feuille morte, une couette ensouillée de couety, 2 travers lit ensouillés de toile 40 livres
87 livres de vaisselle d’étain, tant creux que plat, à 22 sols la livre soit 95 livres 14 sols
(f°4) 6 fourchettes de fer 15 sols
Un beurrier, 4 assiettes, un petit pot, une sallardière et 3 tasses, et 2 petites bouteilles le tout de fayance 1 livre 10 sols
3 poilles chaudières pasentes ensemble 65 livres estimées 80 livres
3 chaudrons, 2 poislons et un passet le tout d’erain, avec une poisle et une vieille poisle 17 livres
Dans une chambre à costé de celle cy-dessus 2 pannes de terre de peu de valeur 1 livre 10 sols
Un vieil coffre de chêne, une petite cuve et une selle pour placer une potaine 3 livres
Une vieille huge mets 5 livres
Un charlit de chêne avec un plafond et paillasse, un tour de toile, un lodier de boure, une couette ensouillée de couety, un travers lit ensouillé de toile, le tout plus que mi usé 20 livres
Une casse de cuivre et un vieil pommier 3 livres 10 sols
2 tamis de peu de valeur et un passoir 1 livre
Un rouet à filet et un travoueil 3 livres 10 sols
Une galletoire de fer 10 sols
3 barils 1 livre
Une baratte, un fust de bouesseau à mesurer à la petite mesure de Candé, un quart de bouesseau, un vieil chaudron de peu de valeur 2 livres 10 sols
Dans une autre chambre appelée la chambre de la couroirie s’est trouvé un charlit de chêne avec son plafond et paillasse, une couette et un travers lit ensouillé de toile, un lodier de boure 18 livres
Un autre charlit de chêne, sa paillasse, une couette ensouillée de coitye, 2 travers lit ensouillés de toile, une couverte de meslinge, un lodier fouré de fillasse avec un vieil tour de lit de meslinge jaune 28 livres
(f°5) Un marchepied de noyer fermant à clef 12 livres
2 vieilles pelles, une hache, un hachereau, 2 vouges, un picq, un broq, une tranche fourche, une tranche platte, une serpe, un sayot et un rateau le tout de fer 12 livres
2 clavreuls 10 sols
Une pataine de cuivre et un fert à visser 10 livres
Une tricque 15 sols
Ensuite de quoi nous avons monté dans la chambre haute de ladite maison : un charlit de noyer avec son plafond et paillasse, son tour de lit de tirtaine couleur de serge, une couette, 2 travers lits et un oreiller le tout ensouillé de couety, 2 lodiers de toile fourré de lenne 100 livres
Une paire d’armoire de noyer fermante à 4 fenestres, 3 serrues et leurs clefs et une table de pareil bois, un tapis, 50 livres
Une autre table quarrée de noyer et serizier fermante à 2 serrures 12 livres
Un cabinet de noyer à 2 fenestres fermant à clef 25 livres
Un bahut couvert de cuir fermant à clef 8 livres
Un autre coffre de noyer fermant à clef 13 livres
6 cheses à colonne torsés foncées de jonc 6 livres
65 aulnes de toile d’étoupe en réparon à 18 sols la livre soit 58 livres 10 sols
15 aulnes de toile de brin en réparon à 5 sols la livre, soit 18 livres 15 sols
77 livres de fils de réparon blanc à 9 sols la livre, soit 34 livres 13 sols
10 livres d’étoupe filée à 5 sols la livre, soit 2 livres 10 sols
(f°6) 38 livres de fils de brin soit 36 livres
Et ouverture faite de ladite paire d’armoire et coffre et bahut cy devant inventoriés s’est trouvé 300 livres de fil delié en ecreu 50 sols la livre, soit 775 livres
Une fourniture de poupée 20 livres
Dans ladite chambre : une petite glace de miroir avec son cadre de bois de noyer 4 livres
Dans la susdite paire d’armoire 4 draps de toile de brin 16 livres
6 couples de draps de toile de brin en réparon de 8 aulnes le couple 48 livres
5 nappes de toile de brin en raparon de 2 aulnes 11 livres
2 autres draps de toile de brin de chanvre de 7 aulnes le couple, un autre drap de toile de lin de brin en réparon 12 lives
6 draps de toile de brin en réparon de 6 aulnes le couple mi usés 15 livres
2 draps de toile de brin en réparon de 7 aulnes le couple plus que mi usés 4 livres
3 autres draps de toile de réparon de 6 aulnes le couple 6 livres
Après quoi nous sommes transportés dans le grenier de ladite maison où il s’est trouvé 110 livres de lin brayé à 5 sols la livre soit 27 livres 10 sols
30 livres de lenne (sic) salle à 10 sols la livre soit 15 livres
84 boisseaux de bled seigle petite mesure de Candé 200 livres
11 fournitures de boisseaux de métail seigle et avoine susdite mesure à 40 livres la fourniture soit 440 livres
50 boisseaux d’orge commune à la susdite mesure 95 livres
6 fournitures de boisseaux de metail plus de moitié d’avoine à jarseau ? à la mesme mesure, desquelles 6 fournitures les parties ont décidé d’en employer 4 en aumosne pour le repos de l’âme dudit deffunt sieur Jallot et ainsi estimé que 2 à 25 livres soit 50 livres
(f°7) 25 boisseaux de bled noir à ladite mesure 30 livres
Et la nuit étant intervenue nous nous sommes retirés … et le lendemain mercredi 29 novembre 1724 …
(f°8) Nous sommes transportés dans une chambre dépendant de la maison de Recullée proche ledit bourg de Noeslet, où s’est trouvé 200 pieds et essils de bois de chasteigner 20 livres
2 fûts de pipes et 7 de busse 26 livres
2 mottes de cercle de pipe et un de busse de bois de saule 1 livre 10 sols
Ensuite nous sommes retournés en la susdite maison et ouverture faire de la paire d’armoire cy devant inventoriée s’est trouvé 7 couples de draps de toile de réparon de 10 aulnes le couple 30 livres
3 douzaines de serviettes de toile de brin en réparon 27 livres
2 douzaines de serviettes de différente toile plus que mi usées 16 livres
6 couples de draps de grosse toile de 6 aulnes le couple plus que mi usés 15livres
4 vieilles nappes de différente toile 3 livres
12 chemises de toile de brin à usage d’homme plus que mi usées 18 livres
10 souilles d’oreiller de toile de brin 7 livres
12 essuie mains de grosse toile 3 livres
Dans le cellier 4 pipes et une busse de cildre 54 livres
(f°9) 2 fusts de pipe 8 livres
12 poches de grosse toile 18 livres
Un salloir avec un reste de viande 12 livres
Un vieil chaudron de peu de valeur 2 livres
Dans la chambre de la couroirye 2 vieils coffres de chêne l’un desquels ferme à clef 11 livres
2 seaux à puizer l’eau 1 livre
Un fuzil 20 livres
Une paire de pistollets d’arson 15 livres

Un cent et demy de lin délié et brayé à 25 livres le cent soit 37 livres 10 sols
20 livres de chanvre 3 livres
Ce qu’il y a de pommes à couteau dans le grenier de ladite maison 8 livres
Audit grenier une saye de tranche de 5 pieds de longueur 4 livres
Une paire de balances de bois avec ses poix de plom (sic) 1 livre
Une petite table ronde 2 livres
Une vieille table ovale et une bersoire, avec un vieil buffet, le tout de peu de valeur 3 livres 10 sols
3 petits couteaux et un vieil van le tout de peu de valeur 20 sols
3 boisseaux de grenne (sic) de lin d’esté mesure de Pouancé, à 8 livres le boisseau, soit 24 livres
Un boisseau dite mesure de feves et brizieux (sans doute des pois) 6 livres
2 boisseaux de chasteignes dite mesure de Pouancé 5 livres
(f°10) 300 douzaines de lin en chenollais tant d’esté que d’hiver, celui des 2 dernières années estant en différents endroits de ladite maison, y compris celui qui est chez le sieur Jallot curateur, à 12 sols la douzaine, soit 180 livres
Et à cet endroit nous ont lesdits sieurs Noil et Ragareu déclaré avoir veu et examiné tant le jour d’hier que ce jourd’huy les marchandises estant en la tannerye dudit feu sieur Jallot, les ustanciles et autres choses nécessaires et propres au métier de tanneur dont le dénombrement et estimation s’ensuit :
46 peaux de vache en croute 322 livres
325 peaux de veau en croute à 72 livres le cent, soit 234 livres
15 peaux de vache en huile 120 livres
18 peaux de veau en huile 27 livres
10 peaux de vache en suif 105 livres
16 cuirs tannés et garnis prets 640 livres
12 paires de virrailles pretes et tannés 132 livres

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) http://www.atilf.fr/dmf/definition/viraille
VIRAILLE, subst. fém. « Courroie, fouet de cuir »

5 longs de paye aussi prets et tannés (sans doute des longes de pays) 75 livres
plusieurs morceaux de cuir 55 livres
(f°11) 108 peaux de vache tant en passements que dans les coudrements 467 livres
40 peaux de vache sur les plains 170 livres

plain : cuve dans laquelle on trempe les peaux dans la chaux vive

34 peaux de bœuf de paye sur les plains 476 livres
40 cuirs d’Irlande aussi sur les plains 1 200 livres
27 gros cuirs d’Irlande à mettre en dernière 1 269 livres
216 peaux de veau tant tannées qu’à mettre en dernière 162 livres
63 peaux de vache tant tannées qu’en dernière 441 livres
9 cuirs en bassac de paye 153 livres
3 cuves à coudrer, pinces sur les plains, bailloirs et couces et autres ustancilles de la tannerye 55 livres
20 gros cuirs d’Irlande à mettre en dernière 800 livres
32 moyens cuirs d’Irlande en dernière 1 064 livres
(f°12) 12 petits cuirs de pays à mettre en dernière 171 livres
2 tables de couroirye, 2 lunettes, 2 couteaux à fil revers, pinses, pancenelles et autres outils servant à la couroirye 32 livres
7 pipes de chaux y compris les futs 119 livres
Un cent de suif garny avec de vieille graisse gatée 95 livres
Un moulin à tan, un cheval poil noir et aveugle, et 2 malles de sercle de cuves à coudrir 100 livres
300 fusts de tan à 25 sols pièce soit 375 livres
Et à l’égard d’une fosse à mortrye ? proche les plains de ladite tannerie comme elle a esté depuis peu couchée et qu’en la levant les parties soufriraient un dommage considérable a esté convenu que lorsqu’elle sera en esta elle sera levée en présence dudit sieur Jallot curateur, du prix de laquelle sera fait mettre au pied du présent inventaire conformément à l’estimation qui en sera faite par personne à ce connaissants, dont les parties conviendront.
Et a esté ensuite procédé à l’estimation de ce qui suis par lesdits Coué et veuve Brunault
800 pieds d’aissil de chêne et seriziers tant de planches que membrure 80 livres
6 brays (en Anjou, braie à brayer le lin ou le chanvre) 7 livres 10 sols
(f°13) Un fust de pipes et 2 de busse 8 livres
Un haitteau et une vieille petite couchette le tout de peu de valeur 1 livre
600 latte (sic) 6 livres
Une mue à vollailles 2 livres
Un vieil lavairier ? et 2 auges à cochons 2 livres
Une sinière ? à bras 10 sols
Un cheval à poil noir avec sa selle, bride et licol 80 livres
Un autre cheval poil brun avec sa selle et bride et licol, avec un bas de cheval et 2 mancquins 80 livres

4 mères vaches poil rouge 135 livres
Un asne et son asnon 25 livres
2 porcs de nourriture 18 livres
Un autre grand porc 25 livres
Une petite brouette et son équipage [sans doute pour atteler 2 chiens] 12 livres
10 chartées de manis 8 livres
Après quoi nous nous sommes transportés dans le grenier de la maison du nommé Pierre Thommeret cordonnier demeurant audit bourg de Noeslet, où il s’est trouvé 2 072 livres de lin brayé à 4 sols 6 deniers la livre soit 465 livres 19 sols 6 deniers
(f°14) 180 livres de réparon non filé à 3 sols la livre soit 23 livres
500 livres d’étoupe aussi non filée à 1 sol la livre soit 25 livres
Une pipe de noix à comble 33 livres
10 milliers de mattes de tan à bruler y compris le tannin proche les fosses 10 livres
Nous ont lesdits Noel et Ragaru avoir examiné plusieurs morceaux de cuir, tant en suif qu’en huile et cuir qu’ils estiment valoir y comprisla huge où ils ont 192 livres
Et la nuit estant survenue nous nous sommes retirés … Et ledit 12 décembre 1724 sur les 9 h (f°15) du matin, avons procédé à la continuation …
8 chartées de foin avec 2 paillers de paille de seigle 135 livres
Ce qu’il peut y avoir de bois tant gros que menu 40 livres
Et ouverture faite d’un coffre cy devant inventorié s’est trouvé : une vieille robe de chambre à usage d’homme 2 livres 10 sols
2 vieils justaucorps, une culotte de sarge sur fil 15 livres
Un justaucorps, une veste, une culotte de ras à usage d’homme et un morceau de pareille étoffe pour faire une culotte 22 livres
Un autre justaucorps plus que mi usé, une veste de sarge à usage d’homme 10 livres
Un manteau de camelot et un autre vieil manteau de meslinge plus que mi usé à usage d’homme 18 livres
6 vieilles paires de bas à usage d’homme 3 livres
Dans ladite chambre basse s’est trouvé 2 paires de souliers plus que mi usés à usage d’homme 2 livres
(f°16) 2 vieils chapeaux plus que moitié usés 1 livre 10 sols
36 livres de beurre et 8 livres de gresse 13 livres 4 sols
Un vieil corset à usage de femme 5 livres
Un habit d’étamine de lenne à usage de femme 24 livres
Un manteau de toile de coton et une vieille jupe d’étamine à usage de femme 10 livres
Un jupon à usage de femme, un tablier de ras de st Mars et une coiffe de taffetas 18 livres
12 chemises de toile de brin à usage de femme 18 livres
4 cravattes de mousseline 6 livres
12 cravattes de toile plus que mi usées 6 livres

Plusieurs vieilles coiffures plus que mi usées à usage de femme 30 livres
4 mouchoirs de cal de toile et un autre mouchoir de mousseline barrée 6 livres
12 mouchoirs de toile plus que mi usés 1 livre
Ce qu’il y a de pots de terre 4 livres
Une paire de bougettes 3 livres
4 paillain ? 8 sols
Une petite tasse, trois paires de boutons d’argent, 5 onus ? 2 gros : 20 livres
(f°17) A comparu en cet endrout Laurent Robert marchand demeurant dite paroisse de Noeslet lequel serment pris en tel cas requis nous a déclaré avoir cy devant à la réquisition des parties fait estimation des bestiaux cy après conjointement avec ledit Coué.
Sur le lieu de la Riveraye paroisse de Noeslet 4 mères vaches 100 livres
2 thores d’un an, un veau de l’année, 3 porcs de nourriture et 22 brebis 85 livres
Somme tous les bestiaux 185 livres
Sur le lieu de la Lizounaye paroisse de Noeslet 2 mères vaches, 3 thores, 13 brebis et 2 porcs de nourriture 130 livres
Sur le lieu de la Grenouillière paroisse d’Athée 2 mères vaches, un veau d’un an, un veau de l’année, 14 brebis et 2 porcs de nourriture 80 livres
Sur le lieu de Lenizière paroisse de St Quentin 3 vaches, 2 thores, 13 brebis, et un porc de nourriture 89 livres
Le prix desquels bestiaux en ce qui en appartient à la susdite communauté ne peut être liquidé attendu qu’il est préalable de voir les actes de prisée des bestiaux desdits lieux qui en ont esté faits tant avec les propriétaires d’iceux qu’avec (f°18) les collons à moitié qui sont dans les mesmes lieux sauf aux parties à ce pourvoir à ce sujet.

Le cheval aveugle de la tannerie Jallot x Lemonnier : Noëllet 1724

Il y a exactement 10 jours, le 10 novembre, lancée dans l’étude des tanneurs et leur tannerie, je vous mettais mon grand étonnement de trouver :
La jument aveugle de la tannerie Jallot x Crespin : Ampoigné (53) 1714

Ces dépouillements me réservent beaucoup de surprises, et ce jour, la santé revenant (mais la loi de l’em… maximum sévissant chez moi : malade pendant une semaine sans eau, suivie d’une semaine sans ascenseur et celui-ci pas encore réparé, et Orange en travaux dans le quartier prévoyant perturbations des téléphones portables toute cette semaine) j’ai commencé un autre inventaire de tannerie, celui de Julien Jallot à Noëllet, qui était le neveu du précédent, si ce n’est que le père de Julien Jallot était un frère aîné, d’une génération plus âgé que l’époux de Marie Crespin.

Or, ce soir, stupéfaite, je lis :


Un moulin à tan, un cheval poil noir et aveugle, et 2 malles de sercle de cuves à coudrir 100 livres

Je suis très étonnée, car le cheval en question, d’ailleurs comme le précédent, est bien listé et inventorié dans la tannerie, donc à l’usage de la tannerie. Alors je me demande si d’autres tanneries ont aussi un cheval aveugle, et par contre je pense qu’il faut éliminier un accident de travail car les tanneurs avaient certes un métier peu ragoutant mais pas dangereux chimiquement.

Avez-vous de vôtre côté des inventaires de tannerie ? Cela m’intéresse.
Odile

Les nappes de feu Jean Jallot, tanneur à Ampoigné 1714

Selon Quynh Delaunay « Histoire de la machine à laver », Puf, 1994, le linge de maison était plus important que le linge de corps, et j’ai donc fait le total des nappes, et je vous épargne les draps, serviettes et essuie mains, tant ils sont nombreux.
Jean Jallot, tanneur, décédé dans la force de l’âge, en possédait beaucoup. J’ai même été frappée par le nombre de serviettes et essuie mains, par contre l’abscence de mouchoirs. Je trouve cela curieux.

L’inventaire donne :

15 nappes de toile de réparon en réparon 15 livres
12 aultres nappes de toile de brin d’une aulne et demie chasque 12 livres
Une aultre douzaine de nappes 10 livres
7 nappes de mesme toile d’une aulne et demie 7 livres
soit au total 46 nappes estimées 44 livres

La vente donne :

6 nappes de 2 aulnes chacune à ladite Lemersier 8 livres 6 sols
6 autres nappes audit Arthuis 7 livres
6 nappes de 2 aulnes chacune au sieur Aubin hoste à Château-Gontier 10 livres
6 autres nappes audit Pinault 7 livres
6 grandes nappes à madame Chevron 8 livres 11 sols
8 nappes au sieur Aubin de Château-Gontier 12 livres 15 sols
8 nappes de toile neufve de réparon à madame Fauveau 10 livres 10 sols
Une nappe audit Girardier 25 sols
3 nappes à ladite Jallot 35 sols
6 autres nappes audit Leroux 2 livres
soit au total 50 nappes vendues 66 livres 7 sols

Comme vous le voyez, il y a encore plus de nappes lors de la vente que lors de l’inventaire quelques jours auparavant. C’est vraiement incompréhensible, et il est vraisemblable que tout est ainsi, et qu’il faudrait établir un immense tableau comparatif. Immense car l’inventaire est long et riche.

Mais le nombre de nappes est sincèrement important, car il y en a plus que de chemises, autrement dit on pouvait changer de nappe plus souvent que de chemise !!!
Mais surtout tout remettre en ordre, car l’inventaire est toujours fait dans le plus grand désordre, mais c’est bien pire pour la vente, et elle dure plusieurs jours dans le plus grand désordre.
Odile

Les chemises de feu Jean Jallot, tanneur à Ampoigné 1714

Selon Quynh Delaunay « Histoire de la machine à laver », Puf, 1994, le terme de linge a pendant longtemps désigné le linge de maison : draps, nappes, serviettes. « Dès le XIIIème siècle, on observe dans les inventaires la présence de la chemise. Mais celle-ci est restée longtemps de l’ordre de l’unité, au milieu d’une abondance de linge de maison et de vêtements…. A partir du XVIème siècle, la propreté en France s’apprécie à la blancheur. Le port de la chemise se généralise et l’entretien du linge dans la blancheur s’inscrit dans les préceptes de civilité et des convenances. Être propre c’est avoir du linge »

Pour ma part, j’ai déjà dépouillé un grand nombre d’inventaires après décès, et je constate bien la rareté des chemises, seul sous vêtement de l’époque.
Jean Jallot, tanneur, décédé dans la force de l’âge, en possédait beaucoup. Nous avons la chance de disposer, outre l’inventaire, de la vente, quelques jours plus tard.
Si l’inventaire a été bien fait, on doit trouver la même quantité à la vente. Il n’en est rien, et j’ai revérifié.

L’inventaire donne :

2 douzaines de chemises à l’usage dudit deffunt Jallot 20 livres

Et la vente donne :

6 chemises à usage d’homme au sieur Bourse marchand à Ampoigné 10 livres 15 sols
6 chemises à usage d’homme à Michel Lannion tirier demeurant à Mée 8 livres 10 sols
6 autres chemises à usage d’homme au sieur Chanteloup demeurant à Craon 12 livres
6 chemises à usage d’homme audit Latouche 7 livres
2 chemises à usage d’homme audit Lemelle 2 livres
10 autres chemises à usage d’homme au sieur Mahié boullanger 12 livres

Autrement dit, on a dû se tromper en faisant l’inventaire d’une douzaine de chemises, et au final la valeur n’est pas de 20 livres, mais de 44 livres 5 sols. Les chemises se sont bien vendues. Les acheteurs sont des artisans, sans doute heureux d’acquérir des chemises probablement ayant déjà servi, mais on peut supposer qu’ils n’ont pas les moyens d’en acquérir de neuves.
Lors de son mariage, Jean Jallot a donc reçu 2 ou 3 douzaines de chemises neuves, ce qui est la marque d’un bon bourgeois, bien au dessus d’un artisan.

Selon d’autres sources, dont l’ouvrage que je vous ai cité ci-dessus, on allait chaque semaine au lavoir du village, enfin la domestique par l’épouse de Jean Jallot. Donc j’en conclue que Jean Jallot changeait de chemise chaque jour.

Odile

La fin tragique de la tannerie de la Grihoulière : Ampoigné 1714

La tannerie était une industrie malodorante et si vous avez bien remarqué mon texte d’hier, elle était au bord d’une rivière car elle nécessitait de l’eau, beaucoup d’eau pour le lavage des peaux : elle polluait donc les rivières.

De leur côté, les tanneurs, ou du moins les lignées que j’ai étudiées, étaient probablement un des rares métiers à pouvoir transmettre à plusieurs enfants, alors que l’immense majorité des artisans ne pouvaient transmettre leur activité qu’à un descendant, et les puinés étaient priés de prendre leur baluchon sur leur dos et aller voir ailleurs trouver un emploi, souvent très loin, en fait de l’immigration.

Mais Guillaume Jallot avait très fort : non seulement il avait fait 13 enfants à 2 épouses, mais 9 d’entre eux atteignent l’âge adulte. Tous casés, et tous dans le même milieu.
Jean Jallot, son 10ème enfant, perd son père à 10 ans, mais sa mère et ses frères aînés veillent sur lui. Et, arrivé à l’âge adulte c’est tout naturellement qu’il épouse la soeur de la femme de son frère aîné, toutes deux filles de Pierre Crespin et Louise Chesneau, qui n’avaient laissé que 3 filles pour héritières, bien sûr toutes 3 mariées à des tanneurs.

On ne saura sans doute jamais pourquoi Jean Jallot et Marie Crespin installent à la Grihoullière à Ampoigné une tannerie importante par le nombre de peaux (que nous verrons plus tard). Certes ses frères aînés avaient eu une meilleure installation, donc celle de leur père.

Mais ce que je peux vous dire, c’est que les rivières doivent déjà être assez monopolisées et disputées entre tanneurs de Château-Gontier et tanneurs de Noëllet et de Craon, qui luttent entre concurrents.
Certes, les parents de Marie, Pierre Crespin et Louise Chesneau ont déjà tannerie à Ampoigné, à la Sablonnière, et Louise Chesneau descend de son côté des tanneurs de Saint Quentin.

Mais je vous demande maintenant d’examiner attentivement les 2 vues qui suivent :

Carte de Cassini


Carte IGN actuelle

Aucune rivière, juste un petit ruisseau, qui me fait penser au petit filet d’eau que je franchis chaque jour en direction de mon bourg, où l’on devine à peine un cm d’eau sur les pierres et encore, en été, plus rien.
Certes, sur la carte de Cassini on voit 2 étangs, qui ont disparu aujourd’hui, mais les étangs ne sont pas eau courante, et sont donc vite polluables. Et j’ajoute que l’abbé Angot, dans son Dictionnaire de la Mayenne, donne bien un ruisseau, et pas de rivière.

Alors, souvenez-vous de mon billet d’hier, et des odeurs nauséabondes qui entouraient une tannerie. Les 2 étangs de la Grihoullière n’étaient pas capables de supporter une telle pollution, et ce qui arriver arriva : le couple disparaît jeune, laissant 3 orphelins.
La pollution a eu raison d’eux, et d’ailleurs la pollution des eaux par d’autres voies de pollution (le fumier par exemple…) a eu raison de bon nombre de nos ayeux.

Nous disposons aux archives de mieux qu’un inventaire des meubles après décès, car nous avons aussi la vente des meubles, le tout en 1714, et comme ils sont jeunes, le trousseau est en bon état, et contrairement à ce que lis dans la majorité des inventaires, rien n’est méchant, mauvais, usé etc…

Demain, je vous mets le nombre de chemises, car les tanneurs sont aisés, donc tentez de découvrir combien de chemises ?

Odile