Charles de Brie transige avec Renée Auvé pour son douaire, Serrant 1549

elle n’est pas la mère, mais probablement la seconde épouse du père, car la mère de Charles de Brie vie encore et a aussi son douaire. Je me demande donc ce qui m’a échappé et je n’ai pas vérifié dans les travaux de Brie déjà connus, et je vous laisse le soin de nous éclaircir sur la position respective de ces 2 femmes ayant chacune leur douaire.

collection particulière, reproduction interdite
collection particulière, reproduction interdite

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 9 novembre 1549 (Huot notaire Angers) en la cour du roy notre sire à Angers endroit etc personnellement establiz nobles personnes Charles de Brye sieur de Serrant d’une part
et Renée Auvé dame du Genetay veufve de feu messire Magdelon de Brye en son vivant sieur dudit lieu de Serrant d’autre
soubzmectant etc confessent avoir ce jourd’huy sur les différens et procès qui estoyent meuz ou espérés se pouvoir mouvoyr entre eulx touchant le douayre de ladite Auvé deu sur les biens paternels dudit de Brye subjectz audit douayre et fruictz d’yceluy escheuz depuys le décès dudit deffunt de Brye faict transigé et accordé font transigent et accordent ce qui s’ensuyt
c’est à savoir que pour ledit droit de douayre de ladite Auvé esdits biens paternels dudit deffunct de Brye non comprins ce que en tient par douayre dame Renée de Surgères mère dudit Charles esquels le décès de ladite de Surgères advenu aura ledit douayre si elle survit ladite de Surgères, iceluy Charles de Brye a bailél et délaissé baille et délaisse à ladite Auvé qui a prins et accepté audit tiltre de douayre et par usufruict sa vue durant seulement
les terres fiefs et seigneuries de st Ligner des Essarts de Marcillé et de la Membrolle avecques leurs appartenances sauf et réservé les boys desdites terres et seigneuries de St Ligner et des Essars qui demeurent audit de Serrant fors seulement ce que en tiennent et exploitent les fermiers qui est le bois taillis appellé le Buysson et la Guerche
à la charge de ladite Auvé de acquite durant sondit douaire et qu’elle jouyra desdites choses les cens rentes et debvoirs anciens et accoustumés et de jouyr des dites choses et les entretenir ainsi qu’elles sont de présent et comme usufruitier est tenu faire
lesquelles terres a ledit de Brye promys faire valoir 600 livres tz de rente ou revenu pour le moings et s’il en défault le parfournir de proche en proche
et pour ce que ledites terres de St Ligner les Essars et la Mambrolle et Marsillé sont de présent baillées et affermées par ledit deffunt seigneur de Serrant a esté accordé que ledit de Brye seigneur de Serrant baillera et fournyra et lequel a promys bailler et fournir à ladite Auvé dedans la feste de Nouel prochainement venant personne solvable ou deux qui prendront de ladite Auvé lesdites terres à ferme respectivement pour tel temps et non plus que durent les fermes qui ont esté baillées par ledit deffunct seigneur de Serrant c’est à savoir lesdites terres de Marsillé et de la Membrolle pour 400 livres par an et lesdites terres de st Leger et les Essars non comprins lesdits boys pour 200 livres par an respectivement desquelles fermes demeure néanlmoins tenu ledit de Brye vers ladite Auvé, laquelle s’en pourra adresser à luy si bon luy sembe pour le tout
et lesdites fermes finyes jouyra ladite Auvé desdites terres par ses mains ou autrement audit tiltre de douayre ainsi que bon luy semblera
et en tant que touchent lesdits fruictz de ceste présente année dudit douayre demeure tenu ledit de Brye les payer à la raison dessus dites dedans la feste de la purification Notre Dame prochainement venant

    je suppose que certains de mes lecteurs voudraient comprendre cette date de la « purification Notre Dame », et s’ils le souhaitent ils peuvent aller voir la page de la Purification de la sainte Vierge, qui est le 2 février
purification de la sainte Vierge
purification de la sainte Vierge

et pour les fruictz recueilliz des choses dudit deffunt cultyvées et labourées, du meuble commung dudit deffunct et d’elle, ledit de Brye demeure tenu poyer à ladite Auvé sa poriton desdits fruictz qu’elle a délaissés et transportés délaisse et transporte audite de Brye la somme de 100 livres tz dedans ladite feste de la puritication prochainement venant,
le tout sans préjudice des autres droits et actions que lesdits de Brye et Aulvé ont en autres choses l’ung contre l’autre
auxquelles choses dessus dites tenir etc et lesdites choses baillées pour ledit douayre garantir etc obligent lesdite partyes respectivement l’une vers l’autre etc renonçant etc et par especial ladite Auvé au droit vellyen à l’espitre divi adriani et à l’authentique si qua mulier elle sur ce de nous suffisamment acertaine etc et de tout etc foy jugement et condemnation etc
présents à ce révérend père en Dieu Jehan Du Mar abbé commandataire de st Thierry doyen d’Angers, Ponthus de Brye abbé de St (pas déchiffré), noble et discrette personne maistre Esmar de Tesualle doyan du Mans et honorables hommes et saiges maistres Jehan Dolbeau Vincend Colin Guy Lasnier Jehan Menard et Mathurin Chalumeau licenciés ès loix tesmoings
fait et passé en la cyté d’Angers en la maison dudit Du Mar les jour et an susdits

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

3 réponses sur “Charles de Brie transige avec Renée Auvé pour son douaire, Serrant 1549

  1. d’après Mayaud
    Magdelon de Brie « assassiné le 5 janvier 1565 à la sortie d’un bal par le procureur du Roi Lemaçon », époux de Renée Auvé était le frère dudit Charles de Brie (problème de date, il donne la mariage Brie/Auvé vers 1546)

      Note d’Odile :

    Effectivement, problème de date.
    S’il est assassiné le 5 janvier 1565 elle ne peut négocier son douaire en 1549 ? Je ne comprends plus.
    Odile

  2. Je pense effectivement qu’il y a un problème de date.
    Voici l’acte qui traite du douaire de Renée Auvé, extrait des minutes des notaires, conservées aux Archives Départementales, notaire Huot, série 5E121.
    Il s’agit sans aucune contestation possible de 1549.
    Donc, je pense qu’on peut en conclure que l’assassinat a eu lieu avant.
    Odile

    Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

  3. Bonjour Odile, Grand bravo pour votre travail inlassable et vos découvertes ! Il se trouve que je commence à m’intéresser aux Brie de Serrant. Cette question de deux douaires est résolue par la généalogie des Brie donnée par La Chesnaye-Desbois : Renée de Surgères est la veuve de Péan de Brie, qui sont tous deux les parents de Charles. Madelon était fils de Péan d’un premier lit. Renée Auvé est la veuve de Madelon. Il y a donc deux douairières, de deux générations différentes. Une telle situation coûtait cher aux lignées ! Merci pour ce dépouillement des actes notariés. Je serai enchanté d’avoir de vos nouvelles. très cordialement, MN

      Note d’Odile :

    Bonjour monsieur
    très touchée par vos encouragements, car venant de vous ils ont une immense valeur !
    Je ne dirais pas que l’acte notarié ci-dessus est résolu par la Chesnaye-Desbois, mais le contraire, à savoir que l’acte ci-dessus vient confirmer la véracité de de point de la Chesnaye-Desbois.
    En effet, cet auteur est connu pour les innombrables erreurs qu’il a bien voulu faire parce qu’il croyait tous les individus à la recherche d’une noblesse, même fausse et erronnée. Je ne fais personnellement aucune confiance à cet auteur, et j’ai publié il y a longtemps sur mon site ce que j’en pense, sou sle titre « Vanité quand tu nous tiens ».
    Donc, si je retranscris inlassablement tant d’actes notariés, c’est précisément pour servir de preuves et souvent pouvoir vérifier confirmer ou infirmer ce qui était autrefois publié et qui est truffé d’erreurs du passé.
    Je suis une maniaque de la preuve et de la vérité en généalogie, comme vous pouvez le constater.
    Par ailleurs, outre les actes sur la famille de Brie qui sont déjà sur mon blog, et auxquels vous pouvez accéder en cliquant ci-dessous sur le tag (mot-clef) qui les concerne, j’ai aussi d’autres actes, que je peux vous retranscrire, car j’ai une immense estime pour vous, et j’ai pour habitude d’honorer ceux que j’estime, même si je dois reconnaître que l’immense majorité des lecteurs de ce blog sont tout à fait inestimables, et ils se reconnaîtront. Les estimables se reconnaîtront aussi.
    Bonne année à vous
    et merci de votre commentaire et n’hésitez pas à me demander autre chose.
    Bien cordialement
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.