Anne Chaillou loue une chambre de maison rue de la Poissonnerie, Angers 1590

Anne Chaillou est l’épouse de celui que nous avons vu ici, et manifestement c’est une forte femme, puisque non seulement elle sait signer, ce qui est très rare à l’époque chez les femmes, mais elle a obtenue une séparation de biens en justice ce qui lui permet de gérer seule ses biens.

Elle avait sans doute besoin d’un peu plus de place qu’à l’Hôtellerie qu’elle tenait, soit pour loger des domestiques soit des voyageurs.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E1 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 4 mai 1590 après midy en la cour royale d’Angers par davant nous François Revers notaire d’icelle personnellement estably honneste homme Jacques Moynard Me apothicaire demeurant Angers paroisse sainte Croix d’une part,
et Anne Chaillou femme séparée de biens d’avecq François Lemelle et auctorizée par justice à la poursuite de ses droictz demeurant Angers paroisse saint Pierre d’autre part
soubzmectant etc confessent etc avoir fait et font entre eulx le marché de bail à louaige tel que s’ensuit savoyr est ledit Moynard avoyr ce jourd’huy baillé et baille par ces présentes à la dicte Chaillou qui a prins et accepté audit tiltre et non autrement pour le temps de 5 années entières et parfaites qui commenceront au jour saint Jehan Baptiste prochainement venant et finiront à pareil jour lesdites 5 années révollues
scavoir est une chambre de maison sise en la rue de la Poissonnerie avecq une cave et caveau dessoubz ladite chambre, aussy avecq une estable estant joignant ladite cave comme le tout se poursuit et comporte et que ladite Chaillou a dit bien cognoistre lesdites choses pour y estre à présent demeurante
pour en jouyr et user pendant ledit temps de 5 années comme ung bon père de famille sans malverser aucunement
à la charge de ladite preneuse de tenir et entretenir les choses baillées en bonne et suffisante réparation suyvant et au désir du bail qui luy en a esté fait et audit Lemelle son dit mary
et est fait le présent marché pour en poier et bailler par ladite preneuse audit bailleur par chacune desdites années la somme de 6 escuz sol vallant 18 livres tz poyable à deux termes par moityé savoyr à saint Jehan Baptiste et Noël premier payement commenczant à Noël prochain, et à continuer
et a ladite Chaillou en faveur dudit présent bail laissé audit Moynard la jouissance d’une chambre de maison d’ung sellier et de la gallerye estant sur ledit sellier … sise en ladite rue de la Poissonnerye pour en jouyr … par luy ses hoirs etc pendant lesdites 5 années comme ung bon père de famille et d’entretenir lesdites choses en suffisante réparation comme elle luy ont esté cy davant baillées par ladite Chaillou et les y rendre à la fin dudit bail d’aultant que lesdites choses cy dessus par ledit Moynard baillées à ladite Chaillou sont de plus grand valleur que celles par elles baillées audit Moynard de la somme de 12 escuz deux tiers par chacuns ans qui seroyt à raison de 56 livres par an pour ceste cause a esté accordé entre les parties que ledit Moynard demeure quicte vers ladite Chaillou qui l’a quicté et quite des louaiges desdites choses par elle à luy baillées par le moyen du présent bail qui aultrement n’eust esté fait et consenty par ledit Moynard

    ici, je comprends qu’elle avait besoin de plus de place, et obtenu de Moynard qu’il lui loue la chambre de maison qu’il possède, plus spacieuse ou mieus située, moyennant qu’elle le laisse jouir de ce qu’elle possède ci dessus décrit, et comme elle était demanderesse de cet échange, elle ne prendra aucun loyer à Moynard sinon il n’aurait rien consenti

tout ce que dessus stipulé et accepté par lesdites parties respectivement et à ce tenier etc garantir etc dommages etc obligent lesdites parties respectivement etc à prendre etc renonçant etc foy jugement et condemnation etc
fait audit Angers maison dudit Moynard présents à ce honneste homme Laurens Chartier marchand et Loys Allain clerc demeurant audit Angers tesmoings

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

8 réponses sur “Anne Chaillou loue une chambre de maison rue de la Poissonnerie, Angers 1590

  1. A quel type de pièce correspond exactement la « gallerye estant sur ledit sellier  » s’il vous plaît ?

      Note d’Odile :

    C’est l’ancêtre du couloir à l’étage, mais il était alors le plus souvent un passage extérieur couvert ou non, surtout de bois, donc il ne doit plus en exister beaucoup, pourtant il me semble en avoir vu.
    Odile

  2. Merci pour la réponse
    Ce serait donc l’équivalent de ces galeries à l’étage de certains châteaux (comme celui d’Angers dans le logis) mais dans des maisons moins nobles.

      Note d’Odile :

    Oui, si ce n’est que celle du château d’Angers est plus élaborée et presque un couloir ouvert.
    J’avais suivi autrefois les cours d’architecture du Moyen-âge à l’université Intert-Ages de Nantes, et je me souviens en avoir vu, y compris dans certains logis à pans de bois.
    Mais je ne retrouve pas mes vues.
    En tappant GALERIE OU PASSAGE EXTERIEUR AUTREFOIS sur moteur de recheche, j’en ai vu quelques unes
    Enfin, de nos jours, dans l’agglomération nantaise, des immeubles collectifs sont construits sur le principe de l’accés extérieur par ce qui ressemble à la galerie d’autrefois, en plus dur.
    Odile

  3. Je suis persuadée en avoir sur mes cartes postales, et pour le moment je ne trouve qu’une galerie basse de château, mais je sais que j’ai ai en bois à l’étage sur maisons manables ou autres

    Odile

  4. toujours sur mon site de cartes postales, mais je suis certaine que j’en ai d’autres, voici ce qui devait ressembler à la galerie mentionnée dans l’acte ci-dessus, qui est un passage extérieur entre les pièces.

  5. Il n’est pas étonnant qu’Anne Chaillou intervienne sans l’assistance de François Lemelle son mari dans la location d’une chambre rue de la Poissonnerie à Angers, car l’hostellerie Ste Barbe qu’elle tient alors rue de la Poissonnerie est sa propriété et non celle de son mari.
    En effet Anne Chaillou née à Angers St Pierre le 12 03 1554 est fille de Julien Chaillou et Françoise Legouz, cette dernière née à Angers St Pierre le 19 11 1533 est fille de Jan Legouz hoste de l’hostellerie Ste Barbe et d’Anne Grudé.
    Donc Anne Chaillou est petite fille de Jean Legouz de cette hostellerie Ste Barbe

  6. Bonjour
    Autrefois, jamais une femme mariée n’avait le droit de gérer ses biens propres, sauf si elle avait obtenu la séparation de biens.

    La séparation de biens était relativement rare et obtenue par justice.
    Elle dénote une femme de caractères.

    Car autrefois, dès lors qu’elle était mariée, c’est le mari et lui seul, qui gérait les biens de sa femme y compris les biens propres.
    Je pense que les hôtelières, de par leur métier, étaient filles plus évoluées que la plupart des femmes de marchand, d’où la séparation de biens qu’elle avait obtenu.
    Et aussi sa signature, car il est rare qu’un femme sache signer.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *