Philippe Pancelot veuve Justeau accepte l’arpentage de l’île Grand Guischard, Morannes 1611

J’attire votre attention sur la patronyme Justeau écrit Justeau par le notaire Serezin, important notaire royal à Angers, et pour cela je vous mets ici la première page de cet acte pour que vous lisiez bien JUSTEAU.
Puis je vous signale que le fils de Philippe Pancelot, François JUSTEAU, tel que Serezin l’écrit en première page, est dit par la suite présent, et même qu’il signe. Or, vous allez constater qu’il signe JUSQUEAU !
Surprenant !!!

    Voici la première page, retranscrite ci-dessous.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le vendredi 24 juin 1611 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establys Jehan Garnier sieur de la Grange marchand demeurant à Morannes d’une part et Phelippe Pancelot veufve de deffunt Jacques Justeau demeurant en ceste ville paroisse saint Maurille tant en son nom que comme soy faisant fort des enfants dudit deffunt et d’elle d’autre part, lesquels du procès pendant au siège présidial d’Angers entre ledit Garnier demandeur et François Justeau fils dudit deffunt Justeau et de ladite Pancelot pour raison de ce que ledit Garnier concluoit à ce que iceluy Justeau soyt condemné p… ??

    selon ce qui va suivre il est manifeste qu’il faut ARPENTER car Justeau aurait pris plus que le tiers auquel il avait droit après partages antérieurs. Voyez ce qui suit.
    D’ailleurs, ces partages antérieurs, attestent un lien probable entre Garnier et les Justeau.

la possession et saisine d’une portion de pré contenant demy corde ou environ que ledit deffunt son père luy ont usurpé depuis certain temps encza en une isle appellée la Grand Guischard en la paroisse de Morannes dont en appartient audit Garnier la tierce partye suivant les lettres de partages faits entre les précédents seigneurs de ladite isle … ont par l’advis de leurs conseils et amis après cordelage et arpentage fait de ladite isle font par l’accord et transaction qui s’ensuit en présence dudit François Justeau c’est à savoir que ladite Pancelot esdits noms s’est désist délaissée et départye et par ces présentes désiste délaisse et départ de la seigneurie possession et jouissance de 8 cordes dudit pré qui se sont trouvé excéder de plus que la tierce partye en quoy elle est fondée en ladite isle par l’issus du dit cordelage, lesquelles 8 cordes ledit Garnier prendra le long de proche en proche sa part dudit pré, et à ce que à l’advenir il ne se puisse faire aulcune entreprise ne usurpation par l’une ou l’autre des parties a esté accordé qu’il sera fait un fossé entre eulx à commun frais et despens qui sera et demeurera mutuel entre eulx et sur lequel chacun pourra planter ce que bon leur semblera et sera à commun frais assis bornages dans le creux dudit fossé …

    encore 2 pages non retranscrites, car n’apportent rien de plus

Odile Halbert - Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Tags: , , ,

3 commentaires pour “Philippe Pancelot veuve Justeau accepte l’arpentage de l’île Grand Guischard, Morannes 1611

  1. Marie dit :

    E.2951.(Carton.)-2 pièces,papier.
    1555-1621.-JUSQUEAU.
    -Acquêt par Thomas Jusqueau de terres et vignes en Saint-Lambert-des-Levées;-par Marc Jusqueau d’une maison à Saumur.

    1694-1786.-JUTEAU.
    -Acquêt par Pierre Juteau d’un pré en la paroisse de Saint-Georges-Chatelaison;-par Louis Juteau,marchand de draps de soie,d’une créance de 70 livres sur François Jollivet;-constitution par Marcel Avril de Pignerolles d’une rente viagère de 50 livres au profit d’Angélique Juteau,femme de chambre de mademoiselle de La Lorie.
    (Série E.Titres de famille AD du Maine et loire.C.Port.)

  2. Stéphane dit :

    Bizarre 3 actes et 3 notaires différents Moloré, Serezin et Chuppé en 5 ans

    Je me demande comment choisissaient ils leur notaire?

    Certains avaient ils des compétences particulières (contrat de mariage vente bail….)

    Actuellement, je suis sur Jacques Bommier notaire royal à Angers, dans ces clients, on retrouve sa famille, on retrouve également les habitants du Lion d’Angers et des environs (Jacques Bommier est natif du Lion d’Angers)
    Dans ces actes, peu de contrat de mariage
    Alors que Bertrand Lecourt aussi notaire à Angers pour cette periode, de mémoire, rédige pas mal de contrat de mariage

    ou comme vous le disiez il y a quelques jours, certains actes étaient rédigés en plusieurs jours, donc les notaires se passaient les clients au gré de leur charge de travail

    Donc les clients pouvaient faire plusieurs notaires avant d’en trouver 1 qui est du temps à leur consacrer(les rendez vous ne devaient pas exister à l’époque: j’imagine pas une personne vivant à 30km d’ Angers venir une fois pour prendre rendez vous et une deuxième pour la rédaction de l’acte)

    Stéphane

      Note d’Odile :

    Autrefois pas de fidélité à un notaire, et j’ai une toute autre hypothèse.
    Bon.
    Pas de téléphone, certes le messager 2 fois par semaine pour envoyer une lettre, mais sauf affaires et gens très importants, disons que les RV par messager devaient être rares.
    En fait, on arrivait à Angers et là on devait sans doute se diriger vers le Palais Royal, véritable forum des officiers de justice et notaires, et là on prenait le premier qui était libre par bouche à oreille ou contact direct.
    J’avais visité il y a quelques années le Parlement de Rennes après les premières restaurations, et j’avais compris que le rez de chaussée était une véritable place forum populaire où tout ce qui cherchait quelqu’un venait s’informer.
    Et, comme vous le constatez, les notaires avaient aussi un profil différent, et Quetin par exemple avait tous les jours un religieux, etc…
    Donc, depuis des années je mets mes retranscriptions car aucun notaire n’est la solution à une famille.
    Odile

  3. MESANGE dit :

    Bonjour

    Au mariage de Sainte le 20 février 1620 à MORANNES il y est noté la présence d’un François JUSQUEAU.

Laisser un commentaire