Sous-partage, en 3 lots, d’un cinquième de la succession de Guillaume Pottier, Angers et Céaucé 1676

Ici, j’ai une différence avec ce que les Normands ont observé, à savoir que Pierre Pottier est dit sieur de la Dennavière ou quelque chose qui y ressemble car mal écrit, mais dans tous les cas ne ressemble pas du tout à la Teillaie.

actes précédents sur cette famille :

Outre la route du clou, les Normands avaient une bonne raison de venir à Angers : le collège de Bueil

Guillaume Pottier a eu beaucoup d’héritiers collatéraux, ici les Chevalier, Saint Roc (61) et Angers 1676

Guillaume Pottier a eu beaucoup d’héritiers collatéraux, ici Louise Morin, Céaucé et Angers 1676

collection particulière, reproduction interdite
collection particulière, reproduction interdite

Voir toutes mes cartes postales de Sainte-Suzanne

Il y a 157 km de Céaucé à Angers, soit plusieurs jours de voyage à 40 km/jour distance quotidienne du cheval, il faut coucher à Angers et plusieurs nuits, et même coucher en route sans doute à Laval en le traversant. On dépense beaucoup d’argent pour toucher l’héritage !!!

A la fin de ce billet, vous avez la signature d’Henriette Pottier à la mode Normande. En effet, en Normandie tous ceux qui ne savaient pas signer mettaient leur marque, et c’est ce qu’elle a donc fait à Angers, probablement devant l’étonnement du notaire François Crosnier, peu habitué à laisser une femme qui ne sait pas écrire signer ainsi.

La totalité de ce sous partage peut être comptée, et doit avoisiner 2 000 livres ce qui mettrait la totalité des 5 lots à quelque chose comme 10 000 livres, ce qui est équivalent à la fortune de certains avocats ou équivalents. En fait la cure de Sainte Suzanne devant rapporter, et bien plus qu’il ne dépensait, et on constate que puisqu’il a créé à Angers des obligations dans les dernières années de sa vie, il ne pouvait pas vivre à Sainte Suzanne ces années là, et ceux qui sont fidèles lecteurs de ce blog savent que les curés vivant à Angers mais possesseurs d’un cure au loin, étaient très nombreux, et nous avons ceci à travers les baux à ferme des cures en question, et vous en avez déjà quelques uns sur ce blog.

Ensuite pour la fortune de ces religieux, j’ajoute que oute le revenu de la cure, ces célibataires n’avaient pas à débourser de dots aux enfants, comme c’est le cas pour tous les couples mariés, et ces dots constituaient une part importante de leur patrimoine. En conséquence, je dirais qu’un prêtre laissait à son décès plus qu’un père de famille puisque son patrimoine n’était pas amputé de dots.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 1er septembre 1676 (devant Françoys Crosnier notaire royal à Angers) Partages en 3 lotz des contrats et autres effets escheuz de la succession de deffunt vénérable et discret Me Guillaume Pottier prestre vivant curé de Sainte Suzanne à chacun de Me Jean Collin sieur de la Hemeriaye docteur en médecine en l’université d’Angers fils et héritier pour une tierce partie des biens d’Anjou et du Maine en la succession de deffunte damoiselle Madeleine Pottier de son premier mariage avec deffunt Me Jean Collin vivant sieur de la Hemeraye, honorable femme Henriette Pottier veuve de deffunt honorable homme Jean Duchesnay vivant marchand et honorable homme Georges Esnault aussi marchand comme père et tuteur naturel de Claude Esnault sa fille et de deffunte Marie Pottier sa femme, lesdites Henriette et Marie Pottie rfilles et héritières pour un tiers chacune esdits biens d’Anjou et du Maine, de ladite deffunte Madeleine Pottier de son second mariage avec deffunt Me Pierre Pottier sieur Dannevière ?? (mais pas « la Teillaye » comme donné par certaines sources), et par représentation de ladite Madeleine Pottier lesdits sieur Collin, Henriette Pottier et Esnault esdits noms héritiers pour une cinquiesme partie dudit deffunt Pottier curé de st Suzanne suivant les actes des esgallement et partages entre tous les héritiers dudit feu sieur curé passé devant Me François Crosnier notaire royal à Angers les 28, 29 août 1676, que ledit sieur Collin comme aisné en la succession de ladite Madeleine Pottier fournist et présente à ladite Henriette Pottoer et audit Esnault audit nom pour estre lesdits lots par eux obtés et choisis chacun en son rang et ordre au désir des coustumes d’Anjou et du Maine
1er lot : un contrat de constitution de la somme de 55 livres 11 sols 2 deniers de rente hyothécaire constituée pour la somme de 1 000 livres de principal audit deffunt sieur curé de ste Suzanne par Me Louis Chotard sieur de la Sablonnière par contrat passé devant ledit Crosnier notaire le 27 novembre 1656 … ; à la charge de celui qui aura le présent lot de faire de retour la somme de 114 livres à celuy ou celle qui aura le second lot, avec la rente ou intérests au denier vingt jusqu’au payement réel à compter de ce jour ladite somme payable après que l’admortissement de ladite rente aura esté fait
2ème lot : ladite somme de 114 livres de retour de parage deue par celuy ou celle qui aura le 1er lot avec la rente ou intérêt au denier vingt à compter de ce jour ladite somme payable trois jours après que l’admortissement de ladite rente aura esté fait ; Item un contrat constitué de la somme de 20 livres de rente hypothécaire constituée pour la somme de 400 livres de principal au profit de Me Zacharie Gilbert greffier commis au siège présidial dudit Angers par Me Urbain de Lalande chevalier seigneur des Plans es qualités qu’il procède passée par ledit Crosnier notaire le 30 décembre 1669 lequel Gilbert auroit recognu que ledit contrat en principal et arrérages avoit tourné audit Crosnier par son escrit privé du mesme jour dudit contrat en conséquence de quoy il auroit par ledit Crosnier esté ceddé et transporté audit feu sieur Pottier par cession passée par devant Jean Gauvreau notaire de ladite cour le 20 mai 1670 avec la somme de 53 livres 8 sols 8 deniers pour ce qui reste à payer d’arrérages de ladite rente du passé jusqu’à ce jour ; Item un autre contrat de constitution de 111 sols de rente hypothécaire constituée pour la somme de 100 livres de principal au profit dudit defunt sieur curé par Me Gillebert sieur de Chanbusson et autres passée devant ledit Crosnier notaire le 2 juin 1663, avec la somme de 12 livres 9 sols pour les arrérages de ladite rente courus depuis le 2 juin 1674 jusqu’à ce jour ; Item la somme de 32 livres un sol 3 deniers deue par Jean Piednoir Jean Fourrier et autres pour une année de la rente mentionnée au partage des biens de ladite succession situés en Normandie passé par Cireul notaire royal audit Angers le 28 août 1673 avec la somme de 174 livres 2 sols en argent contant
3ème lot : la somme de 253 livres 12 sols d’arrérages de la rente due par ledit sieur Chotard mentionné au 1er lot estant à payer des arrérages du passé jusqu’à ce jour ; Item un contrat de constitution de 15 livres de rente hypothécaire pour la somme de 300 livres de principal au profit dudit feu sieur curé par honorable femme Aubine ? Chenoir veuve de Me Joseph de la Fuye, Me François Lemaczon advocat au siège présidial d’Angers et demoiselle Anne Hiron sa femme solidairement passé par ledit Cireul notaire le 16 mai 1669 avec la somme de 31 livres 12 sols pour ce qui reste à payer de arrérages du ladite rente du passé jusqu’à ce jour ; Item la somme de 26 livres à prendre de Me Henry Pottier juge d’Ambrières qui les a receuz du nommé Michel Rossignol, Guillaume et Nicolas les Heron pour arrérages de rente mentionnés au partage passé par ledit Cireul et la somme de 276 livres 4 sols 6 deniers d’argent comptant, ainsi que le tout est escheu auxdits compartageants de la succession dudit feu sieur curé de sainte Suzanne par l’estat d’également et à condition que lesdits compartageants ne seront garends les uns vers les autres desdits contrats et autres soubz quelque prétention qu’il le puisse estre suivant et conformément audit acte d’esgalement et partage et que les grosses desdits contrats et pièces seront délivrées par ceux des compartageants auxquels ils se trouveront appartenir par l’issue de la choisie au moment d’icelle, auxquels partages ledit Collin a fait arrest par devant nous François Corsnier notaire royal audit Angers …

  • la choisie
  • Et le dit jour 1er septempre audit an 1676 après midy devant nous notaire royal susdit furent présents soubmis ledit Collin docteur en médecine demeurant en la paroisse de Céaussé province du Mayne, ladite Henriette Pottier veuve dudit Jean Duchesnay demeurant à la Tillaye paroisse dudit Céaussé, et ledit Georges esnault marchand tant en son privé nom que comme père et tuteur naturel de Claude Esnault sa fille et de deffunte Marie Potier sa femme, demeurant en la paroisse de Dampierre vicomté de Domfront en la province de Normandie desnommés au partage cy dessus et de l’autre part, lesquels après que ladite Henriette Pottier et ledit Esnault esdits noms ont recognu avoir eu congnoissance desdits partages les trouver bon et duement et également faits et estre prests de procéder à l’option et choisie d’iceux, y procédant ledit Esnault esdits noms comme plus jeune et premier fondé en ladite choisie a obté et choisi le premier desdits lot, ladite Henriette Pottier comme estant son rang et ordre de choisie a obté et choisi le troisième dedits lots, en sorte qu’il est demeuré audit sieur Collin le second desdits lots …

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog

    2 réponses sur “Sous-partage, en 3 lots, d’un cinquième de la succession de Guillaume Pottier, Angers et Céaucé 1676

    1. Chère Odile
      Bravo pour votre remarquable de transcription et surtout de votre analyse fine et pertinente de la fortune des curés.
      Je reviens vers vous sur deux points: le père de Me Jean Colin, docteur en médecine, sieur de la Hamerais se prénomme François et pas Jean.
      OH : oui, c’est le prénom qui est écrit sur le partage en 5 lots que je viens de vous mettre en ligne, je suis donc d’accord c’est François Collin
      En ce qui concerne, le 2e époux de Madeleine Potier, à savoir Pierre Potier, il est dit, sieur de la Teillaie, dans le contrat de mariage de sa fille Henrye Pottier avec Jean Duchesnay qui est passé le 5 novembre 1654 au notariat de Céaucé. Voici la référence de l’acte : Ceaucé (Orne, Normandie, France) | 4/1654 – 5/1655 | AD61 4E19/4 vue 75/128. Et je vous en fait suivre un court résumé. Mais Pierre Pottier, au fil de sa vie a pu changer de nom de sieurie. Comme vous le savez, c’est assez courant en Normandie.
      OH : j’ai fait un photo montage il y a 2 jours du nom de lieu qui lui est attribué en 1676 lorsqu’il se présente à Angers pour la succession de feu Guillaume Pottier, et cela n’était pas la Teillaie, mais ressemblait à Auverné ?
      Le 5 novembre 1654, au lieu de la Hamerais, paroisse de Céaucé, devant les tabellions royaux soussignés, contrat de mariage entre honnête homme Jean Duchesnay (m), sieur du lieu, fils de honnête homme François Duchesnay (s), sieur dudit lieu et de Catherine Faverie, ses père et mère, demeurant au village des Bas Echalliers, paroisse de Céaucé et de honnête fille de honnête fille Henrie Potier (m), fille de Pierre Pottier (m), sieur de la Teillaie et de honnête femme Madeleine Pottier (m), ses père et mère, demeurant au lieu de la Hamerais en la dite paroisse
      Pierre Pottier (m) et sa femme ont promis payer par chacun an, jusqu’à leur décès la somme de 15 livres. François Duchesnay (s), père du futur a consenti douaire
      Fait en présence de Me Jean Potier (s), sieur du Bois, licencié es droits, Me Jean Colin (s), sieur de la Hamerais, docteur en médecine, Guillaume Sonnet (m), laboureur et Guillaume (m) et Jacques (s) Feuillet, père et fils, paroissiens de Céaucé, témoins
      OH : entre 1654 et 1676 il s’est écoulé 22 ans, et il a effectivement changé de titre lorsqu’il se présente à Angers en 1676

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *