Choix d’experts pour l’estimation des immeubles de feux René Joubert sieur de la Vacherie et sa seconde épouse Marguerite Avril : Saint Lambert du Lattay 1631

L’estimation comporte par moins de 102 pages, et je vais vous les étaler sur 4 jours :

le choix des experts
l’auberge de la Fuye face à l’église de Saint Lambert du Latty, et son pressoir à pillette
la Bodière, qui me donne la preuve qu’Etienne Brillet qui s’en disait sieur, n’en avait pas hérité, mais que le bien vient bien des Boucault, et du même coup, je suis certaine qu’Etienne Brillet époux de Jeanne Boucault (et non Perrine comme un base de données le prétend) était proche parente de mon René Boucault beau père de René Joubert.
les autres biens

Donc ce jour vous constatez que les immeubles étant sur plusieurs paroisses, on nomme 2 experts pour chaque paroisse, car pour estimer une terre à sa juste valeur mieux vaut connaître la qualité de chaque parcelle et son revenu annuel, et nous verrons par la suite qu’en effet même les vignes n’ont pas la même valeur d’une parcelle à l’autre et d’une paroisse à l’autre, pourtant nous sommes dans le pays du vin pour toutes les paroisses.
Ah, j’oubliais de vous préciser que non seulement il a fallu 102 pages, mais aussi plusieurs jours, et ce petit monde couche à chaque fois à l’auberge la plus proche, donc nous allons voyager dans diverses auberges.
Enfin, René Joubert est mon ancêtre, et j’ai déjà beaucoup publié sur lui car il existe beaucoup d’actes dans les minutes des notaires, mais je n’avais pas encore fait cette estimation.

Acte des Archives du Maine-et-Loire 5E5 – Ma retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :
Le 18 décembre 1631 après midy devant nous Guillaume Guillot notaire du roy à Angers furent présents en personne soubzmis et obligez Nicolas Joubert sieur de la Bodière conseiller du roi en la maréchaussée de Châteaugontier y demaurant, Me René Maugars sieur de la Grandinière tant en son privé nom que comme mari de Louise Joubert, demeurant en la paroisse de Cuillé en Craonnais, honorables filles Isabeau et Jacquine Joubert demeurantes en cette ville paroisse st Michel du Tertre, lesdits Joubert enfants et héritiers de defunt Me René Joubert sieur de la Vacherie, et Louise Davy sa première femme, d’une part, et Me Estienne Romain advocat Angers y demeurant paroisse St Michel du Tertre, et Marguerite Joubert sa femme de luy authorisée par devant nous quant à ce, fille dudit defunt Joubert et de defunte Marguerite Avril sa dernière femme d’autre part, et ès noms et qualités que les parties procèdent par la transaction d’entre eux passée par nous le 5 juin dernier, lesquels en exécution de ladite transaction ont convenu et conviennent des personnes des sieurs Busson Jehan Cressonnier et Jehan Guillebault sieur de la Grandmaison f°2/ bourgeois en cette ville pour voir apprécier et estimer les héritages mentionnés par ladite transaction et en dresser procès verbal à quoi les parties s’obligent respectivement estre et obéir en tous points et articles sans aulcunement y réserver ne contrevenir, à la charge toutefois que pour l’appreciation des choses hors de cette ville y assisteront et seront aussi avec lesdits sieurs experts scavoir aux Ponts de Cé la sieur Jehan Auffray et pour St Lambert du Lattay Menard sieur du Petit Vau, et Denis Chasteau, pour ce qui est de Blaison et Charcé le nommmé François Garreau, lesquels dessus dits procéderont à la veue et appréciation desdits héritages chacun en l’estendue cy dessus avec lesdits sieurs Busson, Cressonnier, et Guillebault et en dresseront tous ensemble leurs procès verbaulx, en cas d’absence d’aulcuns desdits experts en sera prins d’autres en leur place du consentement toutefois des parties, pour ce que ainsi l’on voulu stipulé et accordé entre lesdites parties lesquelles a l’effet et entretennement

à demain pour la suite

2 réponses sur “Choix d’experts pour l’estimation des immeubles de feux René Joubert sieur de la Vacherie et sa seconde épouse Marguerite Avril : Saint Lambert du Lattay 1631

  1. Bonsoir Madame,
    Je sais que vous ne répondez pas au message… Et puis peu importe, c’est aussi un plaisir pour moi…
    Je vous prie donc de m’excuser de cette intrusion…
    Je lis toujours avec plaisir et passion, le fruit des vos recherches, généalogiques, mais surtout d’histoire.
    Je sais c’est un piètre commentaire… Mais j’avais un peu envie de me rappeler quelques souvenirs… Eh oui, nous avons été « collègue »… Vous dans votre grand bureau « verré », en tant que (il me semble) Chargée de la communication, de la promotion et de la documentation dans l’établissement « la Biscuiterie Nantaise ». Moi je n’étais là qu’en tant que dessinateur intérimaire (1 mois ou 2 peut-être), dans un petit bureau, tout aussi verré, en face du votre et nous avons certainement parlé… Cela se passait dans l’année 1974 ou tout début 1975… Je pense… Avions nous parlé de généalogie ou d’histoire je ne m’en souvient guère, pourtant à l’époque, je commençais à m’y intéresser… Mais vous faite partie de c’est personne que l’on voit et que l’on oublie pas.
    … Voilà…bien sûr cela n’a rien à voir avec le thème… Mais les souvenirs ne sont-t-ils pas le début de l’histoire.

    Meilleurs Souvenirs

    Jean-Paul CRAC

    1. Bonjour Jean-Paul
      Jamais mes lecteurs ne me dérangent en me postant un commentaire, bien au contraire. Car sans commentaires, j’ai chaque jour l’impression de mouliner dans le vide, sans retour. Je sais par le système (implacable mouchard) que j’ai plusieurs centaines de lecteurs chaque jour (après exclustion de tous les systèmes enquiquineurs que compte notre planète). Et connaître mes lecteurs n’est-il pas chose importante, ne serait-ce que pour savoir ce que nous partageons ensemble, et pour mieux le partager.
      Donc, merci de m’avoir exprimé votre intérêt pour le tout petit bout de la toute petite histoire (avec un petit h, contrairement à la grande Histoire, celle qui passe par dessus la tête des individus qu’étaient chacun de nos ancêtres). Ainsi, je peux réaliser que la passion qui m’anime, je la fais partager.
      Il y a peu de temps, un historien qui écrit des ouvrages, me disait (du moins il me semble) que quand on écrit des ouvrages on a peu, voire pas, de retour de la part des lecteurs. Alors qu’internet a permis une autre dimension de la communication.
      Alors, je vous encourage à communiquer encore avec moi, et vos centres d’intérêt m’intéressent, et je me réjouis chaque fois que l’on s’intéresse à autre chose qu’une lignée ascendante en termes de dates, mais chaque fois qu’on les habille de leur histoire.
      J’ai entrepris dans les mois qui suivent, de vous raconter mes aventures (et mésaventures) au fil de mes travaux, puissiez vous non seulement les lire passivement, mais venir encore et encore ici en discuter, la porte est ouverte, et j’accueille volontiers les échanges de ce que nous pourrions sans doute appeler une passion commune.
      à bientôt le plaisir de vous lire.
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *