Un Séjourné parti à Château-Gontier sous le nom « Journée » : 1745

Je suppose qu’il s’agit d’un Séjourné de La Jaillette.
Manifestement il a ici suivi le commerce des toiles, qui partait de petits marchands tissiers, se déplaçant dans tous les villages en Anjou et Maine, pour remonter les toiles jusqu’à Château-Gontier et surtout ensuite Laval. Ce qui mettrait la Jaillette un petit bourg très actif sur le plan commercial et artisanal.

Je vous resignale l’ouvrage de Jocelyne Dloussky « Vive la toile, économie et société à Laval au XVIIIème siècle », sachant cependant qu’elle traite uniquement le haut du commerce de Laval et avoue ne pas avoir de connaissances suffisantes de tout le petit marché qui menait à Laval les toiles.

J’ai d’autres actes Séjourné de ce chartrier et je vais vous les mettre, patience car j’ai d’autres sujets en cours, qui vont alterner ici.

Avouez que l’altération du patronymé Séjourné en Journée est remarquable !!!

Cet acte est aux Archives Départementales du la Sarthe, chartrier du prieuré de la Jaillette AD72-H486 – f°327 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :


« Le 29 septembre 1745, par devant nous Pierre Allard notaire royal à Louvaines soussigné fut présent h.h. Jean Journée Md tissier demeurant à Château-Gontier paroisse st Remy, mari de Marguerite Foubert, en cette qualité propriétaire de la closerie de la Cornillière paroisse de St Martin du Bois, sur, et pour raison duquel il a reconnu et confessé devoir chacun an au terme d’Angevine au prieuré de la Jaillette membre dépendant du collège royal de La Flèche, le nombre de 22 boiseaux de bled seigle mesure du Lion d’Angers et 40 pintes de vin de rente foncière en fresche avec autres dont il dit en payer la moitié pour sa part et portion sans division de ladite rente, laquelle il offre promet et s’oblige payer servir et continuer à l’avenir par sollidité, premier terme et payement … »

3 réponses sur “Un Séjourné parti à Château-Gontier sous le nom « Journée » : 1745”

  1. Dans le même ordre d’idée, j’ai des Joncheray transformés en Cheray à Challain la Potherie. Sans doute une confusion entre Joncheray et Jean Cheray…

  2. Bonjour,

    Le patronyme SEJOURNE devient ensuite JOURNEIL

    CHATEAU-GONTIER (Saint Jean Baptiste) : 03.06.1747 (p 34)
    baptême de Pierre Jacques JOURNEIL fils de Jean, marchand tissier et de Marguerite FOUBERT

    CHATEAU-GONTIER (Saint Rémy) 17.02.1767 ( p 7)
    mariage de Pierre Jacques JOURNEIL, marchand tanneur, fils mineur de Jean, marchand tissier, et de Marguerite FOUBERT, avec Renée HOUDBINE, fille mineure de Louis, marchand boulanger, et de Jeanne VALLERAY
    (témoins : André et Elisabeth JOURNEIL, enfants d’André et Marie FOUBERT ; Magdeleine FOUBERT, veuve de Pierre RABACHE, lieutenant de gabelle (+ 20.06.1729 à SEGRE), elle est née le 19.07.1710 à SEGRE (la Madeleine) et s’est mariée le 09.07.1726 à SEGRE (Saint Sauveur)

    CHATEAU-GONTIER (Saint Rémy) 14.05.1798 ( p 23)
    mariage de Pierre JOURNEIL, fils de + Jean et de Marguerite FOUBERT, avec Béatrix Sophie CHAILLAND, née le 22.12.1763 à RENNES (témoin : Jacques JOURNEIL, capitaine d’infanterie, cousin, né le 23.09.1760 à CHATEAU-GONTIER)

    nombreuses signatures JOURNEIL sur les actes de mariage

    1. Merci à Christine et à Philippe pour les patronymes si altérés.
      Lorsque je vous ai posté JOURNEE, je me suis bien souvenue que j’avais dans mes collatéraux LEROYER une épouse JOURNEIL, et j’avais vaguement songé à un rapprochement éventuel.
      J »avoue cependant que ces 2 altérations JONCHERAY à CHERAY et SEJOURNEE à JOURNEIL me laissent sans voix, car comparées aux altérations nombreuses que j’ai rencontrées, elles me paraissent mériter une sorte de LIVRE DES RECORDS
      bonne journée et merci encore
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *