Partages de quelques biens de feu Siméon Couppel, prêtre dans le Maine

L’acte qui suit est une copie, incluse dans les archives du Cogner, et comme toute copie elle est susceptible de comporter une ou des erreurs.
La plus énorme erreur est l’abscence de date, qui est à mes yeux une erreur rarissime, mais qui permet tout de même de relativiser l’intérêt du document. Les chercheurs qui se sont penchés sur cette énigme donnent 1550/1555 comme date probable.

Les sommes sont peu élevées et il a fallu diviser par 11. Ils n’ont pas grand chose chacun, car les 11 branches ont chacune plusieurs héritiers.

BNF. Archives du Cogner série E
Fief de la Cousinière, article 644.17 & 18
(aucune date ne figure) C’est la déclaration de unze lots et partaiges que ont faictz Jerosme Couppel Me Jaspard, Michel et Me Symeon dicts Couppel frères, Guyon Quentin mary de Jehanne Cousin, pour elle et ses frères si auchuns elle en a de vivans, héritiers de Marguerite Couppel en son vivant femme de Michel Cousin père et mère de ladite femme, Jehanne Couppel leur sœur veufve en dernières nopces de deffunct Marin Gaudin, Olyvier Boyshuard et Jullienne Couppel sa femme, sœur de ladite Jehanne sœurs desdits Couppel, de ce que les dessusdits entendent qu’il soit succédé au pays et comté du Mainne et qu’ils ont peu avoir de congnoissance à cause de la mort et trespas de deffunt vénérable et discrete personne Me Symeon Couppel prêtre oncle des dessusdits,

Généralement c’est le dernier choisissant qui prépare les lots et en Anjou c’est l’aîné, et on choisit en commençant par le plus jeune et remontant. Mais je pense qu’ici on est dans le Maine et je ne sais si c’est l’aîné ou l’inverse, car certaines provinces ne faisaient pas comme l’Anjou.
Mais en tous cas, toutes les personnes nommées dans ce 1er § représentent une seule personne, frère du feu Siméon Couppel prêtre, qui aurait eu 7 enfants vivants ou ayant postérité à cette date :
Jérosme,
Gaspard,
Michel,
Siméon, Marguerite (épouse de Michel Cousin, dont au moins une fille Jeanne Cousin femme de Guyon Quentin),
Jeanne Couppel veuve en dernières noces de Marin Gaudin
Julienne Couppel épouse d’Olivier Boishuard
Il est à noter que le père n’est pas nommé à ce stade de l’acte.

lesquels lots sont baillés aulx hoirs et ayans cause de deffuncte Jullienne Couppel en son vivant femme de deffunt Jehan Foucauld Serisier, aulx hoirs de deffunt Richard Couppel, aux hoirs de deffuncte Michelle Couppel en son vivant femme de deffunt Françoys Toignel, aux hoirs de deffunt Guillaume Couppel en son vivant bourgeois de Dompfront et postullant en court laye, à discrepte personne Me Michel Couppel prêtre, à Jehan Couppel bourgoys (f°2) de Lespinay, à Gilles Couppel aux hoirs de deffuncte Guillemine Couppel en son vivant femme de deffunct Jehan Demoncler, à Anne Couppel veufve de deffunct Guillaume Devault, aux hoirs de deffunct François Couppel, tous les dessusdits frères sœurs nepveux et niepces dudit deffunt Me Symeon Couppel, pour procéder à la choisie chacun en son rent (sic) et degré selon la coustume dudit pays du Mainne, affin d’en demeurer bien (un mot dans le pli manquant) d’iceulx lots audit Jérosme et frères et sœurs, nepveux et niepces, héritiers aisnés en la représentation de deffunt Estienne Couppel leur père, frère aisné dudit deffunt Me Syméon et de tous les dessusdits

Ici il y a 10 « branches » :

1/ Les hoirs de Julienne Coupel x Jean Foucaut Serisier (+)

2/ Les hoirs de Richard Coupel (+)

3/ Les hoirs de Michelle Coupel x François Triguel (+)

4/ Les hoirs de Guillaume Coupel (+), bourgeois de Domfront

5/ Me Michel Coupel, prêtre

6/ Jean Coupel, bourgeois de l’Epinay

7/ Gilles Coupel

8/ Les hoirs de Guillemine Coupel x Jean de Moncler

9/ Anne Coupel x Guillaume Derault (+)

10/ Les hoirs de défunt François Coupel dont je sais qu’il est sieur de la Planchetière.

Ce qui fait bien 11 branches avec celle du première paragraphe.

 

Pour premier lot sur François Degré escuyer et Michel Dobaires 54 sols tz de rente et sur Jehan Plaigne et Michel Deraires 20 sols de rente restant de 40 sols et qui est d’arrérages sur ledit Degrée et de 7 livres 12 sols 8 deniers et sur ledit Plaigne et Derenes 20 sols. Item aura une 11ème de ce que Jehan Lebrun debvoit aussi. Item le 8ème de deux doubles ducatz et trois escuz sur Guerin par cedulle. Le dernier lot choisy sera porteur d’icelle cédulle.
(f°3) Pour le second lot sur les Tourneurs en des… et qui cause à deulx 20 sols tz de rente et ce qui en est deu d’arrérages. Item sur Jehan Fourmont et Jehan Dutertre 40 sols tz de rente par ans de 110 sols de 16 livres 10 sols. Item deux 11ème de ce que ledit Brun doibt aux dessusdits héritiers, lequel fourmont avoit terme de payer ledit deffunt jusques à la Penthecoste prochaine. Item le 8ème de deux doubles ducatz et trois escuz par cedulle sur Guerin.
Pour le tiers lot sur André Jourdan et Richard Jourdan 40 sols tz de rente et 70 sols d’arrérages. Item sur messire Jehan Roussel 25 sols tz de rente moictié de 50 sols et 50 sols d’arrérages, et la dernière choisy sera garde de la lettre, avecque ce que François Charlot doibt sur ung gage. Item aura le 11ème de ce que ledit Brun doibt. Le dernier lot choisy sera porteur des lettres. Item le 8ème de deux doubles ducatz et trois escuz par cédulle sur Guerin.
Pour le quart lot sur Jehan Fourmont … Ce présent quart lot a esté pris et choisy par ledit Gilles Couppel par quarte choisie audit jour et lieu présents lesdits tesmoins
(f°4) pour le 5ème lot sur André Jourdin la somme de 40 sols tz de rente et ce qui est deu d’arrérage et sur missire Jehan Roussel 25 sols de rente moictié de 50 sols et aura une cedulle de 7 livres sur Me François Devault et sur Jehan Hurcher 66 sols ou ce qu’il doibt sur … 11ème de la debte sur ledit Leboin. Item le (blanc) de deux doubles ducatz et de trois (blanc) deuz par Guerin et y a une cedulle. Ce présent 5ème lot a esté choisy par second choys par ladite Anne Couppel audit jour présents lesdits tesmoings.
Pour le 6ème lot sur messire Michel Hercent Guillaume Hercent et Michel Fourmond 35 sols tz partans de … deu par mesme par Michelle Couppel veufve Toignel. Ce présent 6ème lot a esté prins et choisy par Guillaume Fleury pour luy et Julienne Demouche fille et héritière de ladite deffuncte Guillemine Couppel faisant fort pour les aultres héritiers de ladite Guillemine et pour tierse choisie audit jour présents lesdits tesmoins
(f°5) Pour le 7ème lot sur Guillaume Toignel et Michel Dalligault la somme de 50 sols de rente et 7 livres 10 sols d’arrerages. Item sur Jehan Guillard Latay Jehan Lelandrys Touchardière et Michel Dalligault la somme de 20 sols tz de rente et 5 sols d’arrérages. Item ung pistollet par cédulle sur Toignel moictié de deux le dernier lot choisy sera porteur d’icelle.
Pour le 8ème lot sur Jehan Toignel et Guillemine Foucauld la somme de 30 sols tz de rente et 6 livres d’arrérages. Item sur Richard Jourdin Gesdrin et Paillard 30 sols tz de rente et ce qu’il doibt d’arrérages. Item sur la Rouaude en Gorif la somme de 10 sols tz de rente ou ce que Jehan Couppel doibt pour icelle sans garantie. Item aura deux 10èmes de ce que ledit Bouin doibt. Item ung pistollet moictié de deux par ladite cedulle sur Toignel.
Pour le 9ème lot aura sur Pierre Lelandays la somme de 20 sols tz de rente et ce qu’il peult debvoir d’arrérages. Item aura sur Toussant Fourmont la somme de 50 sols tz de rente et les arrérages d’icelle de tout qu’il en doibt. Item aura son 11ème de la debte sur ledit Lebrun ; Item le 8ème de deux doubles ducatz et de trois escus par cedulle sur Guerin.

(f°6) Pour le dixième lot sur Marin Toignel et Guillaume Quentin la somme de … Ce présent dixième pris et choisy pour premier choisy par Jullien Gaudet pour luy et Gillette Couppel sa femme et faisant fort de Robert Lebigot et Marie Couppel sa femme héritiers dudit deffunt François Couppel audit jour et présents les tesmoins.
Pour l’unzième lot sur missire Michel Hersent Guillaume Hercent et Michel Foucauld la somme de 15 sols de rente partans de 100 sols de rente avecques 12 livres 16 sols de rente partans de 17 livres 16 sols d’arrérages. Item le 8ème de deux doubles ducats et de trois escuz sur Guerin
Et auront [chacun] les lettres de son partaige de ce qu’il en pourra estre pour toute garantie et de ce qu’il n’en pourra estre recouvert seront garans l’un à l’autre au reffus de payer par les débiteurs, et où lesdites lettres servant à deux lots, celuy qui en aura le plus en sera gardé aulx charges de droit et s’il demeure auchune choses à départir les facteurs

9 réponses sur “Partages de quelques biens de feu Siméon Couppel, prêtre dans le Maine

  1. Chère Odile
    Merci d’abord pour cette transcription, très claire. Pour le partage des lots, je pense que les pratiques du Maine sont plus proches de celles de l’Anjou, puisqu’il est dit que les sept premiers héritiers sont « nepveux et niepces, héritiers aisnés en la représentation de deffunt Estienne Couppel leur père, frère aisné dudit deffunt Me Syméon » Couppel.

    1. Bonjour
      J »ai aussi compris que le premier § concernait les héritiers du frère aîné, et vous avez raison de préciser que la coutume du Maine et proche de celle d’Anjou, puisqu’on a bien l’aîné (ou ses héritiers ici en l’occurence) qui préparent les lots pour les représents aux autres, et il sera non choisissant car tous les autres choisiront avant lui en commençant par le plus jeune puis en remontant.
      Odile

  2. Par ailleurs, sur la succession de Me Simon Couppel, il y a onze lots, le premier va aux enfants de défunt Etienne Couppel, frère aîné du prêtre, qui sont au nombre de 7, et ensuite il y a dix autres lots et héritiers qui sont nommés.
     Est ce à dire qu’il y a bien une fratrie de douze enfants : les dix cités + Me Simon Couppel et Les enfants de + Etienne Couppel.
    Ou bien mon raisonnement est-il faux ?

    1. totalement exact, il y a bien 11 frères et soeurs du défunt dont 12 enfants en le comptant lors de son décès.
      Mais au moement où je vous tappe ces lignes, il me vient à l’idée que le défunt avait père et mère, et que normalement il a pour héritiers comme frères et soeurs tous ceux qui ont eu la même mère que lui, donc les 12 enfants avaient la même mère, sinon, les demi frères et soeurs, issus d’un autre mariage de leur père, n’auraient pas été sur un plan d’égalité de lot, et n’aurait eu que la part du côté du père.
      Je ne sais si je me fais bien comprendre
      Odile
      Et rassurez vous une femme peut en avoir 23 ou plus, et je suis née avant guerre à une époque où les femmes ne connaissaient pas la pilule et où OGINO sévissait souvent, et où les familles nombreuses n’étaient pas de 5 enfants mais de plus de 20

      1. Encore moi, qui vous met une curiosité relevée à l’instant sur Internet : une femmme qui a 69 enfants

        Ceci dit, les femmes qui n’allaitaient pas étaient plus souvent enceintes que d’autres (je pense me souvenir de cela mais n’en suis pas certaine), et certaines pouvaient avoir des enfants chaque année. Pour ma part, je suis l’aînée, mais j’étais déjà suivie 10 mois plus tard.

        J’ai également sur mon site une angevine (famille notable) connue pour avoir vu de son vivant plus de 110 petits enfants. Voyez famille Lefebvre.
        Odile

  3. Je vous pose cette question, car si à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle, un couple appartenant plutôt aux classes sociales supérieures a douze enfants qui atteignent l’âge adulte et dont dix font souche (puisqu’il y a deux prêtres) je trouve cela, plutôt exceptionnel et surprenant, vu ce que cela dit des questions d’hygiène et des taux de mortalité infantile qui seraient extrêmement bas, dans cette région, à cette époque !
    A moins bien entendu que pour arriver à ce résultat là,
    a) il ait fallu 18 à 20 maternités.
    b) et comme le nom de la mère du prêtre et de ses frères et sœurs n’est pas donné, il n’est pas exclu que le père de Me Simon Couppel et des onze autres enfants ait eu plusieurs épouses et que les nombreux héritiers soient issus de deux voire de trois lits différents. Qu’en pensez-vous ?
    bien cordialement
    Alain

    1. Ah !
      Nos esprits se sont croisés !
      Donc, je vous expliquai précédement qu’il ne peut y avoir eu qu’une unique mère des 12 enfants, car les lots sont égaux.
      Par ailleurs, je vais tenter de répondre à votre étonnement sur la fécondité et la mortalité des enfants dans certaines fratries.
      Je vous prie de regarder mon étude de la famille ALLANEAU, l’une des premières familles (dont je descends) que j’ai étudiées à fonds.
      J’avais alors en 1582 10 héritiers tous tellemenent nantis que même aujourd’hui je suis sans voix ! Chacun avait plus de 3 closeries ou métairies ! Nicolas Allaneau leur père était chatelain, c’est à dire le marchand fermier, de la baronnie de Pouancé, et manifestement cela rapportait à cette époque pourtant troublée.
      Odile

  4. Bonjour aux Normands !
    Il se trouve que l’abbé Angot, que j’avais oublié de consulter lors de ma retranscription du partage ci-dessus, a une notice sur la famille COUPEL, hélas plus tardive, mais donnant une descendance dans le Maine. Voici cette notice, tome 1 p.765
    Coupel : famille de la vicomté de Domfront, où elle remplit, dès le commencement du XVIIème siècle au moins des charges de magistrature et dont les membres se qualifient écuyert. Armes : d’argent au chevron de gueules, accompagné de 2 molettes de sable en chef et d’une rose de gueules en pointe.
    Les Coupel de Bellée (Vaucé) vinrent s’établir à Nuillé-le-Vicoin, où Siméon-Brice Coupel épousé, vers 1718, après sommation à lui faite de satisfaire sa promesse, Jeanne Mouteau….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *