Versillé en Saint-Jean-des-Mauvrets au 17ème siècle

Revenons sur ce lieu pour tenter d’y voir plus clair.

J’y suis indirectement intéressée pour descendre de René Guillot vigneron à Saint Jean des Mauvers décédé en 1633 par son fils Vincent qui part s’installer ailleurs ou plutôt chercher fortune ailleurs comme on devrait dire lorqu’il y avait plusieurs fils et pas de place pour tous.

Car j’ai aussi sur mon blog publié il y a 10 ans
Transaction pour impayé des rentes de la fresche de Versillé, Saint-Jean-des-Mauvrets, 1656
et en vertu de cet acte, il a existé en 1656 un René Guillot vigneron demeurant dans la fresche de Versillé à Saint Jean des Mauvrets. Je suppose que ce vigneron est sans doute un demi frère de mon Vincent, car j’avais dépouillé attentivement tous les GUILLOT de Saint Jean des Mauvrets, en vain, il y a quelques lacunes.

Par ailleurs, je viens ces jours-ci de mettre
Nicolas de Casalis, Nantais, a épousé une angevine, et baille les biens de sa femme à ferme : Saint Jean des Mauvrets 1621 et ce bien est le Haut-Versillé affermé à René Serizier le jeune, mais en est propriétaire Jeanne Maussion la femme de Nicolas Casalis.

Dans les commentaires, Jousselin49 nous dit :

Versillé existe toujours ( le haut et le bas Versillé), cne de St Jean des Mauvrets, sur les rives de l’Aubance, mais situé très proche de St Melaine sur Aubance. C’est d’ailleurs dans cette paroisse que René Serisier est inhumé en 1635.
M.André Sarazin, dans « Manoirs et Gentilshommes d’Anjou » nous dit que le manoir a été construit par René Serisier à la fin du 16e s. , que ce dernier en difficulté financière a reçu l’aide de son fils installé aux Brosses de St Melaine/A. Toutefois, il ne mentionne pas dans l’historique du lieu ce Nicolas de Cazary chirurgien.

Le Dictionnaire historique du Maine et Loire de Célestin Port, 1878, nous dit qu’en est sieur en 1598 René Serisier. Puis il donne sieur de Versillé en 1680 Claude Bourreau maître apothicaire

Et par ailleurs, on me dit qu’il existe un acte notarié aux Archives Départementales de Loire-Atlantiquqe qui nous apprend que Jeanne Maussion, après le décès de son époux, s’est retirée à Angers et qu’elle se rendait parfois à son lieu de Versillé.

04/12/1681 HF Jeanne MAUSSION veuve de feu HH Nicolas CAZALLIS, dem. en la ville d’Angers paroisse de St-Maurice, de présent à sa maison de Versillé, paroisse de St-Jean des Mauvrets, constitue son Procureur
M° Guillaume ROGER Procureur et Receveur de la Commanderie de l’Ancien Temple du dit Angers, y demeurant, son neveu, auquel elle donne plein pouvoir pour recevoir de
la veuve et héritiers de Jacques BIZEUL, vivant M° Chirurgien, de la ville de Nantes,
Jean HARDY, aussi M° Chirurgien au dit Nantes, et
M° René MERLET, Docteur en Faculté de médecine de Nantes,,
paiement de la somme de 300 livres ….BOURDAYSnotaie AD44-4E2/389

J’en conclue sur fin 16ème siècle René Serisier à vendu Versillé à un MAUSSION, et que Jeanne Maussion l’a gardé jusqu’à sa mort qu’il faut chercher après 1685 date à laquelle on la trouve encore nommée sur Angers.
Et on peut même supposer que ce Claude Bourreau est un second mariage de Jeanne Maussion.

2 réponses sur “Versillé en Saint-Jean-des-Mauvrets au 17ème siècle”

  1. Bonjour Odile,

    Pour Claude Bourreau, j’ai trouvé les informations suivantes :
    On trouve son acte de mariage dans les AD49 en ligne, registre de la paroisse de Saint Maurille (collection communale – BMS 1668-1680 – vue 76/333)
    X 05/09/1673
    Honorable personne Claude Boureau Sr de Versillé, veuf de + Magdelaine Piccard, de la paroisse de Feneu
    Avec honorable personne Jeanne Coiffard fille de Mr Tristan Coiffard vivant procureur fiscal du comté de Chemillé et d’honorable femme Anne Loyseau, de la paroisse Saint Maurille d’Angers.
    Mariage célébré suite à une dispense de deux bans accordée par Monseigneur l’évêque d’Angers
    Suivent de nombreuses signatures que je vous laisse découvrir en allant voir l’acte.

    Ce couple a pour enfants :
    – Marie Bourreau ° 04/06/1674 (baptisée le 6) (collection communale – BMS 1674-1692 – vue 5/279)
    p. vénérable et discret Mr Nicolas Humeau (s) prêtre curé de Ma…
    m. damoiselle Michelle Boureau (s – signe Michelle Versillé) tante de la dite Claude ( ?)
    Elle est prénommée successivement Marie puis Claude par deux fois dans le même acte.

    – Jeanne Bourreau ° 05/05/1675 (collection communale – BMS 1674-1692 – vue 15/279)
    p. honorable homme Etienne Coiffart (s) Sr de la Touche ( ?, lecture incertaine)
    m. damoiselle Mathurine Hubon (s)

    – Anne Catherine Bourreau °27/12/1676 (collection communale – BMS 1674-1692 – vue 34/279)
    p. honnête homme René Hubon (s) marchand droguiste épicier demeurant à Angers paroisse de la Trinité
    m. damoiselle Catherine Coiffard (s) demeurant à Chemillé paroisse de Saint Gilles

    – Claude Bourreau, °08/11/1679 Feneu (collection communale – BMS 1674-1692 – vue 70/279), marié avec Françoise Bommier le 08/03/1707 à Angers, paroisse de la Trinité
    p. vénérable et discret Mr Julie Le Royer prêtre curé de Feneu et docteur en théologie
    m. damoiselle Anne Coiffard veuve de + Daniel Moze demeurant à Angers

    – Antoine Bourreau ° 06/04/1682 Feneu (collection communale – BMS 1674-1692 – vue 115/279)
    p. maître Anthoine Decamps (s) maître chirurgien à Angers, Saint Pierre et y demeurant
    m. damoiselle Catherine Coifart (s) demeurant à Angers, paroisse Sainte-Croix

    Dans les actes de baptême de ces dernier, Claude Bourreau est régulièrement dit Sr de Versillé et maître apothicaire. Il existe peut-être d’autres enfants, je me suis arrêtée à Antoine.

    Au vu des dates, il me semble qu’il y a une incompatibilité entre le faite que Jeanne Maussion soit propriétaire de Versillé en 1681 (ce qui est indubitable selon l’acte que vous donnez) et que Claude Bourreau maître apothicaire soit également propriétaire de ce lieu (tel que l’indiquerait son mariage et le baptême de ses enfants). Soit il ne s’agit pas du même Versillé, soit Claude Bourreau se dit « sieur de Versillé » sans en avoir vraiment la propriété.

    Cordialement.
    Marie-Laure Chauvin

    1. Bonjour
      et un grand merci
      J’ai sur cette famille BOUREAU encore d’autres choses sur mon site, car je m’étais intéressée à elle à cause de mon ascendance BOREAU qui parfois s’écrit BOUREAU
      Donc j’ai sur mon site mon fichier famille BOREAU qui donne le mariage à Champtocé en 1616, et ce en présence de Claude de Bretagne aliàs d’Avaugour seigneur de Clisson etc… (voir page 15 de cette longue étude)
      et j’ai ce mariage aussi sur mon blog le Contrat de mariage François Mercier et Louise Boureau, 1616, Angers

      C’est très impressionnant, car on constate qu’en 1616 les BOUREAU se disent (ou sont réellement, on ne sait jamais sans preuve de propriété) sieur de Versillé, qu’ils ont des liens avec Champtocé, et que j’y retrouve les seigneurs de Champtocé et Clisson et aussi d’Avaugour Goello et comtes de Vertus etc… dont je vous entretenais ces jours ci.
      Ceci à mon humble avis montre qu’il existe manifestement un lien voire pour vous (nous) une piste.
      Je vous souhaite une bonne journée à tous et merci d’aller voir ces 2 liens si vous vous intéressés à cette famille BOUREAU car elle ne m’était rien, mais comme je vous expliquais lorsque j’ai étudié ma grand mère BOREAU elle portait aussi parfois sur certains actes le patronyme BOUREAU et j’avais donc tout étudié à l’époque.
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *