Nicolas de Casalis, Nantais, a épousé une angevine, et baille les biens de sa femme à ferme : Saint Jean des Mauvrets 1621

Le nom de la terre baillée à ferme est LE HAUT VERSILLé, et malgré mes recherches, je n’ai pu le trouver. Il semblerait que le nom ait disparu. (NON IL N’A PAS DISPARU, VOYEZ LE COMMENTAIRE CI-DESSOUS)

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 22 février 1621 par devant nous Julien Deille notaire royal à Angers furent présents establys et duement soubzmis Nycollas de Cazary Me chirurgien demeurant en la ville de Nantes paroisse St Nicollas mary de Jehanne MAUSSION (ce que n’étais pas parvenue à déchiffrer mais qui se trouve sur les baptêmes de la paroisse Saint Nicolas à Nantes dans les années 1620, voir dans mes commentaires ci-dessous) d’une part, et René Serizier le jeune marchant demeurant Angers paroisse de Sainct Maurice d’autre part, lesquels confessent avoir fait et font entre eulx le bail à tiltre de ferme conventions et obligations qui s’ensuivent c’est à scavoir que ledit de Cazary tant de son chef que comme faisant le faict vallable pour sadite femme a baillé et affermé audit Serizier acceptant pour le temps terme et espace de 9 années et cueillettes entières et parfaites qui ont commencé à la Toussaint dernière et finiront à pareil jour icelles révolues scavoir est le lieu Hault Versillé situé paroisse de St Jehan des Mauvrets et Juigné, composé de maisons estables pressoir ayraulx yssues jardrins vignes terres labourables et rentes deues à cause de domaines … et tout ce qui en despend et qui appartient à ladite Mauxion ??? et luy est advenu en partage de la succession de ses deffunts père et mère et deffuntr Perrine Leduc sa mère de son vivant en jouissait sans rien en réserver, à la charge dudit preneur d’en jouir et user ledit temps durant comme (f°2) non père de famille sans rien démolir ; tenir et entretenir et rendre les maisons dudit lieu en bonne et suffisante réparation de couverture terrasse et carreau comme ils luy seront cy après baillés ensemble en bon estat ; ne fera abattre aucuns bois fructuaux ne marmantaulx fors les esmondables et en saisons convenables ; paier et acquiter par ledit preneur toutes rentes et debvoirs deus pour raison desdites choses tant par nleds que deniers que autrement en fresche ou hors fresche et en acquiter ledit bailleur et à cause du payement et contrats desdites rentes en partie ou en grace en partie tous evenement sauf les droits du preneur contre les frarescheurs, et à la charge de laisser jouir du droit de collon ceulx qui ont ensemencé les terres si mieulx il n’ayme les rembourser de leurs labourages et semances sans que ledit bailleur en puisse estre tenu ne rechercher auquel bailleur il rembousera ce qu’il a déboursé des faczons des vignes en ceste année lesquelles vignes ledit preneur fera faire et faczonner chacun an de leurs faczons ordinaires selon la coustume … ; et outre y faire planter en (f°3) ceste année et la suivante jusques au nombre de 5 milliers de plants et les faire gresser faczonner et couper ainsi que est requis ; pourra prendres des terres dans les fossés desdites vignes ; ledit bail fait pour en paier de ferme par ledit preneur audit bailleur audit nom par chacun an en ceste ville au terme de Nouel la somme de 150 livres tz premier paiement commenczant à Nouel prochain et à continuer ; et d’aultant qu’il y a environ deux quartiers esdites vignes en gast le preneur de sera tenu autrement de la faczon et entretien d’icelles ; car ainsi les parties ont le tout voullu consenti stipulé et accepté, et à ce tenir etc garantir etc obligent etc biens dudit preneur à prendre vendre etc renonczant etc fait audit Angers en notre tablier présents à ce René Serizier lesné père dudit preneur, Me Jacques Baudon

10 réponses sur “Nicolas de Casalis, Nantais, a épousé une angevine, et baille les biens de sa femme à ferme : Saint Jean des Mauvrets 1621”

  1. Bonjour Madame,

    La fraîcheur est revenue et bienvenue…

    Versillé existe toujours ( le haut et le bas Versillé), cne de St Jean des Mauvrets, sur les rives de l’Aubance, mais situé très proche de St Melaine sur Aubance. C’est d’ailleurs dans cette paroisse que René Serisier est inhumé en 1635.
    M.André Sarazin, dans « Manoirs et Gentilshommes d’Anjou » nous dit que le manoir a été construit par René Serisier à la fin du 16e s. , que ce dernier en difficulté financière a reçu l’aide de son fils installé aux Brosses de St Melaine/A. Toutefois, il ne mentionne pas dans l’historique du lieu ce Nicolas de Cazary chirurgien.
    Bonne journée.

    1. Bonjour
      et un grand merci. Je constate que les neurones sont affectés par la canicule. Mon appartement ne descend pas au dessous de 30 et ma principale activité est de me lever toutes les 30 minutes voir tous mes thermomètres.
      Je vais vous mettre tout à l’heure en ligne la première page de l’acte ci-dessus, car je n’ai pas déchiffré le nom de la femme de Cazary, qui est en fait la propriétaire du lieu, mais comme vous savez autrefois c’est monsieur qui gère les biens de madame.
      Par contre Cerisier n’est pas le propriétaire selon cet acte.
      Odile

  2. Rebonjour
    Je viens de mettre en ligne sur la page ci-dessus la vue de la première page car la propriétaire du Haut Versillé à un nom commençant par MA que je ne suis pas parvenue à déchiffer car mes neurones souffrent de la chaleur de mon appartement.
    Odile

  3. 1646-1780.-SERIZIER.
    E 3954.(Carton.)-2 pièces, papier.
    -Testament de René Serizier et de Marguerite Moutardeau,portant legs de 400 livres aux Récollets d’Angers pour l’achèvement de leur hospice;-acquêt par André Serizier de terres dans la paroisse de Vauchrétien.
    (Série E.Titres de famille. AD de Maine et Loire.C Port.)

  4. Rebonjour,
    René Serizier (fils) prend en location Versillé en 1621. C’est peut-être l’aide apportée à son père dont parle M. Sarazin (lequel ne donne pas ses sources).
    René Sz (père) est inhumé le 18.11.1635 (vue 290 d) à St Melaine sur Aubance « honneste homme René Serisier vt (vivant ?)… … … à sa demeure du village de Versillé » (ce que je crois lire).
    Ce sont bien René Sz (fils) et son épouse Marguerite Moutardeau qui font un legs aux Récollets d’Angers (note de Marie).
    Cdlt.

    1. Oui, et il est possible que Nicolas de Cazalis ait vendu après 1621 à Serizier fils, mais je n’ai pas l’acte.
      Par ailleurs, vous savez je suppose que au bas de chacun de mes billets vous pouvez cliquer sur ce qu’il convient d’appeler MOTS CLEFS et en cliquant sur SERIZIER vous avez tous les nombreux actes que j’ai déjà mis sur cette famille.
      Odile


  5. Son épouse est dite Jeanne MAUSSION sur les baptêmes à Nantes Saint Nicolas dont le premier en décembre 1620.
    L’acte ci-dessus est un baptême de 1626 qui a la particularité d’avoir un autre angevin présent nommé SERIZAY et avouez qu’il y de quoi s’y perdre entre les SERISIER ET SERIZAY
    Par ailleurs, il a existé à la même époque un MAUSSION chirurgien à Angers. Il est possible que ce soit un parent de Jeanne Maussion épouse de Nicolas Cazalis.
    Enfin le couple quitte ensuite Nantes pour je ne sais où.
    Odile

  6. Bonjour Madame,
    Merci pour ces recherches mais compliqué tout cela.
    – Nicolas Cazallys s’est marié le 28.02.1620 St Maurille Angers (vue 239) avec Jehanne Maussion fille de + Jehan Maussion Me chirurgien et de Perrine Leduc. Au bas de l’acte, signature ( 1 ou 2) de « Boureau », parent proche sans doute.
    A la même époque, existent un Michel Maussion chirurgien marié avec Louise Le Gasne et une Jeanne Casalis (marraine en 1621 du premier enfant de ce couple) femme de Jehan Maussion.
    Existe également le mariage de Jacques Boureau sieur de Versillé avec Marguerite Maussion (St Maurille Angers 21..01.1591 vue 35).
    Versillé de St Jean des Mauvrets passe aux Boureau vers 1640 qui se disent  » Boureau de Versillé » (A. Sarazin).
    René Serisier, même si son décès a eu lieu en sa demeure de Versillé en 1635, a-t-il été propriétaire du domaine ? Son fils qui est dit lui sieur des Brosses en St Melaine/Aubance, marchand bourgeois d’Angers, afferme Versillé en 1621. Il n’ était donc que marchand fermier de ce domaine.

    Le patronyme « Versillé », plutôt rare, se trouve localisé dans les environs de ce lieu, ce qui semble logique.

    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *