Le code de déontologie médicale autrefois, face à la mort. Ordonnance de Louis XIV en date du 8 mai 1712

Les droits des malades ont toujours évolué. De nos jours, depuis les lois de 2002, l’accent est mis sur la prise en compte de la douleur, la dignité du patient. Les relations entre patients et médecins sont plus clairement définies, mais le sujet n’’est pas épuisé, le débat continue…
Ainsi en est-il de l’information du malade sur son état et le Code de déontologie médicale actuel précise :

« Le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille, une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu’il lui propose. Tout au long de la maladie, il tient compte de la personnalité du patient dans ses explications et veille à leur compréhension » (art. 35)

En effet, en cas de départ prochain, bon nombre d’entre nous souhaite mettre de l’ordre dans ses affaires temporelles et spirituelles. Mais pour cela, encore faut-il être prévenu, et il semble que nous allions dans le bon sens… Mais qu’en était-il autrefois ?

Si vous avez eu le temps de parcourir des testaments d’antan, vous aurez vite compris le poids des affaires spirituelles. C’est qu’en effet, l’église catholique avait une arme absolue, l’enfer, pour tous ceux qui partiraient en état de péché mortel… et même le refus d’inhumer en terre bénie, c’est à dire le cimetière (ou l’église), et à cette époque, ne pas être inhumé en terre bénie était infamant, alors qu’aujourd »hui, en ville comme celle de Nantes, nous avons dépassé 60 % de taux de crémation, et le taux de cendres dispersées est élevé. Donc, il nous sera bientôt très difficile de comprendre cet attachement de nos ancêtres à une bonne mort et à un enterrement en terre bénie.

Sous l’ancien régime, les derniers sacrements représentent pour l’ensemble de la population le temps fort de la vie religieuse, et mourir sans le secours d’un prêtre est la pire chose qui puisse arriver. Avec le prêtre en effet, on peut se confesser et recevoir l’extrême-onction. En se confessant on peut se soulager de ses péchés, et se réconcilier avec Dieu.

Donc, pour une bonne mort, il faut absoluement voir le prêtre pendant qu’il est encore temps. Ce qui signifie qu’il faut des prêtres partout, et toujours disponibles, de jour comme de nuit, et surtout savoir quand l’heure est proche.

Et nous voici revenus au début de ce billet. Comment savoir si l’heure est proche ?
En 1712, Louis XIV a 74 ans. Il s’est rapproché de Dieu, à ce que l’on dit. Il songe sans doute que ses jours sont désormais comptés. Il y songe même tellement, que voici la plus singulière de ses ordonnances :

L’ordonnance de Louis XIV, datée du 8 mai 1712, prescrit aux médecins d’avertir dès leur seconde visite les malades en danger de mort de se confesser, et en cas de refus de la part de ceux-ci ou de la part des parents, d’avertir le curé de la paroisse ou d’en retirer un certificat portant qu’il a été averti. La même ordonnance défend aux médecins de visiter leurs malades le troisième jour, s’ils n’y sont autorisés par le confesseur satisfait. Les contrevenants seront condamnés pour la première fois à 300 livres d’amende ; interdits de toutes fonctions pendant trois mois, au moins, à la seconde fois, et pour la troisième, déclarés déchus de leurs degrés, et rayés du tableau des docteurs.

Vous avez bien lu : si on n’a pas fait venir le prêtre, le médecin a l’obligation légale d’avertir le curé.
Mais dans tout cela, où sont nos chirurgiens ? Nous savons maintenant que ce n’est qu’en 1730, donc après Louis XIV, que l’on va se soucier de remonter leur niveau et peu à peu exiger d’eux un brevet etc… (voir les précédents billets en écrivant chirurgien dans la fenêtre de recherche à droite de ce billet). Pourtant, nous savons maintenant qu’en campagne, il n’y a que des chirurgiens, fort rarement des médecins, et même lorsqu’il y a un chirurgien, ce qui est loin d’être le cas de toutes les paroisses !
Alors ne me demandez pas comment on pouvait appliquer l’ordonnance car moi-même je n’ai pas compris si elle s’appliquait aux chirurgiens, et si Louis XIV, depuis Versailles, savait comment on soignait dans les campagnes françaises ?

De vous à moi cependant, je pense sincèrement qu’il a oublié toutes les campagnes et tous les chirurgiens, car il ajoute à la fin de l’ordonnance qu’ils seront déchus de leurs degrés, mais pour cela faut-il encore avoir des degrés, et nous savons que les chirurgiens n’en avaient pas à l’époque, et que la date qui marquera le début d’un changement progressif est 1730.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog.

Une réponse sur “Le code de déontologie médicale autrefois, face à la mort. Ordonnance de Louis XIV en date du 8 mai 1712

  1. Report des commentaires parus dans mon ancien blog :
    Marie-Laure, le 27 mai : Absolument fascinant , j’ignorais cette ordonnance ( ordonnance belle coïncidence de nos jours ce sont les médecins qui nous en donnent!)obligeant les médecins à prévenir leurs patients de leur fin très proche et de se confesser avec urgence ou répercussions professionnelles pour le docteur.Les malades refusant de se confesser devaient être rares à moins d’être des mécréants , des trop optimistes! ou dans un degré avancé de décrépitude ou dans le coma. Même en début de vie il y avait un certain acharnement pour baptiser/ondoyer à la maison les bébés: comme dans l’exemple du bébé dont le médecin n’ était arrivé qu’ à extirper tout juste le bras du ventre de sa mère mourante car en danger de mort donc risquant de perdre sa vie éternelle…

    Marie-Laure, le 27 mai : Le 25.5.1679 , Cuillé (53) , sépulture de Charles le Moyne , si je le lis bien : « enterré près de l’étable du presbytère car n’ayant pas communié ( à la Fête de Paques… )n’ayant pu se confesser ayant perdu la parole… ».Vue 57/86 bas droit.Je vous l’envoie par mail séparé (ne sachant toujours pas comment le faire par votre blog.).

    Note d’Odile : effectivement on ne peut mettre de photos dans un commentaire. Merci de cet acte. Je lis  » … a esté mis en terre le mesme jour par Charles Orhan et Julien Gontier au cimetière de Cuillé proche de l’étable du presbitaire dudit Cuillé à cause qu’il n’avait point esté à confesse ni communié à la feste de Pasques et qu’il est mort sans se confesser ayant perdu la parole et le jugement sans n’avoir témoigné aucun signe de contrition  » – Cet acte illustre bien le billet, encore merci. Notez qu’il a tout de même eu un coin du cimetière, mais vous remarquez sans la présence du prêtre, seulement par deux courageux paroissiens, et ce coin du cimetière était manifestement peu recherché. Souvenez vous que dans un acte de sépulture le prêtre se nomme toujours comme acteur de l’acte. Charles Lemoine a sans doute eu un AVC, dont on voit les conséquences.

    Marie-Laure, le 28 mai : en effet ,quelle catastrophe qu’une attaque cérébrale rendant toute communication impossible , pas moyen de mettre ses affaires en ordre avant le Grand Voyage…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.