Journal d’Etienne Toysonnier, Angers 1683-1714

1691 : janvier, février, mars, avril, mai, juin

Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

  • Le 8 janvier (1691) Mr Romain, fils de feu Mr Romain avocat au siège présidial de cette ville, veuf de la Delle Lezineau, duquel mariage il n’y a point d’enfant, épousa la fille de madame Duport veuve. (Je me permets d’insister, lourdement, sur ces couples sans enfants, qui sont nombreux lorsqu’on lit Toysonnier, car, en généalogie, on les occulte le plus souvent, alors qu’ils ont joué un rôle important dans les successions, tant ils ont été une mane pour leurs neveux, je crois que j’y reviendrai pas des exemples)
  • Le 15 (janvier 1691) la fille du sieur Pouneau marchand à Saumur et de la dame Pigeon veuve du feu Sr Carré fils de Mr Carré notaire et de la défunte dame Chesneau, duquel mariage il n’y a point eu d’enfant, épousa le sieur Hary Me apothicaire en cette ville.
  • On a commencé de ce jour (15 janvier 1691) à lever la somme de quarante et deux mil sept cent cinquante livres sur les habitants de cette ville, à laquelle elle a été taxée pour être déchargée des ustanciles de gens de guerre pendant le quartier d’hyver. Le rôle s’est fait sur un chacun suivant ses biens et facultés, mais toujours d’une manière fort inégale. Ce qui donne lieu à plusieurs plaintes. (Note de Marc Saché : L’ustencile désignait les fournitures dues à la troupe par les gens qui la logeaient ou l’impôt de remplacement. Pour le répartir, on faisait le recensement des habitants. Injonction est adressée par le maire à tous les particuliers non taxés ou qui ne l’ont pas été suivant le prix de leurs baux, voire même à ceux qui sont en pension et jouissent de leur bien, de faire leur déclaration à l’hôtel de ville sous peine de voir tripler la taxe imposée (Arch. Mun. BB 98, f°28). On envoyait même des garnisaires chez ceux qui refusaient de payer la taxe (Ibid, BB 99 f°37))
  • Ce même jour (15 janvier 1691) monsieur Dupont fils de Mr Dupont avocat à ce siège, et Mr Margariteau, fils de défunt Margariteau aussi avocat au siège présidial de cette ville, plaidèrent leur première cause.
  • Le 17 (janvier 1691) mourut madame Lezineau femme de monsieur Lezineau docteur régent ès-droit en l’université de cette ville. Elle a laissé quatre enfants. Elle s’appelait René Bouard fille de feu monsieur Bouard avocat au siège présidial de cette ville et de la demoiselle Renard. Elle fut enterrée le lendemain dans l’église de St Michel du Tertre.
  • Le 19 (janvier 1691) mourut la femme du Sr de la Touche barbier perruquier en cette ville ; elle n’a point laissé d’enfant. Ledit Le Touche avait épousé en premières noves la dame Jarry dont il y a quatre enfants.
  • Le 22 (janvier 1691) mourut la femme du feu Sr Lejeune marchand, âgée de 75 ans ; elle s’appelait … Elle a laissé plusieurs enfants ; une fille a épousé le Sr Sailland des Mazières, le Sr Lejeune de la Grandmaison, le Sr Lejeune de la Vincendière marchand à Nantes qui a épousé la fille du sieur de la Plante Mauvif marchand de laine en cette ville, et un garçon.
  • Le 28 (janvier 1691) le fils de monsieur Gilles Sr de Volaine, maître des Comptes à Tours, capitaine d’infanterie, épousa la veuve de feu Me de Gastines dit Bras d’argent, dont il y a cinq enfants.
  • Il y a trois mois que le sieur Gaspard Geslin chirurgien mourut âgé de 84 ans dans sa maison de Savigné. Il avait laissé un fils mort depuis quelques années qui avait épousé une nommée Goisbet, et une fille morte qui avait épousé le Sr Camus, duquel mariage il n’y a point eu d’enfants.
  • Le 3 février (1691) mourut la femme de monsieur Fleuriot avocat au siège présidial de cette ville, âgée de 54 ans. Elle a laissé plusieurs enfants ; elle s’appelait Cordier.
  • Le 5 (février 1691) mourut la femme du sieur Aubert marchand de soie en cette ville ; elle a laissé 7 enfants ; elle était âgée de 45 ans ; elle s’appelait Le Maçon.
  • Le 8 (février 1691) le fils aîné de feus monsieur de Chemant et de la dame Crespin épousa la fille de la dame veuve feu Mr de Chevreüe.
  • Le 18 (février 1691) mourut le Sr Bessonneau cy-devant marchand de soie en cette ville âgé de 80 ans. Il a laissé plusieurs enfants, un garçon chanoine à St Martin, l’autre marchand droguiste.
  • Le 19 (février 1691) le fils de Mr Jarry avocat, et le fils de Mr Reimbault Me apothicaire, plaidèrent leur première cause.
  • Le 21 (février 1691) la fille du sieur Boisard marchand confiseur en cette ville épousa la fille du Sr Lepage marchand tanneur.
  • Le 23 (février 1691) mourut monsieur Cherot avocat au présidial de cette ville, âgé de 54 ans. Il avait du mérite et plaidait avec beaucoup de netteté. Il était d’une humeur fort agréable et fort enjouée. Il n’a que deux filles, dont l’aînée est veuve de monsieur de Louzil Avril conseiller au présidial.
  • Le même jour (23 février 1691) mourut le Sr Potry, notaire royal en cette ville.
  • Le 26 (février 1691) monsieur Boulay, avocat au siège présidial de cette ville épousa la fille du feu Sr Dupré de Forge.
  • Le 14 mars (1691) mourut monsieur de Lorchère Varlet. Il avait autrefois été avocat au siège présidial de cette ville.
  • Le 9 avril (1691) mourut la dame Guillotin ; son mari avait été cy-devant messager de cette ville à Tours.
  • Dans ce temps, on a commencé à bastier la porte St Blaize et le Collège. On a aussi planté d’ormeaux la place Martineau devant le couvent des dames religieuses de la Fidélité.
  • Le 24 (avril 1691) Mr Constantin bachelier en théologie et recteur de l’université de cette ville, mit la première pierre du Collège. (Note de Marc Saché : Ce fut en effet Joseph Constantin qui posa la première pierre. A la fin de mars 1690, le maire, Grandet de la Plesse, et le procureur de l’hôtel de ville, Daburon, furent délégués auprès de l’intendant pour arrêter, de concert avec de Sainte-Marthe, supérieur général de l’Oratoire, l’emplacement du nouveau collège « tant pour la commodité de la ville et des écoliers que pour lui donner une décoration telle qu’il convient à un pareil établissement. » Après de nombreux démélés des Oratoriens avec les Ursulines, qui ne voulaient point de ce voisinage, l’adjudication des travaux fut faire pour 37 000 livres à l’architecte de la ville, Lecomte, le 5 août 1690. Mais le chiffre fut bien dépassé. (Arch. Mun. BB 98 f°40, 42, 55). On sait que la mairie actuelle occupe les bâtiments de ce collège)
  • Le 27 (avril 1691) monsieur Grandet, maire de cette ville, posa la première pierre de la nouvelle porte St Blaise. (Note de Marc Saché : Un arrêt du conseil autorisait la construction d’une porte de ville au bout de la rue de l’Hôpital, rue qui partait de l’hôtel de Lantivy, hôtel actuel de Chemellier, et se terminait à la place du Lion-d’Or, détruite par le prolongement de la rue Lenepveu. La porte ouvrait du côté des Minimes. On dut racheter, au prix de 1 200 livres, des maisons pour le dégagement de la nouvelle construction. Le 24 février 1691 le corps de ville décida qu’avec l’assentiment du lieutenant du roi « on fera graver sur une lame de cuivre, pour estre encastrée entre deux grandes pierres de marne et mise à ladite porte », une inscription commémorative composée par Frain du Tremblay (Voir le texte de cette inscription BB 99 f°14 in Bulletin historique et monumental, années 1867-1868, pp. 9, 10)
  • Le même jour (27 avril 1691) mourut subitement Mr Bault d’Aubdré, s’étant, dit-on, échauffé à la chasse.
  • Le même jour mourut la femme de feu Mr Allard droguiste ; elle s’appelait Phelipeau.
  • Le premier may (1691) furent élus échevins messieurs de la Blanchardière Gourreau conseiller au siège présidial et Bachelot bourgeois de cette ville.
  • Le 7 (mai 1691) monsieur Drouet de Grasigné se fit installer dans la charge de conseiller au siège de la prévôté de cette ville, qu’occupait Mr du Roger Dangené son beau-père.
  • Le 8 (mai 1691) Mr Blanchard avocat veuf de demoiselle Barbe Dugué, duquel mariage il y a une fille, fils du feu Sr Blanchard et de la dame Loyseau épousa la fille du feu Sr Provos ancien juge consul et de la feüe dame Barbereau.
  • Le 21 le fils de Mr de Grée Poulain conseiller au siège présidial de cette ville épousa la fille du feu Sr …
  • Le 4 juin (1691) mourut la femme de feu Mr Board avocat elle s’appelait Renard ; elle a été malade pendant neuf mois d’un cancer au téton. Elle n’avait qu’une fille morte depuis quelques mois femme de Mr Lezineau, docteur ès-loix.
  • Le 7 (juin 1691) mourut la femme du Sr des Brosses Panetier bourgeois ; elle a laissé trois petits enfants. Elle s’appelait Neveu, fille de Mr Neveu docteur en médecine.
  • Le 12 (juin 1691) le fils de monsieur de Grée Poulain, doyen de messieurs les conseillers au siège présidial de cette ville, épousa la fille de la dame de la Chenaye Béritault.
  • Le 25 (juin 1691) le fils de monsieur Le Clerc, assesseur au siège présidial de cette ville épousa la fille du Sr du Laurens.
  • Le 23 (juin 1691) Mr Airault prêtre fils du feu Me Ayrault lieutenant criminel et de la dame Lefebvre, prit possession de la cure de St Michel du Tertre.
  • Journal de Maître Estienne TOYSONNIER, Angers, 1683-1714
    Numérisation par frappe du manuscrit : Odile Halbert, mars 2008. Reproduction interdite.
    Légende : en gras les remarques, en italique les compléments – Avec les notes de Marc Saché, Trente années de vie provinciale d’après le Journal de Toisonnier, Angers : Ed. de L’Ouest, 1930

    Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet (blog, forum ou site, car alors vous supprimez des clics sur mon travail en faisant cliquer sur l’autre support, et pour être référencé sur Internet il faut des clics sur ma création) seul le lien ci-dessous est autorisé car il ne courcircuite pas mes clics.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *