Bail après inventaire, des meubles de l’hôtellerie Sainte Barbe, rue de la Poissonnerie, Angers 1601

François Lemesle et Anne Chaillou sa femme vendent à Claude Guillet et Marguerite Lemesle leur gendre et fille, les meubles vaisselle, foings, fourrages et autres choses de l’hostellerie Sainte Barbe et les bestiaux qui se trouvent sur les lieux de la Hamonais, Debasserie, Bled Nouveau, Hyansaye Logerie sis en La Cornuaille, et lui ont baillé l’hôtellerie Sainte Barbe à ferme.
L’hôtellerie Sainte-Barbe est située sur de la Poissonnerie, et François Lemesle, l’hôtelier propriétaire, a acquis l’office de chevaucheur du roi de Paris à Angers, donc s’y tient la poste aux lettres.

ATTENTION, voyez L’INVENTAIRE

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E10 – Voici la retranscription de l’acte par P. Grelier et O. Halbert : Le 23 janvier 1601 après midy en la cour du roy notre sire à Angers endroit par devant nous Pierre Planchenault notaire garde notaire et tabellion héréditaire de ladite cour personnellement estalis honorables personnes François Lemelle marchand sieur de la Hamonaie et Anne Chaillou sa femme de luy autorisée demeurant en la paroisse St Pierre de ceste ville d’Angers d’une part,
et sire Claude Guillet leur gendre sieur de la Fontaine tant pour luy que pour et au nom et comme se faisant fort de Marguerite Lemelle sa femme à laquelle il demeure tenu faire ratiffier et avoir agréable ces présentes d’huy en un mois prochainement venant à peine de tous intérests néanmoins etc d’autre part,
soumettant lesdites parties esdits noms respectivement eux et chacun d’eux seul et pour le tout sans division de personne ne de biens etc confessent etc
c’est à scavoir lesdits Lemelle et sa femme avoir vendu et vendent par ces présentes audit Guillet esdits noms tous et chacuns les meubles tant de bois que aultres comme linge vaisselles draps garniture de lits foings fourrages et autres choses étant en la maison et hostellerie de Sainte Barbe # avec les chevaux de poste desdits bailleurs et bestiaux estant sur les lieux et mestairie de la Hamonnaie, de la Debasserie, Bled Nouveau, Foullerye, La Hyensaye, Logerie sis en la paroisse de La Cornuaille diocèse de Nantes, lesquelles maisons et hostellerie et métairies cy-dessus lesdits bailleurs auraient ce jourd’huy baillées et affermées audit preneur esdit noms # et autres choses sont plus amplement mentionnées et spécifiées par le mémoyre et inventaire qui en a esté sur ce fait ledit jour et par avant ces présentes entre lesdites parties comme appert par les mémoires et inventaire signés desdites parties qui sont demeurées attachés à ces présentes lesquels meubles lesdits Lemesle et sa femme ont ce jourd’huy baillet et ont audit Guillet audit nom en ladite maison et appartenance de Sainte Barbe et lesdits Bestiaux sur lesdits lieux et métairies cy-dessus, lesquels meubles et bestiaux ledit Guillet a confessé avoir eu et reçu dont il se tient à content et en quicte lesdits Lemelle et sa femme et est fait le présent marché pour et au moyen de la somme de 689 escus sol 2 sols sauf erreur de calcul en cas qu’il se trouvast sur ledit mémoire et invantaire, payable ladite somme scavoir à noble homme Pierre de Mausancal mary de damoiselle Suzanne Chassé la somme de six vingts escus et autre somme à eux due par lesdits vendeurs payable dedans le jour et feste de Pasques prochaine venant et le reste de ladite somme montant 569 escus sol deux tiers payable dedans d’huy en ung an prochain venant à peine de tous intérests néanmoins etc ce qui a esté stipulé et accepté par chacune desdites parties esdits noms

    Vous n’avez pas encore vu l’inventaire, alors allez le voir

et à ce tenir etc dont etc obligent lesdites parties esdits noms respectivement eux et chacun d’eux seul et pour le tout sans division de personne ne de biens à prendre vendre etc renonçant etc même au bénéfice de division d’ordre et encore ladite Chaillou au droit vélléien à l’authentique si qua mulier à l’épitre divi adriani et à tous autres droits faits et introduits en faveur des femmes que luy avons donné à entendre que sans expresse renonciation à iceux elle en pourrait être relevée etc foy jugement condemnation etc
fait et passé à Angers en ladite maison et hostellerie de Sainte Barbe en présence de Julien Duboys serviteur en l’hostellerie et Estienne Planchenault clerc demeurant à Angers tesmoins. Signé F. Lemelle, A. Chaillou, Guillet, E. Planchenault, Julien Dubois, P. Planchenault

    Vous n’avez pas encore vu l’inventaire, alors allez le voir

ANALISE de L’INVENTAIRE

• Les 18 lits ne signifient pas 18 chambres. Il y a plusieurs lits par chambre. On apprend un peu plus sur le nombre de chambres à travers le marché de réparations, qui est sur ce blog ce jour. Ce marché indique des réparations dans 6 chambres, et je pense qu’il y avait plusieurs lits par chambre. Enfin, si l’inventaire ci-dessus ne donne pas d’autre mobilier dans la plupart des chambres, c’est qu’il n’y avait que les lits.
• Une seule chambre contient une bassine de cuivre pour la toilette, les autres se lavent sans doute dans la cour ou ne se lavent pas !
• La salle auberge possède une unique grande table d’hôte, manifestement de la longueur de ses 2 bancs c’est à dire 6,50 m. Si on compte 60 cm par personne, le banc tenait 11 convives, donc cette table et ses 2 bans, 22 convives. Si vous savez exactement combien de convives peuvent s’y installer, merci de vos commentaires ci-dessous
• La cuisine confirme le nombre important de convives, mais surtout nous donne une idée du raffinement des plats, puisqu’on y fait de la pâtisserie.
• De même les 400 livres de vaisselle et les 40 douzaines de serviette confirment le nombre important de convives. Mais les serviettes attestent aussi du raffinement, car ce linge n’existe pas dans les inventaires de gens modestes, qui s’essuient sans doute sur eux, d’ailleurs récemment à la télé on nous a éduqué à recommencer en montant comment tousser dans sa manche !
• Le garde-manger ferme à clef, et c’est une serrure trois points ! Y aurait-il dans les auberges des envies de se servir seul ? La serrure trois points est donc très ancienne.
• L’hôtellerie tenait la poste aux lettres d’Angers en 1601 qui ne compte que 3 chevaux. Les messagers, qui semblent être plusieurs selon la dénomination de l’autre chambre aux messagers, étaient sans doute au nombre de 3.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

3 réponses sur “Bail après inventaire, des meubles de l’hôtellerie Sainte Barbe, rue de la Poissonnerie, Angers 1601

  1. La rue de la Poissonnerie existe toujours, certes élargie au fil des siècles. Elle est proche de la Maine, le long de la gare routière.
    On me communique :
    Le 19 mai 1618, la succession de feu François Lemesle sieur de la Hamonaie et d’Anne Chaillou sa veuve est divisée en 5 lots.
    On trouve au 2e lot :
    « La maison où pend pour enseigne l’image Ste Barbe sis en la rue de la Poissonnerie de ceste ville paroisse de Saint Pierre avecque la grande et petite écurie qui en dépendant ainsy que lesdits Lemesle et Chaillou les ont ci-devant exploitées et le sont à présent par Denis Raguideau locataire d’icelles, compris les choses qui leur auraient esté arentées par le sieur de Cheverue et damoiselle Jehanne Pichon sa femme faisant partie desdites appartenances aux charges du contrat de ladite baillée mesme de la rente de 100 livres par an y contenue sans au surplus en faire aucune réservation non compris la petite écurie sise sur la cour d’icelle, estant en appentis contre la grande écurie, et choses mentionnées au contrat qui avait esté fait audit de La Marche résolu en partie par le jugement donné par les lettes royaux des copartageants dudit de La Marche.
    Item la somme de 1 150 livres tz que lesdits Guillotin et femme doivent à cause de la vente à iceux faite par lesdits Lemelle et Chaillou de l’estat de maître de la poste de ceste ville »
    Nous ne connaissons pas la date de cette baillée à rente, mais espérons la trouver car manifestement la famille de Cheverue avait baillé à rente foncière l’hôtellerie depuis un moment !

  2. Noms de quelques personnes passées à l’hostellerie Ste Barbe et connues par leurs dépenses :
    • Le 24 février 1582 (Legauffre notaire Angers, AD49) François Lemelle est hôte à Sainte Barbe
    • Le 27 janvier 1592 (Salmon notaire Angers, AD49) René Le Porc baron de Pordric reconnaît devoir à Anne Chaillou dame de Ste Barbe 300 écus pour dépense faite en la maison de ladite Chaillou
    • Le 1er juillet 1592 Gabriel de Blavou reconnaît devoir à François Lemelle 20 écus pour nourriture
    • Le 24 novembre 1607 Pierre Bougault Sr de la Motte bourgeois de Paris rue Ste geneviève promet payer à François Lemelle chevaucheur de l’écurie du roi tenant la poste pour sa majesté à Angers St Pierre 120 livres pour la vente d’un cheval
    • Le 7 juin 1610 (Guillot notaire Angers, AD49) Jean Amproux lieutenant de Blain héritier de feu Thomas Rolland au sujet de ce qu’il avait laissé en gage à l’hôtel Ste Barbe tenu par Lemelle-Chaillou

  3. E.1998.(carton.)- 18 pièces,parchemin; 19 pièces,papier.
    1583-1620.- CHEVERUE(de)
    Prisée de la terre,fief et seigneurie de Danne en la paroisse Saint- Martin-du- Bois,à la requête de Catherin de Cheverue, Jeanne Pichon,veuve de Louis de Cheverue, Antoine Lailler et Gilles Martin;
    (Orthographié Chevrerue par Péan de La Tuillerie )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.