Jean Maussion, de Gené, dit avoir livré 130 moutons à Alençon, mais il n’y en avait que 109 à l’arrivée, 1637

aussi l’acheteur est venu d’Alençon à Angers pour porter plainte auprès des juges consuls de marchands d’Angers, et pour ce faire, il nomme Claude Coiscault son procureur.

J’ai trouvé cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E4 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 14 octobre 1637 après midy, devant nous Jacques Lory notaire royal à Angers fut présent estably et duement soubzmis Paul Froger marchand demeurant en la ville d’Alençon pays de Normandie étant de présent en ceste ville lequel a fait créé nommé et constitué Me Claude Coiscault praticien demeurant en ceste dite ville et y demeurant son procureur spécial et irrévoquable pour et au nom dudit constituant présenter requeste devant les juges et consuls des marchands de ceste dite ville remonstrer qu’à l’instance pendante entre ledit constituant et Jean Mauxion de Gené que lors de la première livraison de 130 moutons faite audit constituant qu’il dit luy avoir livrés faisant partie de dix sept vingt dix sept ((14 x 20) + 17 = 357) qu’il luy auroit vendus ce néanlmoings par ladite première livraison ledit constituant n’en auroit receux que le nombre de 109 moutons
et par ladite requeste ermonstrer qu’il n’auroit receu de ladite première livraison que le nombre de 109 moutons et offrir en informer … mesme déclarer par ledit procureur de l’appointement de contrariété entre les parties … et généralement etc promettant etc oblige etc renonçant etc foy jugement condemnation etc
fait et passé audit Angers en notre tabler en présence de Pierre Levesque et Toussaint Lemonnier clercs demeurant audit Angers tesmoings

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

Une réponse sur “Jean Maussion, de Gené, dit avoir livré 130 moutons à Alençon, mais il n’y en avait que 109 à l’arrivée, 1637

  1. Bonjour,
    Comment rattacher ce Claude Coiscault aux porteurs de ce patronyme à Angers, voire à Challain ou Combrée ? Je ne le sais pas et n’ai pas trouvé la réponse dans votre analyse de ce patronyme.

    D’autre part, en feuilletant ce dernier, je suis tombé sur un François Coiscault sieur de Launay fils de Gatien Coiscault et Michelle Luette avec une mention « demeurant à St Michel du Tertre en 1642 (selon acte notarié devant Coueffé ; mais lequel ?). Est-ce que ce François Coiscault ne pourrait pas être plutôt un fils de François Coiscault (époux Ragaru) qui était aussi sieur de Launay, voire même ce François Coiscault là qui était encore vivant en 1642 ?

      Note d’Odile :

    J’ai encore d’autres actes sous le coude, et je crois que dans quelques mois on pourrait tous les confronter, car en fait je vois qu’il y a tant de Coiscault que je m’y perds.
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.