Jacques Doisseau emprunte 100 livres, cautionné par tous les Doisseau, Angers 1518

la plupart des actes de cette période ont été fort goutés par les vers, parfois aussi l’eau. Je vous mets ici les vues et tentez au moins de les déchiffrer avant de lire ma retranscription. Cela vous fera un exercice de paléographie, et rassurez vous les vers ne vont pas vous sauter dessus.

    et comme sur toutes les vues que je vous mets, je rappelle qu’on peut cliquer dessus pour les zoomer.
    Allez, bonne retranscription, avant d’aller lire la mienne.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E121 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 20 juin 1518 (Huot notaire Angers) en notre cour royale à Angers personnellement estably Jacques Doesseau marchand drappier paroissien de la Trinité d’Angers, Jehan Doesseau marchand ciergier paroissien de ste Croix d’Angers, Macé Quetier marchand drappier paroissien de st Pierre d’Angers, Pierre Doesseau marchan apothicaire paroissient de st Maurille d’Angers, soubzmectans eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties ne de biens leurs hoirs etc confessent avoir ce jourd’huy vendu quité cédé délaissé et transporté et encores vendent quittent cèddent délaissent et transportent dès maintenant à présent à tousjoursmais perpétuellement par héritage à vénérables et discrets les doyen chanoines et chapitre de l’église collégiale et royale monsieur st Martin d’Angers qui ont achaté pour eulx leurs successeurs en ladite église et aians cause ès personnes de vénérables et discrets maistres Jehan Legay et Estienne Grouguet chanoines de ladite église commissaires députés par icelle église en ceste partie la somme de 8 livres tournois d’annuelle et perpétuelle rente rendables et paiables desdits vendeurs et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties ne de biens leurs hoirs etc auxdits achacteurs leurs successeurs en ladite église et aians cause, franche et quite par chacun an en ladite église à la boueste du pain du chapitre d’icelle église aux termes des 15 des mois de septembre décembre mars et juin par esgalles portions le premier paiement commençant le 15 septembre prochainement venant, laquelle rente ainsi vendue ainsi et comme dit est lesdits vendeurs et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties ne de biens ont assise et assignée et par ces présentes assignent et assient dès maintenant et à présent auxdits achacteurs leurs successeurs en ladite église et aians cause généralement et especialement sur tous et chacuns leurs biens meubles et choses héritaulx pocessions domaines cens rentes et revenus et sur chacune de leurs pièces seule et pour le tout o pouvoir d’en faire assiette par lesdits achacteurs leurs successeurs et aians cause en tel lieu qu’il leur plaira et toutefois et quant bon leur semblera etc et ont voulu et consenty lesdits vendeurs que au cas que l’un d’eulx soyt contraint par lesdits achapteurs de paier ladite rente et arréraiegs d’icelle et qu’il en soit procès et le plet contesté que ce néantmoings les autres obligés pourront aussi estre contraints à icelle rente et arréraiges paier nonobstant ledit premier procès et plect contesté ou à contester ce qu’ils ne pourront empescher en aulcune manièer, et est faite ceste présente vendition pour le prix et somme de 100 livres tournois paiés baillés et nombrés content en présence et veue de nous par lesdits commissaires ce stipulans auxdits vendeurs qui les ont eus et receus en 15 escuz au soulleil 4 (effacé) 2 doubles ducats et 3 ducats et ung écu (effacé) le tout d’or bons et de poids et 41 pièces de 6 sols 5 deniers tz faisant tout ensemble ladite somme de 100 livres tz dont et de laquelle somme de 100 livres lesdits vendeurs s’en sont tenus par devant nous à bien paiés et contents, et en ont quité et quitent lesdits achacteurs, à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir et accomplir etc et ladite rente rendre et paier parfaite servir et continuer dès maintenant ar chacun an par lesdits vendeurs et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division de parties ne de biens leurs hoirs etc auxdits achacteurs à leurs successeurs en ladite église et aians cause aux jours et termes et par la manière que dit est, et les choses héritaulx et pocessions domaines cens rentes et revenus qui pour et assiette de ladite rente seront baillées garantir, et aux dommages etc obligent lesdits vendeurs eulx et chacun d’eulx seul et pour le tout sans division der parties ne de biens leurs hoirs etc à prendre vendre etc renonçant par davant nous au bénéfice de division etc et de tout ce que dessus est dit tenir etc foy jugement et condemnation etc présents ad ce discrete personne maistre Franczois Charrier curé chapelain de ladite église de st Martin d’Angers et Guillaume Moullinet clerc demourant à Angers tesmoins, fait à Angers en la maison de la bourse dudit st Martin les jour et an susdits

    suit la contre-lettre par laquelle Jacques Doesseau dédouane les autres qui n’étaient que ses cautions

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog.

8 réponses sur “Jacques Doisseau emprunte 100 livres, cautionné par tous les Doisseau, Angers 1518

  1. Bonjour Madame de la Hardouinais
    Je réponds ici, sous un acticle Doisseau, à votre question de ce jour relative à une Doisseau hérétique.
    J’ai retrouvé où j’avais écrit cela, allez sur la page

    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=2986

    et surtout allez loin jusqu’en bas, car il y a beaucoup de commentaires et la mention de la Doisseau hérétique vient très loin. Essayez en tappant RECHERCHE dans votre navigateur et en tappant alors « hérét » et vous atterissez sur l’article que vous cherchez
    Odile

  2. bonjour Madame Halbert. j ai bien cliquer sur ce que vous donner et j ai bien trouver pour inhumation de Jeanne,mais impossible de trouver « herèt »… Quelle drole d époque que cette partie de l histoire et c est vrai j ai une pensée toute particuliere pour nos ancetres et tout ceux qui ont eu a subir l inquisition…. Avez vous recu les cartes postales, car j ai omis de mettre mon adresse ….quand a l article Jacques Doisseau emprunte 100l impossible d agrandir la 2eme vue..Y aura t il la contre lettre? Pour le moment je lit e relit ce contrat car je me demande s ils vendent ou achetent… mais oui il semble bien qu ils sont 4 dans l affaire…. A bientot et encore merci. amicalement ..de la hardouinais.

  3. Les Doisseau protestants au 16ème siècle : mentions connues sur mon site et/ou blog :
    Bonjour Madame

    Dans les commentaires du Contrat de mariage de Gilles Doisseau et Mathurine Cupif, Angers, 1547

    Dans les commentaires du billet : Le petit et le grand cimetière, à travers nos registres paroissiaux de l’ancien régime, mais ce billet a beaucoup de commentaires, et la mention de l’hérésie est assez bas, donc prenez dans votre navigateur la fonction RECHERCHE et tappez « héré » seulement, il va vous y mener.

    et surtout cliquez sur tous mes titres, il sont des liens, et en particulier quand on clique sur le titre d’un billet, comme ici sur « le petit et le grand cimetière à travers nos registres paroissiaux » on a accès aux commentaires sinon ils sont masqués.
    Merci de me dire si vous êtes parvenue à cliquez sur ce titre car il semblerait que vous ne connaissiez pas cette manip.
    Bon WE
    Odile

  4. bonjour Madame halbert. j ai bien trouver et cliquer sur le titre . que vous m indiquer… c est vrai que le billet du petit et grand cimetiere je ne l avait pas vue car effectivement il n y a pas si longtemp que cela que j ai internet..
    et passer un certain age il est difficile de s y mettre.. amicalement .de l

      Note d’Odile :

    Bonjour Madame
    N’hésitez pas à demander, je reste à votre disposition pour vous faire progresser.
    j’ai seulement 76 !
    mais je suis informatisée depuis plus de 30 ans
    Cordialement
    Odile

  5. Bonjour Madame Halbert . Merci pour votre bienveillance à mon égard .8 de moins et seulement 2 d informatique….Avez vous reçu les cartes postales? car j ai omis de mettre mon adresse au dos de l enveloppe… Auriez déja entendu parler des religieuses de la fidelitée d Angers… Jacques Doisseau avait 2 filles Marguerite et Renee qui etaient Mère Supérieur et qui recevaient des vivres du Chateau de la Touche( Murs Erigne) en 1692 de leur belle soeur Louise Poullain alors veuve de Charles Doisseau elle etait remarier avec Mr de Maillé… ce sont les seules preuves que nous avons . mais ne savons pas ou trouver leur actes de decès… SI quelq’un a des informations à ce sujet merci d avance. bonne journée a tous Amicalement de la Hardouinais…

      Note d’Odile :

    Bonjour madame
    Merci pour vos cartes postales, qui m’ont très touchée.
    Merci d’avoir pensé à moi, et je dois vous dire que j’ai connu en ma jeunesse le Pouliguen où mes grands parents maternels possédaient une villa vendue à leur décès et immédiatement remplacée par des immeubles.
    C’était après le bois, et j’étais l’aînée.
    Le quartier ne possédait aucun magasin, la villa aucun frigidaire etc… et nos étions nombreux
    aussi, était l’aînée, je partais tôt chaque matin, mon bidon d’acier galvanisé de 5 livres à la main, je traversais le bourg, passant devant l’église, et j’allais jusqu’à une crèmerie fameuse, où je prenais toujours mes 4 litres de lait et souvent un dessert laitier qui ressemble de nos jours à de petites faisselles individuelles. Au retour, je prenais je prenais le pain entre l’église et le bois, puis je traversais en longueur tout le bois vers la côte.
    J’ai sur mon site des cartes postales du Pouliguen, mais pas celles que vous m’avez adressées, qui complèteront ainsi ce fonds. Attention, il y 2 pages de cartes sur Le Pouliguen : le port, et la plage. Et sur ces pages, normalement vous trouvez en haut les liens vers l’ensemble des cartes postales que j’ai sur mon site.

    Je vais chercher les religieuses de la Fidélité dans célestin Port dictionnaire du Maine et Loire, mais d’autres lecteurs ont peut-être d’autres meilleures indications

    Bonne soirée
    Odile

  6. Rebonjour
    Je trouve dans le dictionnaire du Maine et Loire, page 74 du tome 1 :
    La Fidélité ou N.D. du Bon Conseil, est une communauté de Bénédictines établie en 1632 (voir page 36) par Françoise Douault, prieure du couvent de saumur, qui fut réuni en 1747 à celui d’Angers. La maison fut construite sur l’emplacement de l’hôtellerie de la Côte de Baleine..

    Compte-tenu que de fidèles lecteurs de ce blog ont des ancêtres à cette fameuse hôtellerie, je les laisse prendre le relais. Elle était située faubourg Bressigny à Angers

    Odile

  7. -LA FIDELITE.
    -Le couvent de Notre-Dame de Bon-Conseil,dit de la Fidélité,est une communauté de filles de l’ordre de S. Benoit,établie,en 1632,par Françoise de Douault,dite de Notre-Dame,religieuse professe de l’abbaye de Saint Avi,près Châteaudun.Cette dame avoit été auparavant prieure de Boiscelan,qui dépend de ladite abbaye,et depuis prieure de la Fidélité de Saumur,d’où elle fut transférée à celle d’Angers. L’enclos de cette communauté est situé dans celui de Grohan.On y voit les ruines d’un amphithéâtre bâti,dit on par les Romains,pour donner des fêtes au peuple et lui rendre agréable la mémoire des Césars.C’est ce qui est attesté par quelques médailles que l’on y a trouvées (1).
    -En 1747,on réunit ,en vertu de lettres patentes,le couvent de la fidélité de Saumur à celui d’Angers.Les religieuses sortirent de ce prieuré,pour venir dans celui-ci,à qui leurs biens ont été réunis.
    (1) .On le trouve deux fois mentionné dans le cartulaire de Saint-Aubin sous le nom d’arènes et souvent dans les titres du moyen-âge sous celui de Grohan.
    (Description de la ville d’Angers. Péan de La Tuillerie)

  8. Bonjour Madame Halbert .je suis contente que les cartes postales sont bien arrivés et que vous ne les aviez pas.j avais regarder sur votre site.et surtout que vous connaissiez si bien le Pouliguen. enfin le monde est petit. s agit t il de l immeuble le Bénédicta construit depuis.. nous somme à égaliter  » vous un immeuble et nous un parking ..Merci à vous et à Marie pour le Couvent de la Fidelite je vais chercher. les deux Soeurs Doisseau sont nées l une en1644 l autre en 1650.les Doisseau n etaient sans doutes pas tous protestant et pourtant.. bien amicalement et bonne journée… de la Hardouinais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *