Charles d’Andigné venu du Ménil à Angers emprunter 640 livres : 1617

Cette obligation est très complète, car à la suite de cette acte, il y aussi les contre-lettres à Leridon et Lilièvre, les 2 cautions de Charles d’Andigné, et l’amortissement.

Ils sont dû venir tous les 3 ensemble à Angers depuis Château-Gontier, où pourtant il a notaire royal, mais sans doute pas les fonds disponibles chez un prêteur à ce moment précis. Et Angers était une plus grande place financière.
La famille Hiret de la Margotière n’a rien à voir avec mes Hiret.

Acte des Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E121 – Retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le lundi 28 mai 1618 avant midi, par devant nous Julien Deille notaire royal à Angers furent présents establys et deument soubzmis Charles d’Andigné escuyer sieur de Chanjust et de Chitré y demeurant paroisse de Ménil près Château-Gontier, Briand Leridon sieur des Landes demeurant en la maison seigneuriale de la Margottière paroisse saint Remy lez Château-Gontier et sire Pierre Lelièvre marchand Angers y demeurant paroisse sainte Croix, lesquels chacun d’eulx seul et pour le tout sans division confessent avoir vendu créé et constitué et par ces présentes vendent créent et constituent par hypothèque général et universel, promis et promettent garantir fournir et faire valoir tant en principal que cours d’arrérages à Me François Hiret sieur de la Margotière advocat Angers y demeurant paroisse st Michel du Tertre, ce stipulant et acceptant, et lequel a achaté et achate pour luy ses hoirs, la somme de 40 livres tz de rente hypothécaire annuelle et perpétuelle payable et rendable franchement et quitement par lesdits vendeurs leurs hoirs, à l’acquéreur ses hoirs etc en sa maison audit Angers chacun an à pareille dabte, premier payement commençant d’huy en ung an prochain et à continuer, et laquelle somme de 40 livres de rente lesdits vendeurs et chacun d’eulx l’ung pour le tout du jourd’huy et par ces dites présentes assise et assignée assient et assignent généralement sur tout et chacuns leurs biens meubles immeubles rentes et revenus quelconques présents et futurs avec pouvoir et puissance à l’acquéreur ses hoirs d’en faire déclarer plus particulière assiette et aulx vendeurs de l’admortir toutefois et quantes sans que lesdits dits général et spécial hypothèques se puissent faire préjudice ains confirment et approuvent l’ung l’autre ; ceste vente création et constitution de rente faite pour et moyennant la somme de 640 livres tz payée contant par ledit acquéreur auxdits vendeurs qui l’ont eue et receue en pièces de 16 sols et autre monnaie ayant cours suivant l’édit dont ils l’en quittent ; à laquelle vendition création et constitution de rente comme dit est tenir etc dommages etc obligent lesdits vendeurs renonçant etc et par especial au bénéfice de division discussion d’ordre etc dont etc fait et passé audit Angers à notre tablier présents Me Jacques Baudin René Martin et Julien Verdier demeurant audit Angers tesmoins

2 réponses sur “Charles d’Andigné venu du Ménil à Angers emprunter 640 livres : 1617

  1. Bonjour Madame,
    Ce Briend Leridon déjà vu et lu dans 5 E 36; votre transcription du 27/12/2015 ?) Pas rattaché à la famille LERIDON.

    1. Bonjour Monsieur
      Les liens sur mon blog sont automatiques et très nombreux, et ce par plusieurs moyens.
      Tout d’abord les mots-clefs, que lelogiciel actuel vous donne sous chaque article (sous l’article vous avez la CATEGORIE puis les mots-clefs)
      Mais vous avez aussi sur mon blog un autre outil très précieux, la fenêtre de recherche qui est d’une puissance époustouflante. Ainsi, tout à l’heure, je voulais vérifier ce que j’avais déjà publié sur le Plessis de Marigné, et bien j’ai tappé dans la fenêtre RECHERCHE « Plessis de Marigné » et j’ai eu toutes les réponses immédiatement.
      Lorsque j’ai fait évolué informatiquement le blog il y a quelques semaines vers la version moderne, l’immense risque pour moi était précisément de perdre la base de données, et je suis fière de l’avoir sauvée informatiquement. Non seulement elle fonctionne bien mais elle est si rapide, alors que je n’ai qu’un vulgaire abonnement ADSL et aucun cable ou autre fibre numérique, que c’est là mon qualificatif EPOUSTOUFLANT. D’ailleurs quand je constate chaque jour la vitesse d’exécution de mon blog, je me demande bien pourquoi on nous raconte chaque jour que la fibre optique nous sauvera. Pour ma part je constate que je n’ai pas besoin d’aller plus vite.
      Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *