Pierre Buscher et René Thomas son beau-frère cèdent le contrat de vente à condition de grâce fait par leur défunte mère, Juvardeil 1619

Ce qui signifie que Françoise Chevalier est décédée avant mars 1619.
Et elle vivait le 4 juin 1614, date à laquelle elle a engagée la pièce de terre dont est question.
Il est probable qu’à cette date, Françoise Chevalier ait eu besoin de liquidités par exempler pour marier un enfant en lui faisant l’avancement d’hoirie.

    Voir les familles BUSCHER

Voici donc encore une de ces étonnantes cessions de contrat d’engagement d’un bien immobilier. Ici, il est manifeste que les 2 héritiers Buscher ont l’intention de faire le réméré de la pièce de terre engagée par leur mère, mais n’ont pas la somme dans les délais. Ils ont demandé au premier acheteur de leur prolonger le délais de grâce et celui-ci a refusé. Ils engagent dont à nouveau la pièce de terre vers un nouvel acquéreur, et ils ont trouvé sur Angers un acheteur qui consent un délais de 5 ans ! En somme, ils ont ainsi obtenu une prolongation du délais de grâce.

J’ai trouvé, grâce à mes longues recherches, cet acte aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Cette trouvaille ainsi que sa retranscription constituent un apport intellectuel au titre de la loi, s’agissant de textes anciens. Par ailleurs ce blog constitue une publication. Seule la copie personnelle est autorisée. La copie ou discussion ailleurs sur Internet constituent un vol de propriété intellectuelle. Voici la retranscription de l’acte :

Le samedi 2 mars 1619 avant midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers furent présents et personnellement establys Me Pierre Buscher prêtre chapelain en l’église d’Angers et y demeurant curateur aux causes des enfants (ces 5 derniers mots ont été barrés) de René Thomas vigneron demeurant en la paroisse de Champigné tant en son nom privé que comme soy faisant fort de Marguerite Buscher sa femme,

    j’ai compris par la suite que ces mots sont bien barrés car Thomas semble présent, puisqu’il est bien sépcifié à la fin de l’acte qu’il ne sait pas signer

lesdits les Buschers héritiers en partie de défunte Françoise Chevalier leur mère,

    ceci signifie qu’ils ne sont pas les seuls héritiers, et que d’autres frère ou soeur vivent encore. d’ailleurs dans l’acte écrit au bas du premier acte, on découvre Jacques Buscher leur frère qui vent le droit de grâce.

lesquels ont recogneu et confessé avoir ce jourd’huy vendu quitté cédé délaissé et transporté et par ces présentes vendent quitent cèdent délaissent et transportent perpétuellement par héritage et promettent garantir de tous troubles hypothèques et empeschements quelconques envers et contre tous
à honneste homme Mathurin Trehorier Me tailleur d’habits Angers et y demeurant paroisse St Michel de la Pallu à ce présent stipulant et acceptant et lequel a achapté et achapte pour luy ses hoirs etc
une pièce de terre labourable contenant 20 boisselées ou environ sise et située es vareuier ( ???) de Juvardeil près la Cadière joignant d’un costé la terre de la closerie du Pont Moreau d’autre la terre de Monsieur de Launay Blavou conseiller du roy en sa cour de parlement de Bretagne d’un bout le chemin tendant du Pont Moreau à Juvardeul d’autre bout ledit chemin de Juvardeil le tout ainsi que ladite pièce de terre se poursuit et comporte ses appartenances et dépendances sans rien en excepter retenir ne réserver fors le droit de collon et sepances que ledit acquéreur permettra estre par et pour luy par celuy qu’il a et sepmance en l’année présente ladite pièce en faisant par luy agrener comme collons sont tenus
ou fief seigneurie de Juvardeil à deux deniers de cens quite des arréraiges du passé
transporté etc la présente vendition faite pour le prix et somme de 269 livres
que ledit acquéreur a promis et s’est obligé payer à Me Gervaise Cheverier laisné demeurant en ceste ville paroisse saint Maurille scavoir 260 livres pour la recousse et réméré de ladite pièce de terre à luy cy devant vendue et engagée par ladite défunte Chevalier par contrat passé par Jehan Guillotin notaire soubz la cour de la baronnie de Briollay le 4 juin 1614

    ce notaire n’est pas déposé aux Archives, et il faut oublier tout espoir de trouver cet acte

o condition de grâce qui encore dure jusqu’au 4 juin prochain et neuf livres tz à luy dues par ladite défunte par promesse ou obligation
et desdites sommes cy dessus en fournir et bailler audit vendeur lettre de recousse et quittance bonne et vallable dedans le 1er jour dudit mois de juin prochain à peine de toutes pertes despens dommages et intérests et droits d’hypothèque duquel Cheverier iceulx vendeur ont consenty sur ledit acquéreur demeure subrogé pour plus grande sureté et garantie des présentes
faisant lesquelles lesdits vendeurs ont retenu grâce et faculté de pourvoir recourcer et rémérer lesdites choses vendues d’huy en 5 ans prochainement venant en payant et refondant audit acquéreur en cette ville en sa maison pareille somme de 269 livres à un seul payement loyaulx cousts frais et mises raisonnables tant du présent contrat que ceulx qu’il demeure tenu rembourser audit Cheverier faisant ladite rescousse
promectant ledit Thomas faire ratiffier et avoir agréable ces présentes à ladite Buscher sa femme et la faire solidairement obliger au garantage desdites choses cy dessus vendues et en fournir et bailler audit acquéreur lettres de ratiffication et obligation vallable dedans Pasques prochaine à peine de toutes pertes despens dommages et intérests
à laquelle vendition et à payer et aux charges obligent lesdites parties respectivement mesme lesdits vendeurs esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx eulx et chacun d’eulx seul et pour le fout sans division de personne ne de biens renonczant aulx bénéfice de division discussion et d’ordre de priorité et postériorité foy jugement condemnation etc
fait et passé audit Angers à notre tablier présents vénérable et discret Me Constantin Testair preêtre et chanoine en l’église collégiale de Saint Pierre de cette ville y demeurant, Me Nicolas Jacob et Pierre Blouin praticiens demeurant Angers tesmoins
ledit Thomas a dit ne scavoir signer

Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

PS (cession de la grâce, que j’avoie ne pas très bien comprendre, car Jacques Buscher ne figurait pas à l’acte précédent, et les prix diffèrent.) : Devant nous notaire susdit fut présent et personnellement estably ledit Me Pierre Buscher et Jacques Buscher son frère tous demeurant en la paroisse de Juvardeil lesquels ont recogneu et confessé avoir ce jourd’huy vendu quité cédé délaissé et transporté et par ces présentes vendent cèdent délaissent et transportent et promettent garantir de tous troubles hypothèques et empeschements audit Trehorier et à Marguerite Breon sa femme de luy authorisée quant à ce demeurant Angers à ce présents et acceptant la grâce qui encore dure de pouvoir récousser et rémérer les choses vendues par le moyen de ce que dessus audit Trehorier et sa femme pour en faire et disposer par eulx comme de leur propre acquest moyennant la somme de 50 sols etc…

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

9 réponses sur “Pierre Buscher et René Thomas son beau-frère cèdent le contrat de vente à condition de grâce fait par leur défunte mère, Juvardeil 1619

  1. Encore un grand merci pour le travail que vous effectuez pour nous et de manière bénévole … Pour moi, aujourd’hui, c’est un grand plaisir de trouver cette archive qui met en scène « ma » Margueritte BUSCHER et son époux René THOMAS …

  2. Bonsoir

    descendants du couple Michel Bucher et Françoise Chevallier par leurs enfants Marguerite 1596, Jacques 1598 et Michel Bucher 1603, et descendant également de Claude Chevallier par son 2ème mariage je ne pense pas qu’elles sont soeurs
    Pour ma part Françoise Chevallier est née vers 1560 et Claude Chevallier le 18/12/1601 à Champigné fille de Jacques Chevallier et de Bernarde Perrault
    Claude se marie le 07/11/1617 à Champigné avec Jean Garnier, elle a donc 15ans
    son 1er enfant est Claude Garnier le 03/09/1622 Champigné
    Jacquine le 03/11/1624 Champigné
    Bernarde le 21/10/1628 Juvardeil
    DC de Jean Garnier le 11/07/1628 à Juvardeil
    Remariage de Claude Chevallier le 20/11/1629 à Juvardeil avec Etienne Charlerie
    elle a eut des enfants jusqu’en 1640
    elle est dcd à Contigné le 08/12/1669
    Lui est dcd à Juvardeil le 01/01/1663
    il était le fils de Etienne Charlery et de Perrine Chevallier
    Je n’ai pas retrouvé l’acte de mariage de Claude Garnier avec Pierre Logerais
    Par contre je pense que Jacques Chevallier (époux Perrault) est le frère de Charles Chevallier(époux Pelerin et Souvestre)

    Cordialement
    Stéphane

      Note d’Odile :
      Merci.
      Ce lien m’avait été donné par un autre chercheur et je supprime donc la phrase de mon fichier, car effectivement, l’écart de génération est trop important.
      J’en profite pour tenter de relire mes CHEVALIER car je suis en panne sur les miens depuis longtemps, malgré mes innombrables efforts.
  3. « Il est probable qu’à cette date, Françoise Chevalier ait eu besoin de liquidités par exempler pour marier un enfant en lui faisant l’avancement d’hoirie. » dites-vous …
    Il se peut que ce soit pour le mariage de Pierre BOUSCHER x René JOUIN, célébré le 26 juin 1614 à Champigné (AD vue 95)
    Mais je n’ai pas trouvé sur Champigné le décès de Françoise CHEVALLIER

      Note d’Odile
      Merci de venir ainsi conforter mon hypothèse avec le mariage en 1614. Donc, il s’agit bien d’une somme destinée à marier un enfant.
      Elle n’est pas forcément décédée sur place. En effet, souvent les veuves, dans les milieux des classes moyennes et moins aisées, se contentaient d’un lit chez une fille. Mais, pour cette période, rare sont les paroisses qui possèdent encore les sépultures.
  4. Bonjour

    Pierre Bucher ne peut pas être le fils de Michel Bucher et de Françoise Chevallier puisqu’il est prêtre et donc pas de mariage possible
    si cette acte doit servir pour une dote, c’est pour Françoise ou Renée Bucher
    Une autre hypothèse, Michel Bucher est dcd en 1613 et sa femme a besoin d’argent pour élever ses enfants (possible non? )
    en 1614 il lui reste encore 6 enfants vivants et mineures à charges (Renée, Marguerite, Jacques, Mathurin, Michel et Sainte Bucher)

    Concernant la famille Chevallier, je retrouve également ce patronyme sur la commune de Cherré en 1632 avec le mariage de Antoine Cochet et de Renée Chevallier mais cette dernière est originaire de Marigné fille de Pierre Chevallier et de Jeanne Cadots

    Stéphane

      Note d’Odile :
      Les parents, à savoir Michel Bucher et Françoise Chevalier, peuvent avoir un fils prêtre et même plusieurs enfants en religiion, comme j’ai parfois vu le cas. Je ne vous suis pas sur ce point.
  5. Bonsoir

    Je m’explique, je voulais dire que le couple Michel Bucher et Françoise Chevallier n’ont eut qu’un seul fils qu’ils ont nommé Pierre, cela aurait été différent s’ il s’agissait de jacques ou michel (2 de chaque), rien nous permet de penser qu’ils ont eut un autre fils nommé Pierre (sachant qu’il aurait sans doute été mentionné dans cet acte)
    Je pense que Pierre (Pretre en 1614) ne peut pas avoir contracté un mariage en 1614?
    Comme vous l’avez préciser pour la famille Gaumer(merci pour votre étude) plusieurs enfants peuvent porter le même prénom (je descend de Perrine l’aisnée, la jeune ainsi que de Michel l’aisné)
    Pour les religions, je descend de Marie de Portebise, protestante, qui s’est convertit/ baptisée(01/11/1678 Vern) 6ans avant son mariage avec Gabriel Hiret: je suppose que toute la famille ne s’est pas convertit en même temps et donc que plusieurs religions ont cohabité dans la famille de Portebise
    Cordialement
    Stéphane

      Note d’Odile :
      OK, j’ai bien compris que le mariage d’un Pierre Bouscher et d’une Jouin en 1614 ne pouvait être celui d’un fils de Françoise Chevalier si non n’avons pas deux naissances de fils prénommés Pierre.
  6. Bonsoir

    dernière donnée
    DC de Michel Bucher à Juvardeil le 18/03/1614
    il est dit metayer à la Bodinière
    DC de Françoise Chevallier à Juvardeil le 15/11/1616
    elle est dit de la Poulainerie
    les deux lieux sont l’un à côté de l’autre à Juvardeil

    Stéphane

  7. Bonjour Odile : Michel Buscher et Françoise Chevalier ont eu 10 enf. les 4 premiers à Juvardeil, les 6 derniers à Cheffes : Pierre né 23.3.1585,(leChanoine), Françoise 6.12.1586-16.1.1640, non mariée, Michel 9.8.1589, Jacques 14.1.1592 (les 2+en bas âge?),Renée 31.3.1594 x1 ca1630 Antoine Perrault, et x2 Champigné 4.5.1632 Champigné Jacques Le Manceau, Marguerite 22.4.1596, x8.11.1616 René Thomas mes sosas, Jacques 23.3.1598-27.6.1662 xJuv.4.2.1627 à Mathurine Chaumont,Mathurin 5.8.1600,Michel 7.6.1603, Saincte 8.1608-3.3.1667 xChamp 16.2.1654 Michel Lemesle
    7.6.1603, Saincte

  8. Merci pour ces actes , je n’en descends pas mais il existe un lien familial
    Pierre Lepage (fils de Pierre Lepage et Françoise Bachelot )mari de Francoise Thomas (fille de René et Marguerite Buscher)est le neveu de Renée Bachelot épouse de Claude Garnier ,mes ancêtres ,
    preuve ici par le mariage du 7 Juillet 1653 AD 49 Juvardeil – 1622-1668 – Mariages, sépultures (vue 64)
    leur fille Renée Garnier épousera Francois Cupif ( dont je continue à tout ignorer)
    http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=4805

  9. bonjour,
    Je suis stupéfaite du travail que vous accomplissez .Je comprends votre colère quand certaines personnes pillent vos travaux .Je vous remercie car en vous lisant j’ai mieux compris l’histoire de ma famille .J’ai ainsi reconstitué une branche de ma généalogie et vérifier les dates que j’avais en ma possession.
    Il s’agit de la famille Buscher Michel unit à Chevalier Françoise en 1584.Par ces travaux,cette famille a vécu.
    Je vous remercie infiniment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *