Pierre Boreau baille à rente une maison : Juigné sur Loire 1582

je descends des Boreau de Château-Gontier, et je ne pense pas connaître celui qui suit.

Les ventes à rente perpétuelle sont assez rares en Anjou, et celle-ci a une curieuse clause. En effet, vous allez voir à la fin de l’acte que le preneur doit y construire un bâtiment qui servira de garantie au bailleur.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le samedi 1er septembre 1582 avant midy en la cour du roy notre sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou par devant nous Mathurin Grudé notaire de ladite cour, personnellement establyz honorable homme Pierre Boureau sieur de Versillé marchand demeurant en la paroisse st Maurille d’Angers d’une part, et Jehan Peton marchand voiturier par eau demeurant au bourg de Juigné sur Loire, tant en son nom que pour et au nom et comme soy faisant fort de Marye Moreau sa femme soubzmectant lesdites parties esdits noms et qualités respectivement et mesmes ledit Peton esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens etc confessent avoir fait et par ces présentes font le bail et prinse à rente annuelle et perpétuelle pure et simple en la forme et manière qui s’ensuit, c’est à savoir que ledit Boreau a baillé et par ces présentes baille à tiltre de rente annuelle et perpétuelle audit Peton esdits noms qui a pris et accepté prend et accepte par ces dites présentes pour luy ses hoirs etc ung jardin sis et situé au bourg de Juigné appellé les Argenteryes contenant 3 boissellées de terre ou environ enclos de muraille joignant d’un cousté la grand rue dudit bourg tendant dudit Juigné à St Jehan des Mauvrets d’ autre cousté les Reserveryes du sieur de St Jehan et de Clervaulx abuté d’un bout la grange de Pierre Dugrat d’autre bout le jardin de Jehan Boutin et autres, et tout ainsi que ledit jardin se poursuit et comporte avecques ses appartenances et dépendances sans aucune chose y rétenir ne réserver, tenu du fief et seigneurie de Clervaulx aux cens rentes et debvoirs anciens et acoustumés non excédant 10 sols tz, lesquels lesdites parties adverties de l’ordonnance royale ont vérifié ne pouvoir déclarer, et sans aprouver que tant en soit deu, franc et quite du passé ; transportant etc et est faite la présente baillée et prinse à rente pour en payer servir et continuer par ledit Peton esdits noms ses hoirs etc audit Boreau ses hoirs etc par chacuns ans la somme de 3 escuz et ung tiers évalués à la somme de 10 livres tz au jour et feste de Nouel, le premier payement commanczant au jour et feste de Nouel que l’on dira 1583 et à continuer à l’avenir audit jour et terme ; et oultre à la charge dudit Peron esdits noms d’en faire bastir et construire dedans 3 ans prochainement venant ung bastiment de la valeur de 100 escuz pour l’assurance et garantage de ladite rente et iceluy bastiment bien et duement entretenir sans qu’il se puisse ruiner et dépérir ; et faisant laquelle baillée ledit bailleur a accordé audit preneur esdits noms grâce et faculté d’admortir ladite rente à la somme de 100 escuz sol évalués à la somme de 300 livres par ung seul payement ; et a ledit Peton promis et demeure tenu faire ratiffier et avoir agréable ces présentes à ladite Moreau sa femme et la faire lyer et obliger à l’entretenement et accomplissement d’icelle et en bailler et fournir lettres de ratiffication et obligation valables audit bailleur dedans ung mois prochainement venant, à peine de tous dommages et intérests ces présentes néanmoings ; et a esté tout ce que dessus respectivement stipulé et accepté par lesdites parties leurs hoirs etc lesquelles avons adverties faire enregistrer ces présentes dedans 2 mois suivant l’édit ; à laquelle baillée et prinse à rente et tout ce que dessus est dit tenir etc et à garantir etc et ladite rente rendre et payer etc et aux dommages etc obligent lesdites parties respectivement l’une vers l’autre etc mesmes ledit preneur esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division renonçant etc et par especial ledit Peton aux bénéfices de division de discussion et d’ordre de priorité et postériorité et encores pour ladite Moreau sa femme au droit vellyen à l’espitre divi Adriani et à l’authentique si qua mulier et à tous autres droits faits et introduits en faveur des femmes lesquels luy avons donnés à entendre qui sont et veulent que sans expresse renonciation auxdits droits femme ne peult intervenir interceder ny s’obliger pour aultruy etc foy jugement et condemnaiton etc fait et passé audit Angers maison de nous notaire en présence de Mathurin Peton père dudit preneur demeurant audit bourg de Juigné et Guy Planchenault et Jehan Adelle demeurant Angers tesmoins

Odile Halbert – Lorsque vous mettez mes travaux sur un autre site ou base de données, vous enrichissez leurs propriétaires en leur donnant toujours plus de valeur marchande dans mon dos

10 réponses sur “Pierre Boreau baille à rente une maison : Juigné sur Loire 1582

  1. Bonjour Madame,
    M. André Sarazin, dans « Manoirs et gentilshommes d’Anjou » donne le manoir de Versillé en St Jean des Mauvrets comme ayant été construit par René Serisier vers 1598, puis propriété de son fils René. Vendu vers 1650, il passe à la famille Boureau (3 générations au moins : Me apothicaire à Feneu, Marchand droguiste, Sénéchal) se disant Boureau de Versillé.
    En 1582, Versillé appartenait à Pierre Boureau, selon votre page de ce jour, ce qui enrichit l’histoire de Versillé.
    Y aurait-il eu retour dans la famille de cette terre ?
    Bien sincèrement.

  2. Bonjour,

    J’ai des actes qui indiquent que la famille Boureau était Sr de Versillé dès le 16ème
    Pierre Boureau Marchand Drappier Sr de Versillé (cet acte) et Christophette Planchenault
    leur fils Julien Notaire à la Cour de Serrant, Sr de Versillé et Marie Baillif
    leur petit fils Pierre Boureau Commis à la recette des Tailles de Angers Sr de Versillé et Renée Hubon

    Cette famille résidait à Angers St Maurice (les 2 Pierre) et St Georges sur Loire (pour Julien Notaire de Serrant)

    Est ce le même Versillé??
    Cdt
    Stéphane

  3. Bonjour monsieur
    Je vais de ce pas rechercher les vues de l’acte que j’ai sur mon blog mentionnant un Boureau apothicaire, car il semble bien que j’ai alors confondu le B et le V qui sont parfaitement trop proches parfois.
    Par ailleurs pour ce qui concerne les dates de possession de Versillé, je pense que le fait de porter le titre sur un acte ne signifie pas qu’on possède la terre, car les titres sont souvent abusifs, et j’ai déjà beaucoup écrit sur ce problème délicat.
    Je pense aussi qu’hélas on n’a pas dans les ouvrages de Mr Sarazin les sources de ce qu’il écrit, tout comme le faisait le dictionnaire de Célestin Port et ses mises à jour, et donc il ne faut pas les prendre à la lettre.
    Bien chaudement (enfin dans ma tête, car mon thermomère dit le contraire et j’ai dû ce matin enfiler 2 robes de chambre l’une par dessus l’autre)
    Odile

  4. Bonjour Stéphane
    Intéressant, car comme vous avez bien saisi, j’ai une grand mère BOREAU mais que je rattache formellement (avec preuves) à ceux de Mayenne.
    Mais on pourrait supposer que cette famille Angevine en serait détachée ? et cela serait interessant de voir vos actes si c’est possible, et pour ma part je peux vous envoyer les actes GALLICHON.
    Bonne journée
    Odile

  5. Bonjour,

    Je vous avais contacté le 10 janvier au sujet de cartes postales sur l’Abbaye de Bon Repos. J’aurais aimé savoir si il était possible de vous poser quelques questions sur ces cartes. Vous pouvez me contacter directement sur mon adresse mail.

    Cordialement

  6. Bonjour,

    J’aurais simplement aimé connaître les dates de prises de ces photos. J’aurais également voulu savoir où est-ce que vous aviez réussi à obtenir ces cartes postales car je suis moi même à la recherche de documents anciens autour du site de Bon Repos type photos, cartes postales.

    Merci

    Rémi

  7. Bonjour
    Voyez
    1-le site des Archives Départementales des Côtes d’Armor, qui a un fonds iconographique important en ligne (cartes et photos)
    2-les monuments historiques dont le fonds est en ligne
    http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/

    et pour ce qui est des cartes postales qui ont été mises bénévolement sur mon site, ce sont celles de mes amis, et elles ne sont pas à vendre.

    La date est simple, car les vues noir et blanc de ce style, sont majotiraiement avant la 1ère guerre mondiale, puis cette guerre a mis un arrêt à ces productions, et ce n’est que beaucoup plus tard que les cartes postales sont réaparues souvent brillantes alors puis couleur.

    Je pense surtout qu’il vous faut aussi allez à Saint-Brieuc aux Archives départementales
    Bon courage
    Cordialement
    Odile HALBERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *