Guillaume de Quatre-Barbes vend une closerie et des vignes à Angers, 1559

J’ai été très surprise du prix de cette vente, car nous sommes en 1559, et la dévaluation n’a pas encore produit ses effets néfastes. Or le prix correspond à celui d’une closerie un siècle plus tard, ou encore une belle closerie.
Comme la vente ci-dessous concerne des terres agricoles et vignes actuellement dans la ville d’Angers, on pourrait supposer que les terres étaient déjà plus chères en ville qu’à la campagne, en quelque sorte un début de spéculation urbaine ? Enfin, c’est une hypothèse ?

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E2 – Voici la retranscription : Le 3 mai 1559 en la court royale d’Angers endroit par devant nous Marc Toublanc notaire de ladite court personnellement establyz chacun de noble homme Guillaume de Quatrebarbes seigneur de la Rongère demeurant audit lieu paroisse de Saint Sulpice du Houssay et sire François Denouault seigneur du Jarry à présent demeurant en cette ville d’Angers paroisse de St Pierre


Cette vue est la propriété des Archives Départementales du Maine-et-Loire. Cliquez pour agrandir.

    J’avais lu Javron au lieu de Jarry en première lecture, et ceci est ma rectification, car on lit bien JARRY

tant en leurs noms que pour et ès noms et eulx faisant fort de damoiselle Jehanne de la Roussardière épouse dudit Quatrebarbes absente et chacuns esdits noms seul et pour le tout promettant luy faire ratiffier et avoir ces présentes agréables et la faire obliger au garantaige et entretenement de ces présentes par ledit Quatrebarbes et en bailler et fournir à ses despens lettres de ratification bonnes et valables à vénérable personne Missire Jehan Bonner prêtre chapelain en l’église collégial monsieur saint Pierre d’Angers à ce présent et stipulant dedans d’huy en ung mois prochainement venant à peine de tous intérestz ces présentes néanmoins demeurent etc soubzmetans lesdites establys esdits noms et qualitez cy dessus et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personnes ne de biens etc renonczant au bénéfice de division d’ordre et de discussion de priorité et postériorité eulx leurs hoirs et ou pouvoir etc
confessent esdits noms avoir vendu quicté cedé délaissé et transporté et par ces présentes vendent quictent ceddent délaissent transportent et prometent garantir en chacun desdits noms et qualitez auddit missire Jehan Bonner lequel à ce présent stipulant et acceptant comme dessus a achapté et achapté pour luy ses hoirs les choses héritaulx qui s’ensuivent c’est à savoir le lieu domaine closerie et appartenances appellé Courbevieille sis en la paroisse de St Pierre d’Angers composée de maison pressoir jardins en terres rues issues de 3 journeaux de terre labourable ou envirion, de 8 quartiers de vigne ou environ, prés, joignant lesdites maison et pressoir tenues lesdites choses du fief et seigneurie de la Quarte à 24 sols 4 deniers tournois de cens rente ou debvoir payables chacuns ans à la recepte dudit lieu au terme de notre dame Angevyne –
Item 4 quartiers de vigne ou environ en deux planches sis et situez au cloux de vigne appelé Guillettre paroisse de saint Germain en saint Lau joignant d’un cousté aux vignes de l’abbesse d’Angers d’aultre cousté aux vignes de Pierre de Taurbon aboutant d’un bout aux vignes du lieu et closerie de Guillettre et d’aultre bout à la rivière de Maine –
Item ung arpent de terre ou environ sis en la paroisse monsieur saint Nycollas les Angers joignant d’un cousté au pré appelé le pré cloux, aboutant d’un bout au ruisseau tendant de Bourneau aux pescheryes du prieuré de la Papillaye tenus des fiefs et seigneuries dont lesdits quartiers de vigne et arpent de pré sont tenus et aux debvoirs et charges cens rentes acoustumés estre deus moyennant la somme de 10 sols tournois que ledit achapteur poiera et acquitera à l’advenir pour toutes charges fors les vignes ou vinaiges acoustumez tant pour le regard desdits 4 quartiers de vignes que deux planches desdits 8 quartiers de vigne aussi cy dessus déclarez franches et quites lesdites choses des arréraiges desdits cens rentes et debvoirs comme de toutes choses de tout le passé jusques à huy transportant quitant etc
et est faite ceste présente vendition cession delais et transport pour le prix et somme de 1 200 livres tournois payée et baillée compté et nombrée manuellement contant en présence et veue de nous par ledit acquéreur auxdits vendeurs esdits noms qui l’ont eu et receue en escuz d’or sol doubles ducatz pistolez le tout d’or et en monnoye blanche de douzains et aultre monnoye de présent ayant cours le tout au poix et prix de l’ordonnance royale jusqu’à la somme de 1 200 livres tournois de laquelle somme lesdits vendeurs esdits nom se tiennent à contant et en acquitent ledit acquéreur à laquelle vendition cession delais transport et tout ce que dessus est dit tenir etc lesdits choses héritaulx vendues garantir par lesdits vendeurs et chacun d’eulx esdits nom audit acquéreur à peine dommaiges etc ont obligé et obligent lesdits vendeurs et chacun d’iceulx esdits noms et qualitez cy dessus et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens etc renonczant au bénéfice de division d’ordre de discussion de priorité et postériorité eulx leurs hoirs etc renonczant etc foy jugement condempnation etc
fait et passé audit Angers maison dudit acquéreur présents sire Mathurin Rousseau marchand demeurant en ladite paroisse du Houssay et honorables hommes Me René Ganyer et Jehan Apvril licencié ès loix et noble homme Me Estienne d’Estrouville aussi licencié ès loix tous demeurants audit Angers tesmoings, et avons adverty les partyes ces présentes estre subjectes en vin de marché et pour les proxenettes 20 escuz d’or sol que ledit acquereur a payez et débourséz faisant ces présentes contant

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog et non aller en discuter dans mon dos sur un forum ou autre blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du projet européen

23 réponses sur “Guillaume de Quatre-Barbes vend une closerie et des vignes à Angers, 1559

  1. Bonjour
    Si je comprends ce document, Guillaume de Quatrebarbes, François Denouault et Jehanne de la Roussardière vendent une closerie et des vignes à Angers. Les Denouault (tantôt écrit denuau ou denouault, puis denuault) étaient très nombreux à Houssay et ses environs (st sulpice, quelaines, astillé ou il existe un lieu-dit La Denuaudière, etc …).
    Mais je ne saisis pas le lien entre le sieur Denouault et les Quatrebarbes et de la Roussardière.
    Denuau, voire Denoual, voire denoual de la houssay (cf. de Tinténiac, cf. de Laval) est-il le nom d’origine des Quatrebarbes. Le sieur Denouault serait donc frère de Quatrebarbes. Oubien Jehanne de la Roussardière est-elle la soeur dudit denouault ? Oubien il n’y a pas de lien de parenté (ce qui serait surprenant) ?
    D’autre part, quelle valeur a le terme de Sire devant François Denouault ?
    Quelle importance à la place de Javron-les-Chapelles à cette époque ?
    Merci de bien vouloir m’éclairer.

      Note d’Odile : Bonjour et Merci de l’intérêt que vous portez à mes travaux. Je ne suis pas une spécialiste des de Quatrebarbes, ni des Denouault, aussi je vais laisser à d’autres le soin d’étudier une réponse.
      Le qualitifatif « sire » a été une mode, et pour l’avoir rencontré à cette époque chez les miens aussi, dont je connais parfaitement le milieu social, tant je l’ai étudié dans les actes notariés, je suis en mesure de préciser que c’est un qualitificatif équivalent à celui de « noble homme », c’est à dire un qualitifcatif assez vide de sens, utilisé par un roturier pour le paraître, comparé au qualitifatif « écuyer », qui lui est plein de sens, et n’est jamais utilisé chez un roturier. L’ennui, c’est que dans cet acte, il semble que le notaire a qualifié de « noble homme » de Quatrebarbes. Sans doute faute de connaissance précise des personnages de sa part, car je me suis souvent demandé comment le notaire écrivait une identité, faute de carte d’identité, et j’en ai conclu, faute de mieux, qu’il se fiait au dire verbal des individus présents. Denouault s’est donc qualifié de « sire », sans doute n’a-t-il pas osé se qualifier de « noble homme » à la suite du précédent, qui lui serait socialement plus élevé ? Mais j’avoue que cette réflexion est un peu tirée par les cheveux…
      Par contre, je me suis fait la même réflextion concernant le lien éventuel de parenté entre Denouault et Quatrebarbes, sans être personnellement en mesure d’y apporter une réponse.
  2. La seigneurie de Javrons-les-Chapelles était entre les mains du prieur du dit lieu, on peut donc imaginer que François Denouault n’était pas détenteur de celle-ci mais d’une autre seigneurie de moindre importance qui portait ce nom, peut-être aux environs de Saint-Sulpice. Mais les archives de ces petites seigneuries étant très rarement conservées, il sera peut-être même difficile de parvenir à la situer (Angot ne la signale pas).

  3. Les généalogies Quatrebarbes et Roussard (de la Roussadière) sont muettes ; quelques pistes de réflexion : 1) comme vous nous l’avez appris Odile, si Jeanne de la Roussadière est nommée c’est que le bien est de son héritage 2) pour moi le titre de sire et messire est principalement utilisé à cette époque pour les prêtres 3) comme le fait justement remarqué Jérôme, le seigneur de Javron est un religieux.
    mon hypothèse : Jeanne de la Roussadière vend des biens auxquels étaient attachés un bénéfice dont elle avait pourvu messire François Denouault, un prêtre, proche voisin et vassal ; ce bénéfice aurait pu être desservi dans l’église de Courbeveille d’où le nom de la closerie.
    [Bernard de Montmorillon aurait été surnommé « Quatrebarbes » pour avoir vaincu 4 chefs Maures lors d’une croisade en Espagne en 1081 …]

  4. Trouvé ds « Dictionnaire de la Mayenne »T II Angot : à –Jarry ou Cour du Jarry commune de St Sulpice fief et domaines mouvant de la Rongère…en furent sieurs : Jean de Charnieres mari de Jeanne du Moulin,fille de Gervais du M .et de Jeanne du Jarry1413- n.h.François de Nouault 1550 ;1564-Emery de la Chapelle- Rainsouin, mari de Judith Chalopin1570,1579…

      Note d’Odile : Je crois que vous allez faire un heureux avec cette trouvaille !
  5. Bonjour à tous
    Ici Odile, désolée de revenir sur le titre de « sire ».
    Je lis tant et tant d’actes de l’époque, probablement plus que beaucoup d’entre vous, que je pense être plus familière.
    J’affirme que ce titre est laïc, et utilisé un peu comme « noble homme » par certains bourgeois et ce durant une période assez courte dans le temps en Anjou. Je dirais que cette période ne couvre que la fin du 16e siècle. Ensuite il disparaît totalement des actes notariés.
    Le titre « messire » ou plutôt « missire », est religieux mais aussi un titre pour les nobles chevaliers et au dessus. Plus au dessus on a alors « haut et puissant messire » etc…

  6. Le Jarry est une seigneurie de Saint-Sulpice qui relève en haut lieu de la Rongère. François Denouault tient donc en fief sa seigneurie de Guillaume de Quatrebarbe. Mais cela n’explique pas le lien (de famille ?) qu’il peut y avoir entre eux.

  7. Tout à fait d’accord avec vous Odile, le titre de Sire est un titre laïc, porté à la fin du XVIème par certains bourgeois.

  8. Bonjour, je suis presque par hasard tombé sur cette page. Je pense avoir lu cet acte il y a une quinzaine d’années dans les archives de la Rongère. Je suis persuadé qu’il ne s’agit pas de « François Denouault seigneur de Javron », mais « François Denouault seigneur (ou sieur) du Jarry » à Saint-Sulpice, dépendant de la Rongère. J’ai étudié très longuement les archives de la Rongère : malgré mon désir, je n’y ai trouvé aucune preuve de parenté ou d’alliance entre Quatrebarbes et Denouault. Je suis actuellement loin de chez moi, mais si certains d’entre vous le souhaitent, je pourrai dans quelques jours vous donner plus de renseignements sur ce François Denouault. Cordialement. Christian Nouaux

  9. Si quelqu’un les connaît, j’aimerais bien connaître les différents seigneurs de la Rongère ainsi que ceux du Jarry. J’ai moi aussi parcouru les archives de la Rongère et il est parfois difficile de dater certains documents si ce n’est par la présence de certains personnages, dont les seigneurs sont les plus aisés à identifier…

  10. Selon l’Armorial Monumental de la Mayenne, Abbé Angot, 1913, article Saint-Sulpice, p. 456 : « La seigneurie paroissiale est difficile à déterminer, avant son annexion à la châtellenie de la Rongère. Guillaume de Melle est seigneur de Saint-Sulpice et de Franc-Alleu en 1480. Louis de Montecler vend la terre de Saint-Sulpice en 1579. Depuis cette époque, au plus tard, on ne voit plus d’autres seigneurs fondateurs que les seigneurs de la Rongère.
    Les Quatrebarbes, dont deux représentants furent si soigneux de nous transmettre les souvenirs de la famille, n’ont pas dû manquer à peindre et sculpter leurs blasons dans l’église, dans leur château et dans le bourg, partout où il en était besoin pour l’affirmation de leurs droits ; cependant il n’en reste rien »

  11. Bonjour Jérôme, et bonjour aux autres. Je suis rentré chez moi. Il est presque certain qu’Angot n’a pas eu l’occasion de consulter les archives de la Rongère. Macé de Quatrebarbes est Sgr de la Rongère au moins en 1409 (aveu de Guillé Denoüau (x Jeanne Chopin) le 16 juillet 1409 pour une pièce devant la métairie du Jarry). Le 19 juin 1410 aveu de Guillaume Dumoulin (x Jeanne du Jarry) pour hébergement, domaine et appartenance du Jarry tant en fief…Et le 2 janvier 1447 est cité Jehan Denouault Sgr du Jary, aveu à Jehan de Quatrebarbes.
    Je ne peux pas tout écrire ici (en particulier sur le François Denouault cité par Odile, dont je pense connaître une partie de l’ascendance et de la descendance). J’ai beaucoup d’informations sur les de Nouault (Denouault). Aussi je crois que je vais me décider à ouvrir une page web. Il me faudrait un logiciel simple sans filiqtion obligatoire. Que me conseillez-vous ? Cordialement. Christian Nouaux

  12. Je peux aussi, si Odile n’y voit pas d’objection, vous laisser mon adresse e-mail. Christian Nouaux

  13. J’ai eu aussi l’occasion de consulter les archives de la Rongère (et du Jarry) qui fourmillent de choses intéressantes, mais probablement pas assez pour avoir pu établir des listes fiables et complètes. Cela permettrait notamment de mieux appréhender certains registres du Jarry complètement mélangés au moment de leur reliure…

  14. Au sujet des Quatrebarbes de la Rongère, à St Sulpice, voici peut-être quelques informations qui peuvent vous intéresser. La branche de la Rongère est issue de Foulques de Quatrebarbes (1195 env.-1219), seigneur de Jallais et de Juigné s/Maienne (par son mariage avec Isabeau de la Membreroule). Je lui ai consacré un article dans le cadre de l’histoire de Montreuil-Juigné, mon lieu d’habitation. J’en extrais ceci:  » Leur fils, Macé II, qui venait de naître à la mort de son père, conserva le fief. Cependant, en 1294, à la fin de sa vie, il crut bon d’acquérir une nouvelle seigneurie dans la paroisse de Saint Sulpice en Mayenne, celle de la Rongère. Ayant épousé Jeanne de Brochessac de la Touche, Macé II ne faisait sans doute plus que de brefs séjours sur les terres de Juigné dont il était néanmoins toujours le maître et qui lui assuraient de confortables revenus. Il vivait plus souvent en Mayenne, à St Sulpice et à Mée.  » … Sauf erreur, les Quatrebarbes étaient donc seigneurs de la Rongère depuis 1294. Les archives de la Rongère le confirmeraient-elles ?
    A noter par ailleurs que la paroisse de Mée possède une relique de la vraie croix (?) rapportée de croisade par Foulques de Quatrebarbes, l’ancêtre de Juigné sur Maienne. Bien cordialement.
    Daniel Bricard

      Note d’Odile :
      Merci pour ce lien avec Montreuil-Juigné, lieu que j’ai autrefois hanté dans ma vie antérieure et laborieuse, travaillant au laboratoire chez Tréfimétaux durant 3 années.
      J’espère que d’autres viendront ici encore nous entretenir de la Rongère.
      Pour ma part je n’ai rien d’autres sur elle que ce que j’ai mis en ligne au TAG Saint-Sulpice-du-Houssay. Mais les cartes postales de mon site vous la proposent il y a un siècle.

  15. Je ne sais plus si les archives de la Rongère remontent à la fin du XIIIe siècle, mais de souvenir il y a quelques documents du XIVe au moins.
    Malheureusement, ces archives sont actuellement incommunicables car dans un état assez médiocre, et c’est bien dommage car il s’agit d’un fonds de plusieurs centaines de documents qui apportent beaucoup d’informations sur cette région.
    Restent les deux registres de la seigneurie du Jarry en série B, mais ils sont loin d’apporter autant d’informations et aussi plus récents (XVe-XVIIIe).

  16. Bonsoir, la première pièce des archives de la Rongère date de ca 1360 : il s’agit d’un aveu de Pierre Chopin (sans doute père Jeanne x Guillaume Denouault) à la Rongère pour 1) le fief des Touets et les apartenances en fiefs et en domaines de la vieille maison de Saint-Sulpice…2) la closerie de la Barre…et comporte de service et la garde à la place valais à Châteaugontier. Mais il existe peut-être des documents antérieurs : copies et autres documents non authentifiés. A suivre. Cordialement.
    Christian Nouaux

  17. E.3705.(carton.)-9 pièces,parchemin;16 pièces ,papier.
    1445- XVIII e siècle.-QUATREBARBES (de).
    -Aveu rendu à le seigneurie de Marcillé par Isabeau de Quatrebarbes pour sa terre de La Guillonnière;-bail par Pierre Quatrebarbes,sieur de La Rongère,de terres et maisons dans les faubourgs de Saumur;acquêt par Christophe de Quatrebarbes,sieur du Breil ,de vignes en Chantocé;-vente par le même à Louis Cuissard,sieur du Pin,de sa part en la succession de René de Mareil;- mémoire pour Louis Cuissard contre Robert de Quatrebarbes,afin d’obtenir l’exhumation de Christophe de Quatrebarbes,enterré contre le droit exclusif des seigneurs du Pin dans la chapelle Saint -Martin de Chantocé;-inventaire des meubles de Madeleine de Galliczon,femme de Charles Quatrebarbes,sieur de Monceaux;- acte de baptême d’Anne,fille de Jean de Quatrebarbes,sieur de La Marquisière, et de Catherine Chasles de La Bourgonnière;-constitution par Jean de Quatrebarbes,sieur de La Marquisière, d’une rente de 93 livres au profit des religieuses de Saint Florent- Le- Vieil;- contrat de mariage de François de Quatrebarbes,sieur de Juigné,et d’Anne Rousseau;- actes et extraits généalogiques par le feudiste Audouys.

  18. Bonjour, pour compléter mon message d’hier concernant La Rongère et les Quatrebarbes, je peux ajouter que le titre de « seigneur de la Rongère » est accolé à de nombreux ascendants de Olivier de Chavagnac (avec qui j’ai été en rapport il y a quelques années), un descendant direct de Macé II de Quatrebarbes.
    Henri de Chavagnac, 8ème marquis de Chavagnac, o 1865 à Chailland (53) est « seigneur de La rongère ».
    Mais son fils, Edouard, 9ème marquis de Chavagnac, n’est plus vers 1900 que « châtelain de la Rongère ». Bien cordialement,
    Daniel Bricard

  19. Pour Jérome. Lorsque j’ai consulté les archives de la Rongère en 1996, un microfilm avait déjà en été fait. Il était difficilement exploitable, car il n’était pas associé à un inventaire, mais il existait. les AD Mayenne ne le proposent plus ?
    En 1996 seules les tables et les transcriptions de Solimon tombaient en poussière ; le reste allait encore à peu près.
    S’il ne semble pas avoir consulté les arch. de la Rongère, Angot semble en revanche avoir eu en main la généalogie Quatrebarbes. Cordialement.
    Christian Nouaux

  20. Merci à Marie pour son information. Plusieurs pièces de ce carton vont certainement m’intéresser. Mais s’agit-il des AD 49 ou des AD 53 ?
    Cordialement
    Daniel Bricard

      Note d’Odile :
      L’inventaire utilisé par Marie est celui du Maine-et-Loire, fonds de famille série E

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.