Jean Berault et Yvonne Gautier, fermiers de l’Isle Baraton, Champiré Baraton, la Gravoyère et la Touche Bureau, 1608

En désaccord avec le bailleur, qui n’est autre que Joachim de Sévigné, pour l’année 1597. Malgré leurs explications, ils cèddent et paient ce que monsieur de Sévigné leur réclame. Il est vrai que ces explicaitons ne m’ont pas semblé très convaincantes.

Je descends de cette famille BERAULT, par les MORIDE, et je ne m’attendais pas à trouver des actes sur une activité de fermier, c’est à dire intendant à prix ferme d’une terre pour le compte d’un bailleur.

    Voir ma famille BERAULT
    Voir ma famille MORIDE
    Voir ma page sur Saint-Aubin-du-Pavoil

Les Rochers - collection particulière, reproduction interdite
Les Rochers - collection particulière, reproduction interdite

Si l’Isle Baraton, dont il va être question, a totalement disparu, les Rochers, demeure de Joachim de Sévigné, existe toujours, et on y honore les séjours de la cèlèbre marquise.

L’acte qui suit est extrait des Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E8 – Voici la retranscription de l’acte : Le jeudi 24 avril 1608 après midy, par devant nous René Serezin notaire royal à Angers feurent présents et personnellement establis haut et puissant messire Jouachin de Sevigné chevalier de l’ordre du roy seigneur d’Ollivet la Baudière et les Rochers demeurant en son chastel des Rochers paroisse Saint Martin de Vitré au nom et comme soy faisant fort de dame Marie de Sevigné son épouse, sœur et unique héritière de défunt Messire Jacques de Sevigné vivant chevalier du roy seigneur de Sevigné, Champiré Baraton, la Touche Bureau et la Gravoière autorisée par justice à la poursuite de ses droits et actions pour l’effet de ladite vendition d’une part
et Jehan Berault marchand demeurant au village de la Planchette paroisse St Aubin du Pavoil, tant en son nom que comme soy faisant fort de Yvonne Gaultier sa femme à laquelle il a promis faire ratiffier et avoir agréables ces présentes et en fournir et bailler audit sieur lettre de ratiffication et obligation bonne et vallable avec les renonciations requises toutefois et quantes, à peine etc ces présentes néanmoins d’aute part
lesquels du procès pendant au siège présidial d’Angers entre ledit seigneur audit nom demandeur, et ledit Berault défendeur, touchant le paiement de la ferme de la terre de l’Isle Baraton de chose à luy affermées par bail passé soubz la cour de Vitré par maistre Despuys notaire le 12 juillet 1597 montant la somme de 315 livres par chacun an dont ledit seigneur demandoit paiement de la première année ensemble restitution des rentes qu’il estoit obligé de payer par ledit bail de ladite somme au chapitre de l’église d’Angers de 158 livres et deux poesles de vin à l’hospital St Jehan de Segré et trois poisles à la prieuré de la Jaillette que ledit Berault estre tenu payer et acquiter, lesquelles rentes il n’aurait toutefois payées et aqcuitées et auroit esté par lesdits sieurs de l’église d’Angers et prieur de la Jaillette fait par plusieurs grands frais et mises mesmes furent distrubuer les deniers provenant de ladite terre et autres appartenant audit seigneur dont ledit sieur demandoit les dommages et intérests et l’accomplissement de plusieurs autres choses de son bail en ce qu’il s’en est promis accomplir pour ladite année 1597 et les despens de l’instance
à quoi par ledit Berault estoit deffendu par plusieurs raisons et moyens et entre autres qu’en ladite année il y aurait une telle stérilité de fruits qu’il n’auroit preque rien receuilli que d’ailleurs il auroit esté troublé de son bail par le fait dudit défunt sieur de Sevigné qui luy auroit causé de grandes pertes dommages et intérests qui atteignaient le prix de la première année dudit bail,
que néanmoins il auroit payé à un nommé Gervais Thomas par l’acquit dudit défunt sieur de Sevigné la somme de 90 livres comme il faisoit aparoir par acquits, et à messieurs 15 livres et audit sieur 18 livres et encore fait plusieurs réparation en ladite terre de faczon que ledit seigneur ne pouvoir rien prétendre de ladite année et aulcuns dommages ne intérests par défaut de paiement desdites rentes cy dessus dont il devoit demeurer quite joint qu’il avoit payé lesdits deux poesle de lin audit hospitel St Jehan
tellement que les parties estoient prestes d’entrer en grande involution de procès pour auquel obvier ils ont par l’advis de leurs conseils fait l’accord et transaction qui s’ensuit
c’est à savoir que pour demeurer ledit Berault esdits noms quite vers ledit seigneur d’Ollivet audit nom de toutes des demandes cy dessus et autre qu’il eust peu lui faire et aux héritiers de défunt Estienne Prelion son cofermier pour et à l’occation dudit bail et ce qui dépend et peut dépendre, les parties en ont convenu composé et accordé à la somme de 318 livres tz outre et par-dessus la somme cy-dessus spécifiée par ledit Berault payée dont ledit sieur d’Ollivet est demeuré d’accord
sur laquelle somme de 318 livres ledit Berault en a payé contant audit seigneur d’Ollivet audit nom la somme de 18 livres sont il s’est tenu contant et le surplus montant 300 livres tz ledit Berault esdits noms à promis et promet la payer et bailler en l’acquit dudit seigneur d’Ollivier à sire Anthoine Braudiez marchand demeurant en ceste ville auquel il auroit fait sa debte pour et au nom de Guillaume Chevalier et d’icelle somme de 300 livres tz en fournir acquit et quittance audit seigneur d’Ollivet dedans un mois prochainement venant à peine de toutes pertes despens dommages et intérests etc et de ce faire en a esté ledit Berault plégé et cautionné par honorable homme René Galerneau demeurant en la paroisse de St Aubin du Pavoil à ce présent et à cet effet soubzmis soubz ladite cour qui en a fait son propre fait et debte et s’oblige avec ledit Berault esdits noms etc renonçant au bénéfice de division de discusion d’ordre de priorité et postériorité et sans laquelle caution et obligation dudit Galerneau ledit seigneur d’Ollivet n’eust quité ledit Berault de ces présenes pour ladite somme de 300 livres sans toutefois pour le paiement d’icelle desroger ne préjudicier par ledit seigneur au droit d’hypothèque à luy acquit par le moyen dudit bail à ferme qui est sur plus grande somme que celle de 300 livres ensemble des deux poisles de vin que ledit Berault a dit et assuré avoir payé audit hospital St Jehan de Segré dont il demeure tenu faire quite ledit seigneur

la poële signifiait aussi en Anjou, une grande chaudière d’un mètre de diamètre de 25 à 30 cl de profondeur, où l’on fait cuire les cerneaux de noix avant de les presser. – Et aussi la bassine de cuivre à cuire les confitures. (Selon M. Lachiver, Dict. du monde rural, 1997).

et au moyen des présentes demeurent les parties respectivement quites l’une vers l’autre de toutes choses dont elles eussent peu se faire question et demande pour raison dudit bail et ce qui en dépent et peult dépendre pour quelque cause que ce soit ou puisse estre, et hors de cour et de procès sans autre despens dommages ne intérests sans préjudice du compte de la veuve et héritiers dudit Premion et sauf à luy à s’en pourvoir et adviser contre eulx mesme pour les douze septiers de bled de rente de Ste Vincent qu’il esetoit chargé de payer comme fermier de la Touche Bureau pour raison de quoi et autre affaires d’entre eulx touchant ladite ferme ledit Berault se pourvoira contre eulx ainsi qu’ll verra estre sans qu’il s’en puisse adviser contre ledit seigneur ne sur ladite terre de la Touche Bureau … à quoi il a renoncé et renonce
ce que dessus tenir etc obligent respectivement lesdites parties esdits noms renonçant au bénéfice de division

Odile Halbert – Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Merci d’en discuter sur ce blog. Tout commentaire ou copie partielle de cet article sur autre blog ou forum ou site va à l’encontre du droit d’auteur.

4 réponses sur “Jean Berault et Yvonne Gautier, fermiers de l’Isle Baraton, Champiré Baraton, la Gravoyère et la Touche Bureau, 1608

  1. E1648 ( carton.)-1 pièce,parchemin; 88 pièces,papier
    1592- 1732.- BERAULT.
    -Partage dde la succession d’Etienne Bérault entre Jehan Paisot, Jean Jollivet,Marin Martin, Jehan Drouet, Charles Mesnard et Etienne Bricheteau;- constitution de rente au profit de Jacques Bérault,sieur de Boissemé,par Joseph de Saint- Bélin,sieur du Ponceau;- partage entre René Leboucher et Antoine Bérault d’une terre en la paroisse d’ Allonnes;- acquêt par René Bérault,sieur de La Giraudrie,sénéchal du duché de Beaupréau,d’une terre à La Croix- Davy et d’une rente sur la seigneurie de La Roche -Baraton;- inventaire des meubles de Julien Bérault,sieur de La Chaussaire,à la requête de Marguerite Bardin,veuve de René Bérault ,d’Henri Bérault,curé de Beaupréau,d’Henri Bizot,sieur de L’Espine,mari de Marie Bérault et autres cohéritiers;- acquêt par Michel Bérault,lieutenant criminel en l’élection de Saumur de la métairie de La Prousterie en Russé;-quittances de rentes dues à MM Normant Du Hardas, Boussac, Monicault, Davy Delaunay,de Roye de La Brunetière, Gourreau Du Pasty,Margariteau de La Morinière,Eslys des Roches, Leroux de La Roche des Aubiers;- présentation par René- Charles Davy de Vaux, Marie Bérault,sa femme,et François Bérault,de la Chappellenie de Saint – Julien desservie en l’église de La Chaussaire.

      Note d’Odile :
      Merci car ces références comportent un point qui m’avait échappé, à savoir l’acquet d’une rente sur la Roche Baraton, car si ce fonds Berault concerne une famille qui vit manifestement dans la région de Beaupréau, les miens pourraient avoir un lien avec elle si on considère la famille Baraton elle-même.
      En effet, mes observations ont souvent montré que les sujets d’un seigneurs le suivaient parfois sur ces autres terres, et la famille Baraton aurait été suivi par un Beraut lorsqu’un Baraton s’installe à Champiré-Baraton etc…
      Je tenterai de creuser cette hypothèse, si toutefois j’y parviens, mais elle me séduit infiniement, d’autant que je constate que mes Berault sont uniques dans le Segréen, et venus de nulle part à ce jour.
      Vous savez, de nos jours on a rien inventé, et les entreprises continuent à muter leurs salariés d’une usine à l’autre, tout comme un seigneur faisait appel à ses sujets pour leur offrir un poste ailleurs, là où ils avaient d’autres biens.
  2. Bonjour,
    Je trouves sur le Registre BMS 1584-1619 de Saint-Aubin-du-Pavoil, feuillet 38/96, la sépulture d’un Soldat, mort au Siège de l’Isle Baraton, le 27 mai 1594.
    De quel Siège s’agit-il ?
    En avez-vous une idée ?
    Cordialement Bruno

      Réponse d’Odile :

    Bonjour
    il s’agit des guerres de religion, de la Ligue, et ici Mercoeur vient de remporter le siège de Craon et termine l’année 1594 en assiégeant d’autres sites et refuges de l’armée des Princes.
    Je vous conseille, entre autres les ouvrages de Joubert et de Bodard de la Jacopière, dont j’ai la version papier et que ni Google ni Gallica n’ont numérisé, comme je viens de le vérifier.
    Ces ouvrages sont par contre en vente en reprint sur internet, et disponibles dans les grandes biblithèques de la région.

    Par contre, mon blog donne 27 actes concernant les passages des troupes et les dégâts qu’elles ont occasionnés dans les closeries et métairies. Vous les trouvez en prenant la fenêtre CATEGORIE à droite de mon blog qui possède un menu déroulant, et vous avez à H la catégorie HISTOIRE MILITAIRE puis en sous catégorie les guerres de religion.

    Cordialement
    Odile

  3. Bonjour, poursuivant mes recherches sur le Prieuré de la Jaillette aux archives du Mans, je suis tombé sur un acte du 11 septembre 1700 sur la suite de la vente des terres de La Faucille. Il y est également fait état de cette obligation de payer les trois poeles de vins au prieur. Quels liens avez vous trouvé entre les La Faucille et le prieuré? Nous avons retrouvé les armes de cette famille dans l’église, sur ce qui a dû être une litre funéraire… Merci pour vos éclaircissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *