le chanoine Georges Durville, archéologue et historien oublié de Wikipedia

Georges DURVILLE °Clisson 15 juin 1853 †3.3.1943 chanoine. Il est cousin de mes ascendants MECHINAUD par sa mère Mélanie MECHINAUD.
Dans les années 1950, un de ces DURVILLE était horloger sur le port du Pouliguen, et ma grand-mère maternelle, descendante des MECHINAUD de Clisson, ne manquait jamais de s’arrêter saluer ce cousin, comme elle disait, sans préciser le degré de cousinage, car elle avait le terme cousin très large.

Georges Durville est ordonné prêtre du Diocèse de Nantes en 1877, chanoine titulaire à partir de 1906. – Conservateur du Musée Thomas-Dobrée de Nantes (1924-1937). – Vice-président de la Société archéologique de Nantes

Si je vous en parle ce jour, c’est que je tente de revoir les MECHINAUD pour répondre à Pascal Lucas sur Paul Mechinaud, aussi cousin de moi-même et du chanoine Durville.
Voulant donc parler ce ce lointain cousin, dont je possède quelques ouvrages, j’ai cherché sur Internet, et rien sur Wikipedia, du moins à son nom, car il est cité parfois comme auteur pour des lieux qu’il avait étudié.

Rien sur le site de la Socièté d’histoire et d’Archéologie de Nantes, dont il fut membre. Rare document sur Gallica. Par contre il est connu de :

IdRef (Identifiants et Référentiels pour l’Enseignement supérieur et la Recherche) est une application Web développée et maintenue par l’ABES. qui émane de l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur). Malheureusement ce site est réservé aux universitaires, et je n’ai pas de droit d’accès aux documents numérisés.

Voici la liste chronologique de ses publications. Elle atteste une immense capacité de travail, et vous verrez que certaines oeuvres ont été publiées après sa mort seulement.

• 1891 : Blain et Bobelein au VIe siècle – Vannes Lafolye – cité sur le site de l’IdRef
• 1898 : Château-Ceaux aux VIe, VIIe et VIIIe siècles / G. Durville / Vannes : impr. de Lafolye – cité sur le site de l’IdRef
• 1899 : Les Anciens fiefs de Nantes du Xe siècle à la Révolution / par l’abbé G. Durville / Vannes : impr. de Lafolye – site de l’IdRef
• 1900-1901 : Etudes sur le vieux Nantes d’après les documents originaux 1, [Texte imprimé] / par l’abbé G. Durville / Vannes : Impr. Lafolye – site de l’IdRef – en 2 volumes et en ma possession
• 1903 : Le cartulaire de Saint-Serge d’Angers, impr. de Joubin et Beuchet frères (Nantes) – BNF numérisé sur Gallica – réédition 2018 vendue à la FNAC – site de l’IdRef
• 1903 : Sermons de saint Bernard en langue romane, impr. de Joubin et Beuchet frères (Nantes) – BNF numérisé sur Gallica
• 1904 : Le Testament de Françoise de Dinan, dame de Chateaubriant, 31 décembre 1498, son sceau et sa signature – Nantes Impr. de A. Dugas – site de l’IdRef
• 1904 : Catalogue de la Bibliothèque du Musée Thomas Dobrée Tome premier, Manuscrits / par l’abbé G. Durville / Nantes : au Musée Thomas Dobrée – site de l’IdRef
• 1904 : Études sur le vieux Nantes, vues et plans pour l’illustration du premier volume, avec texte explicatif, par l’abbé G. Durville,… – Nantes A. Dugas – site de l’IdRef
• 1905 : Les Deux manuscrits royaux du musée Dobrée / par M. l’abbé G. Durville / Paris : Impr. nationale – site de l’IdRef
• 1906 : Les Faux Autographes d’Anne de Bretagne [Texte imprimé] : Le faux autographe de la Bibliothèque nationale (fonds Béthune) et ceux qui en procèdent / Abbé G. Durville / Nantes : impr. de A. Dugas – site de l’IdRef
• 1907 : Le Chapitre de l’église de Nantes, aperçu sur son histoire du VIIe siècle au Concordat… / G. Durville,… / Nantes : impr. de A. Dugas – site de l’IdRef
• 1907 : La Psallette de la cathédrale de Nantes, sa fondation par l’évêque Henri le Barbu (1413) – Nantes Impr. de A. Dugas – cité sur le site de l’IdRef
• 1909 : L’ancienne Confrérie du Saint-Sacrement à Nantes (1462-1790) – Nantes Impr. de Biroché et Dautais – site de l’IdRef
• 1910 : Construction du mur de ville sur la Motte Saint-Pierre en 1658 – Nantes Impr. de A. Dugas – site de l’IdRef
• 1910 : Odyssée d’une somme consignée par le Duc de Bretagne à Notre Dame de Paris, extrait du bulletin de la Société Archéologique de Nantes, 25p – imp. A. Dugas et Cie – téléchargeable en .PDF
• 1913 : Les Fouilles de l’évêché de Nantes (1910-1913) / Nantes : Bureaux de la Société archéologique – site de l’IdRef
• 1914 : Mandement du chapitre de l’église cathédrale de Nantes, à l’occasion des obsèques d’illustrissime et révérendissime Père en Dieu Mgr Pierre-Émile Rouard, évêque de Nantes, et de l’élection des vicaires capitulaires. [Signé : G. Durville, secrétaire. 23 février 1914.] – Nantes impr. de Biroché et Dautais – cité sur le site de l’IdRef
• 1915 : Etudes sur le vieux Nantes d’après les documents originaux 2, [Texte imprimé] / par G. Durville,… / Vannes : Impr. Lafolye – site de l’IdRef – livre en ma possession
• 1916 : Les Grandes chroniques de Bretagne, par Alain Bouchart. Additions de 1518 ; leur provenance, – Nantes, Impr. armoricaine 1916. In-8°, 42 p. – cité sur le site de l’IdRef
• 1916 : Voyage de Louis XIV à Nantes (29 Août-6 Septembre 1661), par chanoine Durville (59 pages). – Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et La Loire-Inférieure, 1916, tome 58
• 1916 : Anne de Bretagne et la statue de la Justice du tombeau des Carmes, par Chanoine Durville (18 pages). – Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et La Loire-Inférieure, 1916, tome 58
• 1916 : Bulle de Clément VIII et diplôme de docteur en théologie, délivré par H. Silvius, Général de l’ordre des Carmes (1604), par Chanoine Durville (9 pages). – Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et La Loire-Inférieure, 1916, tome 58
• 1918 : Voyage de Louis XIV à Nantes, 29 août-6 septembre 1661 – Nantes, Impr. armoricaine 1918. In-8°, 59 p. – cité sur le site de l’IdRef
• 1925 : Mémoires (en 3 tomes), 1484-1498 / Philippe de Commynes ; édités par Joseph Calmette,… avec la collaboration du Chanoine G. Durville,… / Paris : Librairie ancienne Honoré Champion éditeur – cité sur le site de l’IdRef
• 1926 : Le Musée d’archéologie et les revendications de la ville de Nantes, – Nantes, impr. C. Mellinet 1926. In-8, 43 p. [104] – cité sur le site de l’IdRef
• 1927 : Catalogue du musée archéologique de Nantes, impr. de Dupas (Nantes) – BNF numérisé sur Gallica
• 1927 : Anne de Bretagne et ses souvenirs réunis au musée Dobrée, – Rennes, impr. du Nouvelliste In-8°, 36 p – cité sur le site de l’IdRef
• 1928 : Deux pièces néolithiques trouvées en Loire : une hache emmanchée et une petite écope – Rennes, impr. du Nouvelliste 1928. In-8°, 8 p. fig. – cité sur le site de l’IdRef
• 1928 : De la Déformation officielle des noms de lieux, – Rennes, Impr. du Nouvelliste 1928. In-8°, 40 p. – cité sur le site de l’IdRef
• 1965 : Mémoires Tome III, 1484-1498 [Texte imprimé] / édités par Joseph Calmette,… ; avec la collaboration du chanoine G. Durville,… / 2e tirage / Paris : Les Belles Lettres – site de l’IdRef
• 1977 : Etudes sur le vieux Nantes d’après les documents originaux 2, [Texte imprimé] / par l’abbé G. Durville / Bruxelles : Editions Culture et civilisation – site de l’IdRef
• 1977 : Etudes sur le vieux Nantes d’après les documents originaux 1, [Texte imprimé] / par l’abbé G. Durville / Bruxelles : Editions Culture et civilisation – site de l’IdRef
• 1984 : l’abbaye de blanche couronne et ses prieurés Cette étude a été publiée par l’Association culturelle Bretagne Vivante et contient un chapitre sur le Couvent Saint Hilaire ou plus précisément le Prieuré du Tertre. Editée en 1984, elle contient les travaux effectués par le chanoine Georges Durville vers 1927 et jamais édités auparavant faute de crédits. Ces travaux sont à la source de la plupart des publications ultérieures qui souvent oublient de citer leur auteur. Voir le site de Bouée

Cette liste n’est sans doute pas tout à fait exhaustive, mais j’ai fait ce que j’ai pu et si vous avez d’autres sources, merci d’avance.
Mais avouez que sur Wikipedia on trouve des individus actuels de peu d’intérêts, et on ne trouve pas des chercheurs oubliés !
Odile HALBERT

Il y a encore des maires qui font la charité à TOUTES les personnes âgées : j’ai honte du repas de solidarité chaque année !

Sur ce blog, en 2008, je vous signalais déjà mon écoeurement devant cette mesure idiote, issue d’autres temps, vis à vis des personnes âgées !
2008 : Les personnes âgées ne sont plus toutes pauvres !

Rien n’a changé à Saint-Sébastien-sur-Loire !

J’ai honte chaque année lorsque je reçois dans ma boîte à lettres la lettre émanant de la maison de la solidarité (sic) mairie de Saint Sébastien, invitant les personnes âgées au rendez-vous des aînés, car ainsi se nomme ce repas annuel, pire, j’ai encore plus honte car cette abominable invitation précise que si je n’y viens pas, j’ai droit à un colis gratuit.

MONSIEUR LE MAIRE DE SAINT SEBASTIEN
vous n’avez pas encore compris que vous faîtes honte aux personnes âgées en leur offrant sur les impôts de la commune un repas de solidarité !!!
Ce qui était vrai au lendemain de la seconde guerre mondiale ne l’est plus en 2018 et les temps ont changé.
J’ai HONTE DE VOTRE LETTRE
Odile HALBERT

Antoine Poisson vend à Julien Charpentier une pièce de terre à Pouancé : 1587

et ce Julien Charpentier ne vit pas du tout à Pouancé mais à Angers, ce qui est surprenant pour un acheteur car il vit loin de cette terre et ne pourra s’en occuper même en la baillant à moitié, car il faut au moins surveiller le preneur du bail. On peut donc supposer que ce Charpentier a un lien familial proche avec Poisson, et qu’ils sont en affaire de famille.

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E5 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 6 janvier 1587 après midy en la cour du roi notre sire et de monseigneur duc d’Anjou à Angers endroit par devant nous (Hardy notaire Angers) personnellement estably Antoine Poisson marchand demeurant au bourg de Saint Aubin de Pouancé tant en son nom que au nom et comme soy faisant fort de Thiennette Marchais ? sa femme à laquelle il a promis est et demeure tenu faire ratiffier le contenu en ces présentes et en fournis et bailler lettres de ratiffication à l’achepteur cy après nommé en forme authentique dedans ung mois prochainement venant à peine de tous intérests despens etc soubzmectant esdits noms et en chacun d’iceux seul et pour le tout sans division etc confesse avoir vendu quité cédé délaissé et transporté et encores etc à Me Julien Charpentier en ceste ville d’Angers paroisse saint Michel du Tertre à ce présent et acceptant qui a achapté pour luy ses hoirs etc 7 boisselées de terre labourable sises en la piecze de terre appellée les Grandes Haulres Fourbis paroisse de Pouencé joignant d’un cousté la terre des Poissons … (f°2) et aboutant d’un bout à l’autre bout les prés des Buissons appartenant auxdits Poissons de Saint Erblon et tout ainsi que lesdites choses se poursuivent et comportent et qu’elles sont escheues par partage audit vendeur fait avecq ses cohérities sans aulcune chose en retenir ne réserver, tenues du fief et seigneurie de Vengeau aux cens rentes et debvoirs anciens et accoustumés par deniers seulement, que les parties ont vériffié ne pouvoir aultrement déclarer, quites du passé jusques à ce jour ; transportant etc et est faite la présente vendition cession et transport pour le prix et somme de 23 escuz ung tiers évaluée à 70 livres tz payée contant par ledit achapteur audit vendeur qui l’a eue prinse et receue en présence et à veue de nous en quarts d’escuz du prix et poids de l’ordonnance royale, revenant à ladite somme, dont etc et pour ce que ledite terre est ensepmancée en grosse avoyne, ledit vendeur aura une moitié de ladite avoyne qu’il demeure tenu agrener à ses despens en la maison dudit achapteur sise audit bourg de Saint Aubin de Pouancé

Les Coconnier vendent à Jean d’Andigné et Louise Le Porc de la Porte la closerie de la Rivière : Saint Erblon (53) 1573

Les Coconnier en ont hérité et ne restent pas avec la closerie en indivis.
Mais cette famille, comme beaucoup d’autres du pays de Pouancé ou sans doute de tout autre pays frontalier, a un frère en Bretagne, l’autre en Anjou, mais géographiquement proches de part et d’autre de la frontière entre la Bretagne et l’Anjou, qui était un frontière avec droits de douane sur de nombreux produits.

Les familles ainsi assises à cheval sur la frontière pouvaient sans doute mieux faire de trafic, car c’est en tous cas ce que j’avais observé dans mon ouvrage l’Allée de la Hée des Hiret (entre Villepots et Pouancé, aussi Bretagne à Anjou)

Cet acte est aux Archives Départementales du Maine-et-Loire, série 5E7 – Voici sa retranscription (voir ci-contre propriété intellectuelle) :

Le 21 juin 1573 en la cour du roy notaire sire à Angers et de monseigneur duc d’Anjou endroit (Grudé notaire) personnellement estably honneste personne Me Mathurin Coconnier notaire sous la cour de La Guerche et procureur des bourgeois dudit lieu de La Guerche, demeurant en la paroisse de Rannée pays de Bretagne, tant en son nom que pour et au nom de Olyve Viel sa femme, et encores de Guillaume Coconnyer son frère demeurant à Pouancé, auxquels ledit Coconnier estably a promis doibt et demeure tenu faire ratiffier et avoir agréable la vendition cy après et en fournir lettres vallables de ratiffication et obligation dedans 3 sepmaines prochainement venant à ses despens au seigneur de Vengeau, à peine de tous despens et intérests néanmoins etc, soubzmectant ledit estably esdits noms et qualités et en chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division de personne ne de biens etc confesse avoir aujourd’huy vendu quitté céddé délaissé et transporté et encore par ces présentes vend quitte cèdde délaisse et transporte perpétuellement par héritage à noble et puoissant Jehan d’Andigné seigneur (f°2) de Vangeau et de la Mothe Boisrahier et damoiselle Louyse Le Porc dame de la Porte son épouse, demeurant audit lieu de la Mothe en la paroisse de Saint Pean pays de Craonnays en la personne de honneste personne Guillaume Leseurre notaire de la cour de Craon demeurant au lieu de la Berardière paroisse de Méral, présent et acceptant avecque nous notaire soussigné pour lesdits d’Andigné er Leporc absents leurs hoirs etc, et lequel Leseurre a achapté et achapte par ces présentes pour lesdits d’Andigné et Le Porc leurs hoirs etc, le lieu et closerie domaine appartenances et dépendances de la Rivière de Saint Erblon situé en ladite paroisse de St Erblon près Pouancé, composée de maisons, greniers, granges, estables ayreaux, rues et issues, jardins verges prés, pâtures, terres labourables et non labourables, avecques toutes et chacunes leurs appartenances et dépendantes, comme ledit lieu et clouserye se poursuit et comporte sans aucune chose en réserver ne excepter, (f°3) tenu ledit lieu du fief et seigneurie de St Erblon aux cens et debvoirs féodaux et anciens accoustumés que les parties adverties de l’ordonnance royale ont vériffié ne pouvoir déclarer, franc et quite du passé ; transportant etc et est faite la présente vendition pourle prix et somme de 1 150 livres tournois sur laquelle a esté présentement baillé payé et nombré manuellement contant par ledit Leseurre procureur desdits sieur et dame de Vengeau et de leurs deniers audit Coconnyer esdits noms la somme de 800 livres tournois, laquelle somme ledit Coconnyer a eue prise et receue en présence et à veue de nous en espèces et monnaye bonnes et ayant cours au poids et prix de l’ordonnance royale, de laquelle somme ledit Coconnyer esdits noms s’est tenu à contant et bien payé et en a quité et quite lesdits sieur et dame de Vengeau, et le reste montant la somme de 550 livres ledit Leseurre audit nom de procureur desdits sieur et dame de Vengeau pour cest effet duement establi et soubzmis sous ladite cour a promis doibt et demeure tenu les bailler et payer (f°4) audit Coconnyer esdits noms en la ville de Pouancé maison de Guillaume Coconnyer son frère, dedans 3 sepmaines prochainement venant, et fournissant par ledit Coconnyer de ratiffications .., et pour l’effet et accomplissement des présentes ledit Coconnyer esdits nms a prorogé et par ces présentes proroge cour et juridiction par devant monsieur le sénéchal d’Anjou ou monsieur son lieutenant et gens tenans le siège présidial audit lieu, promis et juré …, et esleu domicile en la maison de Guillaume Coconnyer située en ladite ville de Pouancé … ; à laquelle vendition et tout ce que dessus est dit tenir etc et lesdites choses vendues et transportées garantir par ledit Coconnyer audit d’Andigné leurs hoirs etc …

Pieça : il y a un certain temps

Dans l’acte vu hier vous aviez un adverbe disparu, et qui avait même plusieurs orthographes au fil des notaires anciens : pieça était souvent écrit piecza, despiecza etc…
Donc ce fut le cas hier et je vous mets donc la vue de l’acte pour votre paléographie en progès je l’espère…

 

Ici en outre le P est en forme de X et comme il est en partie avalé par la lettre précédente le X est partiellement formé seulement, ce qui complique la lecture.  Mais on a bien DESPIECZA

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500)
http://www.atilf.fr/dmf
PIEÇA, adv. « Il y a un certain temps, il y a longtemps, cela fait un certain temps »

de ladite myneure pour une part, et la somme de 22 livres 10 sols tournois en principal pour la recousse et réméré de demy quartier de vigne dépendant et estant desdites vignes vendues despeczia par ladite Guerif et Catherine Coural à Jehan Gougeon aussi dedans 8 jours prochainement venant avecques autres sommes qu’il conviendra payer pour les frais et mises desdits recousses et ladite Guerif en chacun desdits noms et qualités seule et pour le tout sans division en promet fournir et bailler