Les prénoms Marquis et Marquise

Je reçois par voie postale la question, car d’aucuns croient à un titre de noblesse.

Le prénom était aussi bien masculin MARQUIS que féminin MARQUISE

Ainsi, chez les garçons dans notre Haut-Anjou, on le trouve à Senonnes dans la famille du seigneur du lieu, avec Jean-Marquis de la Motte-Baracé, que certains historiens du 19ème siècle, ont affublé du titre de marquis de la Motte, alors que c’était son prénom. Et naturellement, ceux qui recopient n’importe quoi, surtout du 19ème siècle si riche en erreurs, ont recopié l’erreur.
J’ai déjà retranscrit des actes concernant ce personnage, qui ne laissent aucun doute sur le prénom et non le titre.

Chez les filles il est certes rare, mais on le trouve néanmoins en Anjou chez plusieurs filles.

En fait, le prénom n’a rien à voir avec un saint, alors qu’autrefois au baptême il était obligatoire de donner un prénom de saint ou tout au moins dérivé d’un saint. Je suis moi même catholique pratiquante, et je n’ai aucune explication à vous fournir sur ce point du doit canon de l’époque.

Le prénom est cependant connu car porté par une célèbre actrice Marquise-Thérèse de Gorla, dite Mademoiselle du Parc.

Outre la page de Wikipédia que je viens de vous signaler ci-dessus par mon lien, il existe un livre de Nadine Audoubert publié en 2001 par Publibook, qui a l’immense mérite de s’être penché sur ce prénom, et en voici l’extrait de la page 11 :

Chapitre 1 : Marquise-Thérèse de Gorle
Jusqu’à présent, personne n’a pu préciser la date exacte de sa naissance, son acte de baptême n’ayant pas été retrouvé.
Peut-être qu’elle même l’ignorait : 1630 ? 1633 ?
Une chose certaine : la petite fille reçut les prénoms de Marquise-Thérèse.
Marquise, n’étant nullement un titre, mais un prénom fréquemment usité à l’époque de Louis XIII

Revenons au postal que je viens de recevoir, car il concerne Saint-Aubin-du-Pavoil, paroisse que j’ai personnellement étudiée et qui est sur mon site et en voici l’occurence du prénom (entre crochets la retranscription exacte de l’original) :

x 1591.07.29 BUSCHER Aubin « furent epoussés Aulbin Buscher et Marquise Pasquer »

° 1593.04.28 BUSCHER Christine « Christinne Buscher fille de Aulbin Buscher et Marquise Pasquer métaiers à la Tremblaie, et sont les parains Michel Melloys métaiez à la Perdrillère, Magdellaine Pasquier jeune fille, fille de Pierre Pasquiez Dt à Challain, et Christinne Bonvallet jeune fille et fille de René Bonvalet fermier d’Orvau »

Par contre la demande postale reçue était curieuse, car elle évoquait une prétendue (je cite) « fiche individuelle »
Une fiche individuelle n’est pas une source en généalogie, mais du n’importe quoi fait par n’importe qui, je suis formelle sur ce point, et hélas la généalogie actuelle avec les bases numériques et autres généalogies non toutes vérifiées, a accentué la manie de lire et recopier n’importe quoi.

En outre, la prétendue fiche individuelle annoncé un mariage avant 1550 alors que les registres que j’ai dépouillés ne commencent qu’en

B du début 9.9.1583 au 7.3.1594
M du début 1.7.1584 au 2.11.1593
S du début 3.7.1574 au 31.12.1592

au délà, j’ignore totalement s’il existe des sources ou si on est dans le domaine des hypothèses voire de l’invention.

Odile HALBERT

sur ce blog, voyez aussi :

Anceau, Anseaulme, Anselme
Avoie
Barbe
Blaise
Bomer aliàs Bommer, Baumez
Brice
Brivaud ou Britwald, ou Brisegault
Chrysostome
Drouet
Émerence
Eustesse
Fiacre
Fort et les communes Saint-Fort
Gatien
Hénoch, aliàs Enoch
Innocent
Jouin
Lézin
Loup
Maimboeuf
Mamers, Pancrace, Servais, les saints de glace
Marquis et Marquise
Maurille
Merry
Mesme aliàs saint Maxime
Nectaire
Paquier, Paquière
Paterne
Patience
Radegonde
Sapience
Sérène
Sotère
Symphorien
Tiphaine
Toussaint, Sainton
Vigor

4 réponses sur “Les prénoms Marquis et Marquise

  1. Bonjour Odile
    une hypothèse:
    j’ai tapé ‘Saint Marquis ‘ pour une recherche google et j’ai trouvé dans un livre ancien ‘ Les nouvelles fleurs des vies des Saints, Volume 2’ p 966 l’histoire de saint Léopold Marquis d’Autriche dans des temps très reculés , l’auteur le nomme le saint Marquis en racontant sa vie , peut on penser qu’il y ait eu là une confusion populaire tolérée par l’Église ?

    Cordialement
    Elisabeth

      Note d’Odile :

    Bonjour Elisabeth
    Heureuse d’avoir de vos nouvelles :
    Je suis de votre avis, et on peut penser que ce saint Marquis n’a pas laisser une véritable sainteté assise dans l’église, car je ne le trouve par dans le dictionnaire hagiographique des saints de Pétin (un autre que celui du même nom) même en regardant à Marchis etc….
    Je crois qu’on peut conclure à une tolérance.
    Bon dimanche
    Odile

  2. -Marquise de La Porte de Vezins,est marraine en may 1651, à Villevêque de Xainte Le Vieil et signe.
    (AM.Villevêque-BMS1650-1673.(-vue 9.)
    -Voir »Curieux prêt d’un an à Dame Marquise Le Porc de La Porte »Octobre 2012.Blog Mme O Halbert.

      Note d’Odile :

    Bonjour Marie
    Pour en revenir à la discussion ci-dessus, on peut supposer que la tolérance du prénom par l’église a d’abord touché les grands de ce monde, comme la dame que vous citez par exemple.
    Et on sait par nos recherches que ces personnages donnaient parfois leur prénom lorsqu’ils parrainaient un enfant de leurs métayers ou closiers ou autres subalternes.
    Odile

  3. Bonjour à tous, y a-t-il d’autres cas de prénoms parfois portés qui ne trouvent pas leur origine dans celui d’un saint officiel de l’Eglise ?

  4. J’avais moi aussi été intriguée par ce prénom, pour les raisons évoquées plus haut ; je vous renvoie aux discussions sur un forum auxquelles j’ai participé, la conclusion est qu’il s’agit de la féminisation d’un prénom italien, passé précocement en France

    La dernière discussion est ici :

    [Odile a bloqué le lien car Geneanet et Marquise sont des sites interdits aux non adhérents]

    Le 9 juin on y trouve le lien vers la discussion plus ancienne où, le 1er juin 2014, se trouve le lien vers un site consacré aux prénoms provençaux.

    Vous verrez la totalité des échanges.

    [Odile ne peut pas voir ces échanges car ce sont des sites interdits aux non adhérents]

    Je profite de ce message, que je rédige rapidement pour ne pas en remettre indéfiniment l’envoi, pour vous dire combien j’admire l’ensemble de votre travail.

    Claudine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *