Mémoire d’Avent, l’oeuvre clandestine d’un Angevin à Saint-Julien-de-Concelles 1794-1802 : René Lemesle – chapitre 1er

(C) Editions Odile HALBERT
ISBN 2-9504443-1-8
Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Discussion autorisée sur ce blog.

    Si vous souhaitez discuter de cet ouvrage, merci de le faire ici et non sur d’autres forums ou blogs. Merci d’avoir un peu de respect pour mon travail, car lorsque vous discutez ailleurs (c’est à dire dans mon dos) vous faîtes tourner les détenteurs des autres blogs ou forums.

Chapître I

DE L’ANJOU A SAINT-JULIEN-DE-CONCELLES

  • Neuville et Grez
  • La commune de Grez-Neuville, près du Lion-d’Angers, dans le Segréen, au nord de l’actuel département de Maine-et-Loire, a été constituée en 1789 du bourg de Neuville et de sa succursale paroissiale, Grez, située sur l’autre rive de la Mayenne. En 1766 les prêtres desservent la succursale, mais il n’y a pas de pont pour s’y rendre et la rivière est large…

    En ce 23 février 1766, le grand froid dure depuis si longtemps que J. Davy ne se sou-vient plus quand il a commencé : il a vu la Mayenne prendre en masse, et on la traverse à pied sec. Il a même entendu dire que la Loire est traversée elle aussi à pied, entre Saint-Florent-le-Vieil et Varades. Les anciens ont beau essayer de se remémorer, aucun hiver ne leur a laissé un souvenir aussi glacial depuis 1709.

    Engourdi par le froid, monsieur le vicaire de Neuville et Grez, vient de faire deux grosses ratures. Il s’est trompé de sexe dès le début de l’acte de baptême et cela n’est pas pardon-nable. Peut-on confondre Marguerite avec René ? Enfin, il a écorché le prénom de Françoise-Scholastique Gardais. Certes, elle porte un prénom peu fréquent, mais il figure pourtant dans le rituel et il l’a oublié.

    Maître Jean Lemesle, forgeron à Neuville, est heureux d’avoir un fils pour lui succéder un jour. Il aime sa forge et il en est fier, depuis qu’il a appris son métier à Nyoiseau chez le père Gardais. Car Jean est le troisième fils de Jean Lemesle et d’Anne Houdmond, issus d’une longue lignée de marchands de fil et de filassiers du Craonnais et du Segréen. Le fil ne suffisait plus à nourrir tous les Lemesle qui y travaillaient et Jean avait choisi la forge.
    Marié à Nyoiseau, le 12.02.1760, à Françoise-Scholastique Gardais, il a eu avant 1766 deux fils, prénommés Jean-Charles, décédés peu après leur naissance.
    Paul Gaudin, parrain de ce nouveau fils Lemesle, n’a pas donné son prénom au baptisé ! Il est pourtant cultivé : il signe très habilement. Les Lemesle ne peuvent donc pas faire comme tout le monde, et appeler leur fils Paul comme le parrain, ou Jean comme le père… Pensez donc, ils l’ont appelé René, comme de nombreux Angevins depuis ce Plantagenet. On aime tant se souvenir du bon roi René dans ce petit coin du diocèse d’Angers, tellement qu’à Neuville et Grez il y a autant de René que de Pierre (1). Tous les Angevins ont la même adoration pour leur roi favori et nulle part en France on a autant de René dans les familles du XVIIIème siècle.

    Mais l’abbé J. Davy est jeune et avec le temps, il s’habituera à écrire correctement « Scholastique ». Avec M. le Recteur, qui est très âgé, il a la charge de 1 300 âmes et administre chaque année en moyenne 35 baptêmes, 14 mariages et 33 sépultures (1).

    La besogne n’est pas facile depuis que le pont s’est écroulé. Pour traverser la Mayenne, qui sépare Neuville de sa succursale Grez, l’abbé J. Davy prend souvent le bac. Le prieur de la Chapelle de Grez, Louis-Sébastien Bestrie y dit chaque jour la messe sous le retable de cuir doré, sans avoir le droit d’administrer les sacrements de mariage et de baptême ; M. le Vicaire doit s’y rendre.

    Le petit René ne grandit pas longtemps à Grez-Neuville, car bientôt son père quitte la forge pour celle de Vern-d’Anjou, plus apte à nourrir la petite famille composée déjà de Marie-Anne, René et Charlotte-Françoise.

    L’église de Neuville, reconstruite en 1704, conserve encore, en 1990, un arceau ogival du XIIIème siècle et un autel richement décoré de marbre.

  • Vern-d’Anjou
  • La petite famille s’installe à Vern vers les années 1770. Le bourg est un noeud de communications : de Candé et du Louroux-Béconnais au Lion-d’Angers, et de Segré à Saint-Georges. Il est aussi un centre artisanal préindustriel, avec un four à chaux et une briquetterie à la Drouère, qui fournit « une excellente chaux, préférable à celle de Montjean et d’Angers » pour approvisionner le Craonnais, ainsi que des ardoisières à la Bichetière et à la Pinardière (2). En 1806, Vern compte 14 moulins dont 4 à eau et 4 huiliers, 9 filassiers, 4 cardeurs, 3 tanneurs, 1 charbonnier et 34 fileuses (2).
    Le jeune René grandit au milieu de ses quatre soeurs et de son frère, la famille s’est agrandie à Vern de Gervais, Anne et Perrine. Il aime le contact de ses camarades fils d’ouvriers et artisans, admire les fours à chaux, les ardoisières, où il se fait des amis. Il découvre les aspects variés des activités humaines et il saura bientôt s’y fondre comme un caméléon. Mais n’anticipons pas, car pour le moment son père le cherche encore.

    le prieuré de Vern en 1910

    Tout en martelant, Jean Lemesle fulmine. Françoise-Scholastique ne lui a donné qu’un « bon à rien » : René a encore disparu dans l’un de ces endroits dont il a le secret.
    Son fils se plaît mieux dans la fraîcheur de l’ancien prieuré, parmi les livres, que dans l’atelier de la forge.
    C’est pourtant à la forge qu’est sa place, car il faudra bien qu’il la prenne un jour en main, car Gervais n’en sera jamais capable : il est maladif.
    Il y a du travail à la forge et ce fainéant n’est pas pressé d’apprendre le métier de forgeron.

    Voilà qu’il s’est mis dans la tête d’étudier avec M.le Recteur. Qu’a-t-il besoin d’étudier ? On sait écrire depuis longtemps chez les Lemesle et cela est bien suffisant. Jean craint l’influence du prêtre qui pourrait bien lui ravir son fils.
    Puis un jour, René annonce à son père sa décision :

  • Tu es maréchal en oeuvres blanches ; ta forge attire du monde, et je sais que tu veux que je te succède, mais je souhaite entrer au séminaire car Dieu m’appelle à une autre forge, celle des âmes.
  • Françoise-Scholastique tente en vain de s’interposer entre les deux hommes qui s’affrontent maintenant. Elle est si fière de ce fils et elle souhaite tant qu’il devienne prêtre. Seulement, son père s’y oppose : il ne pense qu’à la forge…
    Elle se souvient alors de sa jeunesse et une idée jaillit dans sa tête :

  • Ne te tracasse donc pas comme cela pour la forge, Jean. Regarde plutôt chez les Phelippeau, à la Pouèze, ou chez les Robert, au Louroux-Béconnais : ils ont chacun un fils qui ferait bien l’affaire, et puis tes filles… Te souviens-tu comment tu m’as connue ?
  • Oui, Jean se rappelle. C’était à Nyoiseau, il y a tout juste 20 ans. Le père Gardais l’avait pris comme apprenti. Il avait une fille lui aussi… une Françoise-Scholastique. Les deux jeunes gens s’étaient unis au pied de la magnifique abbaye.
    Jean a déjà remarqué le jeune Mathurin Phelippeau de la Pouèze, et le jeune François Robert du Louroux-Béconnais : eux au moins, ils aiment le travail. Il pourrait en parler au père Phelippeau, et prendre son fils comme apprenti.
    Françoise-Scholastique a peut-être raison, et il s’avoue vaincu. Il a perdu son fils, car qu’est ce qu’un fils au séminaire pour un forgeron ? Alors, il admire l’ardeur de Mathurin, et l’une de ses filles fera bien l’affaire… Tout de même, jamais il ne pourra se faire à l’idée que lui, Jean Lemesle, a un fils prêtre.
    A la forge on voit passer du monde, ceux de Loiré, de Craon, de la Pouèze, du Louroux-Béconnais, de beaucoup plus loin ; on colporte les nouvelles, on discute.
    Vern se prépare à la Révolution, elle va devenir républicaine et Jean Lemesle sera bientôt l’un de ses partisans.

  • Chemazé
  • Située à 7 km au sud-ouest de Château-Gontier, la paroisse de Chemazé possède en 1789 deux succursales : Molière et Bourg-Philippe. Rattachée au diocèse d’Angers, elle va en être séparée le 26.02.1790 pour rejoindre le département de la Mayenne nouvellement créé.
    En ce mois de décembre 1790, René s’apprête à rendre visite à sa famille dont il n’est séparé que par 27úkm qui sont vite franchis à pied. Il vient d’être nommé à Chemazé, sur la route de Segré à Chateau-Gontier. A 24 ans, il manque d’expérience, mais doit prendre une terrible décision : il a l’intention d’en faire part à sa mère. Il redoute la discussion avec son père, car pour Jean Lemesle cela ne fait aucun doute : son fils doit prêter serment.
    Et Françoise-Scholastique est inquiète de ce serment car son intuition féminine lui annonce des jours difficiles pour son fils. Cette Constitution ne lui dit rien de bon. Qu’adviendra t-il s’il prête serment comme lui suggèrent son père et son curé, Jean Gentilhomme ? Elle a bien senti qu’il était influencé par les deux hommes, plus âgés que lui. Ils ont des tas de bonnes raisons : liberté, égalité, fraternité…, mais son René ne peut tout de même pas renier son Dieu !
    Doucement, elle le confie à la Vierge du retable qu’elle a vue dans l’église de Chemazé, le jour où toute la famille était venue assister à l’installation.

    Noël s’est passé dans la tension à la cure de Chemazé. Aujourd’hui Jean Gentilhomme et son vicaire René Lemesle allongent le pas pour rencontrer Louis Labouré, vicaire desservant la succursale de Molière.
    Les 4,2 km sont vite franchis, car les deux prêtres sont habitués aux distances à pied. De trente ans son aîné, M. le Curé exprime fermement sa position : « nous prêterons serment tous les deux ». Et chemin faisant, il affirme sa confiance en cette république naissante.
    La jeunesse de René le rend dépendant de cet homme si ferme sur ses positions. D’ailleurs, il se sent aussi ébranlé par la position de Pierre Letourneur, vicaire de la succursale de Bourg-Philipe, qui, lui aussi, préconise de prêter serment. Pierre Letourneur se rétractera après avoir prêté serment, et reprendra son ministère en 1801 (3).
    Louis Labouré, natif de Gennes, les reçoit cordialement, mais la discussion est vive cependant. Louis n’est pas de l’avis de son curé, mais il ne réside pas sous le même toit et peut se montrer plus indépendant. Il s’apprête à refuser le serment ; plus tard il rejoindra l’armée vendéenne, puis se cachera dans le pays de Laval, Meslay et Changé, avant de devenir au Concordat curé de Loigné (4).

    Jean Gentilhomme, né à Angers en 1737, curé de Chemazé, sera élu officier municipal après son serment, mais sera destitué le 09.01.1793. Il apostasiera le 07.02.1794 et jouira à Château-Gontier d’une pension de l’état en 1796 (4).

    Nous retrouvons René Lemesle grâce à l’article « Chemazé » du dictionnaire bibliographique de l’Abbé Angot pour la Mayenne, et l’article « Vergonnes » de celui de Célestin Port pour l’Anjou (5,ancienne édition)

    René Lemesle prête d’abord un serment restrictif, mais finit pas suivre l’exemple de son curé. Il est nommé curé de Vergonnes le 02.08.1791. Il ne reste curé intrus de Vergonnes que cinq semaines et est remplacé le 13.09.1791 par Violay (3).

    Lemesle, vicaire de Chemazé, est élu le 02.04.1791, mais c’est Gagneux qui signe en 1793 « curé et officier public » (5).

  • Vergonnes
  • Bordée au nord par la forêt d’Ombrée, surplombant Noëllet et Combrée, entre Pouancé et Le Lion-d’Angers, la bourgade de Vergonnes ne compte que 248 âmes. Le maire, Jacques Jallot, est un bon patriote. Le curé Trochon a prêté serment en février 1791, puis s’est rétracté aussit“t. Il sera arrêté le 4 germinal V (=24.03.1797).
    Voici donc René, à peine âgé de 25 ans, nommé curé assermenté d’une paroisse de 248 âmes majoritairement patriotes, en pleine région de bourgs patriotes.
    Le registre de catholicité de Vergonnes est muet sur Lemesle. S’il y est resté un mois, il n’a laissé aucun acte dans le registre. C’est Paillard, vicaire, qui le signe jusqu’au 28.08.1791 et ses actes se suivent à un rythme normal. Puis, dès le 06.09.1791, on voit la signature de Gagneux qui y reste longtemps ; il signe en 1793 « curé et officier public ».
    Les sources écrites utilisées par Célestin Port (5), qui indiquent que René Lemesle n’aurait été que le seul mois d’août 1791 curé intrus de Vergonnes, sont probablement des traces de sa nomination ; il n’y a aucune trace de son installation dans le registre de catholicité et par ailleurs le registre communal des délibérations de cette époque n’existe plus.
    René Lemesle ne s’est donc probablement jamais présenté à Vergonnes et il disparaît dès août 1791. Qu’est-il devenu de 1791 à 1793 ?

  • La longue marche
  • Pendant les deux années qui suivent le mois d’août 1791, on perd la trace de René Lemesle. Il n’est pas pensable qu’il soit allé se cacher à Vern chez un père patriote, qui l’aurait mal supporté, au milieu d’un bourg très patriote.
    René va immédiatemment apprendre à se cacher tout seul, en se transformant en ouvrier agricole, etc,… favorisé en cela par son jeune âge et sa force physique.
    Il sait utiliser toutes les formes de déguisement pour se rendre « invisible », et n’a qu’une obsession : ne pas impliquer sa mère et ses soeurs.
    Il parviendra si bien à ne pas compromettre sa famille et à se faire oublier, que, lorsque Françoise-Scholastique sera arrêtée avec deux de ses filles, Marie et Charlotte, elles seront envoyées à la Commission Militaire d’Angers par Chollet, agent municipal du district de Segré le 27 germinal II (=16.04.1794), mais elles ne seront pas exécutées (Liste des prisonniers de Vern envoyés à la Commission militaire d’Angers par Chollet, agent national du district de Segré) : femme Lemesle (sa mère), fille Lemesle (sa soeur), femme Phelippeau (sa soeur) (6).
    Sa soeur Marie épouse constitutionnellement à Vern, le 21.11.1791, Mathurin Phelippeau. Sa seconde soeur, Charlotte, épousera François Robert le 20.11.1798 au Louroux-Béconnais.
    A quelques kilomètres de Vern, Noël Pinot, curé insermenté du Louroux-Béconnais, prêche la résistance à la Constitution Civile du Clergé ; il doit se cacher avant de mourir sur l’échafaud le 27.02.1794, place du Ralliememt à Angers.
    La bonne parole de celui qui deviendra le bienheureux Noël Pinot parvient-elle à René ? On peut le supposer. René, qui ne fait pas connaître sa qualité de prêtre, et encore moins sa qualité de prêtre assermenté, commence clandestinement une longue marche de réhabilitation, car il regrette son serment. Pendant cette période de sa vie, il fait l’apprentissage de la clandestinité dans laquelle il excellera.
    Il se cache au nord-ouest de l’Anjou, région qui vit quelques soulèvements dès mars 1793. La répression est sévère à Combrée qui compte 22 hommes guillotinés le 01.04.1793 (7). Peu après, avec un groupe d’angevins du nord de la Loire, René Lemesle rejoint près de Nantes la division de Lyrot, qu’il suivra désormais. Il a définitivement tourné le dos à Vern la patriote. Voici ce qu’en dit l’Abbé Angot :

    René Lemesle, vicaire, finit par se joindre aux Vendéens ; il affirme en l’an X qu’il assistait Bonchamps quand il sauva la vie aux prisonniers républicains, à Saint-Florent. Il habitait alors à Saint-Julien-de-Concelles, agé de 36 ans. Il passa dans le diocèse de Nantes, décédé à Nantes le 07.04.1824 (4).

    Ce passage à Saint-Florent-le-Vieil peut être rapproché de l’anecdote ci-après, racontée dans ses Mémoires par la marquise de la Rochejacquelein :

    On promena un peu M. de Lescure sur la plage, pour éloigner la foule, et, dans le moment où elle était moins nombreuse, une quarantaine d’officiers mirent le sabre en main et formèrent un cercle ; par ce moyen, on l’embarqua facilement. M. du Rivault, ma fille, mon père et moi, avec nos domestiques, nous sautâmes dans le bateau. Melle de Mesnard aussi ; mais le bateau étant trop petit, nous lui dîmes que nous ne pouvions y prendre sa mère, couchée sur un brancard, et elle redescendit à terre.
    Nous voilà donc partis; un matelot en chemise, tout en sueur, nous conduisait ; mon père lui dit de nous faire contourner l’île et de nous mener jusqu’à Varades, pour éviter à M. de Lescure le danger et la fatigue d’un double débarquement. Jamais on ne put l’y faire consentir par promesse, ni par menace ; enfin mon père tira son sabre, alors cet homme lui dit : Monsieur, je vous avoue que je ne suis pas marin, je suis un prêtre ; la charité me fait passer ces pauvres gens depuis huit heures sans relâche, faute de matelot, mais je n’ose traverser que ce petit bras peu profond, et je risquerais de vous noyer si je vous faisais faire le tour de l’île. Nous fûmes contraints d’y débarquer… (8)

    La marquise avait une mémoire considérable des noms. Si le prêtre avait dit son nom, elle l’aurait sans nul doute retranscrit. Il existait donc au sein de l’armée catholique et royale des prêtres qui se faisaient discrets sur leurs origines. René Lemesle en était ; il avait de bonnes raisons, sa famille, son serment. Le 23 novembre 1793, Jean Lemesle et Mathurin Phelippeau, père et beau-frère de René, déclarent le décès de Gervais, le fils cadet de Jean. A-t-il reconnu quelques semaines plus tôt son frère René dans les rangs de l’armée vendéenne ? A-t-il tenté de le suivre ? Nous savons seulement que l’armée vendéenne est bien passée à Vern fin octobre 1793.
    Gervais est-il mort naturellement ? Nul ne sait, mais à Vern les règlements de compte et les morts violentes furent nombreuses pendant la guerre civile (voir Annexe I).

  • Le ministère clandestin
  • Saint-Julien-de-Concelles s’étale sur 6 km, sur la rive gauche de la Loire, à l’est de Nantes. Bordée par La Chapelle-Basse-Mer, Le Loroux-Bottereau, Haute-Goulaine et Basse-Goulaine, cette paroisse de 3ú200 ha compte 3ú165 habitants en 1790 (9). Leur activité est tournée vers le trafic fluvial, la pêche, la culture de la vigne, du chanvre…
    L’abbé Frémont, vicaire insermenté de Saint-Julien, y exerce clandestinement fin 1791, puis il est à Haute-Goulaine début 1792. Il sera arrêté le 05.06.1792 et déporté en Espagne. Un prêtre irlandais, du séminaire de Nantes, vient pendant quelques mois dire la messe dominicale en l’église de Saint-Julien à 7 h, alors que Le Couteux, curé assermenté, la dit à 10 h. Cette situation est probablement due à l’organisation de fidèles (voir p.63). Les conflits sont nombreux :

    A messieurs les administrateurs du district de Clisson : nous vous donnons avis que le sieur Formon (sic) prêtre cy devant vicaire de Saint-Julien-de-Concelles, après avoir passé trois mois dans notre municipalité, et exercé toute l’emprise de l’aristocratie, s’est retiré depuis quelque temps à Haute-Goulaine et qui entraîne une grande partie des habitants de notre paroisse, qui les confesse et leur fait faire leurs pâques depuis le commencement du Carême, et attire aussi la majeure partie des enfants, qu’il leur fait faire leur première communion quoiqu’ils ne soyent point instruits de leur religion ; tous les jours le nombre en diminue dans notre église puisque nos prêtres nous en ont porté plainte, c’est pourquoi que nous vous le dénonçons et requerons qu’il soit conduit au département lieu de sa destinée suivant l’arrêté du département et sommes messieurs avec un fraternel attachement à Vertou le vingt et un mars 1792, vos très humbles serviteurs Saupin maire, Michel David, Gendron officier municipal, Besnard, Rozier, Affilé, Sauvestre (10)

    A messieurs les membres du directoire du département de la Loire-Inférieure résidant à Nantes : le citoyen Riverin Md épicier à Nantes ayant esté passer les festes de Pasque au bourg et paroisse de Saint Julien canton du Loroux, y a vu avec surprise un prêtre irlandais non conformiste y dire la messe et ce à l’invitation de nombreux aristocrates qui se cotisent entre eux pour le salaire du dit prêtre a qui ils donnent six livres par chaque messe à l’insu du curé constitutionnel, ce qui attire un monde considérable de l’endroit et des paroisses voisines, qui ne veulent pas reconnaître de prêtre assermenté, si bien qu’à la grand’messe de la paroisse, il ne se trouve pas soixante habitants patriotes. D’après cet exposé il en a résulté une rixe populaire, dont j’esté le témoing. Un nommé Guillaume Pineaux, domestique dans la paroisse du Loroux, ayant refusé à payer sa contribution pour la messe du prêtre irlandais le jour de pasque a été battu et maltraité dans la cimetière et à la porte de l’église de Saint Julien, après la dite messe basse qui se dit à sept heures du matin, heure ordinaire, qui se dit tous les faites et dimanche depuis environ cinq mois, le dit Guillaume Pineau étant bien blessé a esté trouvé le chirurgien juré du Loroux qui la pansé comme il apput. Par son procès verbal, attaché en joint, que je requis pour preuve des faix que je citte cy dessus et dont plusieurs citoyens patriotes du dit lieu mon priez de dénoncer devant vous, ne voulant pas paraître estre le dénonciateur des troubles que cette messe occasionne, crainte destre assommé par ces fanatiques qui les menassent tous les jours, c’est pourquoi ils désiraient que cette messe nussent plus lieu et que votre arresté soit suivie de point en point, qu’il vous plut de déffendre au prêtre irlandais d’aller davantage faire aucun office ecclésiastique dans l’église de Saint Julien. Le curé Mr le Couteux est bien du mesme avis, mais nossent vous requerir par la mesme cause de ces bons citoyens, je me suis chargé de la présente requeste pour vous prier d’y avoir égard. signé Riverin, Nantes le 11 avril 1792 (10)

    Rapporté par moi René Denis Ragneau Maitre es arts et en chirurgie, chirurgien juré commis au rapport demeurant ville et paroisse du Loroux Bottreau, département de la Loire Inférieure, district de Clisson, Canton dudit Loroux, que ce jourd’hui avril 1792 l’an 4 de la liberté, le nommé Guillaume Pineau agé de 49 ans domestique chez Pierre Lembert laboureur à ses terres demeurant au village de la Guissaudière en cette paroisse du Loroux, est venu me trouver à mon domicile se plaignant davoir été battu et maltraité ce même jour, auquel j’ai remarqué deux contusions l’une légère sur la partie moyenne postérieure de l’avant bras gauche et au dessous du coude une autre plus considérable large de 8 pouces environs du même c“té, encore du même c“té une excoriation sur le coude, ce qui relativement aux fêtes ne peut l’empêcher de vaquer Mercredi à son travail qi’il n’arrive pas d’accident. Les contusions et excoriations paroissent faite par un instrument contondant comme baton, pierre, chute ou autre. Je certifie le présent sincère et véritable en foi de quoi… signé D. Ragneau (10)

    René Lemesle arrive à Saint-Julien-de-Concelles le 07.10.1794. Il vient de Saint-Sébastien, car les deux premières minutes copiées dans le registre sont des baptêmes de Sébastiennais âgés de deux et trois mois respectivement.
    Son action a été relatée 100 ans après par l’abbé Petard (11) :

    « René Lemesle né le 23.02.1766 à Grez-Neuville, vicaire à Chemozé (sic) (partie de l’ancien diocèse du Mans, dont a été formé celui de Laval). Au passage de l’armée vendéenne, il s’était attaché à nos paysans et était venu chercher asile sur le territoire de Saint-Julien. Cet abbé Lemesle devint l’ap“tre de notre pays pendant les plus mauvais jours de la Révolution. Il ne comptait encore que 28 ans quand il se rencontra pour la première fois avec l’abbé Bertaudeau. Déguisé et changeant d’asile tous les jours, il échappa constamment aux poursuites acharnées dont il fut l’objet. Il célébrait la messe et administrait les sacrements partout o— il le pouvait, dans les granges, dans les celliers, quelquefois en plein champ (la messe fut assez souvent célébrée aux Planches, à la Vrillière et dans les greniers de la Richardière, au bourg). Semblable aux prêtres de la primitive église, il avait avec lui son diacre qui ne le quittait point et l’aidait dans la célébration des saints mystères. L’abbé Lemesle eut près de lui l’abbé Bertaudeau jusqu’au mois de mai 1795. Le vénérable confesseur de la foi portait partout sur lui un petit registre, sur lequel étaient inscrits fidèlement les baptêmes, mariages et sépultures. Ce registre, précieuse relique d’un apôtre dont le nom sera à jamais béni parmi nous, existe encore pour l’année 1799 et les années qui suivent jusqu’en 1803. Les actes antérieurs à l’année 1799 ont été perdus ; mais une copie bien fidèle en est conservée dans les archives du presbytère. » (11)

    En 1802, l’abbé Charbonnier vient aider quelques mois Lemesle.
    Gautron, fabriqueur en charge, verse une somme de 137 livres à Charbonnier. Les Concellois estiment qu’elle appartient à René Lemesle :

    « Il n’est pas juste, disent-ils, que M. Lemesle, ancien desservant, soit frustré de son traitement au profit d’un nouveau qui n’est arrivé que 5 mois après l’amas de la somme » (11).

    Pendant 7 ans, avant cet incident, l’abbé Lemesle a vécu de l’hospitalité et de la charité de ses ouailles. En février 1803, il est nommé vicaire à Saint-Nicolas de Nantes et c’est Mathurin Livinic qui prend la cure de Saint-Julien. Cependant son départ de la paroisse laissera des regrets universels parmi les Concellois. Ceux-ci ne surent probablement jamais qu’il avait autrefois prêté serment. Il s’était certes immédiatement racheté, et ceux qui avaient connaissance de l’existence de ce serment étaient en Anjou.
    En règle générale, pendant la guerre civile, la population gardait un certain mépris pour les jureurs qui s’étaient repris par la suite. Ainsi à Chanzeaux, on raconta au comte de Quatrebarbes, 30 ans après les faits, l’anecdote suivante. Les assiégés sont réfugiés dans le clocher, sous la conduite de Maurice Ragueneau. Les républicains ont amené de la paille et mis le feu :

    L’abbé Blanvillain, environné de mourants qui lui demandaient sa bénédiction venait d’être blessé à la tête. Inondé de sang, épuisé de souffrances en face de cette mort présente de toutes parts, un dernier regret de la vie s’empara de son âme, et sa bouche laissant échapper quelques paroles de merci, il exprima à voix basse le désir de se rendre. « Qu’ai-je entendu ? reprend Ragueneau ; ah, monsieur, est-ce à vous de mendier votre vie ? Rappelez-vous le serment sacrilège que vous avez prononcé ; Dieu vous donne pour l’expier le bonheur du martyre. Remerciez le, priez pour nous, et donnez l’exemple du courage … » (12)

  • René Lemesle oublié
  • Nommé vicaire à Saint-Nicolas de Nantes en février 1803, curé de Teillé en 1808, curé de Cordemais en 1810, aumônier du lycée de Nantes en 1818, René Lemesle meurt iacre d’office à la cathédrale le 07.04.1824.
    Sa soeur cadette, Anne, a épousé à Vern le 24.11.1801 un marchand de toile, René Poirier, qui s’installe à Nantes vers 1805. Leurs deux enfants, également marchands de toile à Nantes, furent sa seule famille proche.
    De nos jours, nul ne se souvient de lui à Grez-Neuville et à Vern-d’Anjou. Aucune trace de lui dans les archives et monographies communales. Seuls, Mercier-la-Vendée du Lion-d’Angers, et les serviteurs de M.de la Grandière, ont laissé à Grez-Neuville le souvenir de la guerre civile (1).
    René Lemesle aurait aimé cette discrétion, toute à son image. Mais deux siècles ont passé, et pour sauvegarder l’oeuvre des prêtres clandestins, il paraissait souhaitable de faire connaître un exemple.
    J’ai choisi le registre clandestin de Saint-Julien-de-Concelles par hasard, dans le seul but d’attirer l’attention sur ce type de documents en voie de perdition.
    Ces registres conservent la trace de l’héro‹sme de beaucoup de nos ancêtres et leur mémoire y est consignée. Les Concellois risquaient le martyr pour la foi (voir p.30).
    J’avais commencé la copie informatique du registre de Saint-Julien, afin d’en assurer la sauvegarde, lorsqu’une chose étrange m’arriva.
    Une nuit, je me suis réveillée avec une intuition : « Ce Lemesle dont j’allais faire connaître l’oeuvre ne m’était pas inconnu » ! J’avais autrefois fait une généalogie « Lemesle » dans le Segréen, et des générations de marchands de fil, dont je descends, s’y succédaient de 1600 à nos jours.
    Me levant immédiatement, je me dirigeais vers mon dossier généalogique « Lemesle », qui sommeillait depuis plus de 5 ans. A peine ouvert, le dossier confirmait l’intuition : René Lemesle était présent à Vern en 1800 comme « témoin » d’une déclaration de naissance à l’officier municipal. Il y était dit « vivant à Saint-Julien-de-Concelles ».
    Le prêtre clandestin, dont j’allais faire connaître l’oeuvre, était à Vern en 1800 et il m’était allié.
    Une grande émotion me saisit alors : je travaillais depuis plusieurs années sur la population lorousaine sans me douter que j’avais un lien quelconque de parenté avec le prêtre clandestin voisin de Saint-Julien !
    Remontant alors du doigt la volumineuse descendance, à la recherche du lien de parenté, je découvrais qu’il était le frère de mon ancêtre Marie, celle-là même qui épousa constitutionnellement Mathurin Phelippeau.
    Je me recouchais, avec la certitude qu’une main divine m’avait guidée à lui.

      à René LEMESLE mon « arrière (4 fois)…grand-oncle »
      fait à Nantes le 25.12.1990
      Odile HALBERT

    Odile Halbert –
    Reproduction interdite sur autre endroit d’Internet Discussion autorisée sur ce blog.

      Si vous souhaitez discuter de cet ouvrage, merci de le faire ici et non sur d’autres forums ou blogs. Merci d’avoir un peu de respect pour mon travail, car lorsque vous discutez ailleurs (c’est à dire dans mon dos) vous faîtes tourner les détenteurs des autres blogs ou forums.

    3 réponses sur “Mémoire d’Avent, l’oeuvre clandestine d’un Angevin à Saint-Julien-de-Concelles 1794-1802 : René Lemesle – chapitre 1er

    1. Le « hasard » ou la main divine qui vous a guidée a bien fait les choses, il a permis de faire sortir de l’oubli un homme courageux et humble. Grey-Neuville peut être fière d’avoir vu naitre René Lemesle.

    2. Sainte Scolastique ou « Saincte Escolasse » est la sainte patronne du Mans,sa chasse aidait à combattre les incendies ,elle fut amenée plusieurs fois sur place aux lieux des sinistres avec succès (1583,1653,1655,1659,1709,1714)sa statue en platre peint est conservée au musée du Mans ( article de Caroline Delaperelle ,les grands incendies du Haut -Maine- La Vie Mancelle et Sarthoise n °369-) une concurrente locale de Ste Barbe…

    3. Bonjour,
      Je vous contacte ici à propos d’une carte postale que j’ai vue sur votre site (http://www.odile-halbert.com/Paroisse/Cartes/Cartes_44/44_StJulien-Concelles.htm)
      Je crois que la personne qui a écrit cette carte est le frère de mon grand-père et je voudrais savoir s’il est possible d’acquérir cette carte ou bien d’en avoir une photographie.
      Dans l’attente de votre réponse,
      Cordialement !

        Réponse d’Odile :

      La carte postale est personnelle et adressée à mes grands parents, elle n’est pas à vendre.
      Vous avez sa vue sur Internet.
      Par contre, merci de me dire quelle parentèle avait votre grand’père.
      Odile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *